Copyright
J.M. Le Moine.

Picturesque Quebec : a sequel to Quebec past and present online

. (page 48 of 59)
Online LibraryJ.M. Le MoinePicturesque Quebec : a sequel to Quebec past and present → online text (page 48 of 59)
Font size
QR-code for this ebook


interpreter of the Algonquins.

ENGLISH GARRISON. - Louis Kirke, Commandant and Governor;... Minister of
Religion; Le Baillif, of Amiens, clerk to Kirke; 88 men, officers, and
soldiers."


_THE ARMS OF THE DOMINION._

THE SECRETARY OF STATE FOR THE COLONIES TO THE GOVERNOR GENERAL.

DOWNING STREET, October 14, 1868.

My Lord, - I have the honour to enclose a certified copy of 26th May, Her
Majesty's Warrant of Assignment of 1868, Armorial Bearings for the
Dominion and Provinces of Canada, which has been duly enrolled in Her
Majesty's College of Arms, and I have to request that your Lordship will
take such steps as may be necessary for carrying Her Majesty's gracious
intentions into effect.

I have, &c,

(Signed) BUCKINGHAM AND CHANDOS.

TO THE GOVERNOR, THE RIGHT HON. VISC. MONK, &c., &c.


VICTORIA R.

VICTORIA, by the grace of God, of the United Kingdom of Great Britain and
Ireland, Queen, Defender of the Faith, &c.

To our right trusty and well-beloved councillor Edward George Fitzalan
Howard, (commonly called Lord Edward George Fitzalan Howard), deputy to
our right trusty and right entirely beloved cousin, Henry, Duke of
Norfolk, Earl Marshal, and our Hereditary Marshal of England - Greeting:

Whereas, etc,... We were empowered to declare after a certain day therein
appointed, that the Provinces of Nova Scotia, and New Brunswick should
form one Dominion under the name of Canada, etc.,... and after the first
day of July, 1867, the said Provinces should form and be one Dominion
under the name of Canada accordingly.

And forasmuch as it is Our Royal will and pleasure that for the greater
honour and distinction of the said Provinces, certain Armorial Ensigns
should be assigned to them;

Know Ye, therefore, that We, of Our Princely Grace and special favour have
granted and assigned, and by these presents do grant and assign the
Armorial Ensigns following, that is to say:

FOR THE PROVINCE OF ONTARIO

Vert a sprig of three Leaves of Maple slipped, or on a chief Argent the
Cross of St. George.

FOR THE PROVINCE OF QUEBEC

Or on a Fess Gules between two Fluer de Lis in chief Azure, and a sprig of
three Leaves of Maple slipped vert in base, a Lion passant guardant or

FOR THE PROVINCE OF NOVA SCOTIA

Or on a Fess Wavy Azure between three Thistles proper, a Salmon Naiant
Argent

FOR THE PROVINCE OF NEW BRUNSWICK

Or on Waves a Lymphad, or Ancient Galley, with Oars in action, proper on a
chief Gules a Lion passant guardant or, as the same are severally depicted
in the margin hereof, to be borne for the said respective Provinces on
Seals, Shields, Banners, Flags or otherwise, according to the Laws of Arms

And we are further pleased to declare that the said United Province of
Canada, being one Dominion under the name of Canada, shall, upon all
occasions that may be required, use a common Seal, to be called the "Great
Seal of Canada," which said seal shall be composed of the Arms of the said
four Provinces quarterly, all of which armorial bearings are set forth in
our Royal Warrant

Our Will and Pleasure is that you, Edward George Fitzalan Howard,
(commonly called Lord Edward George Fitzalan Howard) Deputy to our said
Earl Marshal, to whom the cognizance of matters of this nature doth
properly belong, do require and command that this Our Concession and
Declaration be recorded in our college of arms, in order that Our Officers
of Arms and all other Public Functionaries whom it may concern may take
full notice and knowledge thereof in their several and respective
departments. And for so doing this shall be your Warrant, given at our
Court at St James, this twenty-sixth day of May, in the thirty-first year
of Our Reign

