Maine Historical Society.

Documentary history of the state of Maine .. (Volume 5) online

. (page 17 of 40)
Online LibraryMaine Historical SocietyDocumentary history of the state of Maine .. (Volume 5) → online text (page 17 of 40)
Font size
QR-code for this ebook


A I'eo-ard des autres habitans Anglois et hollandois, hom-
mes femmes et enfants, L'Intention de La Ma**^ est qu'ils
soient mis hors de la Colonic, et envoygs a la nouvelle Ang"""
a la Pensilvanie ou en d'autres endroits Suivaut qu'il I'esti-
mera plus a propos.

Et il renvoyera en France les frangois fugitifs et particu-
liereraent ceux de la R. P. R. —

Sa Ma'® veut qu'il ayt soin d'empescher qu'il ne soit fait
aucune dissipation de vivres, marchandises, nunitions effets,
Bestiaux Utensils et principaux meubles des habitans

II fera faire du tout des Inventaires exacts par le Com-
miss"^" qui sera a sa suite

II choissira ensuite pariny les off""' et soldats ceux a qu'il
sera apropos de donner les habitations abandonn6es et leur
en donnera des concessions au noui de Sa Ma*® en leur lais-
sant les vivres qui s'y trouveront, et dont ils auront besoin
pour subsister Jusques a ce quils en ayent pu faire d'autres —
II envoyera a Sa Ma*" un Inventaire de tous les effets qui
se seront trouve^s dans cette Colonic avec un estat des habi-
tations qu'il aura distribu<^es, en marquant ce qu'il croira
que ceux a qui elles auront est^ conced<^es pourront payer
annuellement a Sa Ma*®

Sa Ma*® veut aussy qu'il examine les moyens de debiter
les d" eflets, et qu'il luy tasse savoir son avis sur cela aussy
bien que sur les gratiffications quelle desire faire la dessus a
ceux des off" des soldats, et des habitans qui se seront dis-
tinffues en cette occasion



OF THE STATE OF MAINE. 217

Sa Mil'® luy recoramande particulierein' de mettre les forts
en estat de deilcnse, et qu'il y fasse mettre la plus grande
quantite de vivres qu'il se pourni.

Aussy tost que cette expedition sera faite I'lntention de
Sa Ma*^ est qu'il retourne en Canada, Et en cas qu'il luy
restat quelque chose a faire de ce que Sa Ma'* luy ordonne
EUe veut qu'il laisse ses ordres pour Texecuter au S"" Ch. de
Caillieres a qui Sa Ma''' a donnd le gouvernement de la nou-
velle York. II cboisira avant son depart les off"" et les sol-
dats qu'il trouvera apropos de laisser en ce pays et Si —
aprds I'avoir pourveu sufEsament de troupes. II n'estoit pas
necessaire de ramener en Canada tons ceux qui resteront,
II pourroit envoyer par les vais'^ de Sa Ma'* ceux qu'il trou-
vera In utiles, en observant d'en garder 30 ou 40. pour
I'acadie

En — cas que la saison ne luy permit pas de retourner en
Canada Sa Ma'* trouve bon qu'il reste dans la nouvelle York,
et qu'il s'employe pendant I'hiver se mettre sa conquete en
seuret^

Apres cette expedition, Sa Ma'* luy recommande de faire
en sorte de conclure la paix avec les Iroquois a quoy Elle
est persuad^e qu'il trouvera beaucoup de facility Elle veut
aussy pour oter aux anglois les moyens de faire des entre-
prises contre la nouvelle York qu'il detruise les habitations
des Anglois qui sont proche de Manatte.

