William H. (William Henry) Powell.

Archives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] online

. (page 26 of 82)
Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 26 of 82)
Font size
QR-code for this ebook


duit.

Ainsi done, cinq cauterisations par le nitrate d'argentont gu^ri dans



Digitized by VjOOQ IC



234 REVUE CLINIQUE.

Tespace de vingt et un jours une fislule v^sico-vaginale, qui permettait
Ji rindex de p^ndtrer tr^s-facilement dans la vessie.

J'ai pu pratiquer ces cauterisations seul, sans aide et au moyen
d'un appareil instrumental des plus simples et des moins coiiteux.

La femme ne garda pas le lit un seul instant, elle ne cessa pas de
vaquer k ses occupations; je n'introduisis jamais de sonde dans la ves-
sie; bref, le traitement fut aussi simple qu'ilest possible de Timaginer.
En soumettant la femme k un traitement imm^diat, je me suis dearth
de la ligne de conduite recommand^e par les classiques. lis conseillent
de laisser agir la nature, d'abandonner les fistules k elles-m^mes pen-
dant quelques mois, dans I'esp^rancede voir se produireune gu^rison
spontan6e. MM. DenefleetVan Wetter, d'accord sur ce point avecles
chirurgiens italiens, ont au contraire conseille d'agir sur la fistule im-
m^diatement ou du moins peu de temps aprfes sa production, et ils ont
cite, k Tappui de la doctrine qu'ils d^fendaient, les succ5s obtenus par
eux-m^meset paries docteurs Lesi, deBologne, Precelle, de Gand, et
Beraud, de Paris. Le succ^s si remarquable que j'ai obtenuest une^cla-
tante confirmation des id^es soutenues par MM. DenefTe et Van
Wetter.



REVUE CLINIQUE.



Monstre apparteniEtiit k la Camille des ac^phaliens (genre p6rac^-
phale de la nomenclature d'Isidore 6eofrroy-St>Hilaire.}

Dans la stance du 16 mars de cette annee, j'ai eu rbonneur de mettre
sous les yeux de rAcad6mie la monstruosit6 dont 11 va 6tre question. Dfeji
le 7 avril de Tannee derni6re, je lui avais montr6 un monstre de la mdme
famille, mais appartenant au genre ac^phale proprement dit : ce dernier
Tait a 6t6 repr6sent6 et d6crit avec tous les details fournis par Tautopsie
dans le premier voLume des Archives de Tocologie, p. 306 et suivantes.

Le 4*' d6cembre de la m6me ann6e, M. le D' Blot faisait connaitre i I'Aca-
d6mie les r6suUats de Texamen qu'il avait fait d*un p6rac6phallen qui
avait 6t6 envoye k cette Campagnie par le D' Temisien (de Foucarmont).
Gette description a 6tt! publi6e par M. Blot dans les Archives de Tocologie,
p. 53 et suivantes du deuxi^me volume.

Le cas que j'ai h3cema!ent soumis a mes collogues estun nouvel exemple
de cette monstruosit6 ; il m'a 6t6 envoy6 par une sage-fenime de Paris,
M"* Aumoitte. Les d6tails qui vont suivre, outre I'int^rfit qu'ils com-
portep-t, comprendront la description du placenta, description qui a presque
toujours fait d6faut dans les cas ant^rieurement publics, ce qui n'a pas



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 235

permis d'etre bien renseign^ surles connexions vasculaires de ces monstres
pendant la vie intra-ut^rine.

Disons d'abord que celui dont j*ai h, parler 6 tail, comme dans tons les
cas connus par moi, le produit d'une grossesse gemellaire."

Le premier enfant expuls6 est n6 vivant et bicn conform^ ; sa longueur
totals n'6tait que de 37 centimetres. II 6tait 6vident qu'il n'6tait pas h
terme : cependant Tut^rus 6tait tr6s-d6velopp6, mais cela tcnait h ce que le
liquide amniotiqne 6tait en quantity exag6r6e, ainsi que cela devint Evident
au moment de la rupture des membranes.



a, Touffe de polls. — 6. Cordon ombiiical.

