Marianna Alcoforado.

The Letters of a Portuguese Nun online

. (page 4 of 8)
Online LibraryMarianna AlcoforadoThe Letters of a Portuguese Nun → online text (page 4 of 8)
Font size
QR-code for this ebook


a natural aversion for me, since you have not loved me to distraction.
I allowed myself to be enchanted by very mediocre qualities. What
have you ever done to please me? What sacrifice have you made for me?
Did you not always seek a thousand other pleasures? Did you ever give
up gaming or the chase? Were you not ever the first to leave for the
army, and did you not always come back the last? You exposed yourself
rashly, although I had begged you to spare yourself for my sake. You
never sought the means of settling down in Portugal, where you were
esteemed. A single letter from your brother made you leave without a
moment’s hesitation. Do I not know that during the voyage you were in
the best of humours? It must be confessed that I ought to hate you
with a deadly hatred. Ah, I have brought down all these misfortunes on
myself. I accustomed you from the first to a boundless love, and that
with too much ingenuousness, while one needs to employ artifice to
make one’s self loved. One should seek the means of skilfully exciting
it, for love of itself does not engender love. You wished me to love
you, and since you had formed this design there is nothing that you
would not have done to accomplish it. You would even have made up your
mind to love me had that been necessary, but you knew that you could
succeed in your enterprise without passion, and that you had no need
of it. What treachery! did you think that you could deceive me with
impunity? If any chance brings you again to this country, I declare
that I will hand you over to the vengeance of my kinsfolk. I have lived
too long, in an abandonment and idolatry which strikes me with horror,
and feelings of remorse persecute me with unbearable severity. I feel a
lively shame for the crimes which you have made me commit, and I have
no more, alas! the love which prevented me from comprehending their
enormity. When will this heart of mine cease to be torn? When shall I
be freed from these cruel trammels?

In spite of all, methinks I do not wish you harm, and could resolve
to consent to your being happy. But how could you be so, if you had
a true heart? I mean to write you another letter, to show you that I
shall perchance be more at peace some day. What pleasure I shall find
in being able to reproach you for your injustice when I am no longer so
vividly touched by it, in letting you know that I despise you, and that
I can speak with indifference of your deceit, that I have forgotten
all my pleasures and all my sorrows, and that I only remember you when
I wish to do so! I recognise that you have a great advantage over me,
and that you have inspired in me a love which has upset my reason; but
at the same time you should take little credit to yourself for it. I
was young, I was trustful, I had been shut up in this convent since
my childhood,[37] I had only seen people whom I did not care for. I
had never heard the praises which you constantly gave me. Methought I
owed you the charms and the beauty which you found in me, and which you
were the first to make me perceive: I heard you well talked of; every
one spoke in your favour: you did all that was necessary to awake love
in me. But I have at last returned to myself from this enchantment.
You yourself helped me greatly, and I confess that I had much need of
it. When I return you your letters I shall take care to keep the last
two which you wrote me; and I shall re-read them more often than I
have the previous ones, in order that I may not relapse into my former
weakness. Ah! how dear they cost me, and how happy I should have been
if you had allowed me to love you always. I well know that I am still
a little too much taken up with my reproaches and your faithlessness,
but remember that I have promised myself a state of greater peace, and
that I shall reach it, or take some desperate resolve against myself,
which you will learn, without great displeasure. But I wish no more of
you, and I am foolish to repeat the same things so often. I must leave
you, and think no more on you. I even think that I shall not write to
you again. Am I under any obligation to render you an exact account of
all I do?




LETTRES

PORTVGAISES

TRADVITES

EN FRANÇOIS


A PARIS,

Chez CLAVDE BARBIN, au
Palais, sur le second Perron
de la sainte Chapelle.


M. DC. LXIX

_Avec Privilege du Roy_




AV LECTEVR


_I ay trouué les moyens auec beaucoup de soin & de peine, de recouurer
vne copie correcte de la traduction de cinq Lettres Portugaises, qui
ont esté écrites a un Gentilhomme de qualité, qui seruoit en Portugal.
I’ay veu tous ceux qui se connoissent en sentimens, ou les loüer, ou
les chercher auec tant d’empressement, que j’ay crû que ie leur ferois
un singulier plaisir de les imprimer. Ie ne sçay point le nom de celuy
auquel on les à écrites, ny de celuy qui en a fait la traduction,
mais il m’a semblé que ie ne deuois pas leur déplaire en les rendant
publiques. Il est difficile quelles n’eussent, enfin, parû auec des
fautes d’impression qui les eussent défigurées._




