Epinal Société d'émulation du département des Vosges.

Annales de la Société d'émulation du département des Vosges online

. (page 11 of 87)
Online LibraryEpinal Société d'émulation du département des VosgesAnnales de la Société d'émulation du département des Vosges → online text (page 11 of 87)
Font size
QR-code for this ebook


nous accompagncr et nous servir de guides. A 3 heures 1/2
nous debarquions sur Neira : un bateau du pays que nous
primes dans la port nous fit franchir Ic canal.

> A 4 heures nous quittames la plage et nous commenQftmes
aussit6t a gravir par une pente fort raide. Nos guides avaient
allum6 dcs torches et eclairaient notre route. Nous traversclmes
d'abord de petitcs for^ls d'arbres noirs , espices de bois taillis,
et des plantations de ma'is , puis nous entrdmes dans une
nouvellezone ou nous ne trouvilmes que des arbustes dess6ch6s
et brtilfe sans doute par Taction du soufre. Les grosses pierres
commencerent alors a gfiner et arrfiter notre course. Au deli
de ces arbrcs nous trouvames de grandes foug^res : la route
devint plus difficile. Les petites pierres rondes et l^gfires qui
formaient le terrain coulaient sous nos pieds , le sol s'aflaiBsait
sous nous ; souvent on reculait autant qu*on avancait , les
pierres roulaient avec nous, et nous ne pouvions gagner qu'en
Dous raccrochant aux branches de fougfere, souvent trop faibles
pour nous soutenir; enlln nous, d^pass&mes loute v^g^tation.
Pius nous avancions , plus le chemin devenait p^nible ; nous
Be pouvions marcher qu*en nous aidant des pieds et des
mains , et nous faisions rouler une grfile de pierres derrifere
nous. A chaque instant nous ^tions obliges de nous arrester.
Un instant j'eus des 6blouissements , la tfile me tourna ; je
^oulais rester , mais nos guides m'en emp6ch6rent ; ils me
montr6rent le danger que je courrais en restant : ils me
firent voir que je pourrais 6tre 6cras6 par les pierres que
los autres feraient rouler; nous ^tions m6me obliges de

(i) Ibid,, p. 246—248. M. Gonrdin cit rnort qoelqaes moif 'i^rH dans
Iv romn de t'cxpCdilioa.



Digitized by



Googk



— 432 — .

monlcr ii pen pres tic front pour nc pas nous faire ^eraser
les uns par les autrcs. Nous nous t^tions munis de grands
Mtons qui souvent nous aidaient beaucoup. Enfln jc repris
du coeur, ct nous continuames k inonter. BicntOt nous
d^passi\mes ccs pierres roulantes et nous atteigntmes un
terrain oil la lave mtilte h la cendrc avail pris un peu de
consistance ; a partir de lb. , la route devint assez facile et
nous arrivilmes au sommet a environ sept heures, aprfes
une penible ascension de trois grandes heures. Ce pic est
peu 61ev6 , mais je crois qu'il n'en est pas de plus difficile a
gravir et qui presente autant de dangers. Plusieurs de mes
compagnons qui avaient di^ja gravi plusieurs volcans, et entrc
autre celui de T^n^rilTe , n'y avaient pas 6prouv6 plus de
difficult^s.

» Nous dijcrtnAmes d'abord pour rcmettre nos forces , puis
nous procedAmes h la visite du volcan. Nous trouvames d'abord
un vieux cratfere entitirement ferni6, mais d'ou s'^chappaient
encore quelques fumcrolles. Partout le sol 6tait convert de
soufre ct on en trouvait encore d'amoncel6 en certains points
sur le cdtft de la montagne. Dans le nord, nous visitimes
de grandes crevasses 0(1 le soufre paraissait en fusion, mais
il 6tait dangereux d'en approcher , le sol ne pr6sentant pas
de solidite. De ce c6i6 , la montagne etait toute crevasste ; ces
crevasses laissaient voir des cristallisalions d'un soufre tr6s-pur
sous les formes les plus bizarres , mais tellement chaud qu'on
ne pouvait en approcher la main ; nous nc piimes non plus
nous arr<^ter en quelques endroits , car la chalcur 6tait telle
h la surface , que nos picds , malgr6 de fortes chaussures ,
ne pouvaient la supporter un instant; on etait oblige de
sauter d'un pied sur Tautre.

