Frederic William Henry Myers.

Human personality : and its survival of bodily death (Volume 2) online

. (page 5 of 89)
Online LibraryFrederic William Henry MyersHuman personality : and its survival of bodily death (Volume 2) → online text (page 5 of 89)
Font size
QR-code for this ebook


occurs some hours after the death, but in the middle of the night. It is
in a case of this sort that we can most readily suppose that a " telepathic
impact" received during the day has lain dormant until other excitations were
hushed, and has externalised itself as a hallucination after the first sleep,
just as when we wake from a first sleep some subject of interest or anxiety,
which has been thrust out of our thoughts during the day, will often well
upwards into consciousness with quite a new distinctness and force. But
on the other hand, in the case (for instance) of Mrs. Teale (ii. p. 693),
there is a deferment of some eight hours, and then the hallucination
occurs while the percipient is sitting wide awake in the middle of her
family. And in one of the most remarkable dream-cases in our collection
(given in section 427), Mrs. Storie's experience does not resemble the
mere emergence of a latent impression. It is long and complex, and
suggests some sort of clairvoyance ; but if it be "telepathic clairvoyance,"
that is, a picture transferred from the decedent's mind, then it almost
requires us to suppose that a post-mortem picture was thus transferred, a
view of the accident and its consequences fuller than any which could
have flashed through the dying man's mind during his moment of sudden
and violent death from " the striking off of the top of the skull " by a
railway train.

If once we assume that the deceased person's mind could continue to



712] PHANTASMS OF THE DEAD 19

act on living persons after his bodily death, then the confused horror of the
series of pictures which were presented to Mrs. Storie's view mixed, it
should be said, with an element of fresh departure which there was nothing
in the accident itself to suggest would correspond well enough to what one
can imagine a man's feelings a few hours after such a death to be. This is
trespassing, no doubt, on hazardous ground ; but if once we admit com-
munication from the other side of death as a working hypothesis, we must
allow ourselves to imagine something as to the attitude of the communi-
cating mind, and the least violent supposition will be that that mind is
still in part at least occupied with the same thoughts which last occupied
it on earth. The case cited below (in 744) of the gardener Bard and Mrs.
de FreVille well illustrates this view. And it is possible that there may be
some interpretation of this kind for some of the cases where a funeral
scene, or a dead body, is what the phantasm presents. In the remarkable
case in 664 where a lady sees the body of a well-known London physician
about ten hours after death lying in a bare unfurnished room (a
cottage hospital abroad), the description, as we have it, would certainly
fit best with some kind of telepathic clairvoyance prolonged after death
some power on the deceased person's part to cause the percipient to
share the picture which might at that moment be occupying his own mind.

712. It will be seen that these phenomena are not of so simple a
type as to admit of our considering them from the point of view of
time-relations alone. Whatever else, indeed, a " ghost " may be, it is
probably one of the most complex phenomena in nature. It is a function
of two unknown variables the incarnate spirit's sensitivity and the dis-
carnate spirit's capacity of self-manifestation. Our attempt, therefore, to
study such intercourse may begin at either end of the communication
with the percipient or with the agent. We shall have to ask, How does
the incarnate mind receive the message ? and we shall have to ask also,
How does the discarnate mind originate and convey it?

Now it is by pressing the former of these two questions that we have,
I think, the best chance at present of gaining fresh light. So long as we
are considering the incarnate mind we are, to some extent at least, on
known ground ; and we may hope to discern analogies in some other
among that mind's operations to that possibly most perplexing of all its
operations which consists in taking cognisance of messages from unem-
bodied minds, and from an unseen world. I think, therefore, that " the
surest way, though most about," as Bacon would say, to the comprehension
of this sudden and startling phenomenon lies in the study of other rare
mental phenomena which can be observed more at leisure, just as " the
surest way, though most about," to the comprehension of some blazing
inaccessible star has lain in the patient study of the spectra of the incan-
descence of terrestrial substances which lie about our feet. I am in
hopes that by the study of various forms of subliminal consciousness,
subliminal faculty, subliminal perception, we may ultimately obtain a



20 CHAPTER VII [713

conception of our own total being and operation which may show us the
incarnate mind's perception of the discarnate mind's message as no
isolated anomaly, but an orderly exercise of natural and innate powers,
frequently observed in action in somewhat similar ways.