PREMIERE LETTRE


Considere, mon amour, jusqu’à quel excez tu as manqué de preuoyance.
Ah mal-heureux! tu as esté trahy, & tu m’as trahie par des esperances
trompeuses. Vne passion sur laquelle tu auois fait tant de projets de
plaisirs, ne te cause presentement qu’vn mortel desespoir, qui ne peut
estre comparé qu’à la cruauté de l’absence, qui le cause. Quoy? cette
absence, à laquelle ma douleur, toute ingenieuse qu’elle est, ne peut
donner vn nom assez funeste, me priuera donc pour toujours de regarder
ces yeux, dans lesquels je voyois tāt d’amour, & qui me faisoient
connoître des mouuemēs, qui me combloient de joye, qui me tenoient lieu
de toutes choses, & qui enfin me suffisoient? Helas! les miens sont
priuez de la seule lumiere, qui les animoit, il ne leur reste que des
larmes & je ne les ay employez à aucun vsage, qu’à pleurer sans cesse,
depuis que j’appris que vous estiez enfin resolu à vn éloignement,
qui m’est si insupportable, qu’il me fera mourir en peu de temps.
Cependant il me semble que j’ay quelque attachement pour des malheurs,
dont vous estes la seule cause: Ie vous ay destiné ma vie aussi-tost
que je vous ay veu; & je sens quelque plaisir en vous la sacrifiant.
I’ enuoye mille fois le jour mes soupirs vers vous, ils vous cherchent
en tous lieux, & ils ne me rapportent pour toute recompense de tant
d’inquietudes, qu’vn aduertissement trop sincere, que me dōne ma
mauuaise fortune, qui a la cruauté de ne souffrir pas, que je me
flatte, & qui me dit à tous momens; Cesse, cesse Mariane infortunée de
te consumer vainement: & de chercher vn Amant que tu ne verras iamais;
qui a passé les Mers pour te fuir, qui est en France au milieu des
plaisirs, qui ne pense pas vn seul moment à tes douleurs, & qui te
dispense de tous ces transports, desquels il ne te sçait aucun gré?
mais non, je ne puis me resoudre à juger si injurieusement de vous, &
je suis trop interessée à vous justifier: Ie ne veux point m’imaginer
que vous m’auez oubliée. Ne fuis-je pas assez malheureuse sans me
tourmenter par de faux soupçons? Et pourquoy ferois-je des efforts
pour ne me plus souuenir de tous les soins, que vous auez pris de me
temoigner de l’amour? I’ay esté si charmée de tous ces soins, que je
serois bien ingrate, si je ne vous aymois auec les mesmes emportemens,
que ma Passion me donnoit, quand je joüissois des témoignages de la
vostre. Comment se peut-il faire que les souuenirs des momens si
agreables, soient deuenus si cruels? & faut-il que contre leur nature,
ils ne seruent qu’à tyranniser mon cœur? Helas! vostre derniere lettre
le reduisit en vn estrange état: il eut des mouuemens si sensibles
qu’il fit, ce semble, des efforts, pour se separer de moy, & pour vous
aller trouuer: Ie fus si accablée de toutes ces émotions violentes,
que je demeuray plus de trois heures abandonnée de tous mes sens: je
me défendis de reuenir à vne vie que je dois perdre pour vous: puis
que je ne puis la cōnserver pour vous, je reuis enfin, malgré moy la
lumiere, je me flatois de sentir que je mourois d’amour; & d’ailleurs
j’estois bien-aise de n’estre plus exposée à voir mon cœur déchiré par
la douleur de vostre absence. Apres ces accidens, j’ay eu beaucoup de
differētes indispositions: mais, puis-je jamais estre sans maux, tant
que je ne vous verray pas? Ie les supporte cependant sans murmurer,
puis qu’ils viennent de vous. Quoy? est-ce là la recompēse, que vous
me donnez, pour vous auoir si tendrement aymé? Mais il n’importe, je
suis resoluë à vous adorer toute ma vie, & à ne voir jamais personne;
& je vous asseure que vous ferez bien aussi de n’aymer personne.
Pourriez vous estre content d’vne Passion moins ardente que la miēne?
Vous trouuerez, peut-estre, plus de beauté (vous m’auez pourtant dit
autrefois, que j’estois assez belle) mais vous ne trouuerez jamais tant
d’amour, & tout le reste n’est rien. Ne remplissez plus vos lettres
de choses inutiles, & ne m’escriuez plus de me souuenir de vous? Ie
ne puis vous oublier, & je n’oublie pas aussi, que vous m’auez fait
esperer, que vous viēdriez passer quelque temps auec moy. Helas!
pourquoy n’y voulez vous pas passer toute vostre vie? S’il m’estoit
possible de sortir de ce malheureux Cloistre, je n’attendrois pas en
Portugal l’effet de vos promesses: j’irois, sans garder aucune mesure,
vous chercher, vous suiure, & vous aymer par tout le monde: je n’ose me
flater que cela puisse estre, je ne veux point nourrir vne esperance,
qui me donneroit asseurément quelque plaisir, & je ne veux plus estre
sensible qu’aux douleurs. I’auouë cependant que l’occasion, que mon
frere m’a donnée de vous escrire, a surpris en moy quelques mouuemens
de joye, & qu’elle a suspendu pour vn moment le desespoir, où je
suis. Ie vous coniure de me dire, pourquoy vous vous estes attaché à
m’enchanter, comme vous auez fait, puisque vous sçauiez bien que vous
deuiez m’abandonner? Et pourquoy auez vous esté si acharné à me rendre
malheureuse? que ne me laissiez vous en repos dans mon Cloistre? vous
auois-ie fait quelque iniure? Mais ie vous demande pardon: ie ne vous
impute rien: ie ne suis pas en estat de penser à ma vengeance, &
i’accuse seulement la rigueur de mon Destin. Il me semble qu’en nous
separant, il nous a fait tout le mal, que nous pouuiōs craindre; il
ne sçauroit separer nos cœurs; l’amour qui est plus puissant que luy,
les a vnis pour toute nostre vie. Si vous prenez quelque interest à la
mienne, escriuez moy souuent. Ie merite bien que vous preniez quelque
soin de m’apprendre l’estat de vostre cœur, & de vostre fortune, sur
tout venez me voir. Adieu, ie ne puis quitter ce papier, il tombera
entre vos mains, ie voudrois bien auoir le mesme bon-heur: Helas!
insensée que ie suis, ie m’apperçois bien que cela n’est pas possible.
Adieu, ie n’en puis plus. Adieu, aymez moy toûjours; & faites moy
souffrir encore plus de maux.




