Richard Garnett.

The universal anthology; a collection of the best literature, ancient, mediæval and modern (Volume 05) online

. (page 1 of 35)
Font size
QR-code for this ebook

^.•».



y'"



\%^1^



m~



LIBRARY

THE UNIVERSITY
OF CALIFORNIA

SANTA BARBARA

PRESENTED BY

MRS. DONALD KELLOGG






^



vV



IV






THE UNIVERSAL ANTHOLOGY



WITH BIBLIOGRAPHIC ESSAYS



BY



RICHARD GARNETT
(Editor-in-Chief)



LEON VALLEE

(French Literature)



ALOIS BRANDL

(German Literature)



AND



PAUL BOURGET

(French Critical Essays)

EMILE ZOLA

(French Naturalistic Literature)

EDWARD DOWDEN

(Elizabethan Literature)

DEAN FARRAR

(Literature of Religious Criticism)

E. MELCHIOR DE VOGUE

(Russian Literature)

DONALD G. MITCHELL

(Collected Literature)

F. BRUNETIERE

(Modern French Poetry)

HENRY SMITH WILLIAMS

(Scientific Literature)

AINSWORTH R. SPOFFORD

(American Literature)



ANDREW LANG

(Nineteenth Century Literature)

HENRY JAMES

(The Novel)

MAURICE MAETERLINCK

(The Modern Drama)

PASQUALE VILLARI

(The Italian Renaissance)

BRET HARTE

(Short Stories)

ARMANDO PALACIO VALDES

(Decadent Literature)

EDMUND GOSSE

(Poetry)

J. P. MAHAFFY

(Historical Literature)

WALTER BESANT

(Historical Novels)



The Mouseion Edition y in English, of The Universal
Anthology is limited to one thousand complete sets, of
which this copy is number. ~



Neptune Calming the Waves

From the original Statue in the Louvre



MOUSEION EDITION



THE



UNIVERSAL ANTHOLOGY



A Collection of the Best Literature, Ancient, Mediaeval and Modern,
WITH Biographical and Explanatory Notes



EDITED BY

RICHARD GARNETT

KBEPER OF PRINTED BOOKS AT THE BRITISH MUSEUM, LONDON, 185I TO 1899

LEON VALLEE

U8RARIAN AT THE BIBLIOTHEQPE NATIONAiE, PARIS, SINCE 187I

ALOIS BRANDL

PROFESSOR OF UTERATURE IN THE IMPERIAL UNIVERSITY OP BERLIN



Dolume jfive



PUBLISHED BY

THE CLARKE COMPANY, Limited, London
MERRILL & BAKER, New York EMILE TERQUEM, Paris

BIBLIOTHEK VERLAG, Berlin



Entered at Stationers' Hall
London, 1899

Droits de reproduction et de traduction reaervfi
Paris, 1899

Alia rechte, insbesondere das der Ubersetzung, vorbehalten
Berlin, 1899

Proprieta Letieraria, Riservate tutti i divitti
Rome, 1899

Copyright 1899

by
Richard Garnett



Du- i O



^3
^■5



TABLE OF CONTENTS.



VOLUME V.











PAGE


French Literature : Introduction by Leon Vallee ....


1


Salammb6 and her Lover .


Gustave Flaubert


39


Hannibal as Strategist and Soldier


Livy ....


47


Mostellaria


Plautus . . . .


65


End of the Macedonian Kingdom


Bishop Thirlwall


82


Last Two Oracles of Greece


F. W. H. Myers .


90


Periods of Greek History


George Finlay


92


Gleanings from the Greek Anthology


Dr. B. Garnett .


94


Wit and Satire of the Greek Anthology


Lord Neaves


98


Fragments of the Early Roman Poets .


Selected and Translated


112


To save a Sister


Georg Ehers


119


Braggart and Parasite ....


Terence


135


The Self-Tormentor ....


Terence


150


The Conspiracy of Catiline .


Sallust


154


Speech on Catiline's Conspiracy .


Cicero ....


172


The Dying Gladiator ....


Lord Byron


184


Caesar's First Invasion of Britain


, Coesar ....


