Epinal Société d'émulation du département des Vosges.

Annales de la Société d'émulation du département des Vosges online

. (page 43 of 123)
Online LibraryEpinal Société d'émulation du département des VosgesAnnales de la Société d'émulation du département des Vosges → online text (page 43 of 123)
Font size
QR-code for this ebook


tibulle et passage jusqu*k la grande porte d*entr^e du chasteau
estoient aussy tous tendus de drap noir.

Le huictiesme du dit mois de fevrier aussitosi que le tout
eut esi6 dispose en Testat cydessus , Monseigneur David
Nicolas de Berthier, conseiller du Roy en ses conseils , pre-
mier evesque de Blois , a la teste de son clerg6 , vint rendre
les derniers devoirs k Sa Majesty, lui donner de i'eau b^niste
et chanter un libera avec sa musiquc. Ensuite Messieurs
du pr^sidtal , Messieurs les officiers de Thostel de ville , et



Digitized by



Google



-^ 293 —

^ssieurs de TelecUon vinrent aussy en corps rendre les
rsmes devoirs a Sa Majesty ; ce que flrenl aussy les aulres
•ps ct commnnaulez des couvents el paroisses de celte
le el faulxbourgs , lous lesquels apr6s cela ^Herent faire
irs complimenls de condoleance k Son A. R^'® Madame
serenissime princesse, pelille flile de Sa Majesl^. Ensuilte

quoy, ies messes , prieres , gardes, services, apareils el
emonies cydessus decrits avanl la veniie de mon dil sei-
eur Tevesque, clerg^, corps de juslice el aulres furent
Uinuez el demeurerenl en la mesme mani6re et dans le
isme eslal jusques au deuxiesme d^avril , auquel jour ful
jss6 une nouvelle chapelle ardenle k T^nlree de la cour

donjon au milieu du porlique el sous Tare vis it. vis la
inde porle du chasleau en conformil^ du Irail^ faicl le

jour avec Messieurs les venerables doyen , chanoines et
ipislre de I'Eglise calhedralle de Blois , cy devahl de VE-
5e collegialle de Sainl Sauveur du chasleau , curez pri-
lifs et ordinaires au cas present de la dilte eglise el paroisse
Saint Sauveur.

-a dilte chapelle ardenle , loulle lendue , ornte el d6cor6e
nme l-esloil la chambre d*audience el de parade cydessbs
;rile, k la reserve qu*it n*y avoit point d'aulels parce
lis y auroienl esl^ embarassants el inulils.
it k sept heures du soir, le corps de la feue Heine fut
ik de sa dilte chambre du dais k la dilte chapelle ar-
ile , eslanl convert d'un poele de velours noir crois^ de
ere d*argenl el ort\6 d'armoiries en broderies de Sa Majesty,
ful pos6 , elev6 de sept k huil pieds de hauteur sur une
rade couverte de drap d'or bord6 d^hermine. Et 1^, toulle
cour en grand deuil se tint aupres du corps el chacun
IS son rang jusques a neuf heures el demye du soir
3 mcsdils sieurs les venerables doyen , chanoines el cha-
tre cydessus y arriverent acompagnez de tout le clerge,
t secqlier que regullier pour prendre le corps de Sa Majesty
uel au nom de toulte la cour leur fut presents et remis



Digitized by



Google



: '



— J94 —

en Tabsence de Itfonsieur Tabbi^de Mesme, premier aumosnier
de Sa Majesty , par Monsieur I'abbe Paris de Bellebat , Tqn
de ses aumosniers ordinaires , qui fit a cette occasion un
discours fuo^re el eloquent, auquel Monsieur le doyen
ayant rSpondu dignement , Madame la comtessa d*Arquian ,
dame d*t^onneiir, avec touttes 1^ autres dames el damoisellei
de Sa Majesty se rendir^nt alors a la ditte eglise diB Saint
Sauveur poi|r y attendre le convoy du corps de Sa Majesty ,
iequel corps fut en|ev6 par des gens de main cache? sous
(a machine du Ucl de parade, soutenu et apuy6 par six
|(fQPli|shoiames de la feiie Reine se trouvapt actuellemeni
^ sa coqr, s^avoir : Messieurs le marquis OJgiati , le comte
4'Allibert, le cl|evalier de Mignaneljy, le marquis de Re-
gqauld Aln^and de Qellesei:^, le chevalier Vecchiarelly e(
le chevalier de Jou^las de la Roquelte , troJ§ de chaque
cOt^ , et les qu^tre coings dudit poele portez par deux che7
yaliers d'honneur de Sa Majesty se trouvant alors k sa coup,
sQ^ivoir : Messieurs le comle Puct|ot de Qerponnille et le
marquis de Bqrati, et les deux p.li\s ^ncien^ desdils ^ieurs
^entilshonfmes de la ohambre de ^ Majesty se trouvant
aussy h sa cour, s^avoir : Monsieur le comte de Placidy e(
Monsieur de Mauprin)e de la Mdiiillies , tous §i|ivant leur
rang et anciennet^.