It is, I say, from this human or terrene side that I should prefer, were
it possible, to study in the first instance all our cases. Could we not
only share but interpret the percipient's subjective feelings, could we
compare those feelings with the feelings evoked by ordinary vision or
telepathy among living men, we might get at a more intimate knowledge
of what is happening than any observation from outside of the details of
an apparition can supply. But this, of course, is not possible in any
systematic way ; occasional glimpses, inferences, comparisons, are all that
we can attain to as yet. On the other hand, it is comparatively easy to
arrange the whole group of our cases in some series depending on their
observed external character and details. They can, indeed, be arranged
in more than one series of this kind the difficulty is in selecting the most
instructive. That which I shall here select is in some points arbitrary,
but it has the advantage of bringing out the wide range of variation in the
clearness and content of these apparitional communications, here arranged
mainly in a descending series, beginning with those cases where fullest
knowledge or purpose is shown, and ending with those where the indica-
tion of intelligence becomes feeblest, dying away at last into vague sounds
and sights without recognisable significance.

713. But I shall begin (see 713 A) with a small group of
cases, which I admit to be anomalous and non-evidential for we
cannot prove that they were more than subjective experiences yet which
certainly should not be lost, filling as they do, in all their grotesqueness,
a niche in our series otherwise as yet vacant. If man's spirit is separated
at death from his organism, there must needs be cases where that separa-
tion, although apparently, is not really complete. There must be subjec-
tive sensations corresponding to the objective external facts of apparent
death and subsequent resuscitation. Nor need it surprise those who may
have followed my general argument, if those subjective sensations should
prove to be dreamlike and fantastic. Here, as so often in our inquiries,
the very oddity and unexpectedness of the details the absence of that
solemnity which one would think the dying man's own mind would have
infused into the occasion may point to the existence of some reality
beneath the grotesque symbolism of the transitional dream.

The transitional dream, I call it, for it seems to me not improbable
remote though such a view may be from current notions that the passage
from one state to another may sometimes be accompanied with some
temporary lack of adjustment between experiences taking place in such
different environments between the systems of symbolism belonging to
the one and to the other state. But the reason why I refer to the
cases in this place is that here we have perhaps our nearest possible



714] PHANTASMS OF THE DEAD 21

approach in M. Bertrand's case the account, but for remoteness, might
have been evidential enough to the sensations of the spirit which is
endeavouring to manifest itself; an inside view of a would-be apparition.
The narratives suggest, moreover, that spirits recently freed from the
body may enjoy a fuller perception of earthly scenes than it is afterwards
possible to retain, and that thus the predominance of apparitions of the
recently dead may be to some extent explained.

714. We have, indeed, very few cases where actual apparitions give
evidence of any continuity in the knowledge possessed by a spirit of
friends on earth. Such evidence is, naturally enough, more often fur-
nished by automatic script or utterance. But there is one case where a
spirit is recorded as appearing repeatedly in guardian angel fashion
and especially as foreseeing and sympathising with the survivor's future
marriage.

The account of this case, given by Mr. E. Mamtchitch, is taken from
the " Report on the Census of Hallucinations " in the Proceedings S. P. R.,
vol. x. pp. 387-91.

ST. PETERSBURG, April 2gfA, 1891.

Comme il s'agira des apparitions de Palladia, je dois dire auparavant quel-
ques mots sur sa personne. Elle e"tait la fille d'un riche proprie"taire russe, mort
un mois avant sa naissance. Sa mere, dans son de"sespoir, voua son enfant
futur au couvent. De Ik son nom, usite* parmi les religieuses. Deux ans apres,
sa mere mourut, et 1'orpheline, jusqu'a 1'age de 14 ans, fut eleve"e dans un
couvent de Moscou par sa tante, qui en e"tait la supeVieure.

