Royal Society (Great Britain).

The celebration of the two hundred and fiftieth anniversary of the Royal Society of London, July 15-19, 1912 online

. (page 4 of 13)
Online LibraryRoyal Society (Great Britain)The celebration of the two hundred and fiftieth anniversary of the Royal Society of London, July 15-19, 1912 → online text (page 4 of 13)
Font size
QR-code for this ebook


RECTOR ET SENATUS CAES. REG. UNIVERSITATIS LITTERARUM CAROLEAE FER-
DINANDEAE PRAGENsis BoHEMiCAE Societati Regiae Londinensi. Ducentesima
quinquagesima natalicia Societatis vestrae quod sollemniter celebratis, gaude-
mus eaque sollemnia votis optimis prosequimur. Simul pia memoria illud
recolimus, quantopere Societas vestra de cultu ac flore scientiarum, ex quo
condita est, meruerit. Nam ilia prima tamquam dux eorum procedebat,
quorum opera studium in omnibus scientiarum naturalium generibus renatum
est, atque ita novas cogitandi vias per omne aevi sui spatium muniebat.
Quando temporum iniquitate bellicisque casibus omnia ferme felicia scientias
colendi initia in Bohemia extincta sunt, agmen virorum in doctrinis elaboran-
tium Societas vestra iam ducebat, effecitque ut aliae similes per Europae terras
conderentur societates. Atque in animum revocandi videntur cum primi illi
viri docti ingeniosi, qui procedente tempore superstitiones e doctrinarum
rationibus propellerent, turn innumerabiles illi rerum investigatores clarissimi,
qui Societati vestrae praepositi exactis quae dicuntur et biologicis disciplinis
velut novas vias docti laboris demonstrabant. Quod tantum ad hanc aetatem
naturales scientiae profecerunt quodque tantum fructum usus earum tulit
hominibus, haec maxima ex parte Societatis vestrae laus est existimanda.
Dum igitur memoria tenemus, quantopere Societas vestra de scientiarum
incremento et flore meruerit generisque humani commoda auxerit provexerit,
verecunde ac pie earn colimus suspicimus, quodque talia tamque utilia et
semper duratura effecit, sincere laetamur totoque animo vobis congratulamur.

Dabamus Pragae, capite regni Bohemiae, Jcalendis luliis anni MCMXII.

J. CELAKOVSKY, h. t. rector.
CAROLUS KADLEC, h. t. decanus facult. iuridicae.
D 2



36 THE ROYAL SOCIETY



ROYAL HUNGARIAN UNIVERSITY, BUDAPEST

RECTOR ET SENATUS REGIAE SCIENTIARUM UNIVERSITATIS HUNGARICAE
BUDAPESTINENSIS Magnifico Praesidi Societatis Regalis Londinensis pro
Scientia Natural! promovenda S. P. D. Magnifice Domine, E litteris Vestris
ad nos perhumaniter datis maximo cum gaudio Vos die decima sexta et
duabus insequentibus diebus mensis lulii a. c. Societatis Vestrae, a Carolo
Secundo rege Vestro constitutae, feliciter peracti anni ducentesimi quin-
quagesimi sollemnia celebraturos esse legimus. Gratias Vobis agimus, viri
praestantissimi, quod laeto cum hoc nuntio ad has Ferias saeculares nos
quoque benignissime familiarissimeque invitatos esse volueritis. His festis
per legatum nostrum publice missum Dominum Dr em ISIDORUM FROHLICH,
Consiliarium Aulicum Reg. Hung., Rectorem huius temporis Universitatis
Nostrae Magnificum gratulationes nostras, caritatem votaque testamur, ex
animi sententia optantes ut per sequentia quoque saecula Societas Vestra
floreat et crescat. Haec vero charta sigillo Universitatis munita in tabulario
Societatis Vestrae deposita, perenni sit documento, quam sincere voluerit
particeps esse gens nostra Hungarica inter populos celeberrimos culturae
humanae diebus festis humanitatis et quam ardenter Vobis omnia bona
faustaque precata sit.