Les pauvres revestus de bure grise' tenant chacun une
^rche en niain t^ordoieot et eclairoient la marche dan;^ tputte
la place et avant ceux du chaslea^, et jusque$ au phceur
(le la ditte Eglise , le olerg^ a la terte , le corps porti comme
pydessus, entoqre et enyironn^ de^ gardes Paiks et $uisses
(jte Sa Afaje^te en deuil, et leurs doubles baches et hale-^
bardes au pcrluisannes renvers^s, traisnantes et voiltes de
crespes noirs , et de tous, les valets de pied et autres gens
(|e livrees aussy vestus de deuil et partant chacun un flambeau
de cire l^Ianche et ^uivis imm^dialtement du dit sieur au-
mosnier, dudit reverend^sime pere (X)nresseur, de Monsieur
,(^arnier, pven)ier (i^edecii] de Sa Majesty et de Messieurs les



Digitized by



Google



— 395 -

itres aumosniers, chapelain, eleves de chapellc, genlils-
^rnmes, ccuyers et officiers de Sa Majesty, tous aussy en
and deuil.

La diUe egiise de Saint Sauveur estoit tendue de noir du
lult en bad aussi bien que les stalles du cbcBur et la porte
entrto, sur laquelle il y avoit entre autre un grand car-
uchf d*armoiried de sept pieds de hault, bord^ de feslons
I Grespes blanc et noir tortillez » le tout orn^ de listres de
lours ) seniles de larmes et garnis d'armoiries de Sa Majesty,
mt il y en avoit cinq ordres ou rangs Tun sur Tautre »
mez , disposes et assemblez par croix et a la maniire ro-
aine tout autoup dudit choeur, avec un cartouche desdite;
mes plus grand que le premier, bord^ el orn6 de mesme
idessus du roaislre autel , dont le parement, le tableau,

dais , les parements des autels ou credences , la chaire
)iscopa'le avec son dais ^t ses autres ornements et ceux
^ la chaire du predicatcur estoient comme le poele de dessua

corps, do Velours noir, croisez de satin blanc, galonez

bordez d*argent et enrichis des arn^es en broderies de \b,
ue Heine.

Le cho&ur e^loit ^clairt^ par deux grands lustres d*argen(
ispemlus au n^ilieu d'icellui et audevant du cathapbalquc ,
iv beaucoup de chandelliers et flambeaux d!argent audessus
js stalles, et par un grand nombre de bras et c|e pira^
ides ou obelisqucs attachez aux pilliers tout autour, et k

tribune, tant audedans qu'au dehors dudit ch<Bur, le tout
irny de bougies de cire blanche. II y avoit aussy autour
3 Teglise trois ordres des dittos armoiries disposez en croix ,
)nime dans le choenr sur des tapisseries noires.

Les choses en cet estat , les dils sieurs doyen , chanoines
; chapistre, assistez comme dessus chanterent avec la mu-
que, les vespres des raorts , libera et autres prieres et
rent les encensements, aspersions, benedictions et les autres
sremonies ordinaires et accoutum6es.

Ce faict, le corps de Sa Majest6 fut transports en la ma-
iire cydessus marquee el mis en depost avec les ceremonies^



! i






!. !



:i



!l I



I :|



Digitized by



Google



— 296 —
el prieres ordinaires, dans la chapelle de Saint Eustaehe.
la plus proche du choeur, a main droite , et ou le corps
de Son A. Royalle, Monsieur Gaston de France, due d*Or-
16ans, avoit aussy este d6pos6 en Tann^e mil six cent soi-
xanle.

