Ecole normale supérieure (France).

Annales scientifiques de l'École normale supérieure online

. (page 11 of 34)
Online LibraryEcole normale supérieure (France)Annales scientifiques de l'École normale supérieure → online text (page 11 of 34)
Font size
QR-code for this ebook


ont ete prealablement rabotees de faijon qu'une fois mises en place
elles laissent entre elles un tube rectangulaire dans lequel on pent
glisser un tube sans soudure, en platine, qui s'y ajuste exactemenL

Le cylindre d'acier a o",2o de long, o"*,o3 de diametre; le tube in-
terieur a o™,ao de long, o°*,oi de haul et o™,oo5 de large; c'est done
une cavite de o°^S lo, dont les parois sont en platine, par suite inatta-
quables a la plupart des agents cbimiques, et peuvent, grace a Tacier
qui les entoure, resister a plusieurs centaines d'atmospheres.

Ce canal est ferme, a ses deux extremites, par des glaces de o™,oo6
d'epaisseur, maintenues, centre Touverture bien rodee, par une plaque
d'acier, percee d*une ouverture rectangulaire et reliee par cinq vis de
pression au corps du tube d'acier, qui presente, a cet effet, un renfle-
ment vers chaque extremite.

Les gaz qui doivent etre comprimes dans cet espace y sont introduits



Digitized by



Google



ETUDE SPECTROSCOPIQUE SUR l'oZONE. t^'J

par uQ trou perce dans la partie cenlrale du canal, a travers les parois
eaO.

Eafin, en troisieme lieu, le reservoir de verre et le lube d'observa-
tion communiquent par un tube capillaire en acier, dont le diamelre
exterieur est de 0^,012; il porte, dans le voisinage du tube d'observa-
tion, un robinel a pointe pouvant resister a de tres fortes pressions. La
figure montre le systeme bien connu de raceords employes.

Fig. 5. •



La partie inferieure du tube de raccordenient est mastiquee a la glu
marinedans unedouille, a laquelle elle est de plus fixee par deux ecrous;
elle est percee d'une ouverture de diametre suftisant pour recevoir Tun
des tubes extremes du reservoir de verre, qui y est egalement sonde a la
glu marine.

Le maniement de Tappareil est facile k saisir. En E, on sonde un ro*
binet k trois voies, dont Tune conduit a la machine pneumatique,
Tautre communique par une soudure a un appareil de M. Berthelot. Le
vide fait, on laisse rentrer pen a pen Toxygene ozonise. L'appareil



Digitized by



Google



1 58 J. cuAPPuis.

plein, on le separe en e, on le renverse sur un bloc de grande dimen-
sion plein de mercure, et Toperation se continue comme avec un tube
ordinaire de M. Cailletet.

L^observation de I'ozone dans ces conditions permet de voir appa-
raitre a la fois la couleur bleue et les deux bandes voisines de D ^ une
pression de 5**"*.

L'ordre d'apparition, a mesure que la pression croit, est le meme que
celui deja signale. Des mesures raicrometriques faites k 25*^" don"
neot, pour les bandes, le meme aspect, la meme position et la mSme
largeur que celles observees avec le tube de 4'"» So plein a la pression
atmosph^rique. Or I'observation dans un tube de o™,2o de long a 25**"
doit correspondre a celle faite dans un tube de 5"^ si Taugmentation de
longueur de la couche gazeuse et son augmentation de densite pro-
duisent le meme efTet sur le rayon lumineux.

J'ai poursuivi Tobservation jusqu'a45*'"', ce qui equivaut a I'observa-
tion dans un tube de 9™. La couleur avait notablemenl augmente, les
bandes etaient sensiblement plus sombres; la moyenne des mesures
leur donnait a peu pres la meme largeur; je n'ai pas pu en observer
de nouvelles,pas plus que je n'ai pu les resoudreen raies fines. La bande
n® 1 a pu etre notee a 89. La fermeture du robinet, empSchant Tab-
sorption de Tozone par le mercure et sa destruction, puisqu'il n'est
plus en contact qu'avec du platine et du verre (et aussi avecde Tacier,
mais dans la tres courte partie qui separe le tube d'observation du ro-
binet), m'a permis de conserver Tozone a cette pression pendant un
temps suffisant pour faire toutes ces observations avec le soin desi-
rable.