By Her Majesty's command,

(Signed) BUCKINGHAM AND CHANDOS

"SEAL OF THE DOMINION OF CANADA - Messrs J. G. and A. B. Wyon have now on
view, at 287 Regent Street, impressions from the seals of the four
provinces of Canada and the Great Seal of the Dominion, just completed,
with the gold medal that has been struck in commemoration of the union of
the provinces. They are all designed and executed in a very high style of
art. Of the seals, that for the Dominion is, of coarse, the largest. It
represents the Queen seated under a Gothic canopy and holding the ball and
sceptre, while the wings of the canopy contain the shields of the
Provinces - two on either side - hanging on the stem of an oak. These Gothic
canopies occupy nearly the whole of the middle space of the seal, the
ground between them and the border is covered with a rich diaper, and a
shield bearing the Royal Arms of England fills the space beneath the
centre canopy. The border of the seal bears the inscription, "Victoria,
Dei Gratia, Britanniae Regina, F. D. In Canada Sigillum." This work would
add to the reputation of any other seal engraver, though it can hardly do
so to that of the Messrs Wyon, whose productions have long enjoyed a high
and deserved celebrity. The seal is well filled, as it should be in a
Gothic design, but it is not crowded, the ornaments are all very pure in
style, and the whole is in the most perfect keeping. The execution is not
less remarkable, the relief is extremely high in parts (although it does
not at first appear to be so, owing to the breadth of the composition),
but, in spite of this difficulty, the truth, sharpness, and finish of
every part have been preserved as well as they could possibly be on a
medal, or even on a coin. The smaller seals for the provinces are engraved
on one general design. The crown surmounts a central shield bearing the
Royal Arms, below which is a smaller shield bearing the arms of the
particular province - New Brunswick, Ontario, Quebec, or Nova Scotia. The
Royal motto on a flowing ribbon fills up the space at the sides; a border
adapted to the outline of the design runs outside this, and touches the
circular border of the seal containing the legend. These seals are no less
remarkable for carefulness of execution than the one to which we have
referred. The medal which has been struck to commemorate the confederation
of the provinces is in solid gold, and is so large and massive that its
value in metal alone is £50. On the obverse there is a head of the Queen,
for which Her Majesty recently gave Mr. Wyon sittings; the reverse bears
an allegorical design - Britannia seated and holding the scroll of
confederation, with figures representing the four provinces grouped around
her. Ontario holds the sheaf and sickle; Quebec, the paddle; Nova Scotia,
the mining spade; and New Brunswick the forest axe. Britannia carries her
trident and the lion crouches by her side. The following inscription runs
round a raised border: "Juventas et Patrius Vigor Canada Instaurata 1867."
The relief on this side is extremely bold, and the composition, modelling
and finish are such as to leave little to be desired. The treatment of the
head on the obverse is broad and simple; the hair is hidden by a sort of
hood of flowing drapery confined by a plain coronet, and the surface is
but little broken anywhere. The ornaments are massive rather than rich;
there is a plain pendant in the ear, and a miniature of the Prince Consort
is attached to a necklace of very chaste design." - _Morning Chronicle,
Quebec._

[_See page_ 148.]


_MILITIA UNIFORMS._

Canadian militiamen will be interested in the following letter which
appeared in the Toronto _Globe_.

SIR, - I observe in your "Notes from the Capital" a paragraph to the effect
that Major-General Luard has taken exception to the gold lace worn by
certain arms of the active militia. I am aware that this point has been
raised before, and perhaps it is not a very material issue; but there is a
feature - an historical one - in connection with the subject that deserves
attention, and I remember when the militia was more active than now, in
the face of danger to the peace of the country, this historical point was
brought into prominence. I simply suggest that a certain warrant signed by
the King after the war of 1812 be unearthed. I believe it lies somewhere
in the militia archives, having been transferred from the Public Record
Office. According to an old officer, now dead, who was familiar with it,
this warrant authorises the Canadian militia - a royal force, by the way -
to wear the same uniform as His Majesty's "Royal Regiments." Hence it is
that the characteristic features of the royal livery has been assumed by
the artillery and the other arms of the service. My informant, who had
served in 1812, also stated that it was owing to an accident that silver
was assumed in 1862, the contractor in London, who supplied, in great
haste, uniforms for the militia at the time of the Trent affair, assuming
that "militia" uniforms must be after the style of the English force,
which bears silver ornaments. The Canadian militia is, of course, on a
different footing, and takes precedence after the regular army. I think,
therefore, that for the sake of history and the prominent position of the
Canadian militia in a warlike sense, and in view of services rendered,
such as no other militia in the British service ever rendered, this point
is worthy of revival and investigation. Apart from this there is the fact
that a change of dress is a source of expense and embarrassment to
officers. I have served in various corps for seventeen years, and I know.
L. A. M. L.