Cette chapeUe e^t toutle tendue et tapissee de noir, la
voulte, te pav^ et la faQade de la ditte chapelle au dehors
esloicDt tapicp^ et eouverls dc mesme; audedans et autour
de la d. ohapelle, il y avoit des litres d'on lez dc velours
noir garnies des dites armotries et sem^es de tarmes , un
grand cartoucl>e d*armoiries au fond et audedans de la ditte
chapelle conire la yistre , et un semblable cartouche au
(nillieu de la ditte facade en dehors et audessus des dittes
litres. Lc tableau, le parement ou devant d*aulel , ceux des
^eux autelets ou credences aux cotez d'icelluy tons de vetours
noir croise^ de satin blanc , galonez d'argent et ornez des
amies de Sfi Majesty en broderies. II y avoit sur ledit autel
une croix ou crucifix et six chandelliers de sculpture ar-
gentez et garnis de cierges de cire blanche ; la boizerie desdits
autel et credences et celle de la balustrade de closturc dc
la diUe chapelle estoient peintes en noir. II y avoit une
lampe d*argent ardente suspendue devant Tautel sous une
cpuronne. dor(^e. Ledit autel et les credences estoient garnis
(\e leurs napes blanches el tapis noirs, deux petits carreaux
sur Tautel aussy de veloqrs noir et bord6 de galon d'argent,
une chasuble, T^tolle et le inan^pule , voile decalice, cor-
poralierde velours noir, croisede satin blanc et galon6 d'ar-
gent. La chasuble aux armes de Sa Majesty , les aubes ,
amicls , ceinturcs et autras linges necessaires. Le missel ,
les calice , patene , bassin et buvette d'argent.

Le corps de Sa Majesty estoit posS au millieu de la ditle
chapelle h six ou sept pieds de hauteur, les pieds vis a vis
de Tautel et la teste centre la muraille sur une estrade ,
convert d'un grand poelc ou drap mortuaire de velours noir
pendant tout autour jusqu*a tcrrc , crois6 de satin blanc
galone dc galon d'argent, dont il est aussy bord6, et au-



'.V '



Digitized by



Google



- 297 —

lessous d*UD tour d'hermine d'UD demy
mateur et la croix du poele cantonote d
irmoiries en broderies aux armes de Sa N
eaux de velours noir Tun sur la tesle char{
oyalle dorte et voil^e d*un crespe pendai
!t Tautre sur les pieds charg6 d*un scept
le justice doris etcrois^s, pareillement c
loir pendant. Audessus esloit suspendu ui
loir k doubles pentes, garnies au dehors
ranges et de molets d*argent. Les pentes (
[amies d*armoiries brod^es , dont il y en a
I la queue du dais sous les litres et k la

La ceremoDie de ce jour ne se termin
luit, que le clerg^ et la cour se retirere

Et le lendemain trois d'avril , h six heur(
es autels des chapelles , de la nef et tou
a ditte iglise tendus de noir des la veill
lar les prestres, celebrant parlout et coi
nesses pendant toutte la matin6e pour le
»a Majes<6. On avoit 6rig6 dans le choeur
elluy un grand calhaphalque sur une
narcbes ou degrez , couverts de noir, chai
u chandelliers d*argent garnis de cierges
.a. representation elev^e de sept h huit pied
erte jusques aux marches de Testrade d'l
Qortuaire semblabte k celui du corps dan
iente. II partoit de la voulle audessus du
lais on pavilion , form^ par une grande
orte d*ou pendoient quatre rideaux rele^
leslez d*un lez de taffetas noir, cntre dc
nrichis de larmes de Tun en Tautre. Et to
ierges et bougies de cire blanche estoien
I veille au soir.

