Food and Agriculture Organization of the United Na.

Nature et faune : revue internationale pour la conservation de la nature en Afrique = Wildlife and nature : international journal on nature conservation in Africa (Volume 4.1) online

. (page 1 of 5)
Online LibraryFood and Agriculture Organization of the United NaNature et faune : revue internationale pour la conservation de la nature en Afrique = Wildlife and nature : international journal on nature conservation in Africa (Volume 4.1) → online text (page 1 of 5)
Font size
QR-code for this ebook


Nature et Faune

REVTIE INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE EN AFRIQUE
Gestion de la Faune, Am^nagement d'aires protegees, Conservation des ressources naturelles



Volume 4, n" 1, Janvier • mars 19HS





Organisation des Nations Unies {/ dt^\i Programme des Nations Unies

pour {'Alimentation et I'Agriculture. ^ ^|[^ ^ pour TEnvironnement.



Bureau Regional de la F.A.O. pour TAfrique - Accra (Ghana).



Nature et Faune



Janvier - mars 1988







La revue Nature et Faune est une publication inter-
nationale trimestrielle destinde ^ permettre un
echange d'informations et de connaissanccs scicnti-
fiques concernant la gestion de la faune, I'amdnage-
ment des aires prot6g6es et la conservation des res-
sources naturelles sur le continent africain.

Editeur : A. lokem
Ass. Editeur : P. Happ6e
Coaseillers : J. D. Keila el G. S. Child

Pour la publication d'articles ou tout renseignement
complementaire, 6crire ^ I'une des adresses sui-

vantes :

REVUE NATURE ET FAUNE



F.A.O. Regional Officer
for Africa
P.O. Box 1628
Accra, (Ghana).



c/o G.S. Child
div. FORW
F.A.O./L.N

via delle terme di Caracalla
I-OOIOO Rome (Italie).



.e contenu d«$ articlas da c«tt* r«vu« •xprim* !•• opinion* d« l*urB autsura at nc r*-
fiete pas nec«ssair«m«nt c*ll*s d« la FAO, du PNUE ou d* la redaction. II n'axprtma
aonc pas une pnsa de position ofTicialle, ni d« I'Organitation d«t Nations Uniat pour
Amimentation et I'Agriculture, ni du Programma d«> Nations Uniaa pour I'Errvlronna-
Tient En particulier les appellations employees dans cette publication •( la pr^san-
tation aes donnees qui y figurant n'Impliquant da la part da cat organisations au-
cjre prise de position quant au statut juridlqua das pays, tanltoiras, villas ou zona*
ou ae leurs autorltas, ni quant aux tracas da laurs frontiaras ou llmKas.



Sommaire

Editorial 3

Lcs oiseaux du littoral du Ghana 4

L avifaune du delta interieur du Niger au Mah 10

La Convention de Berne : convention relative a la conservation de la vie

sauvage et du milie naturelde I'Europe 15

Problemes et conservation des oiseaux migrateurs en Afrique de I'Ouest 18

Degradation des sols : le probleme de la desertification 25

Formation 31

Conservation ; 34

Livres 37



PRINTED IN GHANA BY WELMAX GRAPHIC ARTS LIMITED.



EDITORIAL



S'ii est un domaine oil la cooperation internationale est essen-
tielie, sinon vitale, II s'agit san^ nul doute de la protection de I*en-
vironne^nent et de la Conservation de^ Especes.

Comment en effet proteger efTicacement des especes animates mi-
gratrices, ignorantes des frontieres politiques et geographiques, et
assurer la perennit^ de leurs populations si elles ne sont pas pro-
tegees et gerees correctement tout au long de leurs lointains de-
placements saisonniers ?

Deux fois par an, avec les changements de saison, nous Vlvons le
grand mystere de la migration des oiseaux. Ce ph^nomdne specta-
culaire, deja mentionne dans la Bible et dans i'Antiquit^, a depuis
toujours intrigue et passionne Thomme. Si i'exploit physique de
cette migration est admirable, c'est la precision des oiseaux en
matiere de navigation et de chronometrage qui fascine le plus
Thomme.

Le nombre d'oiseaux concernes est stupeflant. Vraisemblablement
pres de 5 milliards d'oiseaux appartenant a quelque 150 espdces
entreprennent le vol de I'Europe vers I'Afrique subsaharienne. Ce
veritable pont entre les deux continents force Tentente Nord-Sud
et nous dicte d'agir de concert pour la preservation de notre bien
commun.