Influence de la temperature.

l^ SUR LA COULEUB.

Nous avions constate, M. Hautefeuille et moi, qu'un abaissement de
temperature determinait pour Tozone, a Tinverse de ce qui arrive pour
I'acide liypoazotique, une augmentation dans Tintensile de coloration.
Ce fait etait assez net pour donner lieu aux experiences suivantes :

Premiere experience. — L'ozone etant comprime a la temperature
ordinaire, a 8o*^/iar exemple, dans le tube capillaire de Tappareil



Digitized by



Google



feTUDE SPECTROSCOPIQUE SUR L*OZONE. fSg

Gailletet, la couleur bleue du gaz qui paraissait alors douteuse devenait
tres nelte si, tout en maintenant la pression constante, on abaissait la
temperature de Tozone a — ^3®, en plongeant la partie superieure du
tube dans du chlorure de methyle; a — 88° la coloration etait encore
plus-intense.

Deuxiime experience. — Un tube de i*" de long etant rempli d'oxy-
gene aussi riche que possible en ozone, on observait une feuille de
papier blanc placee a I'ouverture opposee a celle oil Ton mettait Toeil.
C'esta peine si cetle feuille paraissait coloree; on repandait alors, a
Taide d*un siphon, du chlorure de methyle sur le tube enveloppe de
papier ou de linge, et Ton voyait de suite la coloration apparaitre. La
variation de temperature elait assez brusque dans cette experience, et
Ton pent eslimer a — 5o® la temperature obtenue momentanement par
cette evaporation rapide sous Tactipn du vent, Tappareil etant place en
plein air dans une cour.

2** SUR LE SPECTRE D*ABS0RPTI0N.

PremHre experience. — De ces deux experiences, la premiere ne se
pretait pas facilement aux observations spectroscopiques; la deuxieme
permettait, au contraire, tres bien la recherche des bandes aux deux
temperatures si differentes auxquelles se trouvait soumis le gaz a
quelques moments d'intervalle.

Avec un tube aussi court que celui que j'employais (i™), et en pre-
parant et maintenant le gaz a la temperature ambiante, c'est avec diffi-
cult6 qu'on observait les deux bandes qui encadrent la raie D, et Ton
ne pouvait voir aucune des autres; quand, au contraire, le tube etait
refroidi, par Tevaporation rapide du chlorure de methyle, les bandes 2
et 3 devenaient plus faciles a observer et Ton apercevait les bandes qui
se trouvent dans le vert (5, 6 et 8).

Ainsi les bandes d'absorption semblent suivre la meme marche que
la coloration; toutes les causes qui augmentent la coloration du g^z,
augmentation de longueur, accroissemen^ de pression, abaissement de
temperature, augmentent aussi le pouvoir d'absorption du gaz et, par
suite, le nombre et Tintensite des bandes qui en resultent.

Deuxieme experience. — Tai tenu a multiplier les observations de ce



Digitized by



Google



l6o J. CHAPPUIS.

spectre dans les conditions les plus varices. J'ai construit un appareil
qui m'a permis d'observer Tozone prepare a -— 23**, et maintenu a cette
temperature. On pouvait songer a deux procedes : Tun consistant a
faire passer les gaz dans un appareil de M. Berthelot, oil Teau acidul^e
serait remplacee par le chlorure de methyle, et communiquant, par un
tube aussi court que possible, avec un tube d'observation maintenu
egalement a la meme temperature; I'autre permettant dans le meme
tube la preparation et Tobservalion du gaz; c'est a ce deuxieme procede
que je me suis de preference arrete.
Des lames de verre [fig. 6) etaient disposees de fagon k laisser enlre