SECONDE LETTRE


Il me semble que je fais le plus grād tort du monde aux sentimēs de
mon cœur, de tascher de vous les faire connoistre en les écriuant:
que je serois heureuse, si vous en pouuiez biē iuger par la violence
des vostres! mais ie ne dois pas m’en rapporter a vous, & ie ne puis
m’empescher de vous dire, bien moins vivement, que je ne le sens,
que vous ne devriez pas me maltraitter, comme vous faites, par vn
oubly, qui me met an desespoir, & qui est mesme honteux pour vous;
il est bien iuste au moins, que vous souffriez que ie me plaigne des
malheurs, que i’avois bien preveus, quand ie vous vis resolu de me
quitter ie connois bien que ie me suis abuseé lorsque i’ay pensé,
que vous auriez vn procedé de meilleure foy, qu’on n’a accoustumé
d’auoir, parce que l’excez de mon amour me mettoit, ce semble, au
dessus de toutes sortes de soupçons, & qu’il meritoit plus de fidelité,
qu’on n’en trouue d’ordinaire: mais la dispositiō, que vous auez à me
trahir, l’emporte enfin sur la justice, que vous deuez à tout ce que
i’ay fait pour vous, ie ne laisserois pas d’estre bien malheureuse,
si vous ne m’aymiez, que parce que ie vous ayme, & ie voudrois tout
deuoir à vostre seule inclination mais ie suis si éloignée d’estre en
cét estat, que ie n’ay pas receu vne seule lettre de vous depuis six
mois: j’attribuë tout ce mal-heur à l’aueuglement, auec lequel ie me
suis abandonnée à m’attacher a vous: ne deuois-je pas preuoir que mes
plaisirs finiroient plûtost que mon amour? pouuois-ie esperer, que vous
demeureriez toute vostre vie en Portugal, & que vous renonceriez à
vostre fortune & à vostre Pays, pour ne penser qu’à moy? mes douleurs
ne peuuent receuoir aucun soulagement, & le souuenir de mes plaisirs
me comble de desespoir: Quoy! tous mes desirs seront donc inutiles, &
ie ne vous verray iamais en ma chambre avec toute l’ardeur, & tout
l’emportement, que vous me faisiez voir? mais helas! je m’abuse, & je
ne connois que trop, que tous les mouuemens, qui occupoient ma teste,
& mon cœur, n’estoient excitez en vous, que par quelques plaisirs, &
qu’ils finissoient aussi-tost qu’eux; il falloit que dans ces momens
trop heureux j’appellasse ma raison à mon secours pour moderer l’excez
funeste de mes delices, & pour m’annoncer tout ce que ie souffre
presentement: mais ie me donnois toute à vous, & ie n’estois pas en
estat de penser à ce qui eût pû empoisonner ma ioye, & m’empescher
de ioüyr pleinement des témoignages ardens de vostre passion; ie
m’apperceuois trop agreablement que i’estois auec vous pour penser
que vous seriez vn iour éloigné de moy: ie me souuiens pourtant de
vous auoir dit quelquefois que vous me rendriez malheureuse: mais ces
frayeurs estoient bien-tost dissipées, & ie prenois plaisir, à vous
les sacrifier, & à m’abandonner à l’enchantement, & à la mauuaise foy
de vos protestations: ie voy bien le remede à tous mes maux, & i’en
ferois bien-tost déliurée si ie ne vous aymois plus: mais, helas! quel
remède; non i’ayme mieux souffrir encore dauantage, que vous oublier.
Helas! cela dépend il de moy? Ie ne puis me reprocher d’auoir souhaité
vn seul moment de ne vous plus aymer: vous estes plus à plaindre;