» Un thcrmomelre enfonc6 de six pouces dans I'endroit
de la montagne qui paraissait Ic plus froid , monta en un
instant h 38 et 40 degrcs ; pr6sent6 k Tentr^c d'une petite
fumeroUe , il monta instantan^ment h 90® , et on le retira
pour en pr^venir la rupture. Partout on marchait sur le soufre ;
en levant une legcre couchc de cendres on trouvait encore



Digitized by



Googk



— 433 — .

le soufre; dans les grandcs crevasses il avail dcs couleurs
adniirables. £n faisant noire visile, nous avions le plus grand
soin de nous tenir au venl de la fumee, qui aurait pu nous
faire beaucoup souflfrir; malgrc toules nos precautions nous
fOmes piis un instant dans un tourbillon de fum^e qui dura
a peine une minute, mais nous incommoda fort. Nous trouv^mes
une grande quantity de petits insectes au somroet du volcan ;
00 en voyait surtout beaucoup de niorts k Tentr^e des fumerolles.

* A 9 heures nous commcnc^mes h descendre. Si Tascension
avail et^ dilCcile et fatigante, ladescente, plus facile, etait
aussi beaucoup plus dangereuse : on prenait souvent, el
malgre soi, une grande impulsion qu'il ^tait difficile d*arr£ter;
d'autres fois on roulait Tespace de quinze ou vingl pas avec
les pierres et on s*arr6tait tout meurtri , tout contus. A dix
heures et demie nous arrivdmes au pied de la montagne apr^s
avoir inanqu6 vingt fois de nous rompre le cou ; nous 6tions
tout couverts de contusions et de meurtrissures ; enfln , apr^s
nous dive arr^t^s un instant, nous repass^mes le canal et
nous arriv^mes h bord vers midi , avec un cliargemenl
(I'echanliilons pris au haut de la montagne. »

4839. 49 mars, aux lies Banda, tremblement pendant une
violente tempt^te (Comm. de M. Plieninger).

4844. Pendant les mois de mai et de juin, dans Tile de
Banda, trois tremblements (4).

23 novembre, a File de Banda, 16g6res secousses pendant
pris d'une minute.

Le 26, 6 heures du matin, nouveau tremblement qui dura
deux minutes , et presque en mfime temps , averse conside-
rable avec mouvements extraordinaires des eaux de la mer qui
lancircnt les bailments k la cdte et se continu^rent ainsi
pendant trois quarts d'heure. La mer s'eleva do 6 picds au-
dessus des plus hautes martes (2).

1844. Dans la nuit du 8 au 9 avril , Tile de Banda fut

(1) JanghBho, Jwa, p« 1403.

(2) Dc Leonhard, Taschenbuc/i, V Jarhgang , p. 208*, Junghubn, /. c.



Digitized by



Googk



. — 134 —

6branl6c par unc secousse tr^s-violente , accompagnte d'un
bruit semblable k une d^charge de grosse ariillerie , qui fit
croire aux habitants qu*une partie du mur du crat^rc du
volcan s'6tait 6croul6e [i).

4844. De seplembre h Janvier de TannSe suivante, bruits
souterrains considerables dans Ttle de Seroea. Le Legelala
(d'autres ^crivent Legetala), qui reposait depuis 450 ans,
commenQa en septembre 4844 h donner de nouveaux signes
d'activit6. En Janvier 4845, 40 indigenes de Seroea, r6fugi6s
h Banda-Neira, firent la relation suivante : « Jusqu*k ce
jour nous avons , avec d'autres , habits la petite lie de Seroea,
oil s'616ve k la hauteur de 600 (?) pieds un volcan , nomm6
Legelala; il y a cinq mois environ, cette montagne a fait
tout k coup une Eruption qui a 6t6 accompagnce de bruits
souterrains et qui dure encore. Nous avons &tk contraints de
nous r^fugier k Banda , une autre partie de nos compatriotes
s'est retirte k Timor. Ce bruit souterrain qui est plus 6pou-
vantable que le fracas du tonnerre, et qui a 6t6 entendu
pareillement dans les petites lies de Teoa et de Hilla , nous
a remplis de crainte et forces k nous expatrier (2). »

4852. 48 aoAt, vers 4 heure 3;4 du matin, k Banda,
16g6re secousse de Touest a Test (3).

Le 26 novembre , aux Moluques, secousses qui ont ^branlc
tout Tarchipel ; nous les avons d^crites au groupe d'Amboine.
Celui de Banda les a fortement ressenties ainsi que celles
du mois de d^mbre suivant.

