Members of the Oxford Faculty of Modern History.

Why We Are at War (2nd Edition, revised) online

. (page 16 of 19)
Online LibraryMembers of the Oxford Faculty of Modern HistoryWhy We Are at War (2nd Edition, revised) → online text (page 16 of 19)
Font size
QR-code for this ebook


short by the transfer of the dispute to the more dangerous ground of a
direct conflict between Germany and Russia. Germany intervened on the
31st July by means of her double ultimatums to St. Petersburgh and
Paris. The ultimatums were of a kind to which only one answer is
possible, and Germany declared war on Russia on the 1st August, and on
France on the 3rd August. A few days' delay might in all probability
have saved Europe from one of the greatest calamities in history.

Russia still abstained from attacking Austria, and M. Schebeko had been
instructed to remain at his post till war should actually be declared
against her by the Austro-Hungarian Government. This only happened on
the 6th August when Count Berchtold informed the foreign missions at
Vienna that "the Austro-Hungarian Ambassador at St. Petersburgh had been
instructed to notify the Russian Government that, in view of the
menacing attitude of Russia in the Austro-Servian conflict and the fact
that Russia had commenced hostilities against Germany, Austria-Hungary
considered herself also at war with Russia."

M. Schebeko left quietly in a special train provided by the
Austro-Hungarian Government on the 7th September. He had urgently
requested to be conveyed to the Roumanian frontier, so that he might be
able to proceed to his own country, but was taken instead to the Swiss
frontier, and ten days later I found him at Berne.

M. Dumaine, French Ambassador, stayed on till the 12th August. On the
previous day he had been instructed to demand his passport on the ground
that Austrian troops were being employed against France. This point was
not fully cleared up when I left Vienna. On the 9th August, M. Dumaine
had received from Count Berchtold the categorical declaration that no
Austrian troops were being moved to Alsace. The next day this statement
was supplemented by a further one, in writing, giving Count Berchtold's
assurance that not only had no Austrian troops been moved actually to
the French frontier, but that none were moving from Austria in a
westerly direction into Germany in such a way that they might replace
German troops employed at the front. These two statements were made by
Count Berchtold in reply to precise questions put to him by M. Dumaine,
under instructions from his Government. The French Ambassador's
departure was not attended by any hostile demonstration, but his
Excellency before leaving had been justly offended by a harangue made by
the Chief Burgomaster of Vienna to the crowd assembled before the steps
of the town hall, in which he assured the people that Paris was in the
throes of a revolution, and that the President of the Republic had been
assassinated.

The British declaration of war on Germany was made known in Vienna by
special editions of the newspapers about midday on the 5th August. An
abstract of your speeches in the House of Commons, and also of the
German Chancellor's speech in the Reichstag of the 4th April, appeared
the same day, as well as the text of the German ultimatum to Belgium.
Otherwise few details of the great events of these days transpired. The
"Neue Freie Presse" was violently insulting towards England. The
"Fremdenblatt" was not offensive, but little or nothing was said in the
columns of any Vienna paper to explain that the violation of Belgian
neutrality had left His Majesty's Government no alternative but to take
part in the war.

The declaration of Italian neutrality was bitterly felt in Vienna, but
scarcely mentioned in the newspapers.

On the 5th August I had the honour to receive your instruction of the
previous day preparing me for the immediate outbreak of war with
Germany, but adding that, Austria being understood to be not yet at that
date at war with Russia and France, you did not desire me to ask for my
passport or to make any particular communication to the Austro-Hungarian
Government. You stated at the same time that His Majesty's Government of
course expected Austria not to commit any act of war against us without
the notice required by diplomatic usage.

On Thursday morning, the 13th August, I had the honour to receive your
telegram of the 12th, stating that you had been compelled to inform
Count Mensdorff, at the request of the French Government, that a
complete rupture had occurred between France and Austria, on the ground
that Austria had declared war on Russia who was already fighting on the
side of France, and that Austria had sent troops to the German frontier
under conditions that were a direct menace to France. The rupture having
been brought about with France in this way, I was to ask for my
passport, and your telegram stated, in conclusion, that you had informed
Count Mensdorff that a state of war would exist between the two
countries from midnight of the 12th August.