185


Boadicea


. William Coicper .


191


Correspondence of Cicero :






Metellus to Cicero


• • • • f


193


Cicero to Metellus


» •






. 193


Cicero to his Wife


1 •






. 197


Caesar to Cicero ....









199


Cicero to Caesar ....


• i






199


Cicero to Atticus ....


> •






201


Antony to Cicero ....









201


Csesar to Cicero ....









202


Sulpicius to Cicero









203


Cicero to Sulpicius


» •






207


Cicero to Atticus ....


,






. 209


Julius Cfesar


Shakespeare


. 210


Antony and Cleopatra ....


Plutarch


. 223


Cleopatra


IF. ir. Story


243


The Savagery of Classic Times .


Anthony Trollope


247


Roman and Celt in our Days


C F, Johnson


. 250


Early Celtic Literature :






Death of the Children of Usnach .


• • • • •


251


Deirdr^'s Farewell to Alba .


• •


. .


253


Deirdr^'s Farewell Song


, ,


. .


255


Pillow Conversation of King Ailill and


Queen Maev


. .


257


How Setanta received the Name of Cue


tiullin


«


. . t


260



IX



X TABLE OF CONTENTS.

Cuchullin's Wooing of Eimer 264

Fight of Cuchullin and Ferdiah 265

Deatli of Cuchullin 267

King Datliy's Death . . . . . James Clarence Mangan . 273

The Maguire James Clarence Mangan . 275

" Man wants but Little — ". . . . Lucretius (tr. Matlock) . 277

The Bugbear of Death Lucretius (tr. Dryden) . 281

The Spinning of the Fates .... Catullus {tr. Burton) . . 288

Epithalamium Catullus {tr. Frere) . . 290

Miscellaneous Poems of Catullus :

Taken at his Word 297

To Lesbia's Sparrow 298

To Himself, on Lesbia's Inconstancy 299

A Woman's Promises 300

To Lesbia, on her Falsehood 300

Parting Message to Lesbia 301

Invitation to Caecilius 302

The Original of " Dr. Fell " 302

To the Peninsula of Sirmio, on his Eetum Home .... 302

To Comificius 303

To his Dead Brother 303

Poems of TibuUus :

A Husbandman's Life the Ideal One 304

An Unwilling Welcome to Love 306

To Messala 308

Sulpicia's Appeal 311

To his Mistress 312

Love Deaf to Doubt .312

Elegies of Propertius :

To Maecenas (Gray) 313

The Effigy of Love 315

Prediction of Poetic Immortality 316

Praise of a Life of Ease 318

The Plea of Cornelia 320

Roman Life under Augustus . . . W. A. Becker . . . 323

Latin Poetic Rhythms F. W. H. Myers . . .336

Odes Horace .... 339

Horace on Charitable Judgments . . Horace .... 352
Poems of Ovid :

Sappho to Phaon (Pope) 363

Laodamia to Protesilaus 355

The Ring 356

Elegy on Tibullus 357

Acis and Galatea (Dryden) 359

Eneas' Journey to Hades .... Virgil (tr. Bowen) . . 364

^neas and the Cyclops .... Virgil (tr. Conington) . 386

The Messianic Eclogue .... Virgil (tr. Bowen) . . 390

Sacred Eclogue Pope 392

Physical Geography at the Christian Era . Strabo 395



LIST OF ILLUSTRATIONS.

VOLUME V.
NEPTUNE CALMING THE WAVES .... Frontispiece

PAOB

LEON VALLEE 13

SALAMMBO 38

SAVAGERY OF CLASSIC TIMES 248

VIRGIL, HORACE AND VARIUS 838



Leon Vallee



m



BREF APERgU DE LA LITTifiEATUEE EEANQAISE

Par L:fioN Vall^

Le franqais est le produit de trois ^l^ments essentiels qui mirent
plusieurs si^cles pour fusionner : le romanisme, le christianisme et
le germauisme. Les premieres manifestations litteraires de la
nouvelle langue furent des chansons, les chansons de gestes, dont la
plus c^l^bre, La Chanson de Roland, peut ^tre consid^r^e comme le
veritable point de depart de la litt^rature franqaise. Ces po6mes,
destines ^ c^lt^brer des exploits guerriers, seront bientot suivis de
I'apparition de la po^sie narrative, puis nous assisterons k
raffranchissement de la prose, qui viendra manifester sa vitality
dans les romans bretons et les recits de Villehardouin.