Mais en cas que contre toute apparence et par des raisons
que Sa Ma'* ne pent prevoir cette entreprise ne se put exec-
utor II envoyera ordre au d' S"" de la Caffiniere de faire la
guerre aux Anglois et deranger les costes de la nouvelle
Ang'"* et de la nouvelle York, pour y faire le plus de prises
qu'il pourra et y demenrer Jusques a ce qu'il ne luy reste
plus de vivres que pour revenir en France —

Maintenant Monseigneur que le Roy a Triomphd de ses.
Ennemis et par Mer et par terre, et qu'il est le maistre de
la Mer, Croiroit-il mal employes quelquO unes de ses Escad-



218 DOCUMENTARY HISTORY

res de Vaisseaux a punir I'insolence de ces Veritables, et
Vieux parleiuentaires de Baston, de les faudroyer aussy bien
que ceux de Manath dans leur tainere et de se rendre
Maistres de ces deux Villes qui mettroient en Seuret^ toutes
Ces Costes et les pesches du grand banc dont la Consoma-
tion n'est pas d'une petite importance n'y d'une Mediocre
Utility —

Ce fut en mesme temps Madame que le S"" de Louvigny
obverse of Capitainc reform^ que M. le Comte envoyoit a
p. 14-— Missilimakinac pour y relever le d* Sieur de la

Durantaye aussy Capitaine reform^ qui y Commandoit par-
tit de Montreal avec le Sieur Nicolas perrot qui etoit cbarg^
des presentes, et de paroles que Monsieur le Comte adressoit
a toutes le nations d'Enbault, II devoit les dissuader de I'alli-
ance quils negocioient avec I'lroquois et I'Anglois et qui etoit
presque Conclue Je vous envoie la copie de ces paroles.

II etoit accompagn^ de Cent quarante trois frauQois Voy-
ageurs et de six Sauvages, des francois alloient chercher la
pelterie qui leur appartenoit et quils navoieut pas amener
Icy bas les annees precedentes a cause de la guerre. Le S'
d'hosta et le S"" de la Gemeraye Lieutenant reformes eurent
aussy ordre de les accompagner avec trente hommes seule-
iiient Jusques aux Calumetes a soixante Lieiies de Montreal
atin de rapporter des nouvelles de leur passage ny ayant
plus de risque au dela de Ce detroit

lis pai'tirent du tout de Tlsle de Montreal, vingt deux-
ie^me de May, le deuxieme de Juin ayant fait alte trois
rivieres au dessus de Lendroit nomm^ Les Chates a Labry
d'une pointe qui advancoit fort au large dans la Riviere lis
decouvriront deux Canots Iroquois qui paroissoient au bout
de la pointe,

Les S" de Louvigny et hosta resolvrent dy Envoyer trois
canots de 10 hommes chacun, et que doixante iroient par
terre pour les prendre de tous Costes Les S" d'hosta et de



OF THE STATE OF MAINE. 219

La geineraye s'enibarqueront dans les Canots et Le S' de
Louvigny devoit Couduire ceux qui alloicnt par terre Les
trois Canots furent bientot a Tendioit ou estoient les Enne-
mis lis y essuyerent un fort grand feu a bout portant, Les
Ennemis les tirant de terre ou ils etoient anbusquez 11 y
eut quatre franoois de tu^s de cette premiere decharge, il
n'en resta que deux quils ne furent point blesses dans le
Canot du Sieur de la Gemeraye, qui vouloit aborder le pre-
mier ainsy ils furent obleges de revenir a I'endroit ou ils
avoient laisse les autres Canots, ils y trouvoient le S"" de
Louvigny que Perrot navoit Jamais voulu laisser partir
craint de risquer trop les jn-esentes du roy, et de netre plus
en etat s'ils etoient deffaits de Continuer leur Voyage et
d'achever la negotiation qu'ils alloient faire avec les Nations
d'Enhault, Les Instantes privies du S"' d'hosta et le deses-
poir ou etoit le S'' de Louvigny de la perte de ses gens,
L'Empecherent Sur les raisons de Perrot lis se murent a la
tete de Cinquante a soixante hommes et Coururent par terre
donner dans I'Embuscade des Ennemis Leur premier chocq
fut si rude quils les obligerent a sembarquer avec precipita-
tion, lis durent en tout plus de trente Iroquois, et dans les
quatre Canots qui se sauverent de treize quils etoient il y
en avoit plusieurs de blesses, lis eurent quatre prisonniers
deux hommes et deux femmes un des hommes a este men^
a Missilimacinac, et mang^ par les hurons et outaouaces,
L'autre qui fut amoiue a Quebec a 6t6 donne par M. le
Comte a orvaoii^