After seeing Mr. Penfield, the United States Ambassador, who accepted
immediately in the most friendly spirit my request that his Excellency
would take charge provisionally of British interests in Austria-Hungary
during the unfortunate interruption of relations, I proceeded, with Mr.
Theo Russell, Counsellor of His Majesty's Embassy, to the Ballplatz.
Count Berchtold received me at midday. I delivered my message, for which
his Excellency did not seem to be unprepared, although he told me that a
long telegram from Count Mensdorff had just come in but had not yet been
brought to him. His Excellency received my communication with the
courtesy which never leaves him. He deplored the unhappy complications
which were drawing such good friends as Austria and England into war. In
point of fact, he added, Austria did not consider herself then at war
with France, though diplomatic relations with that country had been
broken off. I explained in a few words how circumstances had forced this
unwelcome conflict upon us. We both avoided useless argument...

[Footnote 191: "Miscellaneous, No. 6 (1914)."]

[Footnote 192: See No. 137, "Miscellaneous, No. 6 (1914)."]




APPENDIX VI


EXTRACTS FROM

THE RUSSIAN ORANGE BOOK

_Recueil de Documents Diplomatiques_:

_Négociations ayant précédé la guerre_

_10/23 Juillet - 24 Juillet/6 Août 1914_

PREFATORY NOTE TO APPENDIX VI

This important collection of documents, which has only reached us since
the publication of our first edition, confirms the conclusion, which we
had deduced from other evidence in our fifth chapter (_supra_, pp.
66-107), that Germany consistently placed obstacles in the way of any
proposals for a peaceful settlement, and this in spite of the
willingness of all the other Powers, including Austria-Hungary and
Russia, to continue discussion of the Servian question. That the crisis
took Russia by surprise seems evident from the fact that her ambassadors
accredited to France, Berlin, and Vienna were not at their posts when
friction began with Russia. (_Infra_, Nos. 4, 7, 8.)

The Russian evidence shows that, on July 29, Germany threatened to
mobilize if Russia did not desist from military preparations. This
threat was viewed by M. Sazonof as an additional reason for taking all
precautions; 'since we cannot accede to Germany's desire, the only
course open to us is to accelerate our own preparations and to assume
that war is probably inevitable.' (_Infra_, No. 58.) The reader will
also notice the curious fact that on July 30 the decree mobilizing the
German army and navy was published, only to be immediately withdrawn;
and that the German Government explained that the publication had been
premature and accidental. (_Infra_, Nos. 61, 62.) We know from the
British White Book (_Correspondence_, No. 99, Sir F. Bertie to Sir E.
Grey, July 30) that, on July 30, Germany showed signs of weakening in
her attitude to Russia.

It will be noted that war between Austria-Hungary and Russia was not
officially declared until August 6, five days after Germany had declared
war on Russia. (_Infra_, No. 79.)

In Nos. 36 and 46 will be found some curious details of the methods
employed by Austria-Hungary and Germany to delay the publication of the
Servian reply to Austria-Hungary.

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES.


RECUEIL

DE DOCUMENTS DIPLOMATIQUES.



Négociations ayant précédé la guerre.

10/23 Juillet - 24 Juillet/6 Août 1914.




Petrograde,
Imprimerie de l'Etat.
1914.


No. 1.

Le Chargé d'affaires en Serbie au Ministre des Affaires Etrangères.

(_Télégramme_).

Belgrade, le 10/23 Juillet 1914.

Le Ministre d'Autriche vient de transmettre, à 6 heures du soir, an
Ministre des Finances Patchou, qui remplace Pachitch, une note
ultimative de son Gouvernement fixant un délai de 48 heures pour
l'acceptation des demandes y contenues. Giesl a ajouté verbalement que
pour le cas où la note ne serait pas acceptée intégralement dans un
délai de 48 heures, il avait l'ordre de quitter Belgrade avec le
personnel de la Légation. Pachitch et les autres Ministres qui se
trouvent en tournée électorale ont été rappelés et sont attendus à
Belgrade demain Vendredi à 10 heures du matin. Patchou qui m'a
communiqué le contenu de la note, sollicite l'aide de la Russie et
déclare qu'aucun Gouvernement Serbe ne pourra accepter les demandes de
l'Autriche.

(Signé) Strandtman.


No. 2.