Dabamus Budapestini in Capite Regni Hungarian, die trigesima mensis
lunii a. D. millesimo nongentesimo duodecimo.

DR. ISIDORUS FROHLICH, h. t. Rector.

DR. ANTONIUS MARGITARY, Regis ConsiL, Senatus Notarius.



BELGIUM

UNIVERSITY OF LOUVAIN

A MONSIEUR LE PRESIDENT ET A MESSIEURS LES MEMBRES DE LA SOCIETE
ROYALE DE LONDRES. Messieurs,L'Universite Catholique deLouvain, qui garde
le souvenir reconnaissant de la participation des Societes savantes a ses propres
fetes jubilaires, estheureuse aujourd'hui d'offrir, a son tour, a la Societe Royale
de Londres, ses vives felicitations a Foccasion de la celebration solennelle du
250 me anniversaire de sa fondation. II n'est pas une Institution scientifique
qui puisse se glorifier d'un passe plus brillant et plus fecond. Dans le domaine
des sciences physiques et mathematiques comme dans celui de la biologie,
la Societe Royale s'est dignement acquittee de la mission que lui confia son
Auguste Fondateur : elle a ete un puissant facteur du progres des sciences
naturelles. Elle s'est acquis de la sorte un droit incontestable aux suffrages



CELEBRATION ADDRESSES 37

de tous les Corps savants. LUniversite de Louvain forme les voeux les plus
ardents pour la prosperite toujours croissante de cette illustre Societe ; Vivat !
Crescat ! Floreat ! Au nom du Conseil Rectoral,

Le Recteur, P. LADEUZE.
Le Secretaire, J. VAN BIERVLIET.
Louvain, le 27 Juin 1912.



ROYAL ACADEMY OF SCIENCES, BRUSSELS

A LA SOCIETE ROYALE DE LONDRES. Monsieur le President, Sir ARCHIBALD
GEIKIE, Associe de 1'Academie royale de Belgique, Vous voulez bien porter
a la connaissance de TAcademie royale de Belgique que la Societe
royale de Londres, fondee, en 1645, par un groupe de savants, en vue du
progres de la science dans le Royaume-Uni, constituee en association des
1660, et investie le 15 juillet 1662, par le Roi Charles II, d'une Charte de
corporation, celebrera le 16 juillet de Tannee actuelle son deux cent cinquan-
tieme anniversaire. Vouz invitez, en meme temps, on ne peut plus confra-
ternellement, 1' Academic royale de Belgique a cette commemoration d'une si
haute importance pour la science, en general, de tous les pays qui s'occupent
de la culture des connaissances humaines en tete desquelles sont TAstronomie
et votre immortel Newton. L' Academic royale de Belgique est on ne peut
plus flatte'e de cette gracieuse invitation de la Societe royale pour laquelle
elle professe la plus grande admiration, non seulement pour ses membres si
illustres, mais aussi pour les travaux dont ils ont enrichi la science europeenne
pendant les deux siecles et demi ecoules de votre celebre Societe. Ce n'est
pas d'hier, illustre Confrere, que nous apprecions la haute valeur scientifique
de la Societe royale et sa valeur morale. Lors de son retablissement par le
Roi Guillaume I er , en 1816, le premier soin de TAcademie royale de Belgique
fut de demander a la Societe royale de Londres 1'echange de ses publica-
tions avec vos celebres Philosophical Transactions. La collection que nous
possedons de ces Transactions remonte a Tannee 1777 ; elle constitue le
plus beau joyau de notre bibliotheque, au meme titre que les publications de
I 1 Academic des sciences de Paris. C'est un tresor inestimable qui fait con-
stamment Tadmiration des savants qui y ont recours pour leurs travaux. Ils
sont legion les membres de la Societe royale que 1'Academie royale de
Belgique a eu Thonneur de compter comme associes depuis 1816. Et leurs
noms sont deja entoures parmi nous, comme en Angleterre, de Taureole de la
gloire : Charles Babbage, Sir John William Herschel, Pierre Barlow, Sir James
South, Sir Edward Sabine, John Barrat, John Taylor, Robert Brown, Sir
David Brewster, Michael Faraday, Sir Richard Owen, Sir Charles Wheatstone,
Sir George Biddell Airy, Sir Roderick Impey Murchison, Sir Charles Lyell,