Le d* S"" d'hosta revint a Montreal apres le Combat, et le
S"" de Louvigny Continue sa route sans aucun Mauvais ren-
contre vous apprendrez par la suite le succes de leur
negotiation

Peu de temps apres on eut nouvelle de L'expedition du
S"" Hertel qui Commandoit le party des trois Rivieres par
quelques Volontaires qui en revinrent et par les prisonniers
quils avoient faits. 11 etoit accompayn^ de trois de ses fils,



220 DOCUMENTARY HISTORY

de vingt quatre francois de vingt sauvages soccoquis, et de
Cinq algonquins Ce qui faisoit en tout Cinquante deux
hommes, ils partirent de trois rivieres le viugt huit Janvier
apres Une marche assez longue et fort facheuse, II arriva le
vingt sept Mars aupres d'uu village anglois noiiim^ Jernon
Fales qu'il avoit resolu d'attaquer ayant fait reconnoitre le
lieu, II fit trois detachements difFerents pour donner au trois
principaux postes, Le premier de onze hommes pour attaquer
un petit fort depieux a quatre bastions, Le second de quinze
qui devoit prendre une grande maison fortiffiee, et luy avec
Le surplus devoit donner a un autre fort ou il y avoit Une
piece de Canon ; ces trois postes furent emportes sans grande
resistance ; Ceux qui se deffendoient furent tues ; et Ton prit
prisonniers les autres, au Nombre de Cinquante quatre, un
Frangois eut la Cuisse Cassee dans cette attaque et mourut
le lendemain II y eut vingt sept maisons de brules et deux
niilles pieces de bestail perirent dans les etables ; II ne resta
gu^re apres son Coup fait sur le lieu n'etant ^loign^ de pes-
cadoiiet Ville Angloise que de six lieiies dout il pouvois sor-
tir bien du monde pour le charger dans sa retraite et effec-
tivement sur le soir, deux sauvages luy rapporterent qu'un
gros de deux cens hommes vcnoit Lattaquer, II tit ferme sur
le bord d'une petit riviere que les Ennemis se trouvoient
obliges de passer sur un pont fort etroit pour venir a luy II
en Jetta huit Sur la place en blessa dix autres et les obligea
a luy abandonner le Champ de bataille, les fils du S"" Cre-
nier Seigneur du S' francois et un soccoquis y furent tu^s ;
Le fils aine du Commandant fut bless^ d'un coup de fusel
dans la Cuisse dont il est restti boiteux. II continue sa re-
traite le plus vite qu'il lu}'^ fut possible et trois jours apres
ayant envoye deux decouvreurs poir Voir s'il n'etoit smoy,
Ils rencontreront des decouvreurs Anglois, et en tuerent
trois. II acheva sa retraite sans aucune autre advantage,
Jusqu' un village de sauvages entre les mains desquels il
mit son fils pour le faire pauser, II aprit la que le S' de Port-



OF THE STATE OF MAIIfE. 221

neuf navoit point encore fait Coup, et qu'il n'etoit qu '^
deux journ^es, eela lobligea de depesclier a Monsieur le C*
le S"" Gastineau son neveu, avec quelques fran^ois et des pri-
sonnicrs pour luy apporter icy la nouvelle de Cette expedi-
tion, le S"" Maugras se detaclia aussy avec Cinq algonquins
et prit la route de Saint Francois, ou a en depuis aucunes
nouvelles de luy, le Sieur Hertel joignit ensuite le Sieur de
Portneuf prist Keskebe^ avec trente six hommes tant Fran-
cois que Sauvages,