En 1870, tant encore e"tudiant a I'universite" de Moscou, je fis la connais-
sance du frere de Palladia, dtudiant comme moi, et il fut souvent question entre
nous de rendre a la socie'te' la nonne malgre soi ; mais ce plan ne fut realise" qu'en
1872. J'dtais venu en e*te* a Moscou, pour voir 1'exposition, et j'y rencontrai par
hasard le frere de Palladia. J'appris qu'il e"tait en train de Fenvoyer en Crime'e
pour cause de sante", et je le secondai de mon mieux. C'est alors que je vis
Palladia pour la premiere fois; elle avail 14 ans; quoique haute de taille, elle
e"tait fort che*tive et de*ja poitrinaire. A la priere de son frere, j'accompagnai
Palladia et sa sceur, Mme. P. S., en Crime'e, ou elles resterent pour passer 1'hiver,
et moi, deux semaines apres, je revins a Kieff.

En e"te" 1873 je rencontrai par hasard Palladia et sa so2ur a Odessa, ou elles
e'taient venues pour consulter les me*decins, quoique Palladia avait 1'air de se
porter assez bien. Le 27 Aout, pendant que je faisais la lecture aux deux
dames, Palladia mourut subitement d'un ane"vrisme, a 1'age de 15 ans.

Deux ans apres la mort de Palladia, en 1875, me trouvant a Kieff, il m'arriva,
par une soiree du mois de De'cembre, d'assister pour la premiere fois a une
stance spiritique ; j'entendis des coups dans la table ; cela ne m'e'tonna nulle-
ment, car j'e'tait sur que c'tait une plaisanterie. De retour chez moi, je voulus
voir si les memes coups se produiraient chez moi ; je me mis dans la meme
pose, les mains sur la table. Bientot des coups se firent entendre. Imitant
le proce'de' dont j'avais e"te* le temoin, je commencai a reciter 1'alphabet ; le nom
de Pa n adia me fut indique". Je fus e'tonne'. presque effraye* ; ne pouvant me
tranquilliser, je me mis de nouveau k la table, et je demandai k Palladia,
qu'avait-elle k me dire? La re"ponse fut : " Replacer Pange, il tombe" Je ne



22 CHAPTER VII [714

compris pas de suite de quoi il s'agissait. Le fait est qu'elle est entente a
Kieff, et j'avais entendu dire qu'on voulait mettre un monument sur sa tornbe*
mais je n'y avals jamais e*te", et je ne savais pas de quel genre e'tait le monument-
Apres cette re"ponse, je ne me couchai plus, et des que le jour parut je me
rendis au cimetiere. Non sans peine, avec 1'aide du gardien, je de*couvris enfin
la tombe enfouie sous la neige. Je m'arretai stupe'fie' : la statue en marbre de
1'ange avec une croix e'tait tout a fait de c6t^.

Depuis ce moment, il me fut prouve* k 1'eVidence qu'il y a un autre monde
avec lequel, je ne sais comment, nous pouvons entrer en rapport, et dont les
habitants peuvent nous donner de telles preuves de leur existence qu'elles
de"sarment le scepticisme le plus tenace.