4853. Elles continuaient encore k Banda, au 24 Jan-
vier 4853 (4).

Le 4«' avril, a 2 heures {sic), etle 3, i 4 heure {He),
dans la residence de Banda , 16g6res secousses.



ii) Jam, p. 1407.

(2)Jaua, p. 1269.

(3; Estafette du 16 i'cvrici i$55 el J. des achats do 17.

{\) NatuurkunHig Tijdschrifl , I. ii, p. 202.



Digitized by



Googk



— 135 —

Le 6, 3 heures 4/2 du soir, mouvement horizontal de tr^s-
longue durfe.

Le 7, 4 heures [sic], et le 44, 7 heures du soir, une l^gire
secousse.

Le24, 5 heures 4/2 et 8 heures 4/2 du soir, deux secousses
Kgires (4).

Dans le courant de mai , k Banda , plusieurs ISgires se-
cousses (2).

Dans le mois de juin , plusieurs secousses 16g6res a
Banda (3).

Le 4*'juillet, 3 heures 4/2 du matin, a Banda, violente
secousse ondulatoire qui , l^g^re d'abord , s*accrut ensuite d*une
maniire alarmante; les personnes qui se trouvaient debout
oe risistirent it une chute qu'avec efforts ; les horloges s'ar-
rMirent. n n*y eut cependant aucun dommage.

Vers 4 heures 4 /2 , on ressentit encore une 16g6re secousse (4) .

Le 4septembre, 6 heures du matin, k Banda, unel^g^re
secousse du N.-O. au S.-E.

LeSO, encore une secousse horizontale du N.-O. au S.-E. (5) .

Les 4«', 44 et 49 octobre, k Banda, 16gferes secousses. Le
Yolcan lancait plus de tum&e qn*k Tordinaire (6).

Le 8 novembre , k Banda , deux secousses verticalcs d*en-
Ttron 6 secondes de durte et accompagn^es d*un bruit sou-
terrain qu*on entendit encore les trois jours suivants et k
une grande distance.

Le 22 , encore une 16g6re secousse. Dans ce mois , s6che-
resse continuelle, sauf quelques pluies it la fin (7).

Le 40 dteembre , k Banda , quelques secousses horizon talcs
de Test a Touest et de dix secondes de dur<^e (8).



il) Ffatmtrhmdig Tijdsch., t. 4, p. 445.

<2 et 3) Nattmrhmdig Tijdsch , p. 655.

(4) FfaUnu-kundig Tijdsch. , p. 636.

i5) Ifatuurkundig Tijdsch., t« 5, p. 365.

(6) Hatuwrkundig Tijdsch. , I. 6, p. 461.

(7 el S) iVoltturitiiTM/iVjr Tijdsch , p. 461 cl 162.



Digitized by



Googk



— 436 —

Dans le courant de cette ann^e, on a remarqu^ de grands
changements aux environs de Tile de Key et des deux lies
de Poeloe Pisang (mSme groupe) ; on les attribuait aux mou-
vements du sol et de la raer le 26 novembre 4852. Leterrain
de ces ties 6tait encore mou et de couleur jaune d'or. Le
gouverneur des Moluques avait exp^di^ un bateau k vapeur
pour en faire un examen approfondi.

Entre les ties de Trando et de Kauwer (du groupe des
Key-Eilandm) , on a d^couvert trois bancs de sable , dus
probablement aux commotions terrestres et marines de 1858.
lis se composent de corail et de sable jaune. Suivant les
indigenes, un de ces ilots aurait disparu» les autres se-
raient converts de broussailles.

Le 45 mai 4854, M. Oudraat, lieutenant de vaisseau, a
visits une tie nouvelle prfes des lies Key, entre les ties Poeloe-
Ergodang et Poeloe-Hodin. EUe est ronde , de250 mitres de
diamitre et situ6e sur un banc de sable o(i Teau n'a qu*une
brasse de profondeur. Le sol est argileux et la surface ecu-
verte de quelques arbrisseaux qui accusent une origine r6-
cente. On parle de deux autres Hots semblables qui, depuis
peu , seraient visibles dans le voisinage. On ne fait mention
d'aucun ph6nom6ne volcanique (4).