38 THE ROYAL SOCIETY

Thomas Davidson, Charles Robert Darwin, Joseph Dalton Hooker, Andrew
Crombie Ramsay, Thomas Henry Huxley, Lord Kelvin, John Tyndall, James
Prescott Joule, Sir Joseph Prestwich, Arthur Cayley, James Joseph Sylvester,
Sir William Henry Flower. D'autre part, c'est un reel honneur pour nous de
voir encore figurer dans nos rangs Sir George-Howard Darwin, Sir James
Dewar, Sir Edwin Ray Lankester, Sir John Murray et vous meme, Sir
Archibald Geikie, le si distingue president actuel de la Societe royale. II
nous est ^impossible, Sir, dans le cadre de cette Adresse de felicitations, de
citer tous les travaux de votre Societe, meme les plus celebres. Et cependant
1'Academie royale de Belgique aurait ete si heureuse d'en parler, surtout de
ceux qui, depuis le commencement du xvn me siecle, ont fait progresser les
sciences d'une maniere si prodigieuse. D'aussi celebres souvenirs et un aussi
memorable passe, dont la Belgique, comme toute TEurope scientifique, a
profite, sont le plus sur garant d'un avenir qui sera aussi illustre pour la
Societe royale de Londres. L'Academie royale de Belgique souhaite a la
Societe royale d'acquerir encore de nouveaux titres a la reconnaissance de
Thumanite. Puisse-t-elle, a tout jamais, pour le bien de celle-ci, continuer
a tenir avec 1'Academie des sciences de Paris le sceptre de la science qui
constitue le flambeau de la verite. Quant a Lord Lister, 1'Academie, au nom
de toute la Belgique, s'associe au deuil de 1'Angleterre au sujet de la mort de
Tillustre chirurgien. Telle est 1'expression des sentiments de 1'Academie
royale de Belgique, que Tun de ses membres, M. Dollo, s'est engage a vous
apporter de notre part.

Bruxelks, le 16 juillet 1912.

Le Secretaire perpetuel, LE CHEVALIER EDMOND MARCHAL.



DENMARK

UNIVERSITY OF COPENHAGEN

UNIVERSITAS HATJNIENSIS REGALI SOCIETATI S. P. D. Duo iam saecula et
dimidium Regalis Societas ita egit, ut egregium illud dictum, quod vexillo
suo inscripsit, semper summa cum fide exsequeretur. Eo tempore exorta,
quo nihil fere praeter ecclesiam in lumine erat, praecipueque Naturalium
Rerum Scientia crassa superstitionis caligine obfuscabatur, hoc sibi proposuit,
ut novam et veram philosophiam naturalem in lucem duceret, experiendi arte
fultam et ingenua inquirendi ratione procedentem. Libera, a nullius gratia
pendens, nullo auxilio externo munita, incrementum sensu cepit et robur,
dum socii, scientiam ipsius causa ardentibus animis amantes, infatigabili
studendi vigore provehuntur veritatemque ex tenebris nebulisque eliciunt,
minime eo deterriti, quod labores, quibus operam suam impendebant, saepius



CELEBRATION ADDRESSES 39

spes suas fallere nullumque profectum promittere videbantur. Procedente tern-
pore non raro apparuit, ea quoque, quae primo aspectu vana et sterilia esse
videbantur, uberes et inexhaustos fontes aperuisse. Quod vere dictum est,
Anglorum nationem non victoriis terras expugnando coloniasque late per
orbem condendo potius quam naturam suae terrae sibi subiciendo magnam et
illustrem factam esse, quodque nulla cuiquam relinquitur dubitatio quin
accrescens Rerum Naturalium Scientia toti generi humano immane quantum
profuerit, Regalis Societas merito gloriari potest, tarn hanc patriae laudem
quam illas communis hominum vitae utilitates magnam partem viris deberi
quos in sociorum numero habuerit. Ingenuo et grato animo eorum beneficio-
rum memoriam retinens, quae bonarum artium studia huic Societati deberft
quae ipsa princeps condita postea multis aliis eiusdem generis societatibus
originem dedit et normam, Universitas Hauniensis Regali Societati CCL annos
gloriose exactos gratulatur, sperans fore ut futura eius tempora digna prae-
teritis saeculis luce fulgeant.