Le XII^ siecle, c'est la p^riode des troubadours, des trouv^res,
des cours d'amour oii la femme est reine, oii elle apporte son
charme et son sourire. Nous avons alors une s^rie de romans sur
I'antiquit^, des romans grecs et byzantins, des romans d'aventures
(romans bretons), les Lais de Marie de France, les premieres com-
pilations poetiques sur Tristan, Perceval, Gauvain, Lancelot du
Lac, etc., les fabliaux, puis Le Roman de la Rose, po^me tout profane,
qui vient rejeter dans I'ombre la po^sie chevaleresque.

Au XIII^ siecle Geoffroy de Villehardouin, le premier chroni-
queur fran^ais, nous narre avec naivete et grandeur I'expc^dition k
laquelle il participa pour la Conquete de Constantinople. Un peu
plus tard le sire de Joinville, fiddle compagnon de Saint-Louis,
nous donne dans ses Mdmoires un r^cit (^mu et colore des evene-
ments qui se pass^rent de son temps.

Messire Jehan Froissart, I'historien de la guerre de cent ans,



xiv BREF APERgU DE LA LITT:6rATURE FRANgAISE

parait ensuite. II nous expose dans sa Chronique la vie fc^odale et
militaire du XIV'' siecle. II est le miroir ou se reflete tout le moyen-
kge. Lisez-le, vous le trouverez toujours exact, toujours varie, tou-
jours vivant dans ses admirables descriptions. Quelques (^crivains
brillent alors d'un vif eclat. C'est Christine de Pisan, une femme
poete, dont les vers sont pleins de grace et de delicatesse, et qui
defendit la cause des fenames attaquees par Jean de Meung. C'est
Alain Chartier, lequel, vivement emu des malheurs de la France
apres le desastre d'Azincourt, contribue par son Eloquence a relever
le courage de ses concitoyens, et dont Ze Quadriloge invectif pent
etre consider(5 comnie la pure manifestation du patriotisme et de
I'honneur national. C'est Eustache Deschamps. C'est enfin Olivier
Basselin, qui, foulon de son metier, improvise, le verre en main, ces
chansons lesquelles, si connues sous le nom de Vaux de Vire, seront
rorigiue du vaudeville.

Nous ne saurions quitter cette epoque sans rappeler qu'apres les
Miracles, auxquels ils succed^rent, les Mysteres eurent une grande
vogue pendant le moyen-^ge, et marquent le commencement du
theatre tragique moderne. La premiere representation en langue
vulgaire date du XI® siecle : c'est Le MysUre des Viergesfolles et des
Vierges sages. Les mysteres, qui devinrent de plus en plus riches
et nombreux pendant les si^cles suivants, (^taient le privilege
exclusif des Confr^ries de la Passion. Plus tard, les Clercs de la
Basoche creerent un genre nouveau, les Moralit^s, qui contenait en
germe la com^die. Et la sotie, petit po^me lyrique des trouveres
et des jongleurs, se transforme, k la fin du moyen-age, en theatre
dramatique avec les Enfants-sans-souci, reunion de jeunes artistes
parisiens, dont le chef prenait le titre de Prince des sots. Quant
aux farces, autre transformation des anciens mysteres, dont les plus
c^lebres sont L' Archer de Bagnelot et L'Avocat Fatelin, elles con-
tinueront a occuper le theatre jusqu'au siecle de Louis XIV.