Fig. 6.



ellesun canal long deo'°,7o, large deo"',oo2el haut deo",oa. Les
deux lames qui fermaient les parois laterales de ce canal etaient en
verre mince de o™,ooi d'epaisseur. Dans chacune des ouvertures
extremes dece canal penetrait un tubedeo^jooi dediametre exterieur
destine \ Tintroduction ou a la sortie des gaz; et sur chaque ouverture



Digitized by



Google



ETUDE SPECTROSCOPIQUE SUR l'oZONE. |6|

etait mastiqu^e une lame de verre fermant ainsi le tube prismatique a
ses deux extremites. Une couche de mastic coulee sur la tranche de
Tappareil reunissait les lames de verre, et faisait du canal un espace
hermetiquement clos, ne coramuniquant avec Texterieur que par les
deux petits tubes sondes aux extremites.

D'aulres lames de verre elaient disposees a gauche et ^ droite du
canal, et forraaient des auges ouvertesdans lesquelles on devait placer
le chlorure de melhyle destine a servir a la fois de conducteur et de
refrigerant. Des vis de pression en bois maintenaient a la fois ces deux
cuves pressees centre les parois du canal.

L'oxygene pur et sec, destine a Texperience, iraversait d'abord un
appareil ordinaire a effluves oil la preparation se commencjait; puis les
gaz elaient introduits par Tun des tubes capillaires dans le canal oil
devait s'achever la transformation en ozone, el ou devait se faire
I'observation des bandes d'absorption.

Un bee de gaz papillon etait place a Tune des ouvertures, le spec-
troscope a Tautre.

Quand Pair etait chasse de Tappareil, en y faisant assez longtemps
passer Toxygene contenant 4 a 5 pour loo d'ozone, on remplissait les
deux auges laterales de chlorure de methyle; dans chacune plongeail
un long fil de platine communiquant a Tun des poles d'une forte
bobine de Ruhmkorfl. L'effluve traversait alors le canal, et Ton voyait
facilement Techange electrique se faire sous forme d'une tres belle
pluie de feu, et assez regulierement dans tout Tespace occupe par le
gaz.

L'oxygene achevait ainsi de s'enrichir en ozone dans le tube meme
d'observation et a la temperature de — aS^. Le spectroscope permettait
Tobservation des raies principales. J'avais dispose a cote de celui-la
un deuxieme appareil forme d'un tube de 2", rempli d'ozone prepare
dans un appareil de M. Berthelot a la temperature ordinaire. L'obser-
vation du phenomene ne semblait pas presenter de difference bien
marquee dans les deux experiences, et s'il y en avait une, elle etait
plutot en faveur de Tobservation faite a basse temperature, dans le
tube de 0^,70.

Or, d'apres les exjJeriences faites avec M. Hautefeuille, la proportion
d'ozone obtenue a — aS*" est a pen pres double de celle qu'on pent se

Jnn, de i'Ec. Normale, a' Serie. Tome XI. — Mars i88a. 21



Digitized by



Google



1 62 J. CHAPPUIS.

procurer a -+- 20**. Le phenomene observe dans le tube de 0^,70 devait
done etre au plus comparable a celui oblenu avec un tube de i™,5o.

Cetle experience est done bicn d'accord avec celle que j*ai dccrite
precedemment, et tend encore a prouver que, si I'abaissement de tem-
perature augmente la coloration du gnz, il rend aussi plus neltes les
bandes d'absorption. Cetle serie d'experiences pcrmet de prevoir
combien de difficuUes on renconlrerait, de conibien de condilions il
faudrait tenircomptc, si Ton vouiait juger de la teneur en ozone d'un
melange gazeux, soit a Taide de la coloration, soit a Taide des bandes
d'absorplion.