FRANCISCUS BUHL, h. a. Rector Uuiversitatis.



ROYAL DANISH SOCIETY or SCIENCE, COPENHAGEN

TIL ROYAL SOCIETY i LONDON. Grundlseggelsen af Royal Society for
250 Aar siden var en Begivenhed, som ogsaa nu med allerstorste Paaskonnelse
maa mindes af enhver, som glaeder sig over den Hojde, hvortil Nutidens Natur-
videnskab har haevet sig. Ved dets Stiftelse lagdes nemlig Grunden til store
Laere : Bygninger, som siden den Tid ere voksede op, og som ere i Stand til at
baere kommende Tiders rige Arbejder. Uforglemmelige i Videnskabens His-
toric ere de hver paa sit Omraade fremragende Maend, der samledes fbrst i en
mere privat Kreds og dernaest i det af dem grundlagte Selskab for at fore-
tage naturvidenskabelige Forsog i et Omfang og med en Planmaessighed, som
ikke var kendt i tidligere Tider. Om den store Betydning af det Samarbejde
mellem indenlandske og udenlandske Medlemmer, som Royal Society straks
bragte tilveje, vidner den Brevveksling, som med det som Mellemled fortes
mellem Newton og Leibniz, og som indeholder de vigtigste Dokumenter
vedrorende Infinitesimalregningens Tilbliven. Endelig var det under dette
Selskabs Auspicier, at Newton nogle Aar senere, kraftig tilskyndet af dets
ovrige Medlemmer, udgav sine Principia. Disse faa Traek vise den Hoved-
andel, som Royal Society i sine fbrste Decennier havde i Grundlaeggelsen af
den moderne Mathematik, Fysik og Astronomi ; men tidlig udstraktes dets
initiativrige og frugtbringende Virksomhed ligeledes til de andre Omraader
af Naturvidenskaben, og ogsaa efter Udskillelsen af Selskaber med mere
specielle Formaal er Royal Society vedblevet at vaere Centralorganet for den
britiske Nations naturvidenskabelige Arbejde, der har haft og bestandig har
en saa fremragende Andel i de store Fremskridt paa alle Naturvidenskabens



40 THE ROYAL SOCIETY

Omraader. Som Repraesentant for det mere beskedne Arbejde i de samme
Retninger, som gores af en langt mindre, men beslaegtet Nation, tager det
Kongelige Danske Videnskabernes Selskab levende Del baade i den almin-
delige Tak for alt det, som er ydet og den Dag i Dag bliver ydet gjennem
Royal Society, og i Onsket om en Fremtid, der svarer til dets Fortid
og Nutid.

I det Kongelige Danske Videnskabernes Selskab, Juli 1912.

President VILH. THOMSEN.
Sekretaer H. G. ZEUTHEN.