Seuls des efforts coordonnes au plan international peuvent prot^
ger ces visiteurs et permettre que chacun puisse proflter de ce pa-
trimoine universel qui appartient tant au Nord qu*au Sud.



^^^^^^g^^^g^^jy^^^^^^^^^^^^^^^^,^_^^_^^^^^^^^^^2gggj^^2^22g^^^^



LES OISEAUX DU LITTORAL
AU GHANA



par Yaa NTIAMOA-BAIDU



II existe trois groupes principaux d'oi-
seaux de littoral sur la cote du Ghana, k savoir
les echassiers, les hirondelles de mer et les he-
rons/aigrettes. De plus, d'autres oiseaux d'eau,
par exemple les canards el les oies, utilisent
6galement les eaux saumatres des lagunes le
long dei> cotes. Le present article porte princi-
palement sur les echassiers et les herons/ai-
grettes.

Ces groupes d'oiseaux vivent le long des
cotes, pres des lagunes cotieres et des estuaires
et se nourissent dans I'eau ou le long des rives.
Les petits echassiers, par exemple, becasseau
minute grand gravelot ont tendance a se nour-
rir sur les rives boueuses des lagunes, des es-
tuaires et au bord des vagues sur les plages
tandis que les grands echassiers, les herons et
les aigrettes se concentrent sur les eaux peu
profondes. Les invertebres, par exemple, les
moules. les amphibiens et les annelides, de
meme que les poissons, fournissent la majeur
partie de la nourriture de ces oiseaux.

Les plaines vaseuses et les rives sablon-
neuses autour des lagunes fournissent des
"zones perchoirs", tandis que les plaines inon-
dees et les marais sont utilises comme aires de
nidification.

Les habitats cotiers importants pour les
oiseaux du littoral sont les lagunes saumatres,
les salines et les estuaires et, a un moindre de-
gre. les plages sablonneuses.

Les sites importants au Ghana pour ces
oiseaux sont :



a)le site de la lagune de Keta, k I'Est de
I'estuaire de la Volta, qui abrite quelque
40.000 echassiers, 5.000 hirondelles de mer et
8.500 herons/aigrettes;

b)la lagune de Songaw, a I'Ouest de I'es-
tuaire de la Volta (comprenanl les lagunes To-
topc, Pute, Kablevu, Lolonya et Songaw), avec
des comptages de 7.500 Echassiers, 300 h6-
rons/aigrettes et 25.000 hirondelles de mer;

c) la lagune Sakumo, situ6 entre Accra
et Tema, abrite un peu moins de 4.000 Echas-
siers, 4.000 hirondelles de mer et 700 h6-
rons'aigrettes.

d) la plage de Esiama, qui est I'Etendue
de plage allant de la rividre Ankobra k I'es-
tuaire de la rividre Amanzuri, avec des comp-
tages de 8.500 echassiers, 200 hirondelles de
mer el 100 herons/aigrettes.



LES ECHASSIERS

Quelque 40 espEces d'6chassiers ont €t6
denombr6es au cours d'une Etude sur les oi-
seaux de littoral de la c6te du Ghana, Etude
qui se poursuit depuis 1985. Parmi ceux-ci, 27
Etaient des migrateurs palEarctiques, c'est-^-
dire des espEces qui nichent en Europe et en
URSS et passent les mois d'hiver en Afrique
tropicale; cinq Etaient des espEces errantes qui
nichent dans les zones nEoarctiques (AmEri-
que du Nord) et hivernent habituellement
dans les zones nEotropicales (AmErique du




Sud), mais
qui sonl
quelque-
fois signa-
16es ail-
1 e u r s ;
deux
e t a i e n I
des migra-
teurs par-
tiels. especes a populations migratrices mais
aussi sedentaires; el les six dernieres especes
6taieni des especes sedentaires qui nichent lo-
calemeni ei sont presentes tout au long de
I'annee (Tableau 1).