4854. Le 8 Janvier, k Banda , secousse avec bruit souterrain
entendu sur un grand espace.

Le 26, phSnomine semblable (2).
Le 49 avril, h Banda, fortes secousses.
Dans les premiers jours de mai, secousses semblables (3).
Dans le courant de dScembrc, ^ Banda, plusieurs secousses
trfes-fortes qui ont endommag6 quelques batiments (4).

4855. Le 42 mars, h Banda, ISgere secousse.



(1) Naiuurkundig Tijdsch.^ t. 6, p. 461 et 462, t. 7, p. 159 el i60.

(2) Ibid.^ I. 6, p. 162. M. E. Meriam (des Euts-Unis d*Ame'riqae) ne
signalc pour Ic 14. Jc ne les troavc pas dans le Tijdschrifu

(3) Ihid., 1.7, p. 331.
(4)/ftirf.,t. 8,p. 490.



Digitized by



Googk



— 137 —

Le 2\ avril, une forte secousse dc Test a Toucsl (1).

Le ijuiUet, 44 heures du matin et 9 heures 4/2 du soir,
kBanda, secousse [Vj.

Le 43 , 44 heures et demie du matin et 9 heures et demic
du soir, a Banda, faibles secousses de TE. k TO.

La nuit suivante, vers minuit et demi , secousse plus forte
qui se renouvela encore, mais tr6s-faiblement , une heure
plus tard. Toutes deux furent encore dc TE. k TO. (3).

29 et 30 d^cembre, k Banda, bruits sou terrains provenant
do volcan (4).

4856. Le 48 Janvier, vers 44 heures du matin, a Banda,
secousse tr^l^g^re du sud au nord. Dans la nuit du 29 au
30, bruits souterrains au volcan de Banda.

Le30, vers 5 heures du soir, nouveaux bruits souterrains
provenant du G.-Api ; pendant toute leur dur6e , la montagne
fama considerablement; Fair itait trfes-lourd (5).

Nuit du 49 au 20 f^vrier, vers 4 heure 4/2 du matin, a
Banda, une secousse de Test a Touest. On ressentit une couple
de chocs suivis d*un faible mouvement, pendant quatre
secondes (6}.

Dans la nuit du 29 au 30 juillet, k Banda, tremblement
tr6s-court, mais trfes-violent. Direction du S. au N. (7).

Le 40 octobre , vers 44 heures et demie du soir, k Banda,
trois faibles secousses verticales (8).

Le 42 novembrc, dans la matinee, sur toute Tile de
Banda-Neira et la Grande-Banda , trois secousses horizontales
de ro. a TE. ; les fenfitres ont vibn5 , un 16ger tremblement
s'est fail entendre au G.-Api (9).

4857. Le 44 Janvier, vers 44 heures 4/2 du soir, Si Banda,

(1) JVal. Tijdsch., i. 9, p. 334.

1 2} Comm. de M. Mcistcr.

f 3) Naiurk. Tijdsch. , I. 9 , p. 520.

(4) Hat. . Tijdsch. , t. 41 , p. 245.

(5}/6iV/.,t.li,p.245.

(6) Ibid. , p. 247.

(7) /Wd. , I. U , p. 2(56.

(8et9)/*!rf., I. 45, p. 266.



Digitized by



Googk



— 138 —

premise sccousse , courte , mais forte ; die a 6tc verticalc
et accompagnte d*un violent bourdonnement au volcan.

Le 46, vereiheures du matin, deuxidme secousse, l^gerc
et de TE. k TO,

Le 18, aprte 2 heures du soir, troisi^me et derni^re se-
cousse du mois : elle a itj& tr^l6g^re et dirigSe du N. au
S. Le volcan fumait plus qu'a Tordinaire; le temps 6tait
dtouffant (4).

Le 2 mars, 44 heures et demie du soir, ldg6re secousse du
S.-O. au N.-E.

Le 44, 5 heures et demie du soir, deuxiime secousse, 16-
gfere et de TO. k TE.

Dans la nuitdu 47 au 48, le matin, troisi&me secousse,
plus sensible et de TO. a TE. Trte-peu de pluie dans le mois (2).