A la mesme heure que dessus de six t
3sdits sieur doyen , chanoines et chapisti
u clergg comme.la veille avec la musiq



Digitized byLnOOQlC



- 298 —

dans le chceur de la diUe^gUse et commencerent de chanter
Foflice des morts pendant Jequel toutte la cour et la maison
de Sa Majesl6 en grand deuil comme au transport et an
depost de la yeilie au sair, se rendirent aux places tendue$
aussy de noir qui leur avoient est6 prdpar^es dans le choeur
et dans le sancta sanctorum jotgnant les s,talles et k la mesme
hauteur, lesdittes stailes , pour y laisser d^ places suffisantes
au clergy, paroissant avoir est6 prolang^e^ pour placer la
dilte cour, les dames au c6i& droit avec Monsieur ledit au-
mosnier, le Reverendissime Pere confesseur, son compagnon,
le premier rnedecin , les autres aun^osniers et ohapelains ,
et au cost^ gauche vis k vis des dames » les chevaliers d*hon-
neur et gentilshommes de la chambre et les autres officier^
de feiie Sa Majesty placez suivant leur rang, et ancienneld,
les gardes de Sa Majesty postez avec loMrs armes autour de
la i^epresentation comme its Tavoient est6 la veille autour
du corps.

Les matines, laudes et heures canonialles finies environ
k neuf heures , Monseigneur T^vesque se rendit en sa place
avec ses oiBciers et assistans, et ensuite celebra la grande
messe Ponlificalle. Apr^s TEvangile, le Reverend Pere de?
Courrigny de la compagnie de Jesus predicateur de ta do^
minicalle k la calhedralle , prononca avec une approbation
universelle t'oraison funebre de la feiie Reine laquelle dura
plus d*une lieure. Ensuite le maistre de& ceremonies, averttt
Tencien chevalier d'honneur deSa Majesty, qui alia prendre
la dame d*honneur, lui donnant la main pour aller a Tof-
frande, comme elle fit en tres grand deuil, vestue d*une
mante traisnante de quatre aulnes. Elle pi^senla k Mon-
seigneur TEvesque le clerge que lui avoit remis ledit maistre
des ceremonies, picqu6 de douze pieces d'or.

La grande messe finie , Monseigneur TEvesque fit les en-
censsements, aspersions, benedictions et prieres ordinaires
autour du cathaphalque. Madame la serenissime Princesse
ne put assister au service de la feue Reine, son ayeulle,
Son Altesse Hoyalle 6lant indisposte el te»ant le lict , et



Digitized by



Google



— S99 —

nadame la Gomtesse de Sardy, sa dame d*hoDDeur el gou-
rernaotet estant aupres de Son A. R^^*. Ainsy finirent touttes
es ceremofties du transport et du depost de la feue Heine.

Apres quoy, rBglise fut d^tendue et la chapetle ardente
ut ooDdervfe en I'estat cydessus dtorit et declare, dans la-
[uelle Ton oontinaa et Ton continue encore k ceiebrer tous
as jours quatre messes basses regulierement, outre touttes
dies qu^on peut y aroir extraordinairement diltes pour le
epos de T&me de Sa Ms^estd. Dont et de tout ee que dessus
I est6 fait et dressi le present procez verbal par les notaires
oyaux h Blois soussigoez, qui est demeur6 es registres de
loureau , Tun d*iceux et prfeents k tout ce qui s*est faict
It pa&sd.y ce requerant haulle et puissanle dame Lueresse
ousselin de Marigny, Spouse de hault et puissant seigneur
Aessire Paul Francois de la Grange d'Arquian, chevalier,
)omtB d*Arquian , chevalier de Tordre militaire de Saint
!^uis, cap)taine des vaisseaux du Roy, capitaine g^n^ral
^arde cosle, gouverneur pour le Roy de Tisle de Sainte-
>oix et commandant pour Sa Majesty ati cap Francois de
>aint-Domingue, dame d^honneur de feiie Sa Blajest^ la
tlcine de Pologne ; trcs illustre dame , Madame la Gomtesse
le Sardy, dame d*honneur et gouvernante de Son Aliesse
loyalle, Madame la serenissime Princesse Marie Casimire
le Pologne et de Litbuanie , petite flllc de laditte feiie Reine ;
dadame, Madame Louise Duponl, dame du lict de la feue
leine de Pologne; le Reverendissime pero Louis d*Ams(erdam,
;apuciq confesseur de laditte feiie Reine de Pologne ; hault