L n nombre total de 53.500 echassicrs a
eie enrcgislre durant les mois de pointe. Lcs.
migrateurs palearctiques representaient ^)5^'^(
de ce lolal, tandis que les especes sedentaires
representaient moins de 4%. Les echassiers les
plus abondants sur la cote du Ghana sont le
becasseau cocorli, becasseau minute, grand
graveloi. chevalier aboyeur, chevalier arlequin
ei cchasse blanche (Niiamoah-Baidu ci
Grievt. 1987; Ntiamoah-Baidu el Hepburn.
1988)



Tandis que ceriaines especes sont omni-
prescntes el se trouvent sur lous les sites co-
tiers (par exemple, chevalier guignette, courlis
corlieu. chevalier aboyeur), d'autres montrent
une preference dans leur habitat et ne se trou-
veni que sur des aires bien particuli^res. Par
exemple, les becasseau sanderling pr6f6rent
les plages sablonneuses ou ils s'alimentent au
bord dc I'eau; ils se trouvent g6n6ralemenl sur
la plage d'Esiama. D'autres especes, par
exemple becasseau cocorli et chevalier arle-
quin sont plus frequentes sur les rives
boueuses et les plaines vaseuses des lagunes le
long de la cote de I'Est. (Ntiamoah-Baidu et
Hepburn, 1988).

La cote ghaneenne abrite des popula-
tions, importanies au niveau international, de
neut especes d'echassiers (plus de \^c de la
population lotale estimee utilisent la voie de
migration de I'Est Atlantique, selon Altenburg
el al.. 1982), notamment, b6casseau cocorli,
che\alier arlequin, chevalier aboyeur, bdcas-
seau mmuie, becasseau sanderling, grand gra-
\cloi. pluvier argenie, avoceile, courlis corlieu.

La nidification le long de la cole gha-
neenne a ele eludiee chez cinq especes d'6-
chasMcrs. Les oeufs et les poussins du jacana.




Les oi.seaux du littoral



FAMILLE


ESPECES


ETAT


ECHASSIERS








Scolopacidae


Becasseau cocorli


Calidris ferruginea


MP, A




Becasseau sanderling


C. alba


MP,C




Becasseau maubecbe


C. tenuirostris


MP,C




Becasseau minute


C. niinuta


MP, A




Becasseau de Temminck


C. temminckii


MP,TR




Becasseau de Bonaparte


C. fiiscicollis


E,TR




Becasseau variable


C. alpina


MP,TR




Chevalier arlequin


Tringa erythropus


MP, A




Chevalier aboyeur


T. nebularia


MP, A




Chevalier gambtete


T. tot anus


MP, AC




Chevalier Stagnatiie


T. siagnatilis


MP,R




Petit chevalier k pattes Jaunes


T. flavipes


E,R




Chevalier cul-blanc


T. ochropus


MP,R




Chevalier Sylvain


T. glareola


MP,R




Bargette de Terek


Xenus cinereus


MP,TR




Chevalier guignettt


Aauis hypoleucos


MP, AC




Becasseau rousset


Tryngites submficollis


E, I'R




Courlis corlieu


Numenius phaeopus


MP, AC




Courlis cendre


N. arquata


MP, AC




Barge rousse


Limosa lapponica


MP,R




Barge k queue noire


L. limosa


MP, AC




Chevalier combattant


Philomachus pugnax


MP, AC




Becassine des marais


GalUnago gallinago


MP,R




Pilet


O. stenura


E,TR




Tournepierre a collier


Arenaria interpres


MP, AC


Charadriidae


Grand gravelot


Charadrius hiaticula


MP,C




Petit gravelot


C dubius


MP,TR




Gravelot a collier


C. alexandrinus


MP,TR




Pl^vier a front blanc


C. marginatum


Res,R




Pluvier patre


C. pecuarius


Res, AC




Pluvier dore


Pluvialis apricaria


E, i'R




Pluvier argente


P. sqiiatarola


MP,C




Vanneau caroncule


Vanellus senegalus


Res, 1 R


Recurvirostridae


Echasse blanche


Himantopus himpantopus


MP/ResJiC




Avocette


Rccurvirostra avosetia


MP,AC


Gl&reolidae


Glareole a collier blanc


Glareola praiincola


MP/ResAC


Burhinidae


Oedicneme du Senegal


Burhinus sencgalensis


Res,TR


Haematupodidae


Huitrier pie


Heamaiopus ostralegus


MP,R



Jacanidae Jacana Actophilomis africana

Rostratulidae Rhynchee peinte Rostratula benghalensis

HERONS, AIGRETTES ET AUTRES OISEAUX AQUATIQUES



Ardeidae



Aigrette dimorphe
Aigrette garzette
Grande aigrette
H^ron noir
H^roD cendre
H^ron crabier
Heron k dos vert



