Jules Guiffrey.

Histoire de la tapisserie online

. (page 35 of 40)
Online LibraryJules GuiffreyHistoire de la tapisserie → online text (page 35 of 40)
Font size
QR-code for this ebook


31



Digitized by



Google



482 HISTOIRE DE LA TAPISSERIE



ESPAGNE



Madrid. — La manufacture de Santa -Barbara, a Madrid, vit
encore. La fabrication, suspendue en 1808, lors de Toccupation de
TEspagne par les armees frangaises, fut reprise en 1815, apr6s le
retour des Bourbons. Depuis cette dpoque, Tatelier s'est confine
dans Tex^cution des tapis de pied.

II est actuellement dirige par M. Gobino Stuyck, descendant par
alliance de ce Jacob van der Goten qui fonda, vers 1720, T^ta-
blissement de Santa-Barbara. Les metiers, installes dans un local
conc^d^ gratuitement par I'fitat, sont simplement soumis a la
redevance annuelle d*un certain nombre de tapis pay^s d'apr6s un
tarif fixd a Tavance. Ces renseignements ont ^te recueillis par
M. Darcel dans un recent voyage en Espagne.

ANGLETERRE

Une tentative vient d'etre faite en Angleterre, sous le patronage
du prince de Galles, pour reprendre les glorieuses traditions de
Mortlake. Une vingtaine de tapissiers ont ^te appeles d'Aubusson;
mais cette fondation remonte a trop peu d'ann^es pour qu'il soit
possible de pressentir les resultats qu'on en doit attendre.

Actuellement, a part les manufactures de Londres et de Rome,
dont Tavenir est loin d'etre assure, et quelques entreprises parti-
culieres comme celle de Vienne, Tart de la tapisserie a ses princi-
paux representants en France, aux Gobelins et a Aubusson. Seule
la Belgique fait aujourd'hui d'^nergiques efforts pour rivaliser avec
nous sur le terrain de ses plus glorieux triomphes.

Voici done plus de six siecles que la haute lice est pratiqufe a
Paris, presque sans interruption, avec di verses alternatives de suc-
ces etde revers. Quel pays, quelle ville pourrait invoquer une tra-
dition aussi ancienne, aussi respectable?



Digitized by



Google



APPENDICE



SUR LE COMMERCE ET LE PRIX DES TAPISSERIES



Nous voudrions terminer cette 6tude historique par quelques
mots sur le trafic des tapisseries, accompagnfe de conseils aux ama-
teurs. L'ex^cution d'un pareil plan ne va pas sans de serieuses
difficultes. Est-ce une raison suffisante pour nous interdire de
presenter quelques observations, fruit d'etudes et de reflexions
qui remontent a une date deja ancienne?

Le goilt des meubles anciens, la passion pour les moindres ves-
tiges de Tart et de Tindustrie des siecles passes a remis les vieilles
tapisseries en faveur. Ce retour vers un mode de d^oration long-
temps neglige a produit un r^sultat curieux. Les fabricants de
tentures, obliges de se conformer aux caprices du public, ont dii
adopter pour leurs modeles des tons ternes et rompus se rappro-
chant autant que possible de la coloration des pieces exposes a
Tair et a la lumiere depuis un siecle ou deux. Une tapisserie neuve
n'est prisee qu'autant qu'elle ressemble a une vieille. On devine
les consequences de cet engouement. Avant peu, ces tissus, dans
lesquels n'entre aucun ton franc et durable, deviendront com-
plStement incolores. Esperons qu'un nouveau revirement dans le
godt du public ne tardera pas- a faire justice du travers actuel, et
qu'on reviendra bientdt a la notion des veritables regies decora-
tives.

Un des grands inconvenients de cette m^connaissance des lois les
plus ei^mentaires de Tart ornemental est de produire des confusions
trop faciles entre les produits anciens et les produits modernes.