Le XV^ siecle s'honore de trois grandes figures : Charles
d'Orleans, Pran^ois Villon et Commines. Le premier, Charles
d'Orleans, fait prisonnier k la bataille d'Azincourt et emmen^ en
Angleterre, charme les loisirs de sa captivite par la culture des
belles-lettres, et nous laisse des poesies qui se distinguent par leur



BEEF APERgU DE LA LITT^lRATrRE FRAXgAISE xv

grace, la beaute de la forme, et une heureuse proportion dans le
developpement de la pensee. Plein de relief, le langage colore de
Yillon exprime des sentiments \Tais. II rompt avec la froide
allegoric du mojen-age et Le Grand Testament montre que la poesie
fran9aise se transforme : de generale, elle devient personnelle. Avec
Commines, nous voyons le diame dans I'histoire, nous assistons k la
lutte entre Louis XI, qui defend la cause de I'unite fran^aise, et
Charles de Bourgogne, dernier champion de I'esprit feodal qui va
disparaitre. Ici, plus de recits de tournois, ni de bataiUes, maia
la critique des faits, I'observation et la vue claire des grands
interets poUtiques. Commines inaugure la nouvelle histoire

Deux grands faits se produisent au XVI'' siecle : la renaissance
des lettres et la reforme religieuse. Mais en France la renaissance
ne se produit pas aussi rapidement qu'en Italic, car eUe se ressent
des agitations qui troublaient encore le pays. " Alors," dit Demogeot,
" ceux qui pensent connaissent peu I'art d'ecrire ; ceux qui cultivent
I'art d'ecrire ne songent gueres ii penser." Certes on trouve ^ cette
^poque des ecrivains d'un rare talent ; mais ils ont chacun sa langue
propre, et il n'y a pas chez eux de formes universelles et communes
a tons. Le premier, c'est Clement Marot, favori du roi Francois I®''
et de Marguerite, sa soeur, qui atteint la perfection dans I'epitre
famili^re et surtout dans I'epigramme. A seize ans, indigne par lea
atrocites que Montmorency commet a Bordeaux, La Boetie ecrit
son Discours sur la Servitude volontaire. Bodin, dans son li\Te La
BipuUique, se montre philosophe et homme d'etat. Jacques
Amyot, le traducteur de Plutarque et de Longus, transforme ces
auteurs et, les naturalisant presque, enrichit notre langue des idees
antiques. Montaigne, dans ses Bssais, d'un style si riche, si imag^,
donne un trait(5 de morale generale. Rabelais ecrit sa Vie de
Gargantua et de Pantagruel, que La Bruy^re juge " un monstrueux
assemblage d'une morale fine et ingenieuse et d'une sale corruption ;
ou il est mauvais, il passe bien loin au dela du pire : c'est le cliarme
de la canaille ; ou il est bon, il va jusqu'4 I'exquis et a I'excellent :
11 pent etre le mets des plus delicats." Calvin dedie a Francois I"
son Institution de la Religion chrHienne, oeuvre la plus importante
qu'eut encore produite la Eeforme religieuse, et dans laqueUe la



xvi BKEF APERgU DE LA LITT^RATURE FRAN9AISE

prcNse fran9aise commence k prendre son veritable caract^ra
Eonsard et la pleiade tentent leur reforme litteraire, en meme
temps que surgissent une quantity de pamphlets et de satires, dont
la principale, la Satire mdnippie, est k la fois un pamphlet, une
comddie et un coup d'etat. Quant aux mdmoires, longue en est la
s^rie. Apr^s ceux du Chevalier sans peur et sans reproche Merits
par son Loyal Serviteur, voici les Commentaires du farouche
catholique Blaise de Montluc, que Henry IV appelait la Bible du
soldat ; voici les Mimoires de La None, de Coligny, de Brantome, de
Marguerite de Valois, premiere femme de Henry IV ; L'Etat de la
France sous Francois II de Eegnier de la Blanche, YHistoire
universelle et les MSmoires de d'Aubign(^, le Journal de Bierre de
I'Estoile, YHistoire de Jacques Auguste de Thou, etc.

En somme la langue fran^aise a dejk atteint un degr^ de
pr(5cision, une richesse d'expresSions tels que I'^tranger lui rend
hommage et que nous voyons Charles- Quint la declarer langue
d'etat ; plus tard, k partir de la Conference de Nimegue, tous les
peuples de I'Europe se serviront du fran9ais pour la redaction des
trait^s internationaux.