II etoit party de Quebec le vingt huit Janvier avec cin-
quante francois, et il avoit pour Lieutenant le Sieur de Cour-
temanche Repentigny son Cousin, Le Sieur de Portneuf est
le troisieme fils de Monsieur de Becancourt, II devoit aller
joindre la Compagnie du S"" de Menneval dont il etoit Lieu-
tenant, et il avoit servi Icy en la mesme qualitd, soixante
Sauvages abenakis du Sault de la Chaudiere Laccompegne-
ront lis employerent tous les raois de fevrier Mars, avril et
la molted de May pour se rendre en chassant avec de tres
grandes difficultds a un autre village d'abnequis ou lis ne
trouverent personne, lis pousserent plus bas dans la riviere
de Kenibequi, et rencontrerent dans un autre Village Les
Sauvages de retour de la guerre Contre les Anglois, dont ils
en avoient tud six, il fit amasser tous nos sauvaares allies
d'alentour et se rendit le Vingt cinquieme May a quatre
lieiies de I'endroit qu'ils devoient attaquer, Ce poste s'ap-
pelle Keskebde, et est situd sur le bord de la Mer il y avoit
un grand fort bien garny de Munition et de huit pieces de
Canon quatre autres petits forts en dtoient assez proches,
Mais ils ne se trouverent pas d'une si bonne deffence des le
lendemain de leur arrivde qnatre sauvages et deus Francois
se rairent en Embuscade aupres du fort et un homnie en
etant sorty au point du jour fut tn6 et les Cris de Morts
faits ensuite, et qui fit connoitre aus Anglois qu'il y avoit
des Sauvages auprds d'Eux, sur le Midy trente homine sor-
tirent du grand fort et vinrent droit a I'endroit ou nos gens



222 DOCUMENTARY HISTORY

etoient qui apres leur avoir fait leurs decharges de dix pas.
se Jetterent sur eux L'epde et la hache a la Main et les
poursuiverent sy vivement qu'il n'en rentra que quatre dans
le fort qui etoient tous blessds, Comme nos gens s'etoient
engages fort avant dans la poursuite ils essuyerent le feu
d'un des forts du quel ils se trouverent fort proche et y
eurent un Sauvage de tu^ et un Francois de bless^ a la
Cuisse Ils envoyerent sur le soir sommer le grand fort de se
rendre Mais on leur repondit qu'on sy deffendroit Jusqu'a
la Mort —

Lordre de Monsieur le Comte etoit de n'attaquer aucun
fort craint d'y perdre trop ne Monde et s'attacker seulement
a miner la Campagne Cela ne se pouvoit executer tous les
lieux d'allentour ayants et^ abandonnes par Ladvis qu'un
soldat qui etoit avec le S"" hertel et que les Anglois avoient
pris, avoit donn^ de I'aproche de ce party, aussi il passa
tout d'une voix que Ton devoit Continuer a attaquer le
grand fort dans les formes etant impossible de I'avoir autre-
ment tous les ennemis sy etoient retires et avoient aban-
donnes les quatre petits la unit du vingt six an vingt sept
nos gens se logerent sur le bord de la Mer a Cinquante pas
du fort et se murent a convert d'une tres fort escarp^e doii
ils ne pouvoient pas craindre les cannonades Continuelles et
le grand feu de la Mousqueterie des Ennemis, La nuit du
vingt huit la tranch^e fut ouverte, nos Canadiens et nos
sauvages netoient pas fort experimentds sur la maniere
d'assieger des places lis ne laisserent pas de travailler fort
vigourouseraent et par bonheur ils avoient trouves dans les
forts abandonnes des ontils propres a rouvrir la terre, cet
ouvrage s'avancoit avec tout de vitesse que le soir du vingt
huit les ennemis demanderent a parlementer, on demanda
leur fort Munitions et Vivres et Ton promit bon quartier a
leur garnison lis demanderent de leur Costd six jours pour
penser a ses propositions, on ne leur donna que la nuit pour
se resoudre et le travail fut Continu<^ leur feu redoubla le