Description. Aspect g^rUral. — La forme du monstre est celle d'un double
cdne adoss6 par les bases. L'une des extremit^s est form^e par lapartiesu-
p^eure de la colonne vert6brale ; Tautre est representee par les pieds. II est
facile de voir qu'il y a un bassin d'oCi partent les membres inf6rieurs.
Voicises principales dimensions; la longueur totale est de 17 centim. 1/2.
De I'extremite sup6rieure i Tombilic, il n'y a qufe* 3 centimetres 1/-2; de
rombilic k laracine des membres, 4 centimetres : la longueur des membres
inferieurs est de 10 centimetres. La circonference au niveau des hanches
est de 18 centimetres ; celle des cuisses h. leur origine, de 12 centimetres.

Le diametre transversal dans le point le plus large du tronc est de 8 cen-



Digitized by VjOOQ IC



236 ' REVUE CLINIQUE.

tim^tres. La masse de termine en haut par une extr6mit6 presque pointue,
form6e par la partie sup6rieure de la colonne vert6brale recourb6e en avant
en forme de crochet. Gette parlie courbe du rachis est ton tk faitsuperficielle
et imm6diatement plac6e sous la peau du c6t6 de la partie ant6rieure. A Ten-
droit ot se trouve rextr6mit6 de la courbe, on remarque un petit bouquet
de polls blonds tr§s-fins, iroplant6s sur une Ug^re 6minence de la peau (a);
du reste, toute cette extr6mit6 sup6rieure, en avant comme en arri^re, est
recouverte de poils, mais ils sont tr6s-espac6s et bien plus courts qu'k la
place dont nous venons de parler» A mesure que Ton descend et que Ton
se rapproche des hanches, la masse s'6largit; k la partie inf6rieure on sent
la saillie des crates iliaques et en avant le rebord des pubis. A la face pos»
t6rieure, on pent suivre dans toute sa longueur ce qui existe de la colonne
vert6brale qui est dirig6 suivant une ligne k pen pr6s droile; le sacrum ce-
pendant fait en arri^re une saillie notable. A la partie ant6rieure, lacouche
des tissus est tr^s-6paisse ; aussi est-il impossible de distinguer comment est
dispos^e la partie du squelette qui est au-dessous.

Toutes ces parties sont recouvertes par une peau fine, tr6s-blanche, sans
rides ni solutions de continuity et sous laqueile on sent une ^paisse couche
de tissus mous, graisseux et comme infiltr6s.. Au milieu, k peu pr^s, de ce
tronc informe se trouve Tombilic normalement form6, dans lequel vient
8'ins6rer le cordon que j'ai d6ji indiqu6 (6). II n'y a pas de trace d'extr6mit6
c6phalique, de membres sup6rieurs ou de thorax.

Entre les cuisses existent des organes g6nitaux externes assez bien con-
formes; une valve de 3 millimetres de hauteur. La grande et la petite
levre du c6t6 gauche sont bien distincles, tandis que du c6t6 droit elles
sont soud6es, de telle sorte que la petite 16vre parait ne pas exister. A
la partie sup6rieure se voitune petite depression infundibuliforme, au dela
de laqueile le stylet ne pent p6n6trer; c'est probablement un rudiment
d'urethre. Plus en has, k 2 millimetres des grandes levres, le vagin est
ferme par un hymen perc6 d'une petite ouverture qui admet k peine la
sonde cannelee. Le vagin a une longueur de 5 millimetres seulement.

En arriere de la vulve, k 12 millimetres, se trouve Torifice anal, dans
lequel on peut introduire sans difficulte une sonde de calibre ordinaire.

Les cuisses sont peu volumineuses, le tissu sous-cutane est cependant
un pei^infiltre, leur longueur est de 6 centimetres. Les femurs ne joueut paa
tres-bien dans la cavite cotyloide, la flexion se faitdifficilement, tandis que
Tadduction et Tabduction s'ex6culent d'une maniere tres-compiete.

Les jamhes sont beaucoup moins infiltrees que les cuisses, leur longueur
est de 4 centimetres. Elles sont fortement dejetees en dedans, surtoutja
droite, qui croise celle du c6t6 oppose. L'articulation du genou est tres-
mobile, neanmoins on ne peut placer les cuisses et les jambes dans une di-
rection rectiligne; les membres inf6rieurs offrent toujours, quoique i*on
fasse, une coarbure tres-marquee k concavite interne. 11 faut ajouter que
ces membres pelviens ontsubi dans leur ensemble une torsion qui fait que
leur face interne est devenue face anterieure.