[_See page_ 24.]

_HORSES._

"L'un des premiers soins du Monarque fut d'y faire passer (au Canada), à
ses frais, des chevaux, tant pour faciliter aux colons les travaux de
l'agriculture, que pour leur procurer leur commodité particulière, attendu
que jusque-là ils n'avaient pu marcher qu'à l'aide de raquettes pendant
l'hiver. Le 16 juillet 1665 on débarqua à Québec douze chevaux, les
premiers envoyés de France par le Roi. Il était naturel que les sauvages,
à qui ces animaux étaient entièrement inconnus, témoignassent une grande
surprise en voyant ces _orignaux de France_: c'est ainsi qu'ils les
appelaient, par comparaison avec ces animaux du pays, n'ayant pas de mots
dans leur langue pour les désigner. Ce qu'ils admiraient surtout,
c'étaient qu'ils fussent si traitables et si dociles sons la main de leurs
cavaliers, qui les faisaient marcher à leur fantaisie. [333] Sa Majesté a
encore envoyé des chevaux, écrivait en 1667 la mère Marie de
l'Incarnation, et on nous a donné pour notre part deux belles juments et
un cheval, tant pour la charrue que pour le charroi. [334] "L'année 1670,
le Roi envoya pareillement un étalon et douze juments, et les fit
distribuer aux gentilshommes du pays, les plus zélés pour la culture des
terres: une jument à M. Talon, deux juments à M. de Chambly avec un
étalon, une à M. de Sorel, une à M. de Contrecoeur, une à M. de Saint-
Ours, une à M. de Varenne, deux juments à M. de Lachesnaye, une à M. de
Latouche, une à M. de Repentigny, enfin la douzième à M. Le Ber. Voici les
conditions auxquelles le Roi faisaient ces sortes de dons aux
particuliers, ils devaient les nourrir pendant trois ans: et si par leur
faute, quelqu'un de ces animaux venaient à mourir, celui à qui il avait
été donné était obligé de donner au receveur du Roi la somme de deux cents
livres. Dans l'autre cas, il pouvait le vendre après les trois ans
expirés, ainsi que les poulains qu'il aurait pu avoir; mais avec charge au
bout de trois ans, de donner au receveur de Sa Majesté un poulain d'un an
pour chaque cheval, ou la somme de cent livres. Il était pareillement
ordonné que, lorsque ces poulains que le Roi faisait élever et nourrir
seraient parvenus à leur troisième année, on les distribuer ait à d'autres
particuliers, et toujours aux mêmes conditions. [335] Comme on le voit,
ces conditions ne pouvaient être plus avantageuses aux particuliers, ni au
pays en général; aussi Colbert, qui avait tant à coeur de voir fleurir la
colonie, écrivait à M. Talon, le 11 février 1671. "Je tiendrai la main à
ce qu'il soit envoyé en Canada des cavales et des ânesses, afin de
multiplier ces espèces si nécessaires à la commodité des habitants." [336]
De tous les animaux domestiques envoyés par le Roi dans la Nouvelle-
France, les chevaux furent, en effet, ceux qui s'y multiplièrent le plus,
quoique le nombre des autres y augmentât d'une manière étonnante. [337] -
(_L'Histoire de la Colonie Française en Canada_, Faillon, Vol. III, p.
222.)