OF THE STATE OF MAINE. 223

lendemain matin lis jetterent quantity de grenades sans
grand effet on se preparoit Lorsque Ton seroit(i arrive par
tranch^e a leurs pallisades a y mettre le feu avec un baril de
gouldron que Ton avoit aussy trouvd et quelques autres
matieres Combustibles, Voyant Cette Machine s'approcher
fort prds d'Eux et ne pouvant L'Empescher Ceux qui la
poussoient etant a Convert dans la tranchee ils mirent pavil-
ion blanc pour Capituler et peu de temps apres le Com-
mandant se rendit luy meme aupres du S'' de Portneuf tout
sa garnison et Ceux qui etoient dans le fort sortirent ensuite
au nombre de soixante dix hommes, sans compter les femmes
et les enfants, lis furent tous Conduits au Camp ; un mo-
ment apres il parut quatre batiments charges de Monde, Mais
ne voyant paroitre ancun pavilion Anglois ils se retirerent,
le feu fit mis au fort, le Canon enclou^ les Munitions bruises
et tout ceux qui etoient trouvds dedans faits prisonniers Les
sauvages en ont gard^ la plus part le Commandant nomme
Capitaine denis et les deux filles de son Lieutenant qui avoit
6t6 tu6 ont 6t6 conduits Icy avec quelques autres personnes
DOS gens decamperent le premier jour de Juin apres avoir
mis le feu a toutes les maisons quils trouverent a deux lieiies
antour et qui se rencontrerent toutes vides Ils sont arrives
Icy le vingt Troisieme du meme mois veille de la S' Jean,
un fran^ois a en dans la tranchee le bras cass^ d'un Coup de
Canon et un Sauvage La Cuisse perc^e

II se fit un autre party en Canot Contre les Anglois Le
S' de Beauvais "Lieutenant Fils du Sieur de tilly accompagne
du S"" de la Brosse Lieutenant reform^ et quatre francois alia
joindre Les Sauvages du Sault et de la Montague qui de
Composoient, et a la tete desquels etoit le grand agnier

lis marcherent sans rien trouver depuis le dixhuit May
Jusqu' au vingt six du meme Mois des decouvreurs qu' ils
envoyerent Le matin leur dirent qu' ils avoient entendu tirer
un Coup de fusil et peu de temps apres ils attaquerent deux
Cabannes ou ils se trouva quatorze personnes qu' ils enleve-



224 DOCUMENTARY HISTORY

rent. Ces prisonniers leur donnerent avis que sur le Chemin
quils trouvoient pour aller a un fort anglois quils voulaient
attaquer ils rencontreroient le reste de leurs gens au nombre
de trente hommes avec leur femmes et enfants Ils continue-
rent leur route de ee Cot^ la et furent charges les premiers
dans une ambuscade que Ces gens leur avoient dress^e lis
donnerent le sabre a la main et enleverent tout apr^s avoir
tue quatre hommes et deux femmes ils firent quarante deux
prisonniers au nombre desquels il y avoit huit Anglois

lis ne jugerent pas apropos de passer outre ayant apris
quil y avoit sept cens sauvages Loups a une journe et demie
de la qui les attendoient et reprirent le chemin de Montreal.

Le quatrieme de Juin etant arrive a midy a la Riviere au
unemeprise Saulmou qui tombc dans le lac de Champlain ils
fataie y fji'ent dcs Canots pour leur retour et comme ils

prirent Dieu le soir lis furent decouverte par un party dal-
gonquins et abenaquis des trois Rivieres qui alloient en
guerre au meme endroit dou ils venoient et qui les charge-
rent. Le lendemain au doleil levant et leurs tuerent deux
hommes et en blesserent dix deux francois six Sauvages et
deux Esclaves Angloises

Cette meprise est d'autant plus facheuse que le grand
agnier dont on vous a parle Madame dansl'affaire de Corlard
y a ete tue c'est une perte irreparable et qui a tire les larmes
des yeux de tout le pais, II semble que le Malheur etoit at-
tache a ce parti tous ceux qui y ont ete defoits et pris pris-
onners par nos gens etoient nos allies les plus fideles Ils
venoient de faire Coup siir les Anglois avec le S"" Hertel, et
les prisonniers quils avoient en pouvoient faire foy, c'est ce
(jiie les sauvages du Sault et de la Montagne ne scavoient
point. Cette meprise a peuser Causer beaucoup de trouble
Mais cela n'a pas en de suitte par I'adresse que Ton a eu de
Menager leurs Esprits —