FRANCE

UNIVERSITY OF PARIS

L'UNIVERSITE DE PARIS AU PRESIDENT, AU CoNSEIL ET AUX MEMBRES DE LA

SOCIETE ROYALE DE LoNDRES. LTUniversite de Paris est heureuse de se faire
representer aux fetes donnees par la Societe Royale de Londres a Toccasion
du deux cent cinquantieme anniversaire de sa fondation. Ce fut un jour
memorable que celui ou le roi Charles II transforma en Societe Royale le club
ou se reunissaient chaque semaine quelques curieux de la methode experimen-
tale. Le programme de votre Charte etait de developper la nouvelle philo-
sophie, comme on disait alors, c'est-a-dire la connaissance de la nature au
moven de Inexperience. Votre Societe est toujours restee fidele a son premier
but, et Thistoire de la Science montre avec quel eclat vous avez contribue au
developpement de ce que vous appelez encore aujourd'hui la philosophic
naturelle. On ne peut se reporter aux premiers temps de votre fondation
sans evoquer le souvenir de celui qui fut pendant vingt-quatre ans votre
president, et dont un de vos poetes a dit eloquemment que c'est un honneur
pour le genre humain qu'un tel homme ait existe. Toute louange palit a
cote du nom d'Isaac Newton. II n'est pas une branche des sciences physico-
mathematiques et des sciences naturelles qui n'ait etc enrichie par les travaux
des membres de votre Compagnie. John Dalton et Humphry Davy comptent
parmi les fondateurs de la chimie moderne, et les decouvertes de Faraday et
de Maxwell en electricite ont eu d'immenses consequences. Toute une philo-
sophie se rattache au nom de Charles Darwin, dont les admirables et patientes
observations ont mis en evidence d'importants facteurs de 1'evolution des etres
vivants. Dans le grand labeur jamais termine, par lequel s'edifie peu a peu la
Science, chaque nation apporte sa mentalite particuliere. Vos savants restent
toujours soucieux des details et des applications. Quel bel exemple a donne
un grand physicien, comme Lord Kelvin, dont 1'esprit puissant, capable des
speculations les plus elevees sur la thermodynamique et la theorie des atonies-



CELEBRATION ADDRESSES 41

tourbillons, s'attachait en merae temps aux questions pratiques de la naviga-
tion et de la telegraphic transatlantique ! II fut aussi des votres, Tillustre
Lord Lister qui, en s'inspirant des doctrines pastoriennes, a cree une methode
de pansement bouleversant la chirurgie, et s'est ainsi place parmi les bien-
faiteurs de 1'humanite. La Science est dans une perpetuelle evolution. Les
faits et les principes qui paraissent les mieux etablis restent toujours sujets a
revision. Mais, pour les reviser, il faut parfois une singuliere audace. Elle
ne vous a pas manque. Pres d'ici, des gaz nouveaux, Targon et ses conge-
neres, out ete extraits de 1'air atmospherique tant de fois analyse par les plus
illustres chimistes. (Test dans un laboratoire anglais que fut repris recem-
ment Tantique probleme de la transmutation des elements et que la trans-
formation du radium en helium a ete etablie ; ce souvenir, ou sont associees la
science anglaise et la science francaise, est particulierement cher a PUniversite
de Paris. La part aussi est considerable qui revient aux savants de votre
pays dans les vues nouvelles sur les theories electroniques de la matiere.
Depuis deux cent cinquante ans, 1'influence de la Societe Royale n'a cesse de
grandir. Ses Proceedings et ses Transactions comptent parmi les journaux
scientifiques les plus renommes et vont porter au loin le temoignage de votre
activite. Quelle gratitude tous les savants ne doivent-ils pas a la Societe
Royale pour son Catalogue of Scientific Papers pendant le xix e siecle,
entreprise immense, devenue internationale pour le siecle actuel, mais dont
vous avez conserve la haute direction. C'est encore a votre initiative qu'est
due la creation de P Association internationale des Academies ; grace a vous,
le projet, digne du chancelier Bacon, d'une Academic Universelle ouverte a
toutes les nations est devenu une realite. Vous vous etes toujours preoccupes
du role social que doivent jouer les Societes savantes. II n'est pas en Angle-
terre une grande entreprise, ayant un caractere scientifique, sur laquelle vous
n'ayez ete consultes, ou dont vous n'ayez suggere la creation. Qu'il nous
suffise de rappeler, pour des temps recents, le Laboratoire national de Phy-
sique, du a Tinitiative de votre Conseil, et qui reste place sous son controle
direct. Un passe si brillant repond de Tavenir de la Societe Royale. L'Uni-
versite de Paris lui apporte cordialement ses felicitations pour tant d'oeuvres
accomplies. Puissent toujours ses membres, rassembles pour Pavancement de
la connaissance de la nature, suivant les termes de votre Charte deux fois et
demie seculaire, continuer a travailler pour le progres des sciences et la gloire
de TAngleterre.