Digitized by



Google



484 HISTOIRE DE LA TAPISSEIJIE

Les belles tenlures etant d'un prix eleve, on congoit que cer-
tains intermedial res ont grand interet a induire le client en erreur
sur Tage de leurs marchandises. Empressons-nous d'ajouter qu'un
examen attentif joint a une certaine experience dejouera facilement
les supercheries. En regardant a Tenvers d'une piece on verra bien
vite s'il offre la meme coloration que Tendroit, si par consequent
les couleurs exposees au jour se sont eteintes, tandis que la
face preservee par Tobscurite, et sou vent par une doublure, a con-
serve la vivacite premiere des tons. On congoit, en effet, sans
peine que les tapisseries tissees de nos jours a I'imitation des an-
ciennes presentent le meme aspect, la mSme tonalite sur leurs
deux faces.

Arrivons aux tapisseries anciennes. II est de toute impossibilite ,
on le concevra, de poser a leur egard des regies fixes, inva-
riables. Leur valeur, leur prix depend essentiellement de leur
finesse, de leur etat, de leur date, et aussi des circonstances et
des milieux dans lesquels elles sont mises en vente. La question
d'origine, la marque, n a le plus souvent qu'une mediocre in-
fluence sur le cours. II ne faudrait pas croire cependant qu'une
signature soit tout a fait indifierente au public, quand elle certifie
une extraction illustre. Mais que de pieces mises par les experts
a Tactif des tapissiers des Gobelins dont ils seraient bien embarras-
ses de justifier Tattribution !

La valeur commerciale (Fune tapisserie resultant de sa qua-
lite plus que de sa provenance, il devient inutile de passer en
revue toutes les marques, dont la plupart restent encore inex-
pliquees.

II est un point sur lequel on ne saurait trop insister. Toute
proportion gardee, une tapisserie vaut surtout en raison de son
etat de conservation. Aussi tout Tart du marchand peu scrupu-
leux s'applique-t-il a rendre aux vieilles tentures fatiguees et
passees de ton une apparence de fraicheur. Ces dehors trom-
peurs ne soutiennent pas un examen minutieux. Mais, dans
les ventes publiques, les tapisseries etant g^ndralement pendues
tres haut, hors de la portee de la main et presque de Toeil, il est
souvent malaise de verifier Tetat exact d'une piece. I^s colora-
tions eflacees sont ravivees par des applications de peinture a
Teau ou au pastel; les dechirui'es sont habilement dissimulees
par des coutures iiivisibles ; les trous sont bouches avec des



Digitized by



Google



APPENDICE 485

morceaux provenant d autres tenlures ou m6me avec de I'etoffe
peinte. Enfin telle piece offre de loin Taspect le plus seduisant qui
est remplie de defauts quand on I'examine de prfes. Aussi, en
thfese generate, ne doit- on acheter une tapisserie en vente publique
qu'avec les plus grandes precautions. II est souvent bien plus
avantageux de s'adresser a un marchand loyal, tout en payant un
prix un pen plus eleve, que de s'exposer aux surprises que nous
venons de signaler.

Certaines couleurs ont sur la laine une action corrosive ;
teUes sont les teintures foncees ou noires. Aussi les parties
ombrees sont-elles gen^ralement plus malades que les autres.
A celles-la done il faut d'abord appliquer toute son attention.
Les teintes claires, les demi-tons, les violets passent rapi-
dement a la lumiere ; si une piece offre des roses ou des
violets d'une conservation remarquable, il y a bien des chances
pour que Teffet soit obtenu a Taide dlngredients habilement
employes.

Aussi ne saurait-on assez le repeter aux acheteurs de ta-
pisseries : examinez avec le soin le plus minutieux les pieces
qui semblent se recommander par un etat de conservation ex-
traordinaire. Et encore faut-il reconnaitre que Tobjet qui nous
occupe est, dans le commerce de la curiosite, celui qui pr6te
le moins par sa nature meme a la falsification. Les faussaires
trouveront grand avantage a fabriquer des faiences, des verre-
ries, des bronzes, des bijoux ou des meubles qu'ils chercheront
a presenter comme anciens a Taide de procedes bien connus,
presque tombes maintenant dans le domaine public. Mais, si
Ton arrive a restaurer plus ou moins adroitement une tapis-
serie en mauvais etat, il est impossible de fabriquer a pen de
frais une tenture des Gobelins ou m^me une simple verdure.
La contrefaQon moderne coiiterait plus cher que Toriginal.

Une des raisons, en effet, qui font rechercher avec tant d'avi-
dite les vieilles tentures, c'est que le prix de revient d*une piece
neuve est la plupart du temps bien plus eleve que celui d'une
tapisserie ancienne.