Le 6 avril, 40 heures 24 minutes du soir, k Neira ainsi
que dans la Grande-Banda , une courte , mais tr6s-violente
secousse du S.-O. au N.-E. Elle a M ressentie Sgalement
dans les lies d*Ay, de Rosengain , de Rhun et de Pisang.
Quelques personnes qui se trouvaient dans la baie entre
Neira et la Grande-Banda, au moment du choc, ont apergu
une lueur, accompagn^e d*un bruit sourd, semblable k celui
que produit la chute d'un objet tres-lourd dans Teau. A
Banda , les murailles de la caserne d'artillerie ont 6te l^zar-
d6es au point de la rendre inhabitable. Outre les anciennes
crevasses qui subsistaient encore dans Thdpital militaire et
des Bannis , il s'en est form6 plusieurs autres ; d'autres 6diflces
publics et particuliers ont aussi &\& endommag^s ; k la batterie
de la Pr^voyance on remarque une crevasse horizontale de
7 metres de longueur. II y a eu aussi des d^gfltts k Poeloe-Ay.
En un mot, quoique plus court que celui de 4862, il paralt
avoir 6t6 aussi violent.

Le 29, avant midi, k Banda, nouvcUe secousse de TO.
k I'E. (3).



(4) Ibid., p. 267.
(2)/Airf.,p. 404.
(3) Ibid,, p. 462 n 465.



Digitized by



Googk



— <39 —



ES8AI HISTORIQUE



BVR



BEAUFREMONT,

SON CHATEAU ET SES BARONS,



Par M. CHAPELLIER,
institoteur ,

Arebivbte de U Societe d*^aIatioD des Yosges.



4» COMTES D'ARBERG ET DE VALENGIN.

En terminant la premiere partie de cet Essai historique,
Dous avons laissi la maison priDciire de BaufTremont (1 ] sous la
protection d*un noble et v^n^rable chevalier qui , guide par un
sentiment bir^ditaire, Tamour de la patrie, prit part aux
guerres dont le glorieux r^cit remplit les annales des premieres
anntes de notre siicle , et gagna ses titres d'bonneur sur les
champs de bataille oCi la valeur francaise a acquis sa plus haute
renomm^ de bravoure. LUiistoire n*a jamais eu (i citer le
nom d*un seul membre de cette famille, ^loignee de nous
depuis quatre si^cles » sans que T^cho de ce nom , parvenu au
Tillage de ses aleux, n'ait^t^ accueilli avec sympathie par tous
ceux qui Font entendu. Nous rappellerons done encore quel-
quefois ce nom cher a nos concitoyens.



tt) CVbI ainti <|uc cctic illusirc Fiiinillc orlhogiapliic iiriuelloRiriii 5on 'ionr.



Digitized by



Googk



— 140 —

Mais remontons au quinzieinc sieclc, cl voyons il'abord cc
que furent les comics d'Aibcrg et dc Valengin, qui reven-
diqu6rent la possession de la baronnie de Beaufremont , et
qui, apres avoir obtcnu justice, prirent rang parmi la haute
noblesse de la Lorraine et du Barrois, puis se d6vou6rent, eux
et leurs successeurs,' au service dc princes plus justes et plus
reconnaissants h leur 6gard que nc Tavait 6t6 Ren6 P'.

Les comtes d'Arberg etaient une branche cadettc des comtes
de Neufchillel. D6s le treizi^me si^cle, lis figurent honorable-
ment dans Thistoire de la Suisse et de la Savoie.

En i 179, Hulderich ou Ulrich, seigneur de Neufch^tel, et
Berthe son Spouse , connus par leur pi6t6 , fondaient T^gHse
coll6giale de NeufchAtel. lis eurentpour fils Rodolphe, Ulricb
et Berthold, 6v6que de Lausanne (4).

Ulrich fut co-seignour de Neufchatel avec Rodolphe son
frere , puis avec Bertold fils de Rodolphe. Ulrich et son neveu
accord^rent aux bourgeois de Neufchatel des franchises qui
furent confirmees par Bertold , 6v6que de Lausanne.

Vers 4245, les deux oncles et leur neveu firent un partagc
par lequel Ulrich obtint le comtS de Nidau , celui d'Arberg (2) ,
la montagne de Diesse, TErguel et la seigneurie de Valengin.

Ulrich eut cinq fils, Rodolphe, Ulrich , Henri, Otton et
Bertold. Rodolphe, Taln^, fut seigneur de Nidau et prit le
titre de comte de Neufch^tel qui passa k ses descendants ;
Ulrich eut le comt6 d'Arberg; Henri, fivfiquedeBAle, obtint
TErguel et des terres dans la montagne de Diesse; Otton fut
Prevot de T^glise coll6giale de Soleure, et Bertold eut la
seigneurie de Valengin , dont il devait faire hommage au comtc
de Neufchfttel.