Paris, k 16juillet 1912.

Le Vice-Recteur, President du Conseil de FUniversite de Paris,

L. LIARD.

Le Professeur deltgue de TUniversite de Paris, EM. PICARD.



42 THE ROYAL SOCIETY



MESSIEURS ET CHERS CONFRERES, Parmi les vceux que vous recevez de tous
cotes, a Toccasion de la celebration de votre deux cent cinquantieme Anniver-
saire, vous distinguerez, nous en sommes assures, ceux que 1' ACADEMIE DBS
SCIENCES DE PARIS nous a charges de vous presenter en son nom. Vous
connaissez de longue date les sentiments qui nous animent, Taffection que
nous vous portons, 1'admiration profonde que nous eprouvons pour vos
travaux. Ces sentiments remontent a nos premieres origines. Notre Aca-
demic et votre illustre Societe ont eu des destinees a peu pres pareilles. L'une
et Tautre ont ete etablies par les amis de la science, longtemps avant d'etre
reconnues par le gouvernement de leur pays. Des le debut du xvn e siecle,
nos savants de Paris avaient pris 1'habitude de se reunir periodiquement, pour
se proposer des problemes de mathematiques, pour faire des experiences, pour
discuter les grandes questions scientifiques que susciterent les decouvertes
de Kepler et de Galilee. Vers la meme epoque, vos philosophes, vos savants,
dont plusieurs vinrent nous rendre visite, se reunissaient a Londres et a Oxford
pour s'occuper, comme les notres, d'experiences et de recherches scientifiques.
Lorsque ces assemblies qui se tenaient dans 1'un et 1'autre pays commencerent
a y etre connues, elles ne tarderent pas a recevoir 1'investiture officielle.
Charles II vous donnait votre premiere Charte en 1662. Quatre ans apres,
en 1666, notre Academie recevait la sienne des mains de Louis XIV et de
Colbert, ' ce ministre porte de lui-meme aux grands desseins ', en meme temps
qu'etait decidee la creation de TObservatoire de Paris. Nos commencements
se ressemblent a plusieurs egards. Par exemple, dans cette premiere partie
de leur carriere, nos Academies ont, Tune et 1'autre, compte parmi leurs
membres d'eminents medecins. II est vrai que les travaux de Newton n'ont
pas tarde a illuminer vos debuts d'un eclat incomparable ; notre Academie
peut revendiquer du moins 1'honneur d'avoir poursuivi et complete Tceuvre
de ce grand horn me. D'Alembert, Clairaut, Laplace, Lagrange figureront
dignement a cote des successeurs que vous avez donnes a Newton dans
Tachevement de la plus glorieuse conquete qu'ait jamais faite Tesprit humain.
Cette union feconde de nos recherches s'est maintenue jusqu'a nos jours.
Lorsque, vers la fin du xvin 6 siecle, Lavoisier a jete les bases de la Chimie
moderne, ses travaux ont ete etroitement meles a ceux de Priestley et de
Cavendish. Au siecle qui vient de finir, et pour ne parler que de ceux qui ne
sont plus, la posterite reunira dans une admiration commune les noms de
quelques-uns de nos confreres, et ceux a jamais illustres d'Herschel, de
Dalton, de Faraday, de Darwin, de Lord Kelvin, de Sylvester, de Cayley,