En Octobre, 1876, je me trouvais a Kieff, et j'dtais en train de m'installer
dans un nouveau logement (rue Prore'snaya) avec mon camarade de service au
Ministere de la Justice, M. Potolof. On venait de m'apporter un pianino. II
fut place" dans la salle, et je me mis a jouer ; il e'tait a peu pres 8 h. du soir ; la
salle ou je jouais e'tait e'claire'e par une lampe pendue au mur. A cote" se trou-
vait mon cabinet de travail, e*claire* aussi par une lampe. Je me rappelle tres
bien que j'e'tais de fort bonne humeur. Mon camarade, M. Potolof, etait occupe"
k sa table, k 1'autre bout du logis. Toutes les portes e"taient ouvertes, et de sa
place il pouvait voir tres bien le cabinet et la salle ou je jouais. 1 Jetant un
regard vers la porte de mon cabinet de travail, je vis tout a coup Palladia. Elle
se tenait au milieu de la porte. un peu de cQt6, avec le visage tourne" vers moi.
Elle me regardait tranquillement. Elle avait la meme robe fonce*e qu'elle por-
tait lorsqu'elle mourut en ma presence. Sa main droite pendait librement.
Je voyais distinctement ses e"paules et sa taille, mais ne me rappelle pas du bas
de son habit, et avais-je vu les pieds ? peut-etre, parce que tout le temps je lui
regardais dans les yeux. En la voyant, j'avais tout a fait oublie' que je voyais
devant moi non une personne vivante, mais morte, tellement je la voyais dis-
tinctement ; elle e'tait e'claire'e de deux c6te"s ; et d'autant plus j'ai la vue tres
bonne. Ma premiere sensation fut un frisson dans le dos. Je fus comme
pe*trifie* et ma respiration fut suspendue ; mais ce n 'e'tait pas un effet cause" par
la frayeur ou 1'excitation, c'eHait quelque chose d'autre. Je puis comparer cela
a la sensation que j'dprouve quand je regarde en bas d'une grande hauteur; je
sens alors une terrible anxidtd et en meme temps je ne puis me retenir de re-
garder, quelque chose m'attire invinciblement. Combien de temps Palladia
resta devant moi, je ne saurais le dire, mais je me rappelle qu'elle fit un mouve-
ment a droite et disparut derriere la porte du cabinet du travail. Je me pre-
cipitai vers elle, mais dans la porte je m'arretai, car alors seulement je me rap-
pelai qu'elle e'tait de"ja morte, et je craignai d'entrer, e"tant stir de la revoir.
Dans ce moment mon camarade vint k moi et me demanda qu'est-ce que
j'avais? Je lui dis ce qui venait de se passer; alors nous entrames au cabinet,
ou nous ne trouvames personne. Mon camarade, ayant entendu la brusque in-
terruption de mon jeu, avait leve" la tte et, tant que je me rappelle, disait avoir
vu aussi quelqu'un passer devant la porte de mon cabinet , mais, voyant mon
excitation, il me dit, pour me tranquilliser, que probablement c'e'tait Nikita,
mon domestique, qui e'tait venu arranger la lampe. Nous allames imme'diate-
ment dans sa chambre, il n'y e'tait pas ; il e'tait en bas, dans la cuisine, ou il

1 A plan enclosed shows a suite of four rooms, M. Potolof 's study, the ante-room, the
drawing-room, and M. Mamtchitch's study, all opening into one another, the three doors
between them being in one straight line.



714] PHANTASMS OF THE DEAD 23

prdparait le samovar. Voila comment je vis Palladia pour la premiere fois,
trois ans apres sa mort.

Apres la premiere apparition de Palladia, en Octobre, 1876, et jusqu'a
present, je la vois souvent. II arrive que je la vois trois fois par semaine, ou
deux fois le meme jour, ou bien un mois se passe sans la voir. En re'sume',
voila les traits principaux de ces apparitions.

(1) Palladia apparait toujours d'une fa9on inattendue, me prenant comme
par surprise, juste au moment quand j'y pense le moins.

(2) Quand je veux la voir moi-meme, j'ai beau y penser ou le vouloir elle
n' apparait pas.

(3)": A de rares exceptions, son apparition n'a aucun rapport avec le courant
de ma vie, comme presage ou avertissement de quelqu' e've'nement insolite.

(4) Jamais je ne la vois en songe.

(5) Je la vois e'galement quand je suis seul, ou en grande compagnie.

(6) Elle m'apparait toujours avec la meme expression sereine des yeux ;
quelques fois avec un faible sourire. Elle ne m'a jamais parle", a 1'exception de
deux fois, que je vais raconter plus loin.

(7) Je la vois. toujours dans la robe fonce'e qu'elle portait lorsqu'elle mourut
sous mes yeux. Je vois distinctement son visage, sa tete, les e"paules et les
bras, mais je ne vois pas ses pieds, ou plutot je n'ai pas le temps de le
examiner.

(8) Chaque fois, en voyant Palladia inopine'ment, je perds la parole, je sens
du froid dans le dos, je palis, je m'e'crie faiblement, et ma respiration s'arre'te
(c'est ce que me disent ceux qui par hasard m'ont observe* pendant ce moment),

(9) L'apparition de Palladia se prolonge une, deux, trois minutes, puis
graduellement elle s'efface et se dissout dans 1'espace.

A present je vais de'crire trois cas d'apparitions de Palladia dont je me
souviens bien.