Malherbe, avec lequel commence le XVII® si^cle, joue un role
considerable comme r^formateur du fran^ais. II a le culte de la
langue, et la s^verite de ses pr^ceptes lui vaut d'etre appel^^ le
" tyran des mots et des syllabes." Son grand m^rite est d'avoir pos6
et impost les principes de la versification et de la langue po^tique.
Mathurin Eegnier, dans ses satires, excelle a peindre les moeurs et
les personnages de son ^poque, et le portrait qu'il trace de Macette,
la vieille hypocrite, est d'un maitre ecrivain. Eacan cel^bre la vie
champetre. Voiture brille dans la po(5sie fugitive et, parmi les
beaux esprits des ruelles, nous voyons en premiere ligne, k cote de
lui, Balzac et Benserade. L'Hotel de Bamhouillet devient la
premiere institution litteraire r^guli^rement organisee en France,
et le cardinal de Eichelieu fait signer les lettres - patentes qui
cr(5ent rAcad(5mie franqaise. Bierre Corneille revolutionne le
theatre. Avec Le Cid il fixe la langue de la tragMie ; avec Le
Menteur, celle de la comt^die. Son Horace est plein de vigueur,
d'origfinalite, et Cinna est consider^ comme un chef-d'oeuvre. Le



BREF APERgU DE LA LITTERATURE FRAN^AISE xvii

Discours sur la Mithode et les Miditations de Descartes sont des
merveilles de style. Menage, et Vaugelas dans ses Bemarques sur
la Zangue frangaise, contribuent a perfectionner notre langue. De
son cotd. La Eochefoucauld, dans ses Maximes ou B^fiexions
morales, aide k former le gout de la nation, a lui donner un esprit
de justesse et de precision. La Bruyere ne dit que des Veritas
ordinaires dans ses CaracUres, mais il trace ses portraits avec tant
de vigueur, tant de concision, d'originalit^ de style, qu'on ne les
oublie plus quand on les a lus. Pascal public ses Frovinciales, qui
sont des modeles d'eloquence, et ses Pensies sont d'une puissance
philosophique incomparable. Riche d'esprit, Cyrano de Bergerac
a des traits comiques, de I'imagination ; et Scarron, le critique
malicieux, invente le genre burlesque. L'oeuvre de Boileau est
faite de bon sens, de gout, de regularity ; dans les Satires nous
voyons le critique ; dans L'Art jpoitique, qui lui a valu le nom de
" Legislateur du Parnasse," nous trouvons un code de la litt^rature ;
et dans Le Lutrin I'auteur arrive a la perfection de I'art des vers.
Observateur profond, moraliste, ecrivain hors pair, Moliere reste
inimitable. II est le peintre le plus exact de la vie de Thomme,
dont il nous expose le caract^re et les passions dans des comedies
ecrites d'un style vif, nerveux, puissant et colore. Le Misanthrope,
Tartufe, Les Femmes savantes, L'Avare, Les Prdcieuses ridicules sont
quelques-unes des perles qui brillent dans son theatre si riche et si
varie. Paul de Gondi, cardinal de Eetz, est I'historien de la
Fronde ; et St-Simon ^crit des M6moires, qui ne seront imprimc^a
qu'en 1820. Jean de la Fontaine, " fleur de I'esprit gaulois, avec
un parfum d'antiquit^ " a dit G^ruzez, est le plus simple, le moins
pretentieux de nos poetes. Ses Contes et Kouvelles peuvent friser
la licence, ils ne choquent pas I'esprit, tant le " bonhomme " met de
finesse, de delicatesse dans le r(5cit. Quant a ses Fables, la vie en
action, elles sont oeuvre originale et imperissable. Madame de la
Fayette, avec La Princesse de Clhves, transforme la roman, tandis que
eon amie, Madame de Sevigne, trace ses Lettres, magnifique monu-
ment du genre epistolaire, ou se reflete le tableau des niceurs et de
la societe du XVII" si^cle. Au theatre Jean Pacine r6gne en
maitre incoutestd, et ses tragedies Andromaque, Britannicus,