CELEBRATION ADDRESSES 43

cTAdams, de Maxwell, d'Huggins, de Lord Lister. Quelque incomplete
qu'elle puisse etre, cette enumeration montre bien que, tout en conservant
Fempreinte de Newton, tout en vous attachant a cultiver cette science
maitresse a laquelle il a donne le beau nom de philosophic naturelle, vous
n'avez neglige aucune branche du savoir humain. La methode qui vous
a guides peut etre aisement definie en quelques mots : Nullius in verba, telle
a ete la devise que la Societe royale a toujours appliquee dans les travaux que,
depuis sa fondation, Elle n'a cesse d'accomplir pour le developpement et
Taccroissement des sciences de la Nature. En repandant ainsi, en faisant
connaitre par vos propres recherches et par les directions que vous donnez,
cette methode scientifique que le Chancelier Bacon avait preconisee avec tant
de force et d'autorite, que Newton avait illustree dans ses Principia et dans
son Optique, vous avez rempli avec eclat la partie essentielle de la tache qui,
de tout temps, a ete devolue aux Societes Savantes ; mais votre action s'est
etendue plus loin encore et vous nous avez donne, sur d'autres points, des
exemples que tous doivent s'efforcer d'imiter. Rattaches a votre gouvernement
par des liens quelque peu laches, qui vous assurent une independance a peu
pres complete, vous avez tenu neanmoins a lui rendre tous les services qu'un
grand pays peut attendre d'une Societe Savante. Vous lui pretez votre
concours pour la distribution des subventions aux recherches scientifiques,
pour la direction de TObservatoire de Greenwich, du Laboratoire national
de physique, pour 1'etude des maladies tropicales qui se rencontrent dans
votre Empire, le plus vaste que le monde ait jamais connu ; vous provoquez,
vous sollicitez sa cooperation pour les expeditions maritimes et scientifiques,
pour les decouvertes geographiques, pour 1'etude des tremblements de terre,
de 1'Ocean dans ses profondeurs, et pour bien d'autres objets que nous
renoncons a enumerer. Tant de travaux, tant de preoccupations sont loin
d'epuiser votre activite; et Ton vous a toujours trouves animes d'un esprit
large et vraiment liberal, prets a susciter et a faire vivre ces associations
internationales qui sont appelees a prendre une place de plus en plus bienfai-
sante dans le developpement et dans la vie de Fhumanite. Naguere, vous
cooperiez avec nous a la creation de TAssociation Internationale des Academies ;
vous avez voulu diriger vous-memes une des entreprises les plus difficiles qui
aient jamais ete tentees : nous voulons parler du Catalogue international de
litterature scientifique^ qui a ete deja, et qui sera plus encore dans Tavenir,
si utile, si necessaire aux chercheurs de tous les pays. Les services que vous
avez ainsi rendus a votre pays, a la science et a Thumanite meritent le respect
et Tadmiration que vous apportent aujourd'hui tant de voix autorisees,
auxquelles nous sommes heureux de joindre les notres. Puissiez-vous prosperer
longtemps encore pour servir d'exemple a nos Societes Savantes, pour offrir
a votre pays et aux savants de toutes les nations une moisson de plus en plus
ample de ces decouvertes qui sont marquees au coin de toutes les qualites,
du genie de votre race ! tel est le voeu bien cordial et bien sincere que vous



44 THE ROYAL SOCIETY

presentent en ce jour vos confreres, permettez-nous de dire vos amis, de
T Academic des Sciences de Paris.
Le 15juilkt 1912.

GABRIEL LIPPMANN, President.

FELIX GUYON, Vice-President.

GASTON DARBOUX, Secretaire perpttuel pour les

Sciences mathematiques.

PHILIPPE VAN TIEGHEM, Secretaire perpttuel pour les

Sciences physiques.

OBSERVATORY, PARIS

LE DlEECTEUR DE L'OBSERVATOIRE DE PARIS A MONSIEUR LE PRESIDENT

DE LA SOCIETE ROYALE DE LONDRES. Monsieur le President, En nVinvitant
a assister a vos fetes, vous avez voulu honorer TObservatoire de Paris, dont
trois directeurs, J.-D. Cassini, Arago, Le Verrier, ont ete associes etrangers


1 2 4 6 7 8 9 10 11 12 13

Online LibraryRoyal Society (Great Britain)The celebration of the two hundred and fiftieth anniversary of the Royal Society of London, July 15-19, 1912 → online text (page 4 of 13)