(1) En 1879, a la fin de Novembre, a Kieff, j'e*tais assis a mon bureau a
e'crire un acte d'accusation ; il e"tait 8^ du soir, la montre e"tait devant moi sur
la table. Je me hatais de finir mon travail, car a 9 h. je devais me rendre a une
soire'e. Tout a coup, en face de moi, assise sur un fauteuil, je vis Palladia; elle
avait le coude du bras droit sur la table et la tete appuye'e sur la main.
Mutant remis de mon saisissement, je regardai la rnontre et je suivis le mouve-
ment de 1'aiguille a seconde, puis je relevai les yeux sur Palladia; je vis qu'elle
n'avait pas change" de pose et son coude se dessinait clairement sur la table.
Ses yeux me regardaient avec joie et se're'nite' ; alors pour la premiere fois je me
de'cidai de lui parler : " Que sentez-vous a present ? " lui demandai-je. Son
visage resta impassible, ses levres, tant que je me rappelle, resterent immobiles,
mais j'entendis distinctement sa voix prononcer le mot " Quietude." " Je com-
prends," lui rdpondis-je, et effectivement, en ce moment, je comprenais toute la
signification qu'elle avait mise dans ce mot. Encore une fois, pour etre sur que
je ne revai pas, je regardai de nouveau la montre et je suivis les mouvements de
1'aiguille a seconde; je voyais clairement comme elle se mouvait. Ayant rap-
porte" mon regard sur Palladia, je remarquai qu'elle commen9ait d6ja a s'effacer
et disparaitre. Si je m'e'tais avise" de noter imme'diatement la signification du
mot " Quietude," ma mdmoire aurait retenu tout ce qu'il y avait de nouveau et
d'e'trange. Mais a peine avais-je quitte* la table pour monter en haut, chez mon
camarade Apouktine, avec lequel nous devions aller ensemble, que je ne pus
lui dire autre chose que ce que je viens d'e'crire.

(2) En 1885, je demeurais chez mes parents, a une campagne du gouverne-



24 CHAPTER VII [714

ment de Poltava. Une dame de notre connaissance e*tait venue passer chez
nous quelques jours avec ses deux demoiselles. Quelque temps apres leur
arrived, m'e'tant reVeille* a 1'aube du jour, je vis Palladia (je dormais dans une
aile se'pare'e ou j'^tais tout seul). Elle se tenait devant moi, a cinq pas a peu
pres, et me regardait avec un sourire joyeux. S'e"tant approche*e de moi, elle
me dit deux mots: "J'ai e"te", j'ai vu," et tout en souriant disparut. Que vou-
laient dire ces mots, je ne pus le comprendre. Dans ma chambre dormait avec
moi mon setter. Des que j'ape^us Palladia, le chien he*rissa le poil et avec
glapissement sauta sur mon lit ; se pressant vers moi, il regardait dans la direc-
tion ou je voyais Palladia. Le chien n'aboyait pas, tandis que, ordinairement,
il ne laissait personne entrer dans la chambre sans aboyer et grogner. Et
toutes les fois, quand mon chien voyait Palladia, il se pressait aupres de moi,
comme cherchant un refuge. Quand Palladia disparut et je vins dans la
maison, je ne dis rien a personne de cette incident. Le soir du meme jour, la
fille aine*e de la dame qui se trouvait chez nous me raconta qu'une chose dtrange
lui e"tait arrived ce matin : " Mutant reVeiltee de grand matin," me dit-elle, "j'ai
senti comme si quelqu'un se tenait au chevet de mon lit, et j'entendis distincte-
ment une voix me disant: ' Ne me crains pas, je suis bonne et aimante.' Je
tournai la tete, mais je ne vis rien ; ma mere et ma soeur dormaient tranquille-
ment; cela m'a fort e"tonne"e, car jamais rien de pareil ne m'est arrive"." Sur
quoi je re"pondis que bien des choses inexplicables nous arrivent; mais je ne lui
dit rien de ce que j'avais vu le matin. Seulement un an plus tard, quand j'tais
ddja son fiance, je lui fis part de 1'apparition et des paroles de Palladia le meme
jour. N'e"tait-ce pas elle qui e"tait venue la voir aussi ? Je dois ajouter que
j'avais vu alors cette demoiselle pour la premiere fois et que je ne pensais pas
du tout que j'allais l'e*pouser.