Egretta gularis

E. gazetta

E.alba

Melanophoyx ardesiaca

Ardea cinerea

Ardeola ralloides

Butorides striatus



Res^AC
Res, R



Res,C
MP/Res. C
MP/Res. C
Res, R
MP/Res. C
MP/Res. R
Res, TR



MP

MP/Res

AC

TR

A



Tableau 1



migrateur paleartique E

migraleur partiel C

-assez commun (200 - 1.000) R

tres rare (moins de 20) Re«>



errant

commun (au-dessus de 1.000-5,000)

rare (en-dessous de 200)

Resident



en abundance (enregisircmcnis records au-dessus de 5.000)
Especes et statut des oiseaux de iJttorai enregistres sur la cote du Ghana



de Techasse blanche, du glareole a collier, du
pluvier a front blanc et du pluvier patre ont
eie enregistres sur plusieurs sites cotiers doni
les salines de Panbros (Accra) et de Elemina,
Ic complexe de la lagune de Keta, la lagune de
Sakumo. les salines de Laiwi (Prampram)
Macdonald (1979) a egalement etudie la re-
production chez Echasse Blanche, Glareole a
Collier el Jacana a Cape Coast. La saison de
nidificalion de ces dchassiers s'etend d'a\ril a
sepiemhre.



LES HERONS/AIGRETTES



des sites cotiers, les herons noirs oni eie seule-
ment obser\'es sur quatre d'entre eux : la la-
gune de Salumo (qui abrite 95'>o de la popula-
tion maximale enregistree, soit 108 individus),
la lagune Kpeshie (Accra), les salines de Pan-
bros (Accra) et la lagune Fosu (Cape Coast).
Le heron a dos vert est ires rare sur la cote.

Les quatre especes de herons/aigrettes
(le heron cendre, le heron crabier, I'aigrelte
gar zc tic et le grande aigrette) sont des migra-
teurs partiels avec des populations s6deniaires
qui augmentent de plusieurs fois leur nombre
avec raffluence des populations pal6arctiques
en septembre/octobre.




Sept especes de he-
rons et d'aigrettes ont etc
enregistr6es sur la cote
ghaneennc (Tableau 1).
Parmi celles-ci, Taigreile
dimorphe, Ic hdron noir ct
le h6ron a dos vert sont
des especes sedentaires.
Alors que Taigreiie di-
morphe est tr^s r^panduc
el se trouve sur la plupari



CHANGEMENTS SAISON-
NIERS PARMI LES POPULA-
TIONS D'OISEAUX DE
LHTORAL.

La figure 1 montre les changemenis sai-
sonniers du nombre d'6chassiers et herons/ai-
grettes enregistres pendant une periode de
dou7e mois (juillet 1986 -juin 1987).



Les nombres minima
tant d'echassiers que de h6-
rons el d'aigrettes sont enre-
gistres en juin/juiliet, les mois
d'octobre, novembre et de-
cembre etanl les periodes de
poinie. La grande affluence
d'echassiers venant de la re-
gion palearctique sur la cote
ghaneenne commence fin
aofit et atteint son maximum
en decembre.

L^ nombre de herons
et d'aigrettes augmente a par-
tir d'octobre et atteint son
maximum en ddcembre. Le
depart des espdces migra-
trices commence en Janvier et
se termine fin avril/debut mai,
laissani seulemeni les especes
s6dentaires et une tres petite
partie ( -t- /- 4%) des migra-
teurs. des jeunes pour la plu-
part restes sur les sites cotiers
durani loute la saison d'6t6 de
I'hemisphere Nord.



RESUME ET
CONCLUSIONS



60 «




10.



ECHASSIERS



-• HERONS/AIGRETTES



i: —



J A
1986



J F
1987



Fig. 1 : Changements saisonniers en nombre d'echassiers et de
herons/aigrettes sur la cote du Ghana

d'echassiers, qui y apparaissent en nombre si-
gnificatif au niveau international.