Bertold n'ayant pas laiss6 de posUirit^ masculine, la sei-

(i ) Dictionnaire de 3Ioreri, art. Valengin , et Description de la Suisse,
par Zur-lau-bcu.

(2) Arbcrg ou Aarbcrg est unc villc dc Soissc , situcc dans une ilc que fornic
la riviere d*Aar; ollc avail on bicn beau chitcau : ccUe villc Tat cotl^rcnicnt
bnilcc Cn 1419, cldepuis encore en 1447 , h la reserve de T^glise.



Digitized by



Googk



— \i\ —

gneuric de Valengin passa a' son ncvcu Ulrich , I'un des fils
du comle d'Arberg. En 1250, cet Ulrich, seigneur d'Arberg,
donnait [i Pierre , comle deSavoie, les chtlteaux d'Arconciel
etd'Irlains, etlui faisait aussi hommage, b, la reserve de la
nd£lit6 due k TEmpereur , aux 6v6ques de Bdle et de Lausanne.

11 laissa trois fils> Jean, Ulrich et Thi^trich. Jean , Tatn^,
qui fut comte d'Arberg et seigneur de Valengin , ne reconnut
qfue malgr^ lui la suzerainet6 de Rodolphe, comte de Neuf-
ch^l; il soutint centre ce puissant seigneur une guerre qui
dura plusieurs anndes, et ce ne fut qu'apr^s avoir vu d6vaster
ses possessions qu*il consentit enrin,.en 4303, h lui prater
foi et hommage. II so trouvait aussi en 4291 , avec ses gens,
a la bataille du C6teau de Tonnerre, oil les Bernois, k qui il
etait alli6, vanquirent les Fribourgeois.

Girard, filset successeur de Jeand*Arberg, fit aussi hom-
mage k Rodolpne, qui lui augmenta son fief du bourg et des
habitants de Valengin, ce qui montre que ce bourg n'appar-
tenait pas auparavant aux seigneurs de Valengin (1).

Jean II d'Art)erg, fils de Girard d'Arberg, donna des franchises
aux habitants de Valengin. II fit hommage pour cette selgneurie
a Jean, comte de Neufchfttel, en 4349, et ensuitek Louis,
comte de Neufch&tel, puis , en 4373, k Isabelle, fille de Louis.
II avait 6pous4^ Mahaut, fille de Thi^baut V, seigneur de
Neufch&tel en Bourgogne. De ce mariage naquit Guillaume



(1) Par nn parlage tjoi aorait 6li fait vers le milieu da XIY* siicle , le
comie d*Arberg Tat scpare de la seignciirie de Valengin. A la suite de ce
parUge, Pierre d*Arbcrg, qui figura avec une grande dislictioo k la conr et
dans les arroecs da comic de Savoic , Ame Y I , dil le comte F'erd , serait
detenu poBseiseiir da comte d*Arberg. D*aprcs Planiin, auleur d*une He^-
criplion de la Suisse ^ Pierre, comte d*Arberg, vendit sa souvcraineld aux
Bernois en iS5i , et ses descendants se retirbrent en Antriche oa ils bitlrent
■n chitran aoquel ils donn^reni le nom d*Arberg. Si ce parlaga existai le
pere de Guillaume^ d*Arberg n'aurait etc , comoie ses sucesseurs , que
seigneur de Valengin, tout en conscrYanl le tilrc de comte d'Arberg comme
i de famille.



Digitized by



Googk



— U2 —

d*Arberg que nous avons vu, en 4407, epouser Jeanne de
Beaufremont.

L*histoire de Savoie nous fournirait d'aulres details inte-
ressanls sur les comtes d'Arberg, mais corarae il est facile
d'en juger par ces quelques notes g6n6aIogiques , cette maison ,
par son origine et par ses alliances , Stait digne du rang 61ev6
qu'elle allait occupc^ en s etablissant dans notre pays.

Les armoiries des comtes d'Arberg et de Valengin ^taient :
de gueulles k un pal d'or , charges de trois chevrons de sable.

dalllaume d*Arbers et Jeanne de Beaafremant«

(XV« Siecle.)