que je ne suis, & il vaut mieux souffrir tout ce que je souffre, que
de ioüir des plaisirs languisans, que vous donnent vos Maitresses de
France: ie n’enuie point vostre indifference, & vous me faites pitié:
Ie vous défie de m’oublier entierement: Ie me flatte de vous auoir mis
en estat de n’auoir sans moy, que des plaisirs imparfaits, & ie suis
plus heureuse que vous, puisque ie suis plus occupée. L’on m’a fait
depuis peu Portiere en ce Conuent: tous ceux qui me parlent, croyent
que ie sois fole, ie ne sçay ce que ie leur répons: Et il faut que les
Religieuses soyent aussi insensées que moy, pour m’auoir crû capable
de quelque soin. Ah! i’enuie le bon-heur d’Emanuel, & de Francisque;
pourquoy ne suis-je pas incessamment auec vous, comme eux? ie vous
aurois suiuy, & ie vous aurois asseurément seruy de meilleur cœur,
ie ne souhaite rien en ce mōde, que vous voir; au moins souuenez
vous de moy? ie me contente de vostre souuenir: mais ie n’ose m’en
asseurer; ie no bornois pas mes esperances à vostre souuenir, quād ie
vous voyois tous les iours: mais vous m’auez bien apris, qu’il faut
que ie me soûmette à tout ce que vous voudrez: cependāt ie no me repēs
point de vous auoir adoré, ie suis bien-aise, que vous m’ayez seduite:
vostre absence rigoureuse, & peut-estre éternelle, ne diminuë en rien
l’emportement de mon amour: ie veux que tout le mond le sçache, ie
n’en fais point vn mystere, & ie suis rauie d’auoir fait tout ce que
i’ay fait pour vous contre toute sorte de bien-seance: ie ne mets plus
mon honneur, & ma religion qu’à vous aymer éperdüement toute ma vie,
puisque i’ay commencé à vous aymer: ie ne vous dis point toutes ces
choses, pour vous obliger à m’escrire. Ah! ne vous contraignez point;
ie ne veux de vous, que ce qui viendra de vostre mouuement, & ie refuse
tous les témoignages de vostre amour dont vous pourriez vous empescher:
j’auray du plaisir à vous excuser, parce que vous aurez, peut-estre,
du plaisir à ne pas prendre la peine de m’écrire: & ie sens vne
profonde disposition à vous pardonner toutes vos fautes. Vn Officier
François a eu la charité de me parler ce matin plus de trois heures de
vous, il m’a dit que la paix de France estoit faite: si cela est, ne
pourriez vous pas me venir voir, & m’emmener en Frāce? Mai’s ie ne le
merite pas, faites tout ce qu’il vous plaira, mon amour ne depend plus
de la maniere, dont vous me traiterez; depuis que vous estes party,
je n’ay pas eu vn seul moment de santé, & je n’ay aucun plaisir qu’en
nomment vostre nō mille fois le iour; quelques Religieuses, qui sçauent
l’estat deplorable, où vous m’auez plongée, me parlent de vous fort
souuent: je sors le moins qu’il m’est possible de ma chambre, où vous
estes venu tant de fois, & ie regarde sans cesse vôtre portrait, qui
m’est mille fois plus cher que ma vie, il me donne quelque plaisir:
mais il me donne aussi bien de la douleur, lors que ie pense que ie ne
vous reuerray, peut-estre jamais; pourquoy faut-il qu’il soit possible
que ie ne vous verray, peut-estre, iamais? M’auez vous pour toûjours
abandonnée? Ie suis au desespoir, vostre pauure Mariane n’en peut plus,
elle s’éuanoüit en finissant cette Lettre. Adieu, adieu, ayez pitié de
moy.