Ld cote du Ghana fournit d'imporiants
sites dc nourriture, de repos et de nidification
pour des milliers d'oiseaux cotiers principale-
ment les echassiers, les hirondelles de mer, les
aigrettes et les herons. Les zones humides c6-
tieres du Ghana semblent etre particuliere-
meni riches pendant la p6riode septembre-jan-
vier lorsqu'elles accueillent des populations
imporiantes de diverses especes de migrateurs
palearctiques. Deux sites le long de la cote
ghaneenne sont des zones humides d'impor-
lance iniernationale en raison du nombre total
d'oiseaax qui s'y trouvent. Ce sont les sites des
lagunes de Keta et de Songaw qui sont respec-
tivemeni importants pour les 6chassiers el les
hirondelles de mer. La cote du Ghana est par-
ticulieremenl importanie pour neuf especes



Remerciements



Les etudes sur les oiseaux du littoral de la
cote du Ghana ont iti entreprises sous le projet
"Save the Seashore Birds - Ghana". Legouveme-
ment du Ghana, la Sociiti Royale pour la Pro-
tection des Oiseaux et le Conseil International
pour la Protection des Oiseaux sont remerciis
avec gratitude pour leur soutien.



Bibliographie

ALTENBURG, W., ENGELMOER, MES, R.
et PIERSMA, T.



Wintering waders on the Banc d'Arguin,

Mauritania.

Report of Netherlands. Ornithological

Expedition to Mauritania 1980.

Slichting Veth tot steun aan Wadde-

nonderzoek, Leiden 1982.
MACDONALD, M.A.1979.

Breeding data for birds in Ghana.

Malimbus 1980. 1 (1): 36 - 42.
NTIAMOA-BAIDU, Y., et GRIEVE, A.

Palearctic waders in coastal Ghana in

1^85/86.

\\ader Study Group Bulletin. 49

Suppl/rWRB Special Publ. 7,1987.76 -

78.



NTlAMOA-BAIDU,Y. et HEPBURN, I.R.

Wintering waders in Coastal Ghana.
RSPB Conservation Review. 1988 (In
Press).



Yaa NTIAMOAH-BAIDU
B.Sc Ph.D (Edinburgh)
Departement de Zoologie
Universite du Ghana
LEGON, ACCRA
Ghana



nt^tB/Ro^A




L'AVIFAUNE DU DELTA INTERIEUR
DU NIGER AU MALI



par Nampaa N. SANOGHO *



Le delta intdrieur du fleuve Niger est
I'une des plus importantes zones humides de la
plan^te (fig. 1 et 2). La productivitd 61ev6e de
ses sols, de ses p§turages et de ses ressources
halieutiques en fait une r6gion capitale pour
r6conomie du Mali.

C'est dgalement le principal quartier
d'hiver des Anatides du pal6arctique en Afri-
que Occidentale.




Fig. 1 : SHuttion Q»ographiqu« du d«ita Inttrisur du Nigar



Le fleuve Niger et son prinicpal affluent
le Bani se ramifient sur une longueur de 400
km, une large ur moyenne de 90km et s'6ten-
dent sur une grande plaine qui atteint en an-
nee de pluviom6trie normale une superflcie de
30.000km . Le delta int6rieur du Niger est lo-
calise dans la zone sahdlienne (pluviom6trie
comprise entre 400mm k SOOmm/an), mais du
fait de son systdme hydrographique original, il
revolt chaque annee des crues qui inondent
d'immenses plaines cr6ant une
6norme lie de verdure et un capi-
tal naturel d'une importance par-
ticuiidre. La moyenne mensuelle
des temp)^ratures maximales est
la plus 61ev6e en mai avec 41°C et
la plus faible en Janvier avec
30,5°C. Les vents sont de deux
types : de novembre k avril, les
alizes sees viennent du Nord-Esl,
et de mai a octobre, la mousson
souffle du Sud-Ouesi.



LA VEGETATION

En-dehors de la cuvette, la
caracteristique phytosociolo^-^
que du delta est une steppe hci^
beuse k 6pineux.

Au Nord, les espdces do-
minantes de gramin6es sont :
SchoenefeJdia gracitts, Aristida



10




LA FAUNE



Rg. 2 : Le delta interieur du Niger

mutabilis, Cenchms biflorus, Tribulus terrestris.
Les especes forestidres sont Balanites aegyptica
et Acacia radiana.