Le Chargé d'affaires en Serbie au Ministre des Affaires Etrangères.

_(Télégramme)._

Belgrade, le 10/23 Juillet 1914.

Texte de la note qui a été transmise aujourd'hui par le Ministre
d'Autriche-Hongrie an gouvernement Serbe:...

(_For this note, see German White Book, pp. 18-22_ (supra _in Appendix
I._))

Un mémoire concernant les résultats de l'instruction de Sarajevo à
l'égard des fonctionnaires mentionnés aux points 7 et 8 est annexé à
cette note'.[193]

(Signé) Strandtman.

[Footnote 193: This memorandum is in the German White Book, pp. 22-3
(_supra_, Appendix I), and not reproduced in the Russian Orange Book.]


No. 3.

Note Verbale transmise personnellement par l'Ambassadeur
d'Autriche-Hongrie à St.-Pétersbourg au Ministre des Affaires Etrangères
le 11/24 Juillet 1914 à 10 heures du matin.

Le Gouvernement Impérial et Royal s'est trouvé dans la nécessité de
remettre le Jeudi 10/23 du mois courant, par l'entremise du Ministre
Impérial et Royal à Belgrade, la note suivante an Gouvernement Royal de
Serbie:

(Suit le texte de la note).

Voir document No. 2.


No. 4.

Le Ministre des Affaires Etrangères au Chargé d'affaires en
Autriche-Hongrie.

_(Télégramme)._

St.-Pétersbourg, le 11/24 Juillet 1914.

Veuillez transmettre au Ministre des Affaires Etrangères
d'Autriche-Hongrie ce qui suit....

(This communication is printed in the British White Book
(_Correspondence_, No. 13); see p. 177 _supra_ for the text in English.)

Communiqué à Londres, Rome, Paris, Belgrade.

(Signé) Sazonow.


No. 5.

Le Ministre des Affaires Etrangères aux Représentants de Sa Majesté
l'Empereur en Angleterre, en Allemagne, en Italie et en France.

_(Télégramme)._

St.-Pétersbourg, le 11/24 Juillet 1914.

Me réfère à mon télégramme à Koudachew d'aujourd'hui; nous espérons que
le Gouvernement auprès duquel. Vous êtes accrédité partagera notre point
de vue et prescrira d'urgence à son Représentant à Vienne de se
prononcer dans le même sens.

Communiqué à Belgrade.

(Signé) Sazonow.


No. 6.

Télégramme de Son Altesse Royale le Prince Régent de Serbie à Sa Majesté
l'Empereur.

Belgrade, le 11/24 Juillet 1914.

Le Gouvernement Austro-Hongrois a remis hier soir au Gouvernement serbe
une note concernant l'attentat de Sarajevo. Consciente de ses devoirs
internationaux, la Serbie dès les premiers jours de l'horrible crime a
déclaré qu'elle le condamnait et qu'elle était prête à ouvrir une
enquête sur son territoire si la complicité de certains de ses sujets
était prouvée au cours du procès instruit par les autorités
Austro-hongroises. Cependant les demandes contenues dans la note
Austro-hongroise sont inutilement humiliantes pour la Serbie et
incompatibles avec sa dignité comme Etat indépendant. Ainsi on nous
demande sur un ton péremptoire une déclaration du gouvernement dans
l'officiel et un ordre du souverain à l'armée, où nous réprimerions
l'esprit hostile contre l'Autriche en nous faisant à nous mêmes des
reproches d'une faiblesse criminelle envers nos menées perfides. - On
nous impose ensuite l'admission des fonctionnaires austro-hongrois en
Serbie pour participer avec les nôtres à l'instruction et pour
surveiller l'exécution des autres conditions indiquées dans la note.
Nous avons reçu un délai de 48 heures pour accepter le tout, faute de
quoi la Légation d'Autriche-Hongrie quittera Belgrade. Nous sommes prêts
à accepter les conditions austro-hongroises qui sont compatibles avec la
situation d'un Etat indépendant, ainsi que celles dont l'acception nous
sera conseillée par Votre Majesté; toutes les personnes dont la
participation à l'attentat sera démontrée seront sévèrement punis par
nous. Certaines parmi ces demandes ne pourraient être exécutées sans des
changements de notre législation, ce qui exige du temps. On nous a donné
un délai trop court. Nous pouvons être attaqués après l'expiration du
délai par l'armée austro-hongroise qui se concentre sur notre frontière.
Il nous est impossible de nous défendre et nous supplions Votre Majesté
de nous donner Son aide le plus tôt possible. La bienveillance précieuse
de Votre Majesté qui s'est manifestée tant de fois à notre égard nous
fait espérer fermement que cette fois encore notre appel sera entendu
par Son généreux coeur slave.