Guillaume d'Arberg posseda, comme son p^re, toute la
seigneurie de Valengin. II en fit hommage d'abord en 1408 &
r^vdque de B^le , du commandement de Conrad de Fribourg ,
son seigneur; ensuite le 44 juillet UH , k Conrad l)ii-m£me,
devenu comte de Neufchatel (4). Cette seigneurie 6tait fort
importante : outre le bourg de Valengin , situ6 dans un fond
entre deux montagnes et commande par un ch&teau b&ti sur
une Eminence , elle comprenait le Val de Rus , oil sent plusieurs
beaux villages, entr'autres Boudevillers , Coffrane, Fontaine j
Cernier, LaNeuville, Dombresson, etc.; puis les montagnes
dites Noires-Joux, qui, avec un grand nombre de maisons
Isoldes , comptent des agglomerations populeuses telles que
la Chaux-de-Fonds , le Locle, la Sagne , les Brenets, etc. (2).
Comme on le voit , si Guillaume d'Arberg s'alliait k une
famillc riche et justcment consid^r^e, il 6tait aussi, lui,
un seigneur opulent, possesseur d'un bien bel heritage.

Nous ne reviendrons pas sur ce que nous avons i&]k dit
au sujet du manage de Jeanne de Beaufremont, cependant,
il nous semble bon de rapporter ici quelques passages de
Tacte fait a cc sujet :

(1) Dictionnairc historiquc dc JUoreri, art. Valengin, I. 6, p. 861.

(2) Ihid.



Digitized by



Googk



— 143 —

Traite de mariage entre Guillaume d'Arberg , seigneur de
VaUngin, et damoyselle Jehanne de Beffroymont,

" Noos Gttiliaiime d'Arberg, seigocur de Valengin, Jeban de
Nuefchasie], seigneur de Montaguy el Fooieooy cu Vusges, et uog
cbacao de dohs especialeroent , je ledit seigneur de Moniagu moy
faisant fori de noble dame Anne Mabaut de Nuefcbastel , dame dudil
Vaiengin et mere de moy ledit Guillaume d'Arberg, d'une part.

> AogD^ de Joavelle-sur-Sa6ne , femmc de noble seigneur messire
Phelibert de Boffroymont, fr^re Pierre de BofTroymont chevalier
religicoide Tordrc de Saint-Jebau de Jerusalem, Jeban de Bofiroymont
choTalier, et damoyselle Jebanne fille desdis seigneur de Boffroymoot
e( socur dadit messire Jeban de BofTroymont, especialement nous
lesdis Augnes, fr^re Pierre et Jeban de Goffroymont, et ung cbacun
de Qous seul et poor le tout , nous faisant fort pour ledit seigneur de
BoSroymont , d*autre part.

» Scavoir faisons h toas que en traictant et parlant du mariage h
adrenirqui se puet faire et se fera selon Dieu et saincte £gli$e, entre
iDoy ledit Guillaume d'Arberg, seigneur de Valengin, d'une part, et
moj Udite damoyselle Jehanne de Boflfroymont, d'autre part, traicti^
etaccorde est entre nous lesdites parties, par le moien de plusieurs
^ noDsamis, en la mani^re que s'ensuit. C'est assavoir que je ledit
seigneur de Valengin, promets panre ladite damoyselle Jehanne h
leaul espouse et femme selon Dieu et saincte £glisc ; et semblablement
je ladite damoyselle Jehanne, promets panre ledit seigneur de
Valeogin ^ l^ul mary et espoux selon Dieu et saincte £glise. Et en
assorance ledit mariage estre fait et accomplis , et en favour d'icelly ,
OOQS lesdis Agnte, fr^re Pierre et Jeban de BofTroymont, avons
proniis et promotions a ladite damoyselle Jebanne , qu'elle aura et
emportera de son pere , pour son mariage et pariaige perp^iuel ,
paieroel el matemel , et pour tout le droict qu'elle poroit avoir ou
demander 6s successions de ses dis p^re et mere, la somme de
quatre mil escus d'or, ou mounoie a la valeur, a paier par ledit
seigneur de BofTroymoul ou ses boirs , a ladite damoyselle Jchanuo
saliUc, ou a ses boirs, cs tcrmcs que s'ensuivent.



Digitized by



Googk



— U4 —

« C'est assavolr, inillc escus un mois apres la fcsic S'-Martin d*yvcr



Online LibraryEpinal Société d'émulation du département des VosgesAnnales de la Société d'émulation du département des Vosges → online text (page 11 of 87)