Copyright
Robert Howard Lord.

The second partition of Poland; a study in diplomatic history online

. (page 53 of 59)
Online LibraryRobert Howard LordThe second partition of Poland; a study in diplomatic history → online text (page 53 of 59)
Font size
QR-code for this ebook


tion of Poland." All that we can say is that some underling, possi-
bly a servant, in Zubov's household or in the Russian Foreign Office,
came to the English and Prussian ministers with an extremely in-
teresting story about the Empress' plans against Poland and her
readiness to propose a partition; and that in his conversation with
Goltz he claimed that the source of his knowledge was a note from
Catherine to Zubov, which he had managed to read. Possibly he
was sent to make this revelation by his superiors. More probably
he was selling information, genuine or fictitious. The story he told
has, in itself, not a single improbable feature. We know, for in-
stance, that at one time there was talk at St. Petersburg of sending
Repnin to command the army against Poland. 4 Igelstrom went

1 The italics are mine.

2 Cf., e.g., Hausser, Deutsche Geschichte, i, pp. 352 f., and Heidrich, Pretissen im
Kampfe gegen die franzosische Revolution, pp. 177 f.

3 Cf. Whitworth's report of January 31, 1792, Herrmann, Ergdnzungsband,
pp. 243 f. * Sea CoopHHKt, xxix, p. 175.



APPENDIX IX 527

down to take the command in the government of Smolensk just about
this time, 1 thus corroborating another detail of the story. It is quite
possible, then, that Goltz's informant was truly reporting a genuine
note — and vastly important state secrets.



APPENDIX EX

Felix Potocki to Potemkin, May 14, 1791 (from Vienna).
[Original. M. A., Iio.ii>ina, II, j] 2
Monseigneur.

Je eu l'honneur de recevoire a Paris la lettre que Votre Altesse
a bien voulu m'ecrire avant son depart pour Petersbourg, je quitte
a l'insant ce pais la pour me rapprocher de vous en attendant ce
que S. M. PImperatrice voudra bien fair pour la conservation de
Notre Republique, mais en arrivant ici je trouve les nouvelles qu'elle
est aneantie ainsi que notre liberte, par le coup que le Roi vient de
lui porter, ce Roi que l'lmperatrice a donne a. une nation libre n'est
plus chef d'unne Republique, il est souverain d'unne Monarchie
nouvelle, nous avons perdue notre libertee, nos voisins perdiron
bientot la tranquility, il est done de lur interet, il est du notre, de
briser la fatal constitution que le Roi vient de nous imposer, de re-
tablir la Republique et de lui donner unne forme stable. Tout bon
Polonois qui n'est pas seduit par la Cabale Prussienne et Roiale est
persuade que le salut de la Patrie ne peut deja nous venir que de la
Russie, sans elle la nation autrefois libre est asservie, le Nombre des
Mecontents dans toutes les provinces de la Pologne est grande, mais
ils sont intimide, leur courage se relevera si on leur donne de l'appui.
Je prend la liberte de joindre ici un projet du Hetman Rzewuski, ce
n'est que pour vous fair voir notre bonne volonte, car pour les pro-
jets je croi qu'il ne faudra les former qu'apres etre convenu de la
volonte de briser les chaines qu'on vient d'imposer a, la Pologne.
Pour moi je suis persuade qu'il est impossible de maintenir la liberte
de la Pologne si on laisse la Royaute jointe a la Republique, un
guvernement federative seroit le plus convenable a un pais etendue
qui doit servire de bariere entre les plus grandes Monarchies du
Monde, les provinces independentes et unies ne pouroient jamais
etre asservie par un seul, car personne ne pourroit se servir de la
force integral de l'etat si les provinces ont leur guvernement, leurs