(t puissant seigqeur Messire Gregoire de Burati ,

farquis de Burati , chevalier d'honneur de Sa Majesty feue
leine de Pologne: Messire Jean Baptiste de Mauprine,
ihevalier seigneur de la Moiiillies , gentilhomme dela chambre
le feiie Sa Majesty Reipe de Pologne;. Messire le Marquis
)lgiaty, chevalier, aussy gentilhomme de la chambre de feiie
>axMajest6; Messire le Gomted'Allibert, chevalier, gentilhomme
le la feiie Reine et touyer des ^curies de Sa Majesty ; Messire
facques de Migoanelly, chevalier, aussy gentilhomme de feiie



Digitized byLnOOQiC



— 300 —

lajesle Reine de Pologne; Messire Lvc de Regnau
and, chevalier, marquis, seigneur de Belleseize, aus
homme de feue la ditte Majesty ; Messire Jouglas, cb
, seigneur de la Roquetle, aussy gentilhomme de fei
ajest^ Reine de Pologne, et Messire Philipe Eslieni
ste Vecchiarelly, chevalier, aussy gentilhomnie de i
\A feue Reine de Pologne, tousli ce presents qui ont sigi
iites presentes avec les dits notaires, qui fureot failt
ss^s au chastean royal de Blois Tati roil sept ce
le cinq may apres midy, apres plusieurs seances. 1
e des presentes est sign^e desdittes dames, seigneur
shommes, et des dits notaires, controllte k Blois p;
try, commis dudit controlle, la dite minute demeun
;istres du dil Boureau, Tun des notaires soussigne
^n6 Desprez, n*"* susdit, ot Boureau.
marge est un sceau aux armes de France sous ui
nne royale avec ces mots : Seel. De. Bail. De Blois.



NOTE-

pi'0c6s-vcrbal dnoncc que roriginal esl deuieur^ im\ r
de M* Boureau , Tun des notaires royaux qui ]*ont r^^dig
pri^.re de M. Gillet, des reeherches ont ^t^ failes dans 1
ss dc M* Boureau , d^pos^es mainlenant dans T^tude <
rnet, mats elles n'oot pas fait retrouver cet original,
ice d*un repertoire n'a pas permis de 8*as8urer si, d^pla*
ordre de date, ii n'aurail pas pn ^cbapper k ces recherche
ju'il en soit , la copie que poss^dail M. Gillet conslilue ui
(ion grossoyc^e et rcv^tue de loutes les formahl<^ el <
ss signes propres A garaolir son aulbeDticit<3. On ignore
die copie a <^t6 ' ddlivn^e dans Toriginc; il est probab
I a appartenu ou au Roi Stanislas, ou a quelqu'on d
urs polonais de su cour.

reeherches entrcprises k Blois ont fourni d*aincurs quclqu^
qui nc sont pas d^pourvus dlnti^rdt.



Digitized by



Google



—.304 —

Les registres de la cure de la paroisse de Saint-Sauvcur , k
'^glise de laqiielle (Stait attach^ nn cbapitre de cbanoines, ont
^D&tat^ que, le \\ jauyier i7l5, la Reine de Potogne avait ^i6
narraine do Louise Casimire de Fayal de Deanery, dont le p^re
itait gouveraeur de la ville de Blois, et qu'elle avait apposf!^. k
'acte de baptdme sa signature : Marie Catimire Princesse Roiale
U Pologne, trac^e en grandes leltres parraitement lisibles.
Lem^meregistrea fourni, en outre, les deux mentions suivaotes :
« Cejourd'hui, vingt sixi^me jour de di^cembre i7i5, Sa Majest<5,

> la Heine douairi^re de Pologne , dame Marie-Casimire d*Arquien ,
» veuve du Roy Jean Baptiste Sobiesky, roi de Pologne, nous a fait

rbonneur de presenter le pain b^nit, le jour de Saint-Etienne ,
premier martir, patron de notre paroisse de Saint-Sauveur , et.
Tannine derni^re, elie nous fit le nidme booneur, el ellc a t<^
moign^ qu*cile le ferait volontiers comme bonne paroissienne

> de notre dite paroissse de S^ Souveur. A Blois, le 26 dt^cembrc
I 1715. — Laurent, cur(S de S* Sauveur. »