Defiez-vous beaucoup des occasions trop avantageuses. On
achete souvent un panneau delabre pour un prix minime,
dans Tintention de le faire restaurer; on ne tarde pas a s'aper-
cevoir quMl y aurait eu serieuse economie a prendre une piece en



Digitized by



Google



486 HISTOIRE DE LA TAPISSERIE

bon etat en la payant a sa juste valeur, sans compter que rien n'est
aussi rare qu'une bonne restauration.

Telles sont les observations generales auxquelles donnent lieu
Tachat et le commerce des tapisseries. Nous allons les faire suivre
de quelques indic^itions sur le cours de cette marchandise depuis
une trentaine d'annees, mais apres avoir fait remarquer de nou-
veau que les circonstances exterieures, la politique, la saison,
exercent une influence considerable sur les prix. Telle piece payee
fort cher dans une vente bien preparee et annoncee avec retentisse-
ment, subira une depreciation enorme si elle se presente modeste-
ment entour^ d'un mobilier sans valeur. II faut encore tenir
grand compte des surprises.

Les dimensions d'un panneau exercent enfm une influence
directe et considerable sur son prix. Nos appartements bas et
exigus ne comportent pas le developpement de grandes scenes
mythologiques. Aussi les pieces de proportions restreintes, a pe-
tits personnages , sont-elles bien plus recherchees que les vastes
machines historiques ou allegoriques qui atteignent souvent cinq et
six metres de largeur sur quatre de hauteur. II faut un hotel et
presque des galeries construites exprSs pour recevoir de pareilles
tentur^s. Les prix sont done frequemment en raison inverse de
la dimension des panneaux.

II arrive souvent que les tapisseries anciennes ont ete longtemps
a la poussiere; les couleurs sont ternes, Taspect general gris et
sale. II suffira, dans ce cas, pour leur rendre leur vivacite pre-
miere, deles laver a grande eau ; tous les marchands, d'ailleurs,
et tous les rentraiteurs sont au fait de ces operations. L'eau claire
est preferable a toutes les drogues. II est bon aussi de faire pas-
ser les tissus de laine, et en particulier les tapisseries, a la vapeur
d'eau pour tuer les germes d'insectes, dont il est tres difficile
de se debarrasser une fois qu'ils ont ^lu domicile dans une
piece.

Nous pourrions developper encore ces observations ; mais comme,
en pareille matiere, rien ne remplace Texperience personnelle et les
fails, nous passerons a Tobjet principal de cet appendice, c'est-
a-dire aux prix atteints par les tapisseries dans les adjudications
publiques depuis un certain nombre d'annees.

La vente des tapisseries provenant de la succession du roi Louis-



Digitized by



Google



APPENDICE 487

Philippe, vente qui eul lieu le 28 Janvier 1852, au domaine de
Monceaux, donnera une idfe du peu d'estime qu'on attachait aux
suites les plus fines et les plus pr^cieuses, il y a une trentaine
d'anndes a peine. Les heritiers du roi d^trdne rachet6rent-ils ces
debris de la succession paternelle? Je Tignore. Dans tous les cas,
il ne se trouva pas de concurrent s^rieux pour leur disputer ces
admirables objets d'art, qui atteindraient aujourd'hui un chiffre dix
ou vingt fois superieur. Voici les principaux articles de cette vente
memorable ♦:



N® 1.. Dix pieces repr^sentant les Chasses de la maison de Guise (ou les
Belles Chasses de Maximilien), Passons la description, fort sujette
k critique, ce qui ne doit pas ^tonner. Ces pieces mesuraient
4 m. 25 c. de hauteur sur 43 m. 60 c. de cours. EUes furent ven-
dues ensemble 6,200 fr., soit en moyenne 620 fr. Tune. Lanouvelle
salle h manger du chateau de Chantilly, on Ta d6'}h dit, est d^cor^e
de plusieurs panneaux appartenant h cette suite. Peut-6tre pro-
viennent-ils de la succession du roi Louis-Philippe.