1 Goltz's report of February 17.

2 I have followed the writer's astonishing spelling and punctuation.



528



APPENDIX X



armees, et leurs tresors separes, si leurs interet est necesserement
diverses, et si elles ne sont jointes que par l'interet de leur conserva-
tion. Je ne sai si je me trompe, mais je croi que ce seroit le moment
d'executer ce projet, et la chose se faire naturelement, si la Russie
donnee de l'appui au mecontents, il faudra commencer par unne
confederation dans les quatre Palatinats de Volhinie, Podolie, Kiovie
et Braclaw, qui forme la plus grande Moitie de la force, de la Popula-
tion, et des revenues de la Pologne, un autre confederation se for-
meroit en Lituanie et ce deux Confederation etabliroient dans chaque
de ces provinces un guvernement civile et militaire, les revenues de
l'etat serviroient pur solder les troupes de la Province et on formeroit
un tribunal pour que la joustice ne soit pas interrompue. Les pro-
vinces protesteroient contre le gouvernement et la constitution que
le Roi leurs a imposee on jureroient de maintenir la liberte on in-
viteroient les autres Palatinats a immiter leur exemple, et bientot
il seroit suivie, la revolution finiroit par un congres de Provinces
Confederes qui prenderoient le nom des Provinces independentes et
unies de la Republique de Pologne, on pourroit maime conserver au
Roi le titre et les emoluments de sa dignite presente il ne representera
pourtant que le president de congres et a sa mort le charge de presi-
dent ne seroit que pour deux ans.

Voila mes reves mon Prince si on veut les executer ou non il est
certain que nous desirons la libertee, et qu'il faut de la tranquilite
pour nos voisins. Si Votre Altesse trouvera necessaire que je viens
vous voire aies la bonte de me le dire. Votre Altesse connoit par-
faitement Finvariabilite de mes principes le respect et Padmiration
dont je suis penetre pour le Souverain qui fait l'ornement de ce
siecle, et l'amitie sincere pour votre personne. Mon Prince, votre
nom seroit deja immortel, soies encor le liberateur d'une Nation
oprime pour qu'il soit cherie a jamais.

J'ai l'honneur, etc.



APPENDIX X

Bezborodko to the Empress, January 25/February 5,
1792 (from Jassy). [M. A., Typijifl, LX, 14]

[Reports his discussions with Potocki and Rzewuski as to a Con-
federation to be formed in Poland under Russian protection] . . .

ITpeame HeacejiH ocm4jiiocb a CKa3aTt ito jth6o OTHOCHTejiBHo naMipemfl na-
TpioTOBt nojUxCKHxt, ;i;o3Bo.ii>Te, BceMHaocTHBMmaa rocyaapHHa, H3T>acHHTB



APPENDIX X 529

HHcrocepneHHo hto rjiaBHEfimaa TpyjrnocrB bb tomt> npejuiejEHTt He otb caMnxt
HojiaKOBT., ... ho oti. jrpyrnxi. ^bopobi, IIojibni'B coci.iCTBeHHBix'B. ^to KacaeTca
;jo BiHCKaro, xota Hacroamia ero HaMipeHia ne corjiacyiOTt cb HaraHMH, h6o
y Hero KpoeTca mhcjib Bocno.iB30BaTBca jriaTejiBHoc™ IIojiBinH kt. tomj t , , ito6 , b
bt. Heft npioSpf.CTB ce6i coio3HHKa ojiHoro 6oju.me, o6"y3;raTB Kopojia HpyccKaro^
h bt> cjiy^ai noTpe6noM , B Ha Hero o6paTHTB tiro jjepjKaBy; ho Korjja oji,Ha2Kji.e
BiHCKift jibopt. yBHAHTi. ito Bame BejiniecxBo BCBMt HHHiia npejrnojioaceHia
HMieie, h hto oHHa TBep,iH h HenpeMT>HHBi, to ohb KOHe^Ho He CTanerB Ha nyTH.
HcnojmeHia hxt>, h6o othiojib He cbohctb6hho hto6t> HsmepaTopT. noatepTBOBajiT.
cok)3omi> tojib HaTypa.iBHHjn> h tojib BHro^HHM'B, KaKOBt ecTB Meamy AByiia HMne-

paTOpCKHMH JJBOpaMH OTflaJieilHBIMT. BHJiaM'B H yBaJKeniaMT., H 1T06'b OHT. yjJOBOJIBCT-