Au Sud, on a : Andropogon gayanus, Di-
heteropogon hagerupii, Loudetia togoensis, Era-
ff-ostis tremulOj Pennisetum pedicellatum pour
les gramin^es et pour les ligneux Pterocarpus
lucens, Combretum glutinosum el Lannea acida.

La producthit6 primaire varie de 800 a
2.500 kg/Ha (Penning de Vries, Djitdye).

Dans la plaine d'inondation, une vegeta-
tion originale se d^veloppe avec les especes
herbacees caractdristiques suivantes : Ehino-
cloa stagnina, (le "bourgou "), Vitiveria nigritana,
Oryza iongistaminata, Oryza barthii, Vossiia cus-
pida.

Les principaux ligneux sont : Acacia ni-
lotica, Acacia seyal, Andira inermis. La produc-
tion v6getale dans les bougouti^res atteint par
an, en moyenne, T.OOOkg/ha ^ 25.000kg/ha
(Hiernaux et Diarra, 1986)



Les eaux du delta int6-
rieur du fleuve Niger abritent
130 espdces de poissons (Pa-
get, 1954).

Les espdces caract^risti-
ques de la zone sont :

Protopterus annectens
particuiidrement rdsistante k la
s6cheresse, les Clarias, Disticho-
dus, Alestes et les Wapia. Dans
les mares et les lacs on rencon-
tre, Petrocephalus bovei, Marcu-
sanius isidori, Gnathonemus ni-
ger, Heterotis niloticus, Gymnar-
chus niloticus, Hepsetus odoe,
Clarias anguillaris, Anchenogla-
nis bisculatus et Synodontis ni-
grita. Les fonds vaseux accueil-
lent Mormyrus rume, Citharinus
citharus, Citharinus latus, Cithari-
nus distichodoides, Citharidium
ansorgei, Anchenoglanis occi-
dentalis, Tilapia nilotica.

Le capitaine Lates niloti-
cus est infeode au lit du fleuve.
Environ 350 especes d'oiseaux sont re-
presentees dans le delta du fleuve Niger, par-
mi elles 108 sont des migratrices du paldarcti-
que.

Les mammiferes, qui ont subi la forte
pression des humains et de la s6cheresse,
connaissent une situation d6plorable. La plu-
part des especes ont disparu : Kobus kob
(Cob), Gazella dama, Damaliscus korrigum,
Panthera lea. Le Lamantin (Trichebus senega-
lensis) et I'Hippopolame {Hippopotamus am-
phibius) sont en voie de disparition. On note




11





1972


1974


1977


1978


1979


198U


1981*


1982*


1983*


1984* 1985


1986


1987


Sarcelle d'ete


94


69


334


480


111


504


-


-


-


583


106


489


900


Pilet


27


76


100


400


65


203


-


-


-


-


103


78


208


Siffleur


-


-


-


-


0,2


-


-


-


-


-


-


-


-


Souchet


(10)


0,8


2.4


2,2


0,6


0,6


-


-


-


-


0.2


-


-


Milouin


0,4


(19)


-


-


0,1


-


-


-


-


-


-


-


-


Nyroca


(42)


0,4


-


1


4,1


3.8


-


-


-


-


6,4


3,4


5,6


Mori lion


-


-


4


1,2


-


-


-


-


-


-


-


-


-


Canard sp




























Plearctiques total


121


148


465


885


181


711


-


-


-


-


215


570.4


1113,6


Dendrocyne Faune


0,3


0,2


3


23


1,6


2.1


_


_


_


_


13.3


13


1.5


Dendrocyne veuf


21


7,8


14


70


32


28,7


-


-


-


-


7.2


11


19.8


Dendrocyne sp


-


-


-


2,5


-


-


-


-


-


-


-


-


-


Oie d'Egypte


1,6


0,2


0,7


1.9


0,4


0.2


-


-


-


-


0.6


1.2


-


Oie de Cambie


1.5


0,7


2,9


1,6


5,5


4.1


-


-


-


28


2,1


19


5,6


Canard Casque


2,5


0,2


1.4


20


9


7,5


-


-


-


-


0,3


2,1


6,5


Ethiopians total


27


9


22


119


48,5


42,6


-


-


-




23.5


46,3


33,8


Grand Total


148


157


487


1004


230


753


-


-


-




238.5


616,7


1147.4



* 1981, 1982, 1983, 1984 information non disponibles.