VOL. V. — 2



xviii BREF APERgU DE LA LITTERATURE FRANgAISE

Bdr4nice, 3fithridate, Esther, FMdre, Athalie, sa com^die Zes
Flaideurs, atteignent une hauteur, une puissance que rhomme
aurait de la peine a surpasser. L'Eglise gallicane a aussi des
gloires litteraires: Bossuet laisse des chefs-d'oeuvre de style et
d'eloquence, comme sou Discours sur VHistoire universelle et ses
Oraisons funkhres. Bourdaloue s'^leve au premier rang par ses
Sermons. Le pere Malebranche, m^taphysicien et moraliste,
public son livre La Recherche de la VeriU. Flechier prononce son
Oraison funhhre de Turenne. Fenelon attache son nom au Traite
de V Education des Filles, aux Dialogues des Morts, au TdUmaque ;
et Massillon enfin ne craint pas de rival h. son Petit Careme.

Un grand genie domine le XVIII*^ siecle ; on pourrait presque
dire qu'il le represente : Voltaire, k qui tout est familier, histoire,
litterature, theatre, philosophic, et qui brille en tout. Son
Histoire de Charles XII est un modele : ses poesies l^geres sont de
beaucoup sup^rieures k celles de ses contemporains, et au theatre
ses tragedies, (Edi'pe, Brutus, Zaire, Alzire, Mdrope, Mahomet,
Simiramis et Tancrlde, sont des creations puissantes, animdes,
^mouvantes ou I'eloquence d^borde. Marmontel et La Harpe,
disciples de Voltaire, ne sont qu'un reflet de leur protecteur. Jean
Baptiste Eousseau se recommande pour Tharmonie et le rhythme
de ses vers. Gresset donne Le Michant ; Piron, Le Mitromanie. Le
Sage,qui peint les faiblesses humaines dansLeDiaUe hoiteux,-pTe8ente
le type du roman de caract^re dans Gil Bias. Louis Eacine ^crit des
M&moires ou il retrace la vie de son pere. Eollin publie une
Histoire ancienne. Bernardin de St - Pierre produit un chef-
d'oeuvre litteraire dans le roman si simple, si poetique, Paul et
Virginie. Montesquieu signe des pages inoubliables de haute
philosophic : les Lettres persanes ; L' Esprit des Lois et les Considera-
tions sur les Causes de la Grandeur et de la Decadence des Romains.
Par ses id^es philosophiques, Jean -Jacques Eousseau fait pres-
sentir I'approche de la Eevolution frangaisc : YEviile, qui est la
declaration des droits de I'enfant, est un appel aux vertus de la
famille ; Le Contrat social part de ce principe que " I'homme est n^
libre " ; la passion (delate dans les pages etincelantesde La Nouvelle
Hdloise, et les Confessions donnent I'image vraie/du genie de Jean-



BREF APERgU DE LA LITT:^RATUilE FRAXgAISE xix

Jacques. Caron de Beaumarchais fait jouer au theatre Le Barhier
de Seville ; puis, a la suite d'un proces fameux, il imprime des
Mimoires judiciaires, ceuvre d'eloquence, d'esprit, de verve et de
bon sens. Buffon consacre sa plume et sa brillante imagination h,
I'analyse de la nature. Les descriptions de VHistoire naturelle
sent des peintures vivantes en meme temps que le style noble,
pur, est toujours digne de celui qui disait, lors de sa reception h,
I'Academie : " Le style est I'homme meme." Diderot, I'un des plus
puissants esprits de cette epoque, con^oit, execute et mene a bonne
fin I'immense travail qu'est Y EncyclopMie, a laquelle coUaborent
les philosophes Condillac, Helvetius, d'Holbach, et pour laquelle
d'Alembert ecrit son beau Discours prdliminaire, qui sert de preface
k I'oeuvre et en trace le plan. L'abb^ Provost, historien de la
passion, nous legue sa Manon Lescaut. Le siecle va finir. II
semble que les troubles r^volutionnaires doivent Eloigner les
esprits de toute litterature. Erreur. Au moment meme ou la
guerre est declar^e k I'Autriche, Eouget de Lisle se manifeste ; il
improvise son magnifique Chant de Guerre de I'Armde du lihin,
qui, plus connu sous le titre de La Marseillaise, va faire le tour de
I'Europe et devenir I'hymne national des Fran^ais.