En ces moments difficiles l'interprète les sentiments du peuple serbe
qui supplie Votre Majesté de vouloir bien s'intéresser au sort du
Royaume de Serbie.

(Signé) Alexandre.


No. 7.

Le Chargé d'Affaires en Allemagne au Ministre des Affaires Etrangères.

_(Télégramme)._

Berlin, le 11/24 Juillet 1914.

Tous les journaux du matin, même ceux, rares, qui reconnaissent
l'impossibilité pour la Serbie d'accepter les conditions posées,
accueillent avec une grande sympathie le ton énergique adopté par
l'Autriche. L'officieux «Local-Anzeiger» est particulièrement agressif;
il qualifie de superflus les recours éventuels de la Serbie à St.
Pétersbourg, à Paris, à Athènes et à Bucarest, et termine en disant que
le peuple allemand respirera librement quand il aura appris que la
situation dans la péninsule Balcanique va enfin s'éclaircir.

(Signé) Bronewsky.


No. 8.

Le Chargé d'Affaires en France an Ministre des Affaires Etrangères.

_(Télégramme)._ Paris, le 11/24 Juillet 1914.

La copie de la note officiellement remise à Belgrade a été communiquée
par l'Ambassadeur d'Autriche an Gouvernement Français. Plus tard
l'Ambassadeur d'Allemagne a visité le Ministre et lui a lu une
communication reproduisant les arguments autrichiens et indiquant qu'en
cas de refus de la part de la Serbie, l'Autriche serait obligée de
recourir à une pression et, en cas de besoin, à des mesures militaires;
la communication se terminait par la remarque qu'à l'avis de l'Allemagne
cette question devrait être résolue directement entre l'Autriche et la
Serbie et qu'il était de l'intérêt des Puissances de circonscrire
l'affaire en l'abandonnant aux Parties intéressées. Le Gérant du
Département Politique, qui assistait à l'entretien, demanda à
l'Ambassadeur s'il fallait considérer l'action autrichienne comme un
ultimatum - en d'autres termes, si, dans le cas où la Serbie ne se
soumettrait pas entièrement aux demandes autrichiennes, les hostilités
étaient inévitables? L'ambassadeur évita une réponse directe en
alléguant l'absence d'instructions.

(Signé) Sevastopoulo.


No. 9.

Le Chargé d'Affaires en Serbie au Ministre des Affaires Etrangères.

_(Télégramme)._ Belgrade, le 11/24 Juillet 1914.

Pachitch est rentré à Belgrade. Il a l'intention de donner dans le délai
fixé, c'est à dire demain Samedi à 6 heures du soir, une réponse à
l'Autriche indiquant les points acceptables et inacceptables. On
adressera aujourd'hui même aux Puissances la prière de défendre
l'indépendance de la Serbie. Ensuite, ajouta Pachitch, si la guerre est
inévitable - nous ferons la guerre.

(Signé) Strandtman.


No. 10.

Communiqué du Gouvernement Impérial.

St.-Pétersbourg, le 12/25 Juillet 1914.

Les derniers événements et l'envoi par l'Autriche-Hongrie d'un ultimatum
à la Serbie préoccupent le Gouvernement Impérial an plus haut degré. Le
Gouvernement suit attentivement l'évolution du conflit serbo-autrichien
qui ne peut pas laisser la Russie indifférente.


No. 11.

Le Chargé d'Affaires en Autriche-Hongrie au Ministre des Affaires
Etrangères.

_(Télégramme)._ Vienne, le 12/25 Juillet 1914.

Le comte Berchtold se trouve à Ischl. Vu l'impossibilité d'y arriver à
temps, je lui ai télégraphié notre proposition de prolonger le délai de
l'ultimatum et l'ai répétée verbalement au Baron Macchio. Ce dernier m'a
promis de la communiquer à temps au Ministre des Affaires Etrangères,
mais a ajouté qu'il pouvait prédire avec assurance un refus catégorique.