Tableau 1 : Resultats compares des denombrements dans le bassin moyen du NiQtr (Mali). (An milllort)



encore la presence du Phacochaerus aethiopi-
cus, Cercopithecus aethiops. Cannis adustus et
Crocuia crocuta.



L'AVIFAUNE DU DELTA
INTERIEUR DU NIGER



Comme
nous I'avons
dt)k dil I'avi-
faune du del-
ta compie



X




plus de 350

^^^^ especes. Les

^^J especes pa-

^ ^jfcjiC 16arciiques
"." ^^ \iennent y
passer I'hiver
et repartent en mars pour le Nord. C'est aussi
le lieu de rassemblemeni pour les especes
6thiopiennes qui s'y reproduisent activement
enire deux migrations.



Depuis 1972, le Centre de Recherche
sur la Biologie des Populations d'oiseaux (Mu-
seum National d'Histoire Naturelle France)
puis le Projet de Conservation dans le Delta
Interieur du Niger (MLI-UICN) ont men6
dans le Delta des d6nombrements annuels
quasi reguliers dans le cadre des "mid Winter
duck census (Recensement des canards au
milieu de I'hiver) ^ partir de 1978. Ces de-
nombrements ont et6 compl6t6s par des re-
cherches sur la structure, I'origine, les d6pla-
cements et la dynamique de ces populations.

De toutes ces 6tudes, on pent retenir
(tableau 1) Timportance du Delta pour les mi-
grateurs dont les principales especes sent : la
sarcelle d'ete iAnas quequedula), le Filet (Anas
acuta), le Souchet {Anas clypeata) et le Nyroca
(Ayifiya nyroco). Far mi les nombreuses es-
peces ethiopiennes, on pent citer le Dendro-
cygne fauve (Dendrocyffia bicolor), le Dendro-
cygne veuf (Dendrocygna viduata), I'Oie de
Gamble (Paleclopterus gambiensis), I'Oie d'E-
gypte (Alopochur aegytiaca) et le Canard cas-
que {Sarkidiorius melanotos).



12



HERON GARDE BOEUF
AIGRETTE GARZETTE
HERON BIHOREAU
HERON POURPRE
CIGOGNE BLANGHE
IBIS FALCINELLE
CANARD PI LET
SARCELLE D'ETE
BUSARD DES ROSEAUX
BARGE A QUEUE NOIRE
CHEVALIER SYLVAIN
CHEVALIER COMBATTANT
STERNE HANSEL
STERNE CASPIENNE
TOURTERELLE DES BO IS
BERGERONNETTE PRINTANIERE

TOTAL



I



1. 3



1 I

4 7



o

H
I
1
2
2
9
5
I

10
2
2
3

32
I
9
I
1



6 17 10 82



Tableau 2 Distribution par especes et pays de baguage des bagues d'oiseaux reprises dans le delta interieur du
Niger et recueillis sur place par les missions du C.R.B.P.O. en 1977 et 1978.



C es 6tudes ont montr6 egalement qu'il y
a une relation entre les diff^rentes aires dhi-
vernage des pal6arctiques en Afrique Occi-
dentale. notamment entre la valine du S6n^gal,
celle du Niger et du Lac Tchad.

Dans le delta du fleuve Niger on a pu
dgalement etablir les relations entre la produc-
tion nzicole, les.attaques de criquels et saut6-
riaux el Tabondance de I'avifaune.

Ainsi en bonne ann6e pluvieuse (1Q86)
le nombre des oiseaux est 616v6 parce que la
niche ecologique est plus grande et la nourri-
ture plus abondante (riz).

Cc sont egalement ces annees ou les
saut^riaux sont maitris6s par les oiseaux.
D'une mani^re plus g6n6rale duranl les annees
1972 a 1974, les effectifs 6taienl relativement
bas. De 1977 k 1978, ils ont augmente pro-
bablement du fait de la reduction ou de la dis-


1 3 4 5

Online LibraryFood and Agriculture Organization of the United NaNature et faune : revue internationale pour la conservation de la nature en Afrique = Wildlife and nature : international journal on nature conservation in Africa (Volume 4.1) → online text (page 1 of 5)