Les pieds ont une longueur de 3 centimetres et demi. De chaque c6te 11



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 237

y a un double pied hot tquin-varus accentor, surtout du c6t6 droil, oil le
pied est tout k fait tordu sur lui-m6me. de maniere que les orteils se rein-
vent en dedans. Le bord externe est devenu le bord inf^rieur, tandis que
rinterne repr6sente le bord 8up6rieur; la face sup6rieure du pied regarde
en avant, et m6me un peu en bas. La deviation du pied gauche est moins
accentu^e : de ee c6t^ trois orteils, tandis qu'k droite il y en a quatre, mais
les deux du milieu sent soudes ensemble. Les articulations de ces or-
teils sont libres.

Dissection. (Cette dissection a 6t6 faito avcc le concours de mon aide de
clinique, M. Martel.) — Une injection a 6t6 pouss6e par la veine ombilicale
alin de rendre plus facile T^tude du syst^me vasculairc. Une incision est
ensuite pratiqu6e de chaque c6t6 de la region oh s'ins^re le cordon, afin
de m^^nager rombilic et de ne pas en entamer les vaisseaux qui en partent.
Cette paroi ant' rieure, tr6s-6paisse, cclluleuse, infiltree de 86rosit6 claire,
6tant rabattne, on rencontre en arri^re un gros vaisseau central, suite de
la veine ombilicale; ce vaisseau, acrol6 k la face ant<^rieure de la colonne
vert^brale k laqucUe il est fortemcnt adherent, est long de 2 centim^lres et
a le volume d'une grosse plume d'oie. II se bifurque en bas en deux bran-
ches principales, les iliaques primitives qui se subdivisent elles-m^mes,
selon la r^gle ordinaire, en iliaques interne et externe.

De chaque c6t6 de ce vaisseau central sont deux organes gros comme de
petites noisettes, le gauche un peu plus volumineux que le droit, et entour^s
d'une mince couche graisseuse. Ce sont les reins avec le hile assez nette-
ment marqu6, et recevant chacun un vaisseau de calibre assez fort, qui lui est
envoys par le vaisseau central. Le rein gauche a mftme un petit uretfere qui
communique avec une petite cavit6 plac6e derri6re la symphyse des pubis,
et pr6sentant les caract^res de la vessie ; on n'a.pas pu trouver Turet^re du
c6t6 droit.

Dans la cavit6 du bassin. remontant m^me un peu au-dessus, on trouve
one portion d'intestin renferm6e dans une poche s^reuse. Cetorgane, pliss6
sur lui-m6me, est form6 par le gros intestin et a une longueur de 18 centi-
metres, adh6rent par sa partie sup6rieure a Tombilic, oili il se termine en
cul-de-sac, et s'ouvrant k Torifice anal aprds s*6tre un peu renfl6 k la partie
tout k fait inf6rieure. Get intestin est rempli de mucus a'un blanc grisAtre,
danslequel onretrouve au microscope quelques cellules 6pith6liales.

Entre le rectum et la vessie est plac6 un petit organe charnu, gros comme
un pois, plac6 au-dessus du conduit vaginal, c'est 6videmment le rudiment
derut6ru8.

Syzthne vasculaire.-^ Le vaisseau principal faisant suite par en haut k
la veine ombilicale et se bifurquant en bas repr6sente, comme je Pai dit, la
circulation centrale. De petites branches naissent k la partie po8t6rieure de
ce tronc, et vont se rendre k rextr6mit6 sup6rieure et aux parois laterales
de la masse principalede ce petit monst re, tandis que Tfepigastrique se perd
dans la parol ant6rieure. L'iliaque primitive du c6t6 droit se dirige fran-
cbement en dehors, sans aucun d6tour, arrive k Tarcade crurale, et donne
bient6t denx rameaux principaux, un k droite, tr6s-long, de?tin6 aux mus-