On eut avis a Quebec en meme temps du Combat qui
setoit donne a la pointe aux Trembles dans I'isle de Montreal



OF THE STATE OF MAINE. 225

entre qiielques Canots Iroquois qui vrasseniblcbleraent etoi-
ent un reste de chasseurs qui avoient en avis de I'affaire de
leurs gens par le S" de Louvigny et d'iiosta et etoient de-
scendres pour s'en venger par la riviere des prairies qui est
un bras de la grande riviere qui passe au nord de la d" isle
lis furent decouverts pur un nomnie Tallot chirurgien qui
donna avis de leur marche au S' de Colombes Lieut reform^
II se mit a la tete de vingt cinq habitans et leur dressa une
ambuscade, Les ennemis les chargerens vigourensenient et
en furent re9us de menie niais comuie le nombre de nos gens
leur etoit a beaucoup pr^s inferieur lis furent oblegds de se
retirer avec perte de 12 honimes parmi lesquels le S"" Colom-
bes Les ennemis y perdirent 25 hommes et se retirerent
ausse

II avoit paru quelque terns auparavent un part^ h la riviere
puante vis a vis des trois rivieres qui en tua 15 ou 16 per-
sonnes femmes et enfans ou courut apres et conime en les
poursuivoit chaudement ils tuerent leurs prisonniers pour
fuir plus vite

Monsieur le Comte avoit fait 2 detachements de troupes
pour le surety des costes du Sud qui avoient le plus a
Craindre La premier etoit commands par le S'^ Chev. de
Clermont Capitaine reform^ et il devoit decouvrir continuel-
lement le pais de Montreal Jusqua Sorel environ 18 lieiies
de pais.

Lautre qui etoit command($ per le S"" Chev. de la Mott^
auss6 Cap" reformi^ devoit aller des trois rivieres a S' Fran-
cois dans le lac S' pierre et venir au dessous en tirant du
Cot^ de Quebec.

Le Chev. de Clermont arrivant a Sorel aprit que 5. en-
fants qui gardaient les bestiaux aux environs du fort venoi-
ent d'etre enlev^s par un party ennemie il les suivit avec les
meilleurs hommes du sien et quelques habitans qui se joig-
uirent a luy. II les ent bientot attrapds et en tua un sur la
place, delivra 4 de ces enfants et mit le reste en fuite, on a

Doc. Vol. v. 15



226 DOCUMENTARY HISTORY

trouv^ depuis quatre autres hommes de tr^s du nieme parti
parmi lesquels etoit un Anglois dont la Commission du
magistrat d'orange a 6t6 prise et envoyde a Mg'' les 5^ en-
fants qui etoit le plus Jeune avoit ^t^ tu^ par eux ne ppu-
vant les suivre

On avoit appris par le retour de M. de Portneuf que
. , quelques batimens venant de baston avoient paru

pns de -^ ^ i

Port Royal sur les Cotes ou etoit fait son expedition ils tour-
foTs ^^^^^ noient du Cot^ des port royal qui est le principal
fort que les francois ayent en Arcadie, on eut con-
firmation de cette nouvelle au mois de Juillet et ont scu les
particularit^s de la reddition de cette place. M. de Menneval
y commandoit pour le roy et etoit gouverneur de tout ce
pais il avoit 60. a 80 hommes de garnison 18 pieces de Canon
qui netoient point en batterie et les fortifications etoient si
peu de chose quelles ne se mettoient aucunement a Couvert
d' Insulte T na vires qui paroissoient assez bien amies I'en-
voyerent sommer de se rendre II y avoit plus de 700 hom-
mes dessus. II accepta une capitulation assez avantageuse
ne se croyant pas en etat de pouvoir resister on luy promet-
toit de le laisser sortir avec sa garnison armds et baggage et
de le remettre a Quebec II se rendit sur la parole de Gen.
Phips a son bord Mais des que les anglois furent maistre du
fort ils ne se crurent plus oblig(^s a luy rien tenir Le gouv-
erneur et toute sa garnison furent faite prisonniers avec
Mess""^ petit et Trouve pretres Missionaires en ce pais la. Le
magasin de la Compagnie, la maison du gouverneur et celles
des pretres furent pillds Leglise selon leurs bonnes con-
tumes fut deshonoree par plusieurs moqueries et actions in-
•fames et tout ce quil y avoit dorncments en furent enlevds
lis laisserent un scrgent de la garnison pour y commander
sons eux les habitans qui avoient signd la convention par la-
quolle on le\ir promettoit de les laisser Jouir paiseblcment de
leurs biens pourvu quils vollussent, se mettre sous la protec-
tion du roy Guillaume Ils firent arborer le pavilion Anglois