TROISIESME LETTRE


Qv’est-ce que je deuiendray, & qu’est-ce que vous voulez que ie fasse?
Ie me trouue bien éloignée de tout ce que j’auois preueu: I’esperois
que vous m’écririez de tous les endroits, où vous passeriez, & que
vos lettres seroient fort longues; que vous soustiēdrez ma Passion
par l’esperance de vous reuoir, qu’vne entiere confiance en vostre
fidelité me donneroit quelque sorte de repos, & que ie demeurerois
cependant dans vn estat assez supportable sans d’extrèmes douleurs:
j’auois mesme pensé à quelques foibles projets de faire tous les
efforts dont ie serois capable, pour me guerir, si ie pouuois
connoistre bien certainement que vous m’eussiez tout à fait oubliée;
vostre éloignement, quelques mouuemens de deuotiō; la crainte de
ruiner entierement le reste de ma santé par tant de veilles, & par
tant d’inquietudes; le peu d’apparence de vostre retour: la froideur
de vostre Passion, & de vos derniers adieux; vostre depart, fondé sur
d’assez meschās pretextes, & mille autres raisons, qui ne sont que
trop bonnes, & que trop inutiles, sembloient me promettre vn secours
assez asseuré, s’il me deuenoit necessaire: n’ayant enfin à combatre
que contre moy mesme, ie ne pouuois jamais me défier de toutes mes
foiblesses, ny apprehender tout ce que ie souffre aujourd’huy. Helas!
que ie suis à plaindre, de ne partager pas mes douleurs auec vous,
& d’estre toute seule malheureuse: cette pensée me tuë, & je meurs
de frayeur, que vous n’ayez iamais esté extrémement sensible à tous
nos plaisirs: Oüy, ie connois presentement la mauuaise foy de tous
vos mouuemens: vous m’auez trahie toutes les fois, que vous m’auez
dit, que vous estiez rauy d’estre seul auec moy; ie ne dois qu’a mes
importunitez vos empressemens, & vos transports; vous auiez fait de
sens froid vn dessein de m’enflamer, vous n’auez regardé ma Passion
que comme vne victoire, & vostre cœur n’en a jamais esté profondement
touché, n’estes vous pas bien malheureux, & n’auez vous pas bien peu
de delicatesse, de n’auoir sçeu profiter qu’en cette maniere de mes
emportemens? Et comment est-il possible qu’auec tant d’amour ie n’aye
pû vous rendre tout a fait heureux? ie regrette pour l’amour de vous
seulement les plaisirs infinis, que vous auez perdus: faut-il que vous
n’ayez pas voulu en ioüir? Ah! si vous les cōnoissiez, vous trouueriez
sans doute qu’ils sont plus sensibles, que celuy de m’auoir abusée, &
vous auriez esprouué, qu’on est beaucoup plus heureux, & qu’on sent
quelque chose de bien plus touchant, quand on ayme violamment, que
lors’qu’on est aymé. Ie ne sçay, ny ce que ie suis, ny ce que ie fais,
ny ce que ie desire: ie suis deschirée par mille mouuemens contraires:
Peut-on s’imaginer vn estat si deplorable? Ie vous ayme éperduëment,
& ie vous mesnage assez pour n’oser, peut-estre, souhaiter que vous
soyez agité des mesmes transports: ie me tuërois, ou ie mourrois de
douleur sans me tuër, si j’estois asseurée que vous n’auez jamais
aucun repos, que vostre vie n’est que trouble, & qu’agitation, que vous
pleurez sans cesse, & que tout vous est odieux; je ne puis suffire à
mes maux, comment pourrois-je supporter la douleur, que me donneroient
les vostres, qui me seroient mille fois plus sensibles? Cependant ie
ne puis aussi me resoudre à desirer que vous ne pensiez point à moy;
& à vous parler sincerement, ie suis ialouse auec fureur de tout ce