2. Dix pieces repr^sentant les Travaiix des Mois (dits les Mois de Lucas,

avec Janus pour Janvier, etc.). Les costumes des personnages re-
hauss^s d'or. Hauteur, 3 m. 50 c. ; largeur des dix pi^ce*, 43 m.
50 c. Vendues ensemble 6,210 fr.

3. Une pi^ce des Gobelins, la Toilette de V^us, figures demi-nature.

H. 3 m. 45 c, L. 5 m. 25 c. — 205 fr.

4. Offrande a Bacchus, tapisserie des GobeHns. H. 2 m. 85 c, L. 4 m.

35 c. — 212 fr.

5. Deux pieces des Gobelins, d'apr^s des compositions de Raphael, du

commencement du xvn® sifecle. H. 3 m. 65 c, L. 8 m. 90 c. —
1,550 fr.

6. Cinq pieces des Gobelins repre^sentant les Conqudles de Louis XIV

(suite qui ne doit pas 6tre confondue avec VHisloire du roi). EUes
repr^sentent la prise de Doesbourg, la prise de BesanQoii, Messine
secourue par le due de Vivonne, la sortie de la garnison de Gand,
la sortie de la garnison de D61e. H. 4 m. 62 c, L. 25 m. 65 c. pour
les cinq pieces. — 1,940 fr.

7. Quatre panneaux des Gobelins representant le Triomphe de Vdnus,

avec riche bordure. H. 3 m. 30 c, L. 13 m. 20 c. — 1,081 fr.



Digitized by



Google



488 HISTOIRE DE LA TAPISSERIE

8. Six pieces des Gobelins, fin du xvii*' si^cle, repr^sentanl des Sujels
chinois. H. 4m. 20 c, L. des six pieces, 16 m. 90 c. — 4,li5 fr.
Nous passons sous silence plusieurs tapisseries sur canevas.

il. Deux pieces des Gobelins de T^poque de Louis XIV : Faune et Bac-
chante, et Offrande a V^nrxs. H. 3 m. 65 c, L. 5 m. 85 c. —
760 fr.

12. Deux pieces des Gobelins, xviii® sieele, h Sujets tares, H. 3 m. 60 c,

L. 6 m. 05 c. — 921 fr.

13. Deux tapisseries h Sujets chinois. Dimensions : 3 m. 55 c. X 6 m.

20 c. —1,250 fr.

14. Six panneaux sujets d'arabesques (probablement les tapisseries d*apr6s

B^rain). H., 3 m. et 3 m. 55 c, L. 22 m. 40 c. pour les six
panneaux. — 3,700 fr.

15. Trois pieces des Saisons, sans le Printemps, attribuees aux Gobelins.

3 m. 60 c. X 16 m. 85 c. — 1,900 fr.

16. Six pieces de tapisserie de Flandre, fin du xvi« si^cle, repr^sentant

un Couronnement. H.4m.x26m. 25 c. — 2,000 fr.

17. Huit pieces de tapisserie de Flandre, repr^sentant VHistoire d'AchiUe,

d'apr^s les cartons de Rubens. H. 4 m., L. 27 m. 50 c. —
1,150 fr.

18. Six grandes tapisseries de Flandre, repr^sentant des Chasses dans de

grands paysages, fin du xvi« sieele. H. 3 m., L. 22 m. 95 c. —
800 fr.

19. Sept tapisseries de Flandre, repr^sentant des Enfants nits et jouant.

Elles provenaient du ch^eau d'Eu. H. 2 m. 70 c. , L. 20 m. 30 c.

— 2,120 fr.

20. Cinq sujets flamands, tapisseries des Gobelins (d'apr^s Teniers).

H. 3 m. 40 c, L. 15 m. 10 c. — 3,525 fr.

21. Une piece des Gobelins, xvii« sieele : Depart d'un gxierrier. H. 3 m.

45 c. X 3 m. 80 c. — 150 fr.

22. Cinq panneaux en tapisserie de Flandre, ^poque Louis XIII, repr6-

sentant les Mofs, figures par des personnages petite nature. 11. 3 m.
90 c., L. 30 m. — 1,830 fr.

23. Une pi^ce des Gobelins, repr^sentant des Attributs de musique, en-

' trem616s d'arabesques, temps de Louis XIV. H. 3 m., L. 2 m. 70 c.

— 410 fr.