Digitized by



Google



238 REVUE GLINIQUE.

cles des regions ant^rieure et extorne, et s'anastomosant a sa terminaison
avec une des branches que Ton peut appeler la poplitde; Tautre rameau, k
gauche, est destin6 aux muscles dc la region post6rieure et k la peau de cette
partie. La f6morale ne donne aucune autre brancbe dans tout son trajet.
L'anneau du troisi^me adducteur et celui du sol6aire n 'existent pas. L'ar-
tdre arrive sur la face interne du genou qui, h, cause de la torsion des mem-
bres, est dirigee en avant, et se bifurque en deux branches, dont i'une
s'anastomose tout autour du genou uvec les rameaux de la branche exteme
et sup6rieure de la f6morale, tandis que Tautre descend le long du bord
interne du tibia pour se diviser au niveau de Tarticulation tibio-tarsienne
en une branche qui va sous la plante du pied, et une autre sur le pied don-
nant des divisions analogues h celles de la p6dieuse.

Du c6t6 gauche, la circulation pr6sente quelques differences. L'iliaque
primitive descend dans lo bassin le long de la face ant^rieure du sacrum,
se bifurque \k en hypogastrique qui donne aux organes contenus dans I'ex-
cavation et en iliaque exteme qui contourne le bassin, remonte en avant
pour gagner Tarcade crurale. L'art^re f6morale no donne qu*une seule
branche qui se dirige en dehors et va k la partie post6rieure du membre,
pour fournir aux muscles de cette region.

La f^morale descend en suivant le bord interne de la cuisse, passe de ce
c6t6 en arri^re du genou et se bifurque en donnant des branches comme
Tart^re du membre droit. Ces art6res f(^morales, k leur origine, sont con-
tenues dans une gatne apon^vrotique particuli^re et un gros tronc nerveux
les accompagne en dehors.

On remarque, en outre, que les art^res cheminent k la surface des muscles
et que des veines ne leur sont pas accol^es. Des vaisseaux veineux, d'un ca-
libre assez gros, forment pn r6seau tr6s-serr6 dans le tissu cellulaire in-
terpose entre la peau et les muscles.

AponSvroses, Muscles, Les apon6vroses d'enveloppe de la cuisse et de la
jambe existent ; , quant aux apon^vroses particuli^res aux muscles, elles ne
sont representees que par quelques trainees de Ussu cellululaire tr^s-
l&che.

Le psoas, volumineux, a ses insertions sur les apophyses transverses des
vertebres lombaires ; il est reconvert par le rein et traverse par les bran-
ches du plexus lombaire. Les muscles principaux de la cuisse ont ete dis-
seques avec soin, ils existent presque lous, ce sont les muscles profonds qui
manquent ou sont atrophies. Le couturier ne presente qu'une laaie tr^s-
mince de tissu musculaire ; le triceps femoral est nettement form6) de meme
que les adducteurs et le triceps crural. Les trois muscles fessiers ont pu
etre aussi s^pares, mais avec de grandes difficultes.

Les muscles de la jambe sont tres-atrophi6s, surtout ceux du o6t6 droit:
les muscles de la region anterieure, tibial antedeur et extenseur commun,
sont reportes en dehors ; le tibial anterieur est tres-greie, tandis que les
extenseurs ont un volume en rapport avec la grosseur du membre.
L'extenseur propre du gros orteil est seul k la parlie anterieure et sous*
jacent k Tartere principale. son tendon suit la face anterieure du pied et se



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 239

rend au gros orloil. Le tendon de Textenseur commun passe dans one
goutti^re form6e par le tibia et par le p6ron6 , et se termine par deux
languettes, une sup6rieupe et Tautre inf6rieure, pour chaque orteil. Les
muscles de la region post6rieure sont au complet, le 8ol6aire se termine
comme d'habitude par un gros tendon qui va s1ns6rer au calcan^um.

L«s fl^chisseurs propres du pied sont tres-gr6les, le p^dieux est r6duit k
une simple lamelle.

Les dispositions musculaires sont les m6raes k gauche qu*i droite, seule-
ment les muscles sont plus gros k gauche,

Tons ces muscles sont un peu pAles, mais ils offrent au microscope une
texture normale.