(3) En Octobre, 1890, je me trouvais avec ma femme et mon fils, age" de
deux ans, chez mes anciens amis, les Strijewsky, a leur campagne du gouverne-
ment de Woroneje. Un jour, vers les 7 h. du soir, rentrant de la chasse, je
passai dans 1'aile que nous habitions pour changer de toilette; j'e"tais assis dans
une chambre e*claire"e par une grande lampe. La porte s'ouvrit et mon fils Ole'g
accourut; il se tenait aupres de mon fauteuil, quand Palladia apparut tout a
coup devant moi. Jetant sur lui un coup d'ceil, je remarquai qu'il ne de"tachait
pas les yeux de Palladia; se tournant vers moi et montrant Palladia du doigt,
il prononca : " La tante." Je le pris sur les genoux et jetai un regard sur
Palladia, mais elle n'e'tait plus. Le visage d'Oleg e"tait tout a fait tranquil et
joyeux ; il commencait seulement a parler, ce qui explique la denomination
qu'il donna a Palladia. EUGENE MAMTCHITCH.

Mrs. Mamtchitch writes :

5 Mai, 1891.

Je me rappelle tres bien que le 10 Juillet 1885, lorsque nous e"tions en visite
chez les parents de M. E. Mamtchitch, je m'e*tais reVeill^e a 1'aube du jour, car
il avait die" convenu entre moi et ma soeur que nous irions faire une promenade
matinale. M'e'tant souleve"e sur le lit, je vis que maman et ma soeur dormaient,
et en ce moment je sentis comme si quelqu'un se tenait a mon chevet. M'e'tant
tourn^e a demi car je craignais de bien regarder je ne vis personne ; m'e'tant
recouche"e, j'entendis imme'diatement, derriere et au dessus de ma tete, une
voix de femme me disant doucement, mais distinctement : " Ne me crains pas,
je suis bonne et aimante," et encore toute une phrase que j'oubliai a 1'instant
meme. Immediatement apres je m'habillai et j'allai me promener. C'est



714] PHANTASMS OF THE DEAD 25

Strange que ces paroles ne m'effrayerent pas du tout. De retour, je n'cn dis
rien ni a ma mere, ni a ma sceur, car elles n'aimaient pas de telles choses et
n'y croyaient pas ; mais le soir du meme jour, comme la conversation tourna sur
le spiritisme, je racontai a M. M. ce qui venait de m'arriver le matin ; il ne me
re'pondit rien de particulier.

Je n'ai jamais eu aucune hallucination, ni avant, ni apres cet incident, k
Texception d'un cas tout rdcent, quand je me suis vue moi-meme, de quoi je
parJerai une autre fois. SOPHIE MAMTCHITCH.

Mr. Potolof writes to the collector, Mr. Aksakoff :

RUE SCHPALERNAYA, 26. S. PETERSBOURG, It IO Mai, 1891.

MONSIEUR, En re'ponse a votre lettre du 8 Mai et les questions que vous
me posez relativement a 1'incident avec M. E. Mamtchitch, lorsque dans les
anne"es 1876-77 nous habitions ensemble Kieff. rue Proresnaya, maison
Barsky, je puis vous communiquer ce qui suit. Effectivement, je fus alors
te'moin comme M. M., pendant qu'il jouait un soir du piano quelque air me'lan-
colique, s'interrompit brusquement (comme si apres avoir fortement attaque' le
clavier, ses mains s'e"taient subitement affaisse'es), et lorsque je vins lui demander
ce qui lui e'tait arrive', il me re'pondit qu'il venait de voir apparaitre le fantSme
de Palladia, se tenant derriere la draperie de la porte de la chambre contigue
a celle ou se trouvait le piano. Je dois ajouter que notre appartement commun
formait une enfilade de trois chambres, sans compter celle de I'entre'e, qui
occupait le milieu ; je travaillais dans ma chambre, qui e'tait a droite de celle de
I'entre'e, et je pouvais voir toute 1'enfilade bien e'claire'e. Ce qui me regarde
personnellement, je ne vis en ce moment aucune figure humaine passer par les
chambres de M. M., mais je ne nie pas que pour le tranquilliser j'essayai
d'expliquer cet incident par 1'entree de notre domestique Nikita; il se peut
aussi que, ne 1'ayant pas trouve' dans nos appartements, nous allames le chercher



Online LibraryFrederic William Henry MyersHuman personality : and its survival of bodily death (Volume 2) → online text (page 5 of 89)