Digitized by



Google



APPENDICE 489

24. Sept panneaux de la fabrique des Gobelins, repr^sentant les Annes
des Choiseul, se d^tachant sur un fond de ciel et support^es par
des aigles. H. 3 m. 70 c, L. 22 m. 95. — 1,040 fr.

Avions-nous tort de dire que les tapisseries vendues en 1852
valent aujourd'hui dix ou vingt fois plus, ou mSme davantage?
Un tapis de la Savonnerie fut proportionnellement paye beau-
coup plus cher que les tentures. II mesurait 8 metres 80 cen-
timetres sur 21 metres 60 centimetres, et fut pousse jusqu'a
5,650 francs.

Si nous rapprochons de ces prix invraisemblables les adjudica-
tions recentes, Tecart est effrayant. N'a-t-on pas vu recemment,
en 1884, a la vente du baron de Gunzbourg, cinq pieces de This-
toire de don Quichotte, et qui n'etaient pas de quality superieure,
poussees jusqu'a 140,000 francs. A la meme vente, les douze
bandes des Mois grotesques, d'Audran, d'une proportion qui rend
leur placement tres difficile, atteignaient 62,000 francs. Nous
sommes loin, comme on voit, des prix de 1852.

II n'est guere de semaine, pendant la saison d'hiver, ou il ne
se vende plusieurs series de tapisseries. Beaucoup sont fort com-
munes et se maintiennent a des prix assez bas. C*est celles-la
surtout qu'il faut examiner avec un soin minutieux avant de se
laisser aller a la tentation.

Le d^pouillement des adjudications faites depuis une vingtaine
d'annees nous a permis de dresser une liste des principales tentures
mises en vente pendant cette p^riode. Nous allons en extraire les
articles les plus caracteristiques. Le lecteur verra que les prix n'ont
cesse de suivre une marche ascendante.

En 1862, deux pieces de VHisioire de don Quichotte, attributes aux tapis-
siers des Gobelins, sont vendues 500 fr. seulement.

1863 : Une Adoration des Mages , avec bordures h arabesques ( H. 3 m. 40 c,

L. 7 m. 30 c). — 980 fr.
Quatre portieres en tapisserie de Beauvais, avec les attributs de la

Musique, de la Danse, de la Chasse et de la Peche (2 m. 50 c. X

2 m. 50 c). — Acquises pour 8,000 fr. par le marquis d'Hert-

ford.
Le Retour de la pSche^ d*apres Teniers, panneau du temps de

Louis XIV (2 m. 50 c. X 4 m.). — 1,560 fr.



Digitized by



Google



490 HISTOIRE DE LA TAPISSERIE

Un panneau renfermant le Portrait de Lekain, en costume d'hospo-
dar valaque, tapisserie de Beauvais (3 m. 70 c. X 6 m. 10 c). —
3,140 fr.

1866 :Les Plaisirs de la pSche, d'apr^s Boucher, tapisserie de Beauvais
(3 m. 55 c. X 3 m. 30 c). — 3,050 fr.

Six tapisseries de la collection Castellani, repr^sentant la Mots-
son, les Vendanges, Neptune y le Pamasfie, Diane et VOffrande
d V6nu8, de 3 m. 45 c. de hauteur, et variant de 2 m. 60 c. k
5 m. 35 c. de large, vendues 2,300, 2,500 et 4,200 fr. Detail
curieux, c*est la pi6ce la plus 6troite qui atteint le prix le plus
61ev6.

A la m6me vente, huit sujets all^oriques composes de groupes
d*Amours, de guirlandes de fruits, etc. (H. 2 m. 90 c, L. 2 m. 65 c),
vend us ensemble 6,408 fr.

1871 : Deux tapisseries des Gobelins, Fites indiennes, d'apr^s Berain (12 m.
de cours sur 3 m. de haut), vendues 15,000 fr.
Cinq tapisseries flamandes. Scenes villageoises , d'apr^s Teniers. —
4,405 fr.

1872 : Tapisserie de Beauvais, sujet champ6tre dans la mani^re de Boucher.

— 3,420 fr.

Quatre Sujets pastoraux de T^poque de Louis XV (2 m. 85 c. X 12 m.).

— 5,500 fr.