Os, Li colonne vcrt6brale estbien ossifiee sur toute sa longueur qui est de
7 centimetres i/i ; elle se termine par une extr^mit^ recourboe en crochet,
ainsi que je Tai dit, et ne pr6sente aucune deviation lat^rale. Les cinq
vert^bres lombaires sont norraales ; les six vert^bres dorsales qui sont
au-dessus n*ont pas d'apophyses transverses, ce sont de petits os ronds,
perc6s a ieur centre d'un tout petit trou et r6unis entre eux par une mince
membrane; ce sont les seuls os de la colonne vert6brale. Le bassin est
assez r6guli6rement conform^, cependant sa direction est un peu oblique
de haut en bas et de gauche k droite. Les diam^tres transverse et an-
t6ro-post6rieur ont 1 centimetre et demi de longueur. Les f6murs, con-
tonmes sur eux-m6mes, sont fortement renfl6s a leurs extr6mit6s, il en
est du reste de mfime pour les os de la jambe. Le tibia et le p6ron6 sont
s^par^s a la partie tout a fait inf6rieure dans la jambe droite ; la gout-
ti6re p^ron^ale existe k gauche. Dans les deux mcmbres, Textrt^mite infe-
rieure du p^ron6 est bien plus lisse que celle du tibia. Le calcan6um est
repousse en arri^re et en haut, Tastragale est dejet^e en avant et en bas,
ainsi que le scapholde et le cuboide; les trois cun6iformes existent du c6t6
droit, et deux seulement k gauche. A droite, il y a quatre metatarsiens et
deu^ phalanges pour-chacun des orteils au nombre de quatre; k gauche, il
y a trois metatarsiens et trois orteils avec deux phalanges.

II n'y a pas de traces d'autres os.

Les 08 volumineux sont bien ossifies; les petit?, notammentceux du pied,
ne le sont pas encore; les epiphyses, nonsoud6es, sont grosses.

Nerfs, — La moelle est reduite k un mince filet d'od partent les nerfs de
chaque c6te. Les nerfs lombaires et sacres existent seuls, iis forment des
plexus, comme k Tordinaire. Le nerf crural est volumineux et suit le trajet
de I'artere f&morale ; place a sa partie externe, il se subdivise k mesure
que celle-ci emet des branches et fournit aux muscles de la partie ante-
rieure de la cuisse. Le nerf sciatique est aussi tres-developpe, apres un trajet
k peu pres normal, il se rend aux muscles de la partie posterieure de la
cuisse, de la jambe et du pied.

Dticripiton du placenta, — Get organe de forme regulierement arrondie
pese 380 grammes. — Examine du c6t6 de la face foetale, il ne presente de
prime abord qu'rnie seule pocbe, et les larges lambeaux de membranes qui



Digitized by VjOOQIC



240 REVUfi CLINIQUE.

restent prouvent qu'elle a dil 6tre plus volumineuse que d'habitude. (On
n'a pas oubli6 qu'un certain degr6 d*hydramnios avait 6t6 constatfi.)



6 b b. Poche oh etait le petit monstre. — a. Veine qui amenait le sang
k cet acephalien*

Au centre s*ins6re un cordon assez long et du volume du petit doigt.
Comme d'habitude, il estcompos6 de deux art^res et d'une veine. Ces vais*
seaux ne se dissocient qu'en touchant la masse placentaire. La face ut6rine
pr6sente des cotyledons volumineux profond6ment divis6s en plusieurs
points, probablement au moment de la d^livrance. Ap'artce detail touty est
r6gulier. Cost dans cette poche principale que se trouvait le foetus bien con*
form6. Le petit monstre 6tait renferm6 dans une seconde poche acces-
soire (bb) compl6tement isol6e de la premiere et uniquement/orm6e par un se-
cond amnios accol6 au premier en dedans et r6pondant au chorion en dehors,
de sorte que cette derni^re membrane unique enveloppait les deux amnios,
en contact avec celui de la poche principale dans une grande 6tendue et
sur un point tr^s-restreint avec celui qui formait la petite poche. Entre le
choricn commun aux deux cavit^s et Tamnios qui entourait le monstre, se
trouvent deux vaisseaux,unetr6s-petite art^reet une grosse veine. Cette der-
niftre (a) a le volume d'une petite plume d'oie ; Tart^re d'une finesse extreme
avait h peine un demi-milliro^tre de diam^tre. Ces deux vaisseaux, aprdg
un