Spectre d'absorption de rozone liquids.

La coloration et le spectre d'absorption se produiscnt done avec
Tozone gazeux, observe a des pressions et a des temperatures tres
differentes; noussavons, d'autre part, que I'ozone conserve sacouleur,
lorsqu'il a passe a Tetat liquide.

Produit-il encore, sous cet etat, un spectre d'absorption, et ce
spectre c^t-il identique a celui que donne le gaz eloigne de son point
de liquefaction?

La disposition a employer pour resoudre cette question s'imposait ;
j'ai reproduit Texperience qui m'avait permis d'observer, avec M. P.
Hautefeuille, Tacide carbonique liquide, colore en bleu par la presence
de Tozone. Cependant, au lieu d'operer avec un melange conlenant
volumes egaux d'acide carbonique et d'oxygene ozonise, je n'ai intro-
duit dans le reservoir de Tappareil de M. Cailletet qu'un volume d'acide
carbonique pour deux volumes d'oxygene. L'oxygene ozonise elait
prepare avec toutes les precautions deja indiquees, a la temperature
de — a3*', eties gazelaient comprimes, par du mercure a o*", a 45o**"
dans le tube capillaire non refroidi.

La lumiere Drummond envoyait un faisceau lumineux sur le tube
dans la region voisine du mcnisque du mercure. Ce tube elait enve-
loppe dans une feuille de papier noir collee a sa surface, et prescnlant
deux fenles opposees do o™,ooi de largeur, par ►esquelles passait la
lumiere, qui, de Tautre cote, tombait sur la fentc du spectroscope.



Digitized by



Google



ETUDE SPECTROSCOPIQUE SUR l'oZONE. 1 6^

CeUc disposition avait pour but de ne recevoir dans le spectroscope
que les rayons ayant traverse Ic liquidc.

J'ai pu observer ainsi le spectre de Fozonc liquefie et conslater son
analogic avec celui du gaz. La faible coloration du liquide ne m'a pas
permis d'apercevoir d'autres raies que les deux raies caracteristiques
voisines de D, ce a quoi on devait s'attendre; la coloration du liquide
etait, en effet, celle qu'on aurait observee avec un tube de i™ a i™, 5o



(>) P. Hautepeuillb el J. Chappuis, Comptes rendus, I. XCH, p. 80; 1881.



Digitized by



Google



li)f\ J. CHAPPUIS.

Les composes oxygenes de I'azole, porles a la temperature du rouge
sombre, se decomposent en donnant naissance a de Tacide liypoazo-
tique, gaz facile a reconnaitre, lant a cause de sa couleur qu'a cause
des bandes que presente, observe au spectroscope, un rayon de lu-
miere qui a Iraverse ce gaz.

L'ozone, au contraire, se decompose lentement a la temperature
ordinaire ou rapidement a temperature elevee, en regenerant Toxy-
gene qui a servi a le preparer.

II resulte de ces laits que Televation a la temperature du rouge
sombre des gaz eludies permettra de decider si la couleur et les
bandes d'absorption sonl dues a un compose de Tazote ou a I'ozone.
Dans le premier cas, n'y eut-il que des traces d'acide hypoazolique
formees, le spectroscope permettra d'observer le spectre de ce corps;
dans le deuxieme cas, la couleur et les bandes devront disparaitre a
la fois.

D6composition de T ozone.

L'experience qui doit decider est facile a faire; on remplit un tube,
de petit diamelre et de a™ de long, d'oxygene pur et bien sec, auquel
on a fait traverser lentement I'appareil de M. Berthelot. Ce tube est
ferme a chaque extremite par des glaces, et presente a chaque bout
une petite ouverture capillaire. L'une sert a Tentree du gaz, I'autre a
sa sortie. Quand on juge que le tube est plein, ces deux ouvertures
sont fermees au chalumeau.