BOBa.ica 3aMiBHTB onua CBa3H bt. cymecTBi Hnnero He SHa^ymeft, KaKOBa y Hero
TenepB cociaBJieHa cb BepjrancKHMT. jtbopomt,. Bee tto hh CTaHeTi. ohb jrijiaTB
BonpeKH HaMi 6yjieT'B eflnHCTBeiiHo 3aKJiroiaTBca bt> noBTopeHiH cobt>tobt> h
npeACTaB.ieHift, na KOTopna tojibko oji;Ha 3af>OTa 6y,neT'B tto HnfiyjiB OTBiiaTB,
no npHMipy KaKT. h bt> boimt. nameft cb TypKaira ciy^iajiocB nocirB PeftxenSaxcKoft
KonBeHHin, hto o6opoHaacb nponiBy yrpo3T. h AO-MoraTeJiBCTBT. AHr.im h HpycciH
AOJiHHH mh 6bijih o6opoHaTBca n npoTHBy po6khxt> cobt.tobb HiinepaTopa, xoxa
nocjri BonpeKH chiii. coBT>TaMT> Bee aceaaeMoe oflepasaTB npejtycirEJiH. Ho ct
jrpyrofi CTopoHBi othkw> ce6a jiacuaTB He cjiiiyeTT., ito6t. b-b ciy^ai 6yie 6ep-
jHHCKift jjBopT. npHMen npoTHBy Haci. cnjieft CTopoHy Kopojia HojiBCKaro h ero
e^HHOMUCJieHHHX'B, irDnsHaJiT. BiHCKift jiBopt casus foederis, h HaMT. yiHHnjTB
nocofiie. CBepxi> Toro, nojiaraa ito tocjio chjit. Bamero HiunepaTopcKaro Bejra-
necTBa necpaBHeHHo npeBocxojtnTT. TaKOBHXT. Kopojia HpyccKaro, ito xpadpocrB
BofmcTBa Bainero HH^Befi bt. cbt>tt. He ycrynaerB, — ho no yTOMJiemro ^ByMa tojib
TarocTHHMH BoftnaMH, npH ncromemH .neHeaniBixT. cpe^CTBT., KOTopBia e^nno
npe3i HicKOJiLKo ji^tt. cnoKoftcTBia HanojiueHBi tojibko 6htb MoryrB, nepeMiua
HojiBCKaro HpaBjieHia He ctohtb 6yKeTT> hoboS TarocTHoft boFihh, ecjin6T> oniio
BMicTi cb HojiBmeft h Ilpyccieft 6e3i> ABCTpiftCKaro noco6ia npoH3BojiiHTB na-
jjoo'ho; a noTOMy h HyacHie Bcero caMHMT. acnusiT. o6pa30M , B npesBapnTeJiBHo
yiocTOBipnTBca bt. o6pa3 , E npanoMT. MHCJieft 6epjiHHCKaro Ka6nHeTa. . . .

A noTosiy cmt,k> H3T.acHHTB MHiHie Moe ^to npn HanepTaHin njiana no A^JiaMt
Hojibckhmb npea;j;e npncTynjiema kt. HcnojiHeHiio ero Heo6xoji;HMo Haji;o6Ho CHe-

CTHCB CB flBOpOMT. 6ep.IHHCKHMT, H BeCBJia HCKyCCTHHHT. H OCTOpOSKHHMT. O^paSOMTf

CTapaTBCa y3HaTB ero mhcjih, h npn ycMOTpiHin pacnojioatenia ero npeSuTB
paBiioj;yraHHMT., Torjjaace TBep^Bin aaTB OTBiTT. BincKOMy flBopy. . . . Ka3ajiocB

6BI ITO BepjIHHCKift J^BOpi. CB HBKOTOpHMT. yjj;OB0.1BCTBieMT> yCMOTpHTT. pa3HOCTB

MBic.ien MesKAy SByMa ABopaMH IIjinepaTopcKHMn, h no cyeraocTH CBoeft nanpaBHTt
CBon CTapania cb naMH cS.iHJKHTBca ; no iToaee He cxo^Haro h bt. ccmt. canoMt
c6jinateHiH ? 3Haio ^to oht. Miioria HanecB BaiiT. ocKop6jienia jiftcTBOBaBT. ^aiKe
h KOBapno npoTHBy no.iB3u h 6jiara Ihinepin Banieft ... ho Bame BejranecTBO
nojiyiH.in yse BceHapoj,noe y^oB-ieTBopeHie corjiamemeMT. h TafiHuxT. n aBiiuxT.
BparoBT. Bainnxi. na Bamn bh^h h HaMipenia, . . . (The Court of Vienna was
about to invite the Empress to accede to its alliance with Prussia.) SL no^HTaK)
TaKOBoe npiiCTyiiJienie k'b coM3y spyrnxT. ne yAo6HHMT>, ho oTBeprnyTB oHoe aBHO
Taitate He cxojtho, h6o Torji;a 6ep.iHHCKoft ;iBopi hobbih noBoj.'B kt. Bpe^HBiMT, ero
jrificTBiaMT. npnMeTB ; bmIjcto toto ito Bcero Jiyime no^aTBca Ha ero HCKanie