(Signé) Koudachew.


No. 12.

Le Chargé d'Affaires en Autriche-Hongrie an Ministre des Affaires
Etrangères.

_(Télégramme)._ Vienne, le 12/25 Juillet 1914.

Suite à mon télégramme d'aujourd'hui. Viens de recevoir de Macchio la
réponse négative du Gouvernement Austro-Hongrois à notre proposition de
prolonger le délai de la note.

(Signé) Koudachew.


No. 13.

Le Chargé d'Affaires en Serbie an Ministre des Affaires Etrangères.

_(Télégramme)._ Belgrade, le 12/25 Juillet 1914.

Reçu avec retard le 14 - 27 Juillet 1914.

Je transmets la réponse que le Président du Conseil des Ministres Serbe
a remis an ministre Austro-Hongrois à Belgrade aujourd'hui avant
l'expiration du délai de l'ultimatum....

(The text of the reply will be found in the British White Book
(_Correspondence_, No. 39) and also in the German White Book, pp. 23-32
(supra, Appendix I.).)


No. 14.

Le Chargé d'affaires en Allemagne au Ministre des affaires Etrangères.

_(Télégramme)._ Berlin, le 12/25 Juillet 1914.

Ai reçu Votre télégramme du 11/24 Juillet. Ai communiqué son contenu an
Ministre des Affaires Etrangères. Il me dit que le Gouvernement Anglais
l'a également prié de conseiller à Vienne la prolongation du délai de
l'ultimatum; il a communiqué cette démarche télégraphiquement à Vienne,
il va en faire autant pour notre démarche, mais il craint qu'à la suite
de l'absence de Berchtold parti pour Ischl, et vu le manque de temps,
ses télégrammes ne restent sans résultats; il a, en outre, des doutes
sur l'opportunité pour l'Autriche de céder an dernier moment et il se
demande si cela ne pouvait pas augmenter l'assurance de la Serbie. J'ai
répondu qu'une grande Puissance comme l'Autriche pourrait céder sans
porter atteinte à son prestige et ai fait valoir tous les arguments
conformes, cependant je n'ai pu obtenir des promesses plus précises.
Même lorsque je laissais entendre qu'il fallait agir à Vienne pour
éviter la possibilité de conséquences redoutables, le Ministre des
Affaires Etrangères répondait chaque fois négativement.

(Signé) Bronewsky.


No. 15.

Le Chargé d'affaires en France an Ministre des Affaires Etrangères.

(_Télégramme_). Paris, le 12/25 Juillet 1914.

Ai reçu le télégramme du 11/24 Juillet concernant la prolongation du
délai de l'ultimatum autrichien et ai fait la communication prescrite.
Le Représentant de France à Vienne a été muni d'instructions conformes.

(Signé) Sevastopoulo.


No. 16.

L'Ambassadeur en Angleterre an Ministre des Affaires Etrangères.

(_Télégramme_). Londres, le 12/25 Juillet 1914.

Reçu télégramme du 11 Juillet. Grey a prescrit à l'Ambassadeur
d'Angleterre à Vienne d'appuyer notre démarche concernant la
prolongation du délai de l'ultimatum. Il m'a dit en même temps que
l'Ambassadeur d'Autriche était venu le voir et avait expliqué qu'on ne
devrait pas attribuer à la note autrichienne le caractère d'un
ultimatum; il faudrait la considérer comme une démarche qui, en cas
d'absence de réponse ou en cas de réponse insuffisante au terme fixé,
aurait comme suite la rupture des relations diplomatiques et le départ
immédiat de Belgrade du Ministre d'Autriche-Hongrie, sans entrainer
cependant le commencement immédiat des hostilités. - Grey a ajouté qu'à
la suite de cette explication il a indiqué à l'Ambassadeur d'Angleterre
à Vienne que dans le cas où il serait trop tard pour soulever la
question de la prolongation du délai de l'ultimatum, celle de l'arrêt
des hostilités pourrait peut-être servir de base à la discussion.

(Signé) Benckendorff.


No. 17.