La paroisse de S^ Sauveur i5tnit la paroisse du chuieau.
« Le 18 septembre 1714, tr^s haute et Ir^s puissantc dame,
Mario Casimire, reine de Pologne, veuve de tr^s haut et Ms
puissant prince, Jean Baptiste de Sobieskf, 3°^" de ce nom,
roi de Pologne, est arrivt^e duns le chateau royal de Blois :
elle a roQu mon compliment comme de son our^; ainsl, comme
cur6 du chateau royal, je I'ay compliment^e, le 26 d^cembre,
fete de S* Etienne, premier murlir, patron de la paroisse.
Sa MajiestiS , comme paroissienne de ladite paroisse de S' Sauveur,
a fait le pain b^ni; Tann^e suivante, eile fit la meme chose;
et loute la gratification, tant la cire que les louis d'or, me
sont rest^s comme cur*^ de la diie paroisse, et le cbapitre
n'en a rien eu. Le 30 Janvier 1716, elle est morte. 11 y a eu
ordre de faire des pri^res en presence de son corps pour le
repos de son ame, lor^qu'elle <^tait dans sa salie d'audience.
Je fus nommd le premier des curds de la ville par Mg^eor
r^v^que, pour aller faire les dites prl^res et lui jeter de Teau
bdnite. Le 2 avril de la meme annde 1716, fut mise en ddpOt dans
la chapelle de S^ Gustache de Tt^glise paroissiale de S^ Sauveur.
J'ai cu le tiers do la cire. Elle en fat tirde, la nuit du (1)



f\

i'



(I) D«ie fllitible «v tegiiire, mait qui doU Aire le ?•



Digitized by



Google



— 302 —

» d^embre i7i6, pour ^Ire conduile eo Pologne proche le roi
* son mariy et j*ai eu loule la cbapelle pour r^gli$e saus que
)• le cbapilre ait rieu eu : je lui ai seulement dooniS deux eoussios
» de velours Doir. J'ai cm devoir <^crire lout ceci afin que messuo
» cesseurs, si pareille chose arrive, prenneot leurs niesures. Fait
» A Blois, le 18 d^erobre ni6. — Laurent, cur6 de S< Sauveur. *



NOTICE



SUR MIRIECISIMIRE ll'IRQUIEN.



Mari^-Casimire de la Grange d'At'quien, n^e vers 1644,
^tait fill^ de Henri de Id Grange ; marquis d*Arquien, sei-
gneur de Beaumont et de Fran^oise de la Chatre de Bruil-
lebaut. Le marquis d*Arqulen 6tait ni a Calais, en 4613.
II descendait d*une ancienne malson ^tablie dans le Berry
d^s U42. Destine a la carri^re d^s armes, il devint capi-
taine des gardes Suisses de Philippe, due d*0rl^ns, frire
de Louis XIV, tandis que sa femme devenait gouvernaQte
de Louise-Marie de Gonzague, pMncesse de Nevers ^t de
Hantoue qui ^pousa successivement , en 4616, Wladi^las^
et, en 4649, Jean-Casimir , tous deux frferes et toas deux
rois de Pologne (4).

Le marquis d'Arquien eut de son niariage ieui fils et cinq
fliles, savoir :

4'' Anne-Louis de la Grange, marc^uis d*Arquifen ;

(I) Lottite-Mtrie de Gonugue ^Itil fiUe ttn^e ie Ciitrlet II de Goniagae
et Cl^Tes, due de Relhel el de ffeven, et de Cttherioe de Lorraine, fille
dm due de Mayenne.



Digitized by



Google



— 303 ^

i^ Louis de ia Grange;

3^ Louise-MaFie de ia Grange , fille d*honneur de la Reine
) France; eile ipousa, h Ruel, ie 80 juin 4669, Fran^ois-
Giston de Bithune, pelit-neveu du grand Sully;
i^" Marie-Casimire de la Grange, qui devintReine dePologne;
5*^ Jeanne de ia Grange, qui fut religieuse ursuline k
evers;

6^ Frangoise de ia Grange > religieuse en Tabbaye de Saint-
aurent de Bourges ;

7^ Marie-Anne de la Grange , qui ^pousa , h Leopold , Ie 49

lin 4678, Jean , comte de Wielopolsky.