H Sjt.iaTB COK)3T. 6e3n0CpejCTBeHHBIMB, KOTOpUH HH KT. HeMJ r 6hl . . . \illegible\

Kpoiit, noKoa h rapaHTin B3aftMHHxi B.iaj,tnift, pa3yMia ero HHuiuiHia BTastiiia,
a He KaKie jih6o hobbic 3axBaTH. Chmt. Bocno.iB30Ba.incB 6bi mbi na nojBCKia jrf>.ia,



53°



APPENDIX XI



ocTajiHCfc bi> noKoi nocii apoHTpaMH Meatfly BiHCKHMt h 6epjraHCKHM-b ^Bopaivra,
H HaKoneirb no OTfloxHOBemeMt h nonpaBJieHieMi. pasHaxi ^aciefi 6ujih 6u
rocnoji;aMH pinmTbca Ha Bee hto naMi Hyamo h Bbiroji;Ho. OnacHOdb npefljieacaTb
Mor.ia 6h co ctopohh 6epjiHHCKaro ji,Bopa no ero ara,HH0CTH Ha npio6p , BTeHie
r^aHCKa h TopyHa co npo^HMH 3eMJiflMH ; ho h kt> ceaiy othhti. 6jA(iTb bcakm
noBo^i. Koi\na noMHHyrbift .a^opi. yBH^HTi. ito Bame HiinepaTopcKoe BejiniecTBO
e^HHCTBeHHO HaMtpeHH cnoco6cTBOBaTb BoscTaHOBjieHiK) npeatnefi cboSojth nojib-
ckoh h yHHTroatemio BpejtHeft h onacHoii fljra cocBjieft KoHCTHTyiriH 6e3i bcakhxt.

KOpHCTHHXl> BHflOBl,, O KOTOpHXl. He MOJKeTt KopOjIb IIpyCCKiH He HyBCTBOBaTb

ito Bb HacTOflmeM'b no-ioatemH jrBjrb, h npn pa3Ba3aHHHxi y Haw. pyuaxi Hejib3a
uwb yji,OBJieTBopHTb HnaKo KaKi o6w,iiwb Tpext cocbahhxi. ABopoBi corjiacieMt
h pasaijieMt Meamy hhmh ypaBHHTe.ibHUMi>. . . .



APPENDIX XI

On Frederick William's Attitude towards the Proposals
oe Austria and Russia in March, 1792

The rescript to Bischoffwerder rejecting Spielmann's Polish plan
is dated March 13, therefore a day after Goltz's dispatches of Feb-
ruary 29 arrived in Berlin; but it appears from the rescript to Bischoff-
werder of the 14th that that of the 13th was already drawn up before
the Russian overtures were known. 1 The King's decision to reject
the Austrian plan was, therefore, in no way influenced by the Em-
press' proposals.

Sybel's statement that Reuss presented Spielmann's memoir on
March 10, and was informed on the 13th that Prussia could under
no circumstances approve it, is utterly erroneous. 2 The memoir was
sent to Berlin only on the 17th and was presented by the Austrian
envoy the 22nd. 3

One cannot possibly agree with the eloquent passage in which
Sybel describes the great alternative before which Frederick William
was placed by the simultaneous proposals of Austria and Russia,
the former inviting him to commit political suicide, the latter offer-
ing him prospects of a handsome acquisition; the conflict in the King's
breast; the decision determined by the news from Paris of de Les-
sart's fall, which rendered war with France inevitable and opposition
to Catherine impossible. Nor can one subscribe to the conclusion:
"Es war . . . nicht das Ergebnis einer lange vorbereiteten Habgier,

1 B. A., R. 1, Conv. 172.

2 Sybel, Geschichte der Revolutionszeit, ii, pp. 187, 191.

8 Reuss' report of the 25th, V. A., Preussen, Berichte, 1792.



APPENDIX XII 531

-sondern inmitten eines beispiellosen europaischen Krisis der rasch
.ergriffene, das kleinste Uebel bezeichnende Ausweg." ! — Apart from
the fact that the Austrian proposals had already been rejected before
the Russian ones were known, there is no evidence that Frederick
William hesitated a moment about his decision. The news of de
Lessart's fall (March 10) could not possibly have reached Berlin by
the 13 th. Neither then nor for some weeks more did the King know
that war with France was inevitable, although he devoutly wished
that it were. The determination in favor of a new partition of Poland
was not forced upon him by "an unparalleled crisis" (he was doing
his best to bring one about), but had already long existed in Frederick
William's mind, at least in the form of a pious wish — probably, as
Heidrich suggests, 2 ever since the previous August.