_EXPORTATION OF CANADIAN CATTLE TO EUROPE._

According to the statistics furnished by Mr. McEachran, V.S., and
Government Inspector of live stock, the total shipments for 1879 from
Montreal and Quebec from toe opening to the close of navigation, as
compared with the two previous years, are as follows: -

1879 1878 1877
Cattle... 24,823 18,665 6,940
Sheep.... 78,792 41,250 9,500
Hogs..... 4,745 2,078 430

The great majority of animals shipped from Quebec were forwarded by sail
from Montreal, and large as the increased shipments of cattle, sheep and
hogs this year are over 1878 and 1877, the exports next year will
doubtless show a still large increase as compared with those of 1879 -
[Quebec _Mercury_, 18th Nov., 1879.]

Mr. J. A. Couture, veterinary surgeon, the officer in charge of the Point
Levi cattle quarantine, furnishes the following figures regarding the
Canadian Cattle Trade during the season of 1879. The total number of live
stock shipped at Montreal was 17,101 head of cattle, 59,907 sheep, and
3,468 hogs. From this port the shipments were 4,000 head of cattle, 17,274
sheep, and 188 hogs; or a grand total from the two shipping ports of
21,112 head of cattle; 77,181 sheep and 3,656 hogs. The estimated value of
this live stock is - cattle, $1,111,200; sheep, $771,810; and hogs,
$52,720; or a grand total of $2,935,730. The value of the forage exported
with this stock for food, averaging the trip of each steamship at ten
days, is placed at $92,690; and the estimated sums paid to the various
steamship lines for freight is $583,900. - [Quebec _Mercury_, 24th Nov.,
1879.]


[_See page_ 200.]

_SHIP-BUILDING AT QUEBEC UNDER FRENCH DOMINATION._

"La construction des vaisseaux était une autre branche d'industrie que
Louis XIV avait à coeur d'introduire en Canada; et dans ce dessin, il eut
soin d'y faire passer tous les ouvriers nécessaires, ainsi que d'autres,
pour préparer des bois propres à cette construction et les transporter en
France. Peu après son arrivée en Canada, M. Talon donna tous ses soins à
un objet de si grande importance. "Il faut couper des bois de toute sorte,
lit-on dans la Relation de 1667, qui se trouvent par tout le Canada, et
qui donnent facilité aux Français et aux autres, qui viennent s'y
habituer, de s'y loger dès leur arrivée. Il fait faire des matures, dont
il envoie cette année des essais à la Rochelle pour servir à la marine. Il
s'est appliqué, de plus, aux bois propres à la construction des vaisseaux,
dont l'épreuve a été faite en ce pays par la bâtisse d'une barque, qui se
trouve de bon service, et d'un gros vaisseau tout prêt à être mis à
l'eau." [338] Dans l'état de la dépense du Roi pour l'année 1671, nous
lisons cet article remarquable: "Quarante-mille livres pour être employées
à la construction des vaisseaux qui se font en Canada, comme aussi à la
coupe et à la façon des bois envoyés de ce pays pour les constructions qui
se font dans les ports du royaume." [339] Le premier de ces vaisseaux,
auxquels on travaillait l'année 1672, devait être du poids de quatre a
cinq cents tonneaux; et, dans le même temps, on se disposait à en
construire un autre plus considérable encore, dont tous les matériaux
étaient déjà prêts. [340] L'un de ces bâtiments étant enfin achevé, on
demanda au Roi qu'il voulût bien le laisser dans la colonie, ce qui
pourtant n'eut pas lieu." [341] - _Histoire de la Colonie Française en
Canada_, Faillon, Vol. III, p. 256.

Extract from "_Mémoires et Relations sur l'Histoire Ancienne du Canada_
d'après des Manuscrits récemment obtenus des Archives et Bureaux Publics,
en France."

(Publiés sous la direction de la Société Littéraire et Historique de
Québec, 1840. (1748.)) - "Il y a une Construction royale établie à Québec;
le Roy y entretient un Constructeur-en-chef, et tous les ouvriers
nécessaires; mais cette construction est aujourd'hui décriée, et l'on dit
que le Roy va la faire cesser pour les raisons suivantes:

En premier lieu, on prétend que les vaisseaux bâtis à Québec coûtent
beaucoup plus que ceux bâtis dans les ports de France; mais on n'ajoute
pas que ce n'est qu'en apparence, attendu qu'il passe sur le compte de la
construction beaucoup de dépenses qui n'y ont aucun rapport.