Le Ministre des Affaires Etrangères à l'Ambassadeur à Londres.

_(Télégramme)._ St.-Pétersbourg, le 12/25 Juillet 1914.

Dans le cas d'une nouvelle aggravation de la situation, pouvant
provoquer de la part des Grandes Puissances des actions conformes, nous
comptons que l'Angleterre ne tardera pas de se ranger nettement du côté
de la Russie et de la France, en vue de maintenir l'équilibre européen,
en faveur duquel elle est intervenue constamment dans le passé et qui
serait sans aucun doute compromis dans le cas du triomphe de l'Autriche.

(Signé) Sazonow.


No. 18.

Note verbale remise par l'Ambassadeur d'Allemagne au Ministre des
Affaires Etrangères le 12/25 Juillet 1914.

Il nous revient de source autoritative que la nouvelle répandue par
quelques journaux d'après laquelle la démarche du Gouvernement
d'Autriche-Hongrie à Belgrade aurait été faite à l'instigation de
l'Allemagne est absolument fausse. Le Gouvernement Allemand n'a pas eu
connaissance du texte de la note Autrichienne avant qu'elle ait été
remise et n'a exercé aucune influence sur son contenu. C'est à tort
qu'on attribue à l'Allemagne une attitude comminatoire.

L'Allemagne appuie naturellement comme allié de l'Autriche les
revendications à son avis légitimes du Cabinet de Vienne contre la
Serbie.

Avant tout elle désire comme elle l'a déjà déclaré dès le commencement
du différend Austro-Serbe que ce conflit reste localisé.


No. 19.

Le Chargé d'affaires en France an Ministre des affaires Etrangères.

_(Télégramme)_ Paris, le 12/25 Juillet 1914.

Me réfère à mon télégramme du 11/24 Juillet.

Aujourd'hui un journal du matin a publié, sous une forme pas entièrement
exacte, les déclarations d'hier de l'Ambassadeur d'Allemagne, en les
faisant suivre de commentaires qui attribuent à cette démarche le
caractère d'une menace. L'Ambassadeur d'Allemagne, très impressionné par
ces divulgations, a visité aujourd'hui le Gérant du Département
Politique pour lui dire que ses paroles n'avaient nullement eu le
caractère de menace qu'on leur attribue. Il a déclaré que l'Autriche
avait présenté sa note à la Serbie sans entente précise avec Berlin,
mais que cependant l'Allemagne approuvait le point de vue de l'Autriche
et que certainement 'la flèche une fois partie' (ce sont là ses propres
paroles), l'Allemagne ne pouvait se laisser guider que par ses devoirs
d'alliée.

(Signé) Sevastopoulo.


No. 20.

L'ambassadeur en Angleterre au Ministre des Affaires Etrangères.

_(Télégramme)._ Londres, le 12/25 Juillet 1914.

Grey m'a dit que l'Ambassadeur d'Allemagne lui a déclaré que le
Gouvernement Allemand n'avait pas été informé du texte de la note
autrichienne, mais qu'il soutenait entièrement la démarche autrichienne.
L'Ambassadeur a demandé en même temps si l'Angleterre pouvait consentir
à agir à St. Pétersbourg dans un esprit de conciliation. Grey a répondu
que cela était complètement impossible. Le Ministre a ajouté que tant
que les complications n'existaient qu'entre l'Autriche et la Serbie, les
intérêts Anglais n'étaient engagés qu'indirectement, mais qu'il devait
prévoir que la mobilisation autrichienne aurait comme suite la
mobilisation de la Russie et que dès ce moment on se trouverait en
présence d'une situation à laquelle seraient intéressées toutes les
Puissances. L'Angleterre se réservait pour ce cas une complète liberté
d'action.

(Signé) Benckendorff.


No. 21.

Le Chargé d'affaires en Serbie an Ministre des Affaires Etrangères.

_(Télégramme)._ Belgrade, le 12/25 Juillet 1914.

Malgré le caractère extrêmement conciliant de la réponse serbe à
l'ultimatum, le Ministre d'Autriche vient d'informer, à 6-1/2 du soir,


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 16 18 19

Online LibraryMembers of the Oxford Faculty of Modern HistoryWhy We Are at War (2nd Edition, revised) → online text (page 16 of 19)