qui vous donne de la joye, & qui touche vostre cœur, & vostre goust
en France. Ie ne sçay pourquoy ie vous écris, ie voy bien que vous
aurez seulement pitié de moy, & ie ne veux point de vostre pitié; j’ay
bien du depit cōtre moy-mesme, quand ie sais reflexion sur tout ce
que ie vous ay sacrifié: j’ay perdu ma reputation, je me suis exposée
a la fureur de mes parens, à la severité des loix de ce Païs contre
les Religieuses, & à vostre ingratitude, qui me paroist le plus grand
de tous les malheurs: cependant je sens bien que mes remors ne sont
pas veritables, que ie voudrois du meilleur de mon cœur, auoir couru
pour l’amour de vous de plus grans dangers, & que i’ay vn plaisir
funeste d’auoir hazardé ma vie & mō honneur, tout ce que i’ay de plus
precieux, ne devoit-il pas estre en vostre disposition? Et ne dois-je
pas estre bien aise de l’auoir employé, comme i’ay fait: il me semble
mesme que ie ne suis gueres contente ny de mes douleurs, ny de l’excez
de mon amour, quoi que ie ne puisse, helas! me flater assez pour étre
contente de vous; je vis, infidelle que ie suis, & ie fais autant de
choses pour conserver ma vie, que pour la perdre, Ah! j’en meurs de
honte: mon desespoir n’est donc que dans mes Lettres? Si je vous aimois
autant que ie vous l’ay dit mille fois, ne serois-je pas morte, il y
a long-temps? Ie vous ay trompé, c’est à vous à vous plaindre de moy:
Helas! pourquoy ne vous en plaignez vous pas? Ie vous ay veu partir, ie
ne puis esperer de vous voir iamais de retour, & ie respire cependant:
ie vous ay trahy, ie vous en demande pardon: mais ne me l’accordez
pas? Traittez moy seueremēt? Ne trouuez point que mes sentimens soient
assez violens? Soyez plus difficile à contēter? Mandez moy que vo’
voulez que ie meure d’amour pour vous? Et ie vous conjure de me donner
ce secours, afin que ie surmonte la foiblesse de mon sexe, & que ie
finisse toutes mes irresolutions par vn veritable desespoir; vne fin
tragique vo’ obligeroit sans doute à penser souuent à moy, ma memoire
vous seroit chere, & vous seriez, peut-estre, sensiblement touché d’vne
mort extraordinaire, ne vaut-elle pas mieux que l’estat, où vous m’auez
reduite? Adieu, ie voudrois bien ne vous auoir iamais veu. Ah! ie sens
viuement la fausseté de ce sentiment, & ie connois dans le moment que
ie vous écris, que i’aime bien mieux estre malheureuse en vo’ aimant,
que de ne vous auoir iamais veu; je consens donc sans murmure à ma
mauuaise destinée, puisque vous n’auez pas voulu la rendre meilleure.
Adieu, promettez, moy de me regretter tendrement, si ie meurs de
douleur, & qu’au moins la violence de ma Passion vous donne du dégoust
& de l’éloignement pour toutes choses; cette consolation me suffira, &
s’il faut que ie vous abandonne pour toûjours, ie voudrois bien ne vous
laisser pas à vne autre. Ne seriez vous pas bien cruel de vous seruir
de mon desespoir, pour vous rendre plus aimable, & pour faire voir, que
vous auez donné la plus grande Passion du monde? Adieu encore vne fois,
ie vous écris des lettres trop longues, je n’ay pas assez d’égard pour
vous, ie vous en demande pardon, & j’ose esperer que vous aurez quelque
indulgence pour vne pauure insensée, qui ne l’estoit pas, comme vous
sçauez, auant qu’elle vous aimât. Adieu, il me semble que ie vous parle


1 2 4 6 7 8

Online LibraryMarianna AlcoforadoThe Letters of a Portuguese Nun → online text (page 4 of 8)