On pent alors observer la decomposition lente de Tozone, a la tem-
perature ordinaire; sa couleur diminue peu a peu, en meme temps les
bandes d*absorption deviennent plus difficiles a saisir; enfin, au bout
de plusieurs jours, une feuille de papier, placee a une des extremiles
el observee de Taulre, ne parait plus coloree, et le spectre est devenu
continu.

On pent suivre cette meme decomposition, determinee plus rapide-
ment, en portant successivement toutes les parties du tube au rouge
sombre. Le tube doit elre, dans ce cas, en verre de Boheme; le resultat
observe est le meme.

Apres Tune quelconque de ces deux experiences, a Touverture du
tube, on constate la disparition lotale de Todeur de I'ozone et une legere



Digitized by



Google



ETUDE SPECTROSCOPIQUE SUR l'oZONE. 1 65

augmenlation de pression. On peul encore interposer, entre Tappareil
a effluves et rorifice du long tube d'observation, un lube etroit en
verre de Boheme, porter ce lube en un point au rouge et faire passer
le courantgazeux; on detruit ainsi la tolalite de Tozone forme, imme-
dialeinent apres sa sortie de i'ozoniseur et avant son introduction dans
le lube ; a aucun moment, on ne peut y constater Todeur ou la couleur
du gaz; on ne peut non plus relrouver son spectre. De toutes ces ex-
periences, il resulte que le gaz colore en bleu qui donne le spectre
decrit est un gaz decomposable a la temperature ordinaire lentement,
ou au rouge rapidement, et decomposable sans donner d'acide hypo-
azolique, puisque, a aucun moment, le spectre n'est traverse par les,
raies caracterisliques de ce gaz. Ce n'est done pas un compose oxy-
gene de I'azote, et ces deux proprietes appartiennent bien a I'ozone,



Ddcomposition de rozone en presence de razote.

Les memes phenomenes s'observent, d'ailleurs, quand la decompo-
sition de Tozone a lieu en presence de I'azote.

Schoenbein croyait que Tozone pouvait se combiner, sans I'inter-
vention de Telectricite, a I'azote pour donner de I'acide hypoazoiique,
et c'est ainsi qu'il expliquait la formation des nitrates; s'il etait besoin,
apres les travaux de M. Berthelot, de demontrer que cetle explication
etait inadmissible, nous pouvions facilement en trouver dans nos expe-
riences une nouvelle preuve. Si, en effel, on detruit par la chaleur
I'ozone en presence de I'azote, soit qu'on observe le phenomene en vase
clos, soit qu'on emploie un courant gazeux, le resultat est le meme
que celui obtenu dans les experiences precedentes avec I'ozone en
presence de I'oxygene pur; on peul egalement conserver a la tempe-
rature ordinaire le melange des deux gaz; I'ozone se detruit a la longue
en presence de I'azote sans se combiner aucunement a lui. On ne voit,
en effet, pas traces de bandes de I'acide hypoazotique, meme si Ton
chauffe les gaz une fois la decomposition terminee.

Ainsi done, rien n'est change au resultat, a cette condition que
I'azote n'ait pas eie soumis en presence de I'oxygene a Taction dc
I'electricite.



Digitized by



Google



1 66 J. CHAPPUIS.



Ph^nomdnes qui peuvent r^sulter de la presence de Tazote dans
Toxyg^ne soumis k reifluve ^lectrique.

II est une nouvellc verification que nous n'avons pas manque de
faire, el qui eonsiste a reproduire loutes ces experiences en intro-
duisant a dessein quelques bulles d'azote dans Toxygene soumis a
rt^ffluve.