APPENDIX XII

Documents Illustrating the Origins of the Polish-
Bavarian Project

1. Louis Cobenzl to Philip Cobenzl, May 19, 1792. [Private

letter. V. A., Russland, Fasc. 139]

(Describing Simolin's account of his sojourn in Vienna in March,

1792)

. . . Simolin a dit aussi qu'ayant parle a Bischofsverder de la
future Election de l'Empereur et des pretentions de l'Electeur Pala-
tin a devenir Roi, il lui avoit dit pourquoi ne le feriez Vous pas Roi
de Bourgogne, comme la chose avoit ete proposee autre fois, a quoi
Bischofsverder avoit repondu, si la chose etoit proposee a present je
crois qu'on y consentiroit chez nous.

2. Louis Cobenzl to Philip Cobenzl, July 21, 1792. [Official

report. V. A., Russland, Berichte, 1792]

... La reprise de ce Projet [the Bavarian Exchange] a du etre ici
d'autant moins inattendue, que je me rapelle avoir entendu dire a
Monsieur de Simolin que Bischofsverder lui en avoit parle, et lui

1 Geschichte der Revolutionszeit, ii, pp. 188-191.

2 Preusscn im Kampfe gcgen die franzosische Revolution, pp. 181 f.



532 APPENDIX XII

avoit dit que le Roi son Maitre ne seroit pas contraire a. l'echange de
la Baviere, s'il pouvoit en esperer autant de notre part pour l'Acqui-
sition de Danzic, Thorn et du pais adjacent. . . .

3. Alopeus to Ostermann, May 8/19, 1792. [M. A., Hpyccia, III, 29]

. . . M. de Bischoffwerder m'ayant ecrit de Potsdam de venir le
voir a Charlottenbourg ou il est arrive hier avec le Roi, je m'y suis
rendu immediatement apres etre sorti de la conference avec le C. de
Schoulenbourg. II s'est repandu en protestations, comme l'avoit
fait le Ministre, sur les sentiments d'amitie toute particuliere que le
Roi son Maitre portait a S. M. I. et sur les dispositions relatives
aux affaires de Pologne qui en etoient la suite. II lacha a cette occa-
sion un propos que je crois de mon devoir de ne pas derober a la con-
noissance de V. Exc. " Je crois, dit-il, que le vieux Prince Kaunitz a
tres fort raison, qui pretend que pour ecarter une bonne fois tout
sujet de discussion entre les voisins de la Pologne, il faudroit la re-
duire a un objet si insignifiant qu'on put lui laisser la liberte de pren-
dre telle forme que bon lui sembleroit. Ce principe adopte, il seroit
facile de s'entendre, et le role important de regler cette affaire seroit
encore reserve a lTmperatrice. J'en ai parle etant a Vienne et au
Comte Razoumovski et a Mr. de Simolin."

M'etant borne a l'ecouter tranquillement, je n'y ai rien repondu,
et j'ajoute que le Comte de Schoulenbourg n'a jamais articule le
moindre mot a ce sujet.

4. Razumovski to the Empress, March 11/22, 1792. [M. A.,

ABdpia, III, 52]

Madame.

Les objets importans qui occupent presentement les cabinets des
cours les plus en relations avec Votre Majeste Imperiale, ont donne
lieu a des entretiens et a des developpemens d'idees que je crois
devoir porter directement a Sa connaissance.