OF THE STATE OF MAINE. 227

mais depuis les habitans I'ont enlevd a I'arriv^e de M"" Pcrrot
et leurs maisons ont 6t6 brulees pour cette raison et quelques
uns ont 6t6 pciulus par d'autres Forbans Anglois qui vivrent
au meme endroit

M"" de Menneval sa garnison el les pretres ont et^ conduits
a Baston et ils y sont encore pour la pluspart presentenient.
M'' Perrot etoit absent des port royal quand il fut pris il y
arriva presque en meme temps que son navire que venoit de
france avec M"" de Villebon qui commandoit une compagnie
a Lacadie il fit avaucer son vaisseau du cot^ de la riviere S*
Jean pour le pouvoir faire decharger sans craint mais quel-
ques forbans anglois en ayant en connoissances vinrent L'y
attaquer et il fut contraint de se sauver avec le S'' de Ville-
bon II ne resta de personne Considerable dans le vaisseau
que le S'' de Saccardie Ingenieur qui passoit en ce paq pour
la fortification des port royal. II fut pris avec le navire M""
Perrot s'etant caclid quelque temps dans les bois et se re-
posant un pour fut decouvert et pris lis luy ont fait souffrir
mille indignit(^s Mais il a 4t6 assez heureux a ce que len nous
a rapports pour etre rencontr^ par un Vaisseau de flibustio-
res francois qui ont repris son navire avec les forbans anglois
dont il etoit prisonnier, il s'est pass^ plusieurs autres actions
entre les francois de I'acadie nos sauvages et les anglois Ils
ont ^te sommes les habitans de la riviere S' Jean de signer
la convention que ceux du port Royal avoient accepts, mais
ils y ont ^16 fort mal recus et s'en sont retires avec perte des
Leurs. Nos sauvages Canibas et abenaquis nont point dis-
continude de leur faire la guerre depuis le depart du S"^ de
portneuf lis ont 6t6 les brul(^s Jusqua pres de baston Les
ont battus accompagnds de quelques francois en plusieurs
rencontres considerables et quelques foibles qu'ils ayent etd
contre de tres gros partes, ils ont toujours restd maitre du
champ de bataille les fils du Sieur de Cellesfonds qui est un
homme de ce pais affection ne a M le Comte qui avoit fait des
merveilles dans le party du S"" de portneuf et etoit reste avec



228 DOCUMENTARY HISTORY

les Sauvages pour aller encore en guerre apr^s plusieurs
belles actions dans un Combat ou quarante abenaquis se bat-
toient Contre 600 hommes a etd malheureusement tu^ avec
6 sauvages leur petit nombre ne les a pas empecher de met-
tre leurs ennemis en fuite et d'en tuer quantity

Puisque Je suis Madame sur le chaptre des abenaquis Je
Collier dea vois vous rapportcr I'extrait d'une lettre quils ont
abenakispourf^(j(jpeggg a M"" le Comte avec un Collier pour le

prier le C" de ,

rendre leurs prier de Icur faire rendre les prisonniers que les
prisonniers gauvages du sault ont fait et qui tout Ceux dont
Je vous au part^ dans I'expedition de Beauvais voyez leurs



Online LibraryMaine Historical SocietyDocumentary history of the state of Maine .. (Volume 5) → online text (page 17 of 40)