Si le resultat est le meme, c'est-a-dire si Ton obtient le meme
spectre, rcxperience ne prouvera rien, Tincertitude subsistera; on
.pourra douler d'avoir dans le premier cas opere avec de Toxygene bien
exempt d'azote, et allribuer a un compose oxygene dc ce gaz la pro-
duction simultanee d'une coloration bleue et de bandes d'absorption;
mais si, au contraire, on observe dans ce deuxieme cas des phenomenes
nouveaux, si un spectre different vient se supcrposer a celui deja
observe, el cela par le seul fait de Tintroduction d'azote dans les gaz
soumis a Teffluve, on aura ainsi demontre que, dans les premieres
observations, c'ctait bien sur de Toxygene prive d'azote, par consequent
sur Tozone, que Ton avail opere.

Or c'est precisement celte deuxieme hypotbese qui se realise; Tin-
troduction d*azole dans I'oxygene donne naissance a un phenomena
tout nouveau.

Premier cas. — Acide pernitrique.

Si nous lanQons dans I'appareil a effluves un melange d'oxygene et
d*azote, nous produisons avec Tozone, caracterise encore dans ces
circonstances par sa couleur et par son spectre, un compose d'oxygene
et d'azote qui presente un spectre d'absorption tout special.

II y a done une difference bien facile a saisir entre les resultats
obtcnus avec I'oxygene pur et coux que donne I'oxygene melange
memo a de faibles proportions d'azote. L'observation de ce spectre nou-
veau, toutes les fois qu'on n'operc pas sur de I'oxygene bien exempt
d'azoie, m'a conduit a exagerer encore les precautions employees dans
la prcparalion de I'oxygene et dans la purification des appareils des-
tines a Tobservalion du spectre de I'ozone.

L'observatipn de ce nouveau spectre nous a determines ^ faire une



Digitized by



Google



EtUDE SPECTROSCOPIQUE SUR l'oZONE. 1 67

serie d'experiences dont la conclusion necessaire a ete Texistence d'un
compose nouveau d'oxygene et d'azole plus oxygene que Tacide azo-
lique, el pour lequci nous avons, M. Hautefeuille et inoi, propose le
nom A'acide pernitrique ( * ).

Les proprieles que nous avons Irouvees a ce corps nous ont permis
de preciser les conditions de sa formation; j'ai pu alors preparer ce
compose dans le hut d'eludier et de decrire completemenl son spectre
d'absorplion.

Nous ne savons pas encore preparer Tacide pernilrique seul, en
Tabsence de I'ozone; et de ce fait resulte, dans le spectroscope, la
superposition sur le meme spectre des bandes de Tozone et des bandes
du compose do Tazote. Heureusement, Tinlensite des bandes est Jbien
plus grande pour I'acide pernilrique, et leur caraclere bien neltement
tranche. Des traces de ce corps suffisent pour qu'on a|)erQoive deux
raies entre A et D, dans une region ou Tozone ne presente pas de
bandes; de plus, ce sonl des raies fines et noires, au lieu dc ces bandes
larges et grises, a contours peu nets, qui caractcrisent Tozone. Cest
grace a ces differences essentielles que nous avons pu distinguer de
suite les deux spectres malgre leur superposition.-

Je m'ecarterrus de mon sujet en rapportant ici les resultals intcres-
sants que nous avons ete conduits a observer en poursuivant I'etude
des proprieles de ce nouvel acide (^). Le fail que je voulais prouver est
suffisamment etabli. La presence de I'azole dans Toxygene que Ton a
soumis a rerfluvc pour le transformer en ozone se manifeste par I'appa-
rition de bandes nouvelles dans le spectre. Dans cette experience, on
observe encore la couleur bleue et les bandes d'absorption <lues a
Tozone, mais en meme temps un autre spectre superpose au premier;
de plus, quand on vient a delruire par la chaleur les gaz soumis a
Texperience, ou quand on observe les produitsde leur decomposition
spontanee, les resultats sonl tout differents de ceux observes avec
Tozone pur.