Le General Bishoffswerder que je connaissais precedement a
neanmoins desire d'etre porteur d'une lettre de Mr. Alopeus pour
moi. Le concert relatif aux affaires de France a fourni matiere a la
conversation lorsque le hasard me l'a fait rencontrer, et toujours il
m'a fait sentir que les mesures a prendre a l'egard de la Pologne met-
traient obstacle a l'activite qu'on aurait a attendre de la Cour de
Vienne. Nos entretiens ont ete vagues parce que je ne m'y suis



APPENDIX XII 533

livre qu'avec la circonspection que j'ai juge m'etre convenable sous
tous les rapports; attentif cependant a. ce qu'il me disait, j'ai cru
pouvoir hasarder entr'autres idees generates sur la Pologne, un ar-
rangement sortable pour les trois Cours, et propre a porter une at-
teinte decidee a l'accroissement des forces et de la puissance de cette
Republique. Hier nous etant trouves a portee de reprendre la meme
conversation, il me dit qu'il venait de recevoir des nouvelles de
Berlin, qui l'instruisaient de la communication qui y avait ete faite
par ordre de Votre Majeste Imperiale touchant les affaires de Pologne,
qu'elle etait de la meme teneur que les depeches qui nous sont par-
venues ici dernierement, et que le Roi son Maitre dispose a. concourir
aux intentions de Votre Majeste Imperiale, mais regrettant qu'elles
ne fussent pas asses clairement exprimees, avait deja fait solliciter
aupres du ministre de Votre Majeste Imperiale des explications plus
precises. Dans la suite du discours mettant toute finasserie de cote,
il revint a l'arrangement dont j'ai fait mention ci dessus, et parlant
sans reserve il me dit qu'il le considerait comme le seul moyen d'aller
au but commun des trois puissances, tant par rapport a la Pologne
que relativement a leurs projets a l'egard de la France. Que si Votre
Majeste Imperiale voulait s'entendre avec la Cour de Berlin sur un
accroissement respectif de possessions en Pologne, on pourrait, comme
equivalent, faire revivre en faveur de la Cour de Vienne l'echange
tant desire par feu S. M. l'Empereur Joseph de la Baviere contre
les Pays Bas, et en poursuivant le plan projette a l'egard de la re-
volution Francaise, on obtiendrait le double but d'y etouffer la con-
tagion et de ramener les Provinces Belgiques a l'obeissance avant de
leur faire changer de domination.

Telle est la substance de ma conversation avec Mr. le General de
Bishoffswerder. En me disant qu'il n'avait aucune instruction du
Roi son Maitre analogue a un pareil projet, il m'a cependant repete
a plusieurs reprises que cette proposition serait accueillie avec satis-
faction par Sa Majeste Prussienne et qu'au surplus si elle ne pouvait
avoir l'effet desire, elle resterait ensevelie dans le secret entre le tres
petit nombre de personnes qui en seraient instruites.

5. Frederick William to Bischoffwerder, March 14, 1792.
[B. A., R. 1, Conv. 172]

... II paroit que les vues de lTmperatrice touchant la Pologne
pourroit amener l'evenement que le Due de Bronsviq souhaite de voir



534



APPENDIX XIII



arriver l et dont il parle dans la lettre que je Vous envoie a Dresde,
ce qui seroit certainement tres favorable pour cet Etat ainsi que Vous
juges bien que je dois souhaiter que la Cour de Vienne entre dans la
meme idee, ce qui est peut etre possible puisque selon toute apparence
la Russie restera ferme, la chose etant trop de son propre interet.



APPENDIX XIII

Documents Illustrating the Earliest Discussions

between Russia and Prussia Regarding a

New Partition

i. Alopeus to Ostermann, May 8/19, 1792. [M. A., Hpyccia, III, 29]
. . . Schulenburg said to him: "qu'il alloit ecrire au Comte Goltz,
qu'il lui revenoit de tous cotes que l'lmperatrice avoit pour objet de
combiner les affaires de Pologne avec celles de France; qu'il ne com-
prenoit pas ce que cela voudroit dire, n'en ayant pas la moindre con-
noissance, et que le Comte de Goltz devoit demander a Votre Excel-
lence des eclaircissements a cet egard."

[The rest of this dispatch, relating to Bischoffwerder's pointed
hints about a new partition, is printed in Appendix XII.]