Quatre pieces h m^daillons ovales renfermant des Sujets pastoraux
encadr^s d'ornements et de guirlandes de fleurs. — 2,800 fr.

Cinq pieces des Gobelins, sujets des Mois de Lucas, avec la signature
L. F. (Le F^vre). — 11,400 fr.

Grande tapisserie des Gobelins, Reunion dans un pare, avec la si-
gnature de Boucher (H. 3 m. 20 c, L. 5 m. 55 c). — 12,000 fr.

Deux autres plus ^troites, de la m^me suite. — 17,000 fr.

Panneau en tapisserie de Beauvais, repr^sentant le Renard et Ics
Raisins, sign^ Besnier et Oudry, a Beauvais, 1750. — 830 fr.

Les Forges de Vulcain, tapisserie des Gobelins (2 m. 80 c. X 3 m.
80 c.). — 1,520 fr.

Cinq tapisseries k sujets de chasses et bordures d'ornements. —
10,000 fr.

Trois verdures, avec animaux. — 1,200 fr.

1873: Quatre pieces h fond blanc, m^daillons k sujets champ6tres, dans le
style de Boucher. — 4,590 fr.
La Cueillette des pommes, d'apr^s Lancret (H. 3 m. ^ c, L. 5 m.).

— 5,000 fr.



Digitized by



Google



APPENDICE 491

Le Concert insirumenicU , d'apr^s Lancret, attribu^ aux Gobelins

(H. 4 m. 25 c, L. 1 m. 58 c). — 4,000 fr.
Trois sujets turcs, d'apr^s Leprince : le Jardin des siUianes, la

PSche, CoUaiion des sultanes (2 m. 60 c. X 40 m. 55 c). —

7,000 fr.
Quatre verdures d*Aubusson, avec oiseaux, torrents, fleurs, villas,

grands arbres, sign^es M. R. d^AiUmsson, F. Picon. — 4,900 fr.
Tapisseries d'Aubusson Louis XV, sign^es Roby lejeune, savoir : un

panneau principal, huit panneaux de diverses largeurs, un dessus

de porte et deux panneaux tr^s ^troits. — 44,700 fr.
Six tapisseries des Gobelins, d'apr^s Berain : \e^ Danseuses de corde,

V Elephant et les Danseuses, le Dompieur d'animaux, les Danseurs,

0/prande a Bacchus, le Concert, — 46,005 fr.
Huit fauteuils et un canap6 en tapisserie des Gobelins, du temps de

Louis XIV, d*un tr^s beau caract^re, avec des bois superbes (vente

de I'ex-duc de Parme). — 38,745 fr.

4874 : Cinq tapisseries k sujets champ^tres dans le style de Teniers. —
7,600 fr.
Les Armes de France et de Navarre, soutenues par deux figures de

Victoire, grande pi^ce. — 4,065 fr.
Retour de chasse, — 5,250 fr.

4875: Quatre tr^s grandes tapisseries flamandes, representant les Quatre
Saisons (vente S^chan). — 25,000 fr.

Quatre pieces au petit point, provenant de Tancien chateau de Bercy
(m^me vente). — 45,600 fr. — Nous donnons ce chiffre comme un
specimen des prix ^lev^s atteints dans les grandes ventes par les
tapisseries au point.

Grande tapisserie deFlandre, signee J. V, Borght, A. Castro, re-
hauss^e d'or et d'argent. — 3,705 fr.

Portiere des Gobelins, 6poque Louis XIV. — 6,060 fr.

Deux panneaux k sujets, de B6rain. — 2,400 fr.

Deux panneaux en tapisserie de Beauvais. — 4,900 fr.

Ces quatre derni^res pieces faisaient partie de la collection du prince
Galitzin.

Cinq tres grandes tapisseries, dont deux portent la signa-
ture M, R, D. A. Fourgaud de la Vergne, fecit, f788 : scenes de
YHistoire d'Esther, — 43,570 fr.

4876 : Le Triomphe du Commerce et de V Industrie, grande pi^ce des Gobe-
lins, ^poque de Louis XIV. — 3,500 fr.
Triomphe romain, tapisserie flamande. — 2,650 fr.