En second lieu, que ces vaisseaux jusqu'a présent ont été de très-peu de
durée; d'où l'on conclut que les bois du Canada ne valent rien.

Pour juger sainement de la qualité de ces bois, il faut entrer dans le
détail de ce qui en regarde la coupe, le transport à Québec, et l'employ à
la construction.

Premièrement: Ces bois du Canada sont extrêmement droits, ce n'est qu'avec
beaucoup de peine qu'on trouve dans leurs racines des bois tords, propres
à la construction.

Deuxièmement: Jusqu'à présent on n'a exploité que les Chênières les plus
voisines des rivières, et conséquemment situées dans les lieux bas, a
cause de la facilité de transport.

Troisièmement: Les bois sont coupés en hiver; on les traîne sur la neige
jusques au bord des rivières et des lacs; lorsque la fonte des neiges et
des glaces a rendu la navigation libre, on les met en radeaux pour les
descendre à Québec, où ils restent longtems dans l'eau, avant d'être tirés
à terre, et où ils en contractent une mousse qui les échauffe; encore
imbibés d'eau, ils sont exposés dans un chantier à toute l'ardeur du
soleil de l'été; l'hiver qui succède les couvre une seconde fois de neige,
que le printems fait fondre, et ainsi successivement jusqu'a ce qu'ils
soient employés; enfin, ils restent deux ans sur les chantiers, où de
nouveau ils essuyent deux fois l'extrémité du froid et du chaud qu'on sent
dans ce climat.

Voilà les causes du peu de durée de ces vaisseaux:

Si on coupoit les bois sur les hauteurs; s'ils étoient transportés à
Québec dans des barques; si on les garantissoit des injures du tems dans
des hangars, et si les vaisseaux ne restoient qu'une année sur les
chantiers il est évident qu'ils dureroient plus longtems. Dans la
démolition de ceux qui ont été condamnés en France, on a reconnu que les
bordages s'etoient bien conservés, et qu'ils étoient aussi bons que ceux
qu'on tire de Sède; mais que les membres en étoient pourris. Est-il
étonnant que les bois tords pris à la racine d'arbres qui avoient le pied
dans l'eau qu'on n'a pas eu attention de faire sécher à couvert,
s'échauffent quand ils se trouvent enfermés entre deux bordages?

Je ne vois donc pas que les raisons alléguées centre les vaisseaux de
Québec soient suffisantes pour en faire cesser la construction. Je dis
plus, que le Roy fait en Canada, celle de la construction me paroit la
plus nécessaire, et celle qui peut devenir la plus utile. Tout esprit non
prévenu sera forcé de convenir qu'on y fera construire des vaisseaux avec
plus d'économie que dans les ports de France, toutes les fois qu'on ne
confondra pas d'autres dépenses avec celles de la construction.
D'ailleurs, il est important qu'il y ait à Québec un certain nombre de
charpentiers et de calfats; il en manque aujourd'hui, malgré ceux que le
Roy entretient; et lorsque les particuliers en ont besoin au printems, ils
n'en trouvent point; un calfat se paye six francs pour une marée. J'avoue
qu'alors tous les travaux de cette espèce sont pressés; mais ordinairement
un charpentier gagne trois à quatre francs par jour avec les particuliers.
Indépendamment de l'intérêt des particuliers, les vaisseaux qui viennent à
Québec, ont quelques fois besoin d'un radoub, et dans le nombre des
navires marchands, il y en a toujours quelqu'un qu'il est nécessaire de
radouber par des accidents arrivés dans la traversée. Si le Roy faisoit
cesser ici la construction de ses vaisseaux, tous les ouvriers qui y sont
employés seroient forcés d'aller chercher du travail ailleurs.