Dhs son aurore le XIX" siecle poss^de deux grands ecrivains.
D'abord la baronne de Stael-Holstein, fille de Necker et type de
I'esprit fran9ais, montre toute sa sensibilite dans le roman
Delphine et glorifie la femme moderne et I'ltalie dans Corinne.
L'autre, Chateaubriand, developpe toutes les graces du style dans
Ze Ginie du Christianisme, ou excite I'admiration de ses contem-
porains dans Atala, RirU, Les Martyrs et Le Dernier des Abencerages.
Sous I'Empire, Jacques DeliUe, I'^l^gant traducteur des Gdorgiques,
est le maitre de I'^cole de la po^sie descriptive. Puis voici Brillat-
Savarin, qui prouve, par La Physiologie du GoM, que la litterature
rend attrayant meme un traits de gastronomic. Henri Beyle,
lui, sous le pseudonyme de Stendhal, livre carriere a toute son
originalit(5 dans Rouge et Noir. Les publicistes et les hommes d'etat
ont alors des reprdsentants remarquables comme Alexis de Tocque-
ville, dont on admire la science et les qualites dans Le Systhme
pdnitentiaire aux Etats- Unis et dans La Bdmocratie en Amdrique.



XX BREF APERgU DE LA LITTJilRATURE FRAX^AISE

Paul Louis Courier se fait une sp^cialit^ du pamphlet et son
PampJdet des Pamphlets est regard^ comme le modele du genre.
Barth^lemy, a la fois po^te et homme politique, fl^trit chaque
semaine, dans la fameuse N6m6sis, journal en vers, le gouvernement
de Louis-Philippe. Beranger, celui qui " ne veut rien etre," choisifc
la chanson qu'il metamorphose en un genre nouveau et dans
laquelle il chante la patrie, le peuple, la liberte, ou couvre de
ridicule Tancien regime. Honor^ de Balzac, surnomm(5 " le colosse
de la littdrature" par ses admirateurs enthousiastes, revele ses
qualit^s de grand romancier avec La Peau de Chagrin. Materialists,
imbu des id^es despotiques, conteur plain de verve et d'imagination,
il se fait I'historien des moeurs de la society dont il esquisse de
brillants portraits dans Euginie Grandet, Une Femme de 30 ans,
Physiologie du Mariage, La Recherche de VAhsolu, Le M^decin de
Campagne, etc. Une autre grande figure, c'est Lamartine, I'un des
plus illustres pontes de la Prance, qui nous emeut d'abord avec ses
romans Graziella et Raphael, r^cits de ses liaisons de jeunesse.
Puis viennent ces poesies d'une m^lancolie p^netrante, les Medita-
tions, auxquelles succ^dent les Harmonies podtiques et religieuses,
obi I'auteur s'el^ve dans les plus hautes regions de I'ideaL Son
Voyage en Orient abonde en descriptions d'une grande richesse, et
VHistoire des Girondins, qui eut un retentissement immense, pent
^tre consid^r^e comme un veritable po^me historique. Aurore
Dupin, baronne Du Devant, cache son nom sous le pseudonyme
de George Sand, et diploic la splendeur et la precision de son style
dans La Mare au Diahle, Francois Champi, La Petite Fadette, romans
champetres qu'on a appel^s les " Georgiques de la France." Dans
un voyage qu'elle fait en Italie, G. Sand se brouille avec Alfred de
Musset, po^te sentimental, qui a les enthousiasmes et les d^fauts
de la jeunesse. Vigueur, passion, grace, lyrisme, Musset a tous ces
dons et les seme a profusion dans ses oeuvres : Contes d'Espagne ; La
Coupe et les Lhvres; A quoi rivent lesjeunes Filles; Rolla; Les Nuits,
etc. Son Amotion toujours communicative s'empare des ames,pen6tre
les coeurs. Eugene Sue " risque le roman francjais en plein Ocean,"
comme dit Sainte-Beuve ; mais bientot il abandonne le roman