Digitized by



Google



492 HISTOIRE DE LA TAPISSERIE

A la vente du chateau de Vaux-Praslin, trois tapisseries de Beauvai.s
sont payees 26,000 fr. Les autres pieces de la m^me collection sont
adjugees h 9,350, 8,200, 3,000, 2,900 et 2,620 fr.

Huit tapisseries k sujets, d'apres Teniers, signees D. Leyniers, ven-
dues 5,150, 4,950, 4,620, 4,000, 2,800, 2,600, 2,600 et 1,254 fr.

1877 : La vente de Berwick et d'Albe comprenait une suite unique de tapis-
series flamandes, dont les principales sont reproduites en photo-
gravure au catalogue. Le Bapteme du Christ fut acquis pour le
baron Erlanger au prix de 34,900 fr. On assure que les autres pieces
mises en vente furent rachet^es par le propri^taire. Voici les prix
qu'elles atteignirent :

La Priere aujardin des Oliviers, — 18,000 fr.

Le Chemin de la croix, — 25,000 fr.

Le Calvaire, — 25,000 fr.

Les Vicloires du due d'Albe, — 9,000, 8,000 et 5,000 fr.

Ces tapisseries sans doute sont fort curieuses et tres int^ressantes
pour rhistorien, mais elles feraient assez triste figure dans un
appartement moderne.

Quatre pieces de la tenture des Indes (Gobelins), signees Desporles
et Le Blond, 1753. — 24,500 fr.

Jntdrieur du XV I^ siecle, tapisserie du temps de Louis XIV (d'apres
le catalogue). — 5,000 fr.

Cinq tapisseries de Bruxelles, des ateliers de P. van Iledce. —
12,650 fr.

Tapisserie du xvi« si^cle (vente Brion). — 3,270 fr.

Tapisserie du xv« si^cle (m^me vente). — 2,600 fr.

1878: Le Repas, la Danse et la Musique, d'apr^s Boucher, tapisseries des
Gobelins. — 12,000 fr.
Ginq pieces repr^sentant des arceaux de feuillages et de fleurs avec
un groupe au milieu , attribuees aux fabriques du nord de la France,
et provenant du chAteau d'Oiron. — 7,550 fr.

1880 : Quatre scenes de paysans, d'apres Teniers, tapisseries flamandes. —
15,190 fr.
Ginq tapisseries, signees Albert Auwercx, repr^sentant des divinit^s
de la fable dans des paysages. — 9,120 fr.

1881 : Trois pieces de Bruxelles, signc^es Van der Borcht, sujets mytholo-
giques, ^poque de Louis XIV. — 15,000 fr.
Une tapisserie Louis XIII. — 3,500 fr.

Sept tapisseries Louis XIII, paysages et sujets mythologiques avec
bordures. — 24,500 fr.



Digitized by



Google



APPENDICE 493

Bacchus, de la tenlure des dieux de Gaude Audran, atelier de

Cozette. (H. 3 m. 60 c, L. 2 m. 55 c). — 14,500 fr.
Le m^me, centre -parlie de la piece pr^c^dente. — 14,500 fr.
Ceres, de la m^me suite, in^mes mesures. — 14,500 fr.
Vdnus, d'une autre suite (H. 3 m. 25 c, L. 2 m. 35 c). — 7,100 fr.
Bacchus, m^me suite que V^niLs. — 7,100.
Chdieau de Sainl- Germain , sans les Ternies et les architraves d'en-

cadrement (H. 3 m. 25 c, L. 2 in. 85 c). — 17,700 fr.
Chdieau des Tuileries (m^nie observation et niemes mesures). —

17,700 fr.
Histoire de Psyche', en cinq pieces. — 31,500 fr.
Histoire de Diane, en quatre pieces (vente Schneider). — 9,600 fr.
Trois pieces de V Histoire de Circe, tapisseries de Bruxelles. — 8,100 fr.
David dansant devant I'arche, tapisserie d'Aubu.sson, sign^e /4. Grellel,

— 1,060 fr.
Quatre panneaux du xv« si^le, k feuillages d'ornement et chardons,

vendus chacun 1,650 fr.
La collection Double comprenait un certain nombre de tapisseries

qui atteignirent de tr^s hauts prix, en raison du milieu oil elles



Online LibraryJules GuiffreyHistoire de la tapisserie → online text (page 35 of 40)