2. Ostermann to Alopeus, June 10/21, 1792. [MA., Hpyccia
III, 28]

... La franchise avec laquelle Mr. le Comte de Schoulenbourg
s'est explique avec Vous, Monsieur, sur le dessein de S. M. Prussienne
de se faire indemniser par la France des fraix que son entreprise doit
lui couter, a ete envisagee par l'lmperatrice comme une nouvelle
marque de confiance que le Roy a bien voulu lui donner. S. M. I.
ne voit rien que de juste dans une vue aussi naturelle et si son con-
cours y est necessaire, Elle n'attendra pour s'y determiner que les
eclaircissemens ulterieurs sur la nature et le genre d'une indemnite
qui tres probablement sera aussi reclamee par les autres Puissances
qui ont concourru pareillement a l'entreprise. Mais dans cette oc-
casion Elle croit devoir presenter a la meditation et a la considera-
tion de S. M. Prussienne, que si la France, deja ruinee et epuisee par
l'anarchie et la desorganisation totale, auxquelles elle est en proye

1 A partition of Poland, cf. p. 238, note 1.



APPENDIX XIII 535

depuis tant d'annees, et grevee par la charge des remboursemens
qu'elle aura a. faire, se voit encore garrotee par une forme de gou-
vernement et de constitution tellement combinee que les ressources
qui lui resteront ne puissent se developper avec l'energie et le ressort
indispensablement necessaires apres des secousses aussi violentes
et aussi destructives, il ne faudra plus compter ce Royaume pour
quelque chose dans la balance generate de l'Europe. Or il paroit
essentiel d'examiner des a present pour le bien et la tranquillite de
celle-ci, a. quel point peut influer sur l'un et l'autre l'aneantissement
complet d'existence politique d'un Etat aussi considerable que la
France. . . .

3. The Prince of Nassau to the Empress, June 30/JuLY 11,

1792. [M. A., France, IX, Princes et Emigres, 1792]

Dans une conversation que j'ai eu avec Bischoffwerder [on June
29, N. S.], et pour laquelle il m'a demande le secret, il m'a assure que
la cour de Vienne ne vouloit autre chose que l'arrangement de la
Baviere tel que Votre Majeste Imperiale l'avoit propose autrefois,
et que quant a la Prusse l'Empereur etoit convenu de proposer a
Votre Majeste Imperiale de luy faire ceder par la Pologne les en-
claves qui lui conviennent pour arrondir Ses etats; que ces arrange-
mens aiant lieu, il n'en couteroit a la France que quelques morceaux
de la Lorraine et de l'Alsace, que la Prusse sentoit bien que ... la
France ... est un pais si necessaire au maintien de l'Equilibre en
Europe.

4. Schulenburg to Frederick William, July i, 1792. [B. A.,

R. XL, Russland, 133]

[Reporting a conversation with Alopeus] J'ai tache de le sonder
si sa Cour auroit des vues d'acquisition en Pologne, ou si elle se
borne simplement au renversement de la Constitution du 3 de Mai.
Quoique je ne lui aie pas fait cette question directement, il en a de-
vine le sens et m'a repondu que l'lmperatrice reconnoissoit la jus-
tice d'une indemnite parfaite des fraix qu'occasionnoient les affaires
de France, et qu'il avoit l'ordre expres de prier que Votre Majeste
voulut communiquer Ses idees comment Elle croyoit que cette in-
demnite pourroit se procurer. La reponse a cette question sera deli-
cate, mais toujours elle nous rapprochera du but.



536



APPENDIX XIII



5. SCHULENBURG AND ALVENSLEBEN TO FREDERICK WlLLIAM,

July 3, 1792. [B. A., R. XI, Russland, 133]

[On the subject of ' indemnisation ' for the French war] Nous
avons la satisfaction d'annoncer a V. M. que non seulement l'lmpera-
trice de Russie la regarde comme juste et naturelle, mais qu'elle
promet aussi en cas de besoin d'y concourir en faveur de toutes les
Puissances cooperantes . . . Cette ouverture significative est ac-
compagnee de la reflexion que la France etant deja ruinee et epuisee
aujourd'hui, il lui restera difrkilement son veritable poids dans la
balance generale. L'observation est juste, . . . mais on diroit,
Sire, que la Cour de Russie, en plaidant la cause de la France,
cherche a. detourner l'idee d'un demembrement dont ce Royaume
pourroit etre menace, et qu'en offrant sa concurrence pour faciliter
les moyens de l'indemnite future, elle veut laisser entrevoir une possi-



Online LibraryRobert Howard LordThe second partition of Poland; a study in diplomatic history → online text (page 53 of 59)