Enfin, on a besoin en Canada de petits bâtiments pour les postes de la
pêche, pour le commerce de Québec, à Montréal, pour le cabotage de la
rivière, pour la traite à Gaspé et à Louisbourg; et cette partie de la
construction est si fort négligée ici, que les Anglois de ce continent
fournissent une partie des bâtimens pour la navigation dans l'intérieur de
notre Colonie. Ce n'est pas que leurs bois sont meilleurs, ou leurs
bâtimens mieux construits que les nôtres, mais ils les donnent à meilleur
marche. Aussi voyons-nous dans toutes nos places maritimes des navires
marchands construits dans la Nouvelle-Angleterre.

Loin donc de prendre le parti d'abandonner la Construction royale, parti
préjudiciable à la Colonie, et j'ose dire à l'État, il seroit nécessaire
non-seulement que le Roy continuât à faire construire des vaisseaux en
Canada, mais encore qu'il encourageât des entrepreneurs pour la
construction de bâtimens marchands. La gratification de vingt francs par
tonneau, accordée aux particuliers qui feroient passer en France des
bâtimens construits en Canada, ne suffroit pas aujourd'huy pour les
engager à cet égard dans des entreprises d'un certaine considération; la
main d'oeuvre est hors de prix, et les entrepreneurs seraient forcés de
faire venir de France les voiles, cordages et autres agrès.

Il faudroit, indépendamment de la gratification, que le Roy fît passer à
Québec une partie de ses agrès, et qu'il les donnât aux entrepreneurs à un
prix raisonnable: il faudroit en outre qu'il leur procureroit un frêt pour
les bâtimens qu'ils envoyeroient en France, et il le leur procureroit en
ordonnant qu'on reçut dans ses ports les planches, bordages, merrains,
plançons de chêne, mâtures et autres articles de cette espèce, dont ces
bâtimens seroient chargés, au même prix qu'il les paye aux fournisseurs
qui tirent tous ces articles de l'étranger; en prenant ces mesures, le
Canada fourniroit les bâtimens nécessaires pour le commerce intérieur de
la Colonie, dispenseroit la France d'avoir recours aux Anglois pour les
navires qui manquent à son commerce en Europe, et que les Anglois
construisent dans le même continent où nous avons de si vastes
possessions; les mâtures du Canada, estimées autant que celles que nous
tirons du Nord à grands frais, ne seroient pas pour nous en pure perte;
ces exploitations devenant considérables, faciliteroient la culture des
terres, en désertant des cantons qui, peut-être, ne le seront jamais;
enfin cette construction, établie sur le pied où on le propose, coûteroit
sans doute, au Roy; mais cette dépense, sagement économisée, feroit partie
de celles que nous avons dit être nécessaires pour la balance du commerce
de cette Colonie avec la France."

I have furnished elsewhere, a sketch and a tabular statement showing the
gradual progress in ship-building, under French Rule and under English
Rule, from 1787 down to 1875. - _Vide_ QUEBEC PAST AND PRESENT, page 434-9.


[_See page 219._]

_THE CONQUEST OF NEW YORK._

"Louis XIV," says Parkman, "commanded that eighteen thousand unoffending
persons should be stripped of all they possessed, and cast out to the
mercy of the wilderness. The atrocity of the plan is matched by its folly.
The King gave explicit orders, but he gave neither ships nor men enough to
accomplish them; and the Dutch farmers, goaded to desperation, would have
cut his sixteen hundred soldiers to pieces." [342]

"Si parmy les habitans de la Nouvelle-York il se trouve des Catholiques de
la fidélité desquels il croye se pouvoir asseurer, il pourra les laisser
dans leurs habitations, après leur avoir fait prester serment de fidélité
à Sa Majesté.... Il pourra aussi garder, s'il le juge à propos, des
artisans et autres gens de service nécessaires pour l'a culture des
terres, ou pour travailler aux fortifications, en qualité de
prisonniers.... Il faut retenir en prison les officiers et les principaux
habitans desquels on pourrat retirer des rançons. A l'esgard de tous les
autres estrangers (_ceux que ne sont pas Français_), hommes, femmes
et enfans, sa Majesté trouve à propos qu'ils soient mis hors de la Colonie
et envoyez a la Nouvelle Angleterre, a la Pennsylvanie ou en d'autres



Online LibraryJ.M. Le MoinePicturesque Quebec : a sequel to Quebec past and present → online text (page 48 of 59)