La decomposition est lente a la temperature ordinaire; suivie au
spectroscope, elte presente une particularite tres importanle. On con-



<*) P. Hautkfeuille et J. Chappuis, Comptes rendtts, t. XCII, p. 82, 1881.
{*) P. Uavtefeuille et J. Cqappcis, Comptes remins, t. XCII, p. i34; 1881.



Digitized by



Google



l68 J. CHAPPUIS.

state une periode de vingt-quatre a quarante-huit heures pendant
laquelle les bandes de I'acide pernitrique onl lolalement disparu, sans
qu'il y ait trace d'acide hypoazotique; puis I'acide hypoazotique appa-
rait lenterhent et la decomposition parait terminee au bout de quelques
jours. II y a done passage par un produit de decomposition inlerme-
diaire et non decomposition directe avec production d'acide hypoazo-
tique; de plus, le compose intermediaire se detruit spontanement
sous Tinfluence de la lumiere en donnant de Tacide hypoazotique.
Tous ces faits portent a conclure que c'est de I'acide azotique anhydre
qui a tout d'abord pris naissance.

Le melange se decompose rapidement au' rouge, les bandes de
I'ozone et les bandes nouvelles sont rapidement remplacees par les
bandes qui caracterisent I'acide hypoazotique, soit qu'on opere en vase
clos soil qu'on opere sur un courant gazeux.

En resume, on observe, dans lecasoii Ton a introduit de I'azote dans
Toxygene, tous les pbenomenes que Ton pouvait desirer pour differen-
cier le plus nettement possible les deux gaz : ozone et compose oxy-
gene de Tazote.

II devenait necessaire, apres ces observations, de faire une etude
comparative des spectres de I'ozone et de Taoide pernitrique qui per-
mette, dans tous les cas ou Ton aura prepare Tozone, de savoir si Ton
a opere avec de I'oxygene exempt d'azole, et qui, dans tous les cas,
ne laisse place a aucune erreur possible sur la provenance des bandes
observees dans le spectre.

Delxi^me cas. — Acide hypoazotique,

Mais les choses sont encore plus compliquees que je ne les ai mon-
trees jusqu*ici; les faits que je viens d'indiquer ne sont pas les seuls
que Ton puisse observer en preparant I'ozone avec I'oxygene contenant
de I'azote, avec Fair, par exemple. M. Berthelot a demontre que, par
I'emploi des plus fortes tensions electriques que Ton puisse realiser
avec les appareils de Ruhmkorff, on pent arriver a determiner une com-
binaison tout autre de I'azote et de I'oxygene. Dans ce-cas, en eflet, ce
ne sera plus I'acide pernitrique qui se produira; ce corps n'est pas
stable a la haute temperature que determine dans les gaz le passage de
I'efQuve provenant de I'electricite h forte tension; il sera decompose.



Digitized by



Google



ETUDE SPECTROSCOPIQUE SUR l'oZONE. 169

et c*est le produit de sa decomposition par ia chaleur, i'acide hypoazo-
tique, qui apparaitra seal. Les fortes tensions sont encore tres propres
a la production deTozone;* on devra done trouver, dans le spectre
d'absorption du melange gazeux, observe dans les memes conditions
que j*ai deja decrites, a la fois les bandes de Tozone et les bandes de
Tacide hypoazotique,

Le spectre de Tacide hypoazotique est assez connu pour que je n'aie
pas besoin d'insister longuement. Ici, d'ailleurs encore, les bandes qui
caracterisent Tozone et Tacide bypoazotique ont un caraclere lout
different, et ilsuffit de suivre la naissance deces bandes dans le spectre
pour savoir si Ton a produit Tozone seul ou le melange des deux gaz.
En effet, tandis que pour Tozone les bandes qui prennent tout d*abord
naissance sont les deux caracterisliques qui enlourent la raie D^ pour
Tacide hypoazotique, les premieres bandes visibles se trouvent dans le



Online LibraryEcole normale supérieure (France)Annales scientifiques de l'École normale supérieure → online text (page 11 of 34)