Avec ce grand nombre d*enfants, Ie marquis d*Arquien

^ait pau d'espoir de les doter en France d'^tablissemeits

)nYenables. 11 cMa aux conseils d*un ambassadeur Polonais

vec lequel il s'^lait li^, et quitla Ie service de Monsieur

our se rendre en Pologne, comptant sur la protection de

i nouvelle Reine , Louise-Marie de Gonzague. En effet, eile

B tarda pas & se prendre d^une vive affection pour Marie-

asimire , qu'elle admit au nombre de ses illles d*hon-

eur, et qui bienlOt s*y distingua par sa beaUt6, par la

r^citi de son esprit et par une haute intelligence. A mesure

«^ i«A«i. HiitiikiAnpatt en eile de nouvelles seductions, eile

les plus illustres seigneurs. La Reine lui

\ Tun des plus braves et des plus riches ,

^ , k Jacob Radziewil ^ prince de Zamoysky

ndomir. Les files de ce brillant manage

attristtes par un 6vteement sinistra. Un

Ie ch&teau; mais ce d^astre et ta perte

lions en pierreries, bijoux et tableaux ne

birdche k Timmense fortune des seigneurs

A cetle ^poque, Louise de Gonzague, d6j& veuve de Wia-^
lisUs, avait 6pous6 en secondes noces Jean-Casimtr, 6lu

( t) Le ehllMitt lU Zamoto tvail ii4 b*H et hrilfU par Ie Grand Zamojfky^
i« icttf • de Reiui dt Valoia el d*Blieoiie Datery*.



Digitized by



Google



I



— 304 —

aussi Roi de Pologae. La palatine ne se montra pas ingrate
envers raffection de la Heine, et lui donna les preuves les
plus ^clatanles de sa reconnaissance et de son d^vouement.
Peu de temps aprfes son union avec le prince de Zamoysky,
elle allait s'enfermer avec lui dans la forleresse de Zamosc,
pour essayer d'arrfiter les progr6s de Tarmee de Charles-Gus-
lave. Elle y parlagea les perils d'un si^ge dont Tissue, par
les bravades du Palalin, faillit devenir fatale a ses d^fenseurs
reduits a la dernicre extr^miu^. La m6me ann^e, Tarmte
combinte de Charles-Guslave et de Fr^derlc-Guillanme me-
naQait Varsovie. Le courage et le sang des Polonais et des
Tatars, leurs allies, ne purent sauver cetle ville. Du^int
cette lutte terrible, la Palatine de Sandomir 6tait aux c6t6$
de la Reine, au plus fort de la lutte. Un peu plus tard,
la Reine malade, presque mourante, donnait de vives in-
quietudes pour ses jours, et ne pouvait plus porter h la
R^publiqne polonaise Tappui de sa fermel6 et de son g^nie.
Marie^Casimire se mit b, la tdte des filles d'honneur. Toutes
ensemble se rendirent ^pied, en p^l^rinage, pour implorer
son assistance en faveur de la Reine, prfes d'une Notre-Dam6
miraculeuse qu'on r6v6rait k douze lieues de Varsovie. Le
p^i^rinage r^ussit. La gu^rison de la Reine ne se fit pas
attendre.

C'est brs de ce p^l^rinage que Sobi^sky remarqua Marie -
Casimire et s*6prit pour elle d*une vive passion. BientOt apr6s;
la mort du Palatin de Sandomir la laissa veuve sans enfants.
Elle etait alors, disent les historiehs contemporains, dans
tout T^clat de sa beaute. Sous les voiles fun^bres, sa taille,
ses trails, son regard, sa conversation avaient une magie
irresistible. Sobiesky sut int^res^er la Reine au sacc6s de
son amour. Louise de Gonzague, convaincue qu'elle trouverait
en lui un serviteur fiddle de sa cause, plus docile k Tempire
d*une femme que le Palatin de Sandomir, seconda ses vue^
et son impatience qui ne comportaient pas de retards. Malgre
les lois du deuil k peine commence , malgre les remontrances
du marquis d'Arquied qui considerait cette union comm^



Digitized byLnOOQlC



— 305 —

viant faire descendre sa filie du rang qu'elle avail
manage fut c^l^br^ le 6 juillet ^665, el la charge
i^hal de la coaronne fut conf^rte k Sobiesky.
Quatre ann6es apr^s, Marie-Casimire vint en Fra
itention d'assisler au manage de sa scBur , pen
biesky 6tait a la fronti^re occupy k de nouveaux



Online LibraryEpinal Société d'émulation du département des VosgesAnnales de la Société d'émulation du département des Vosges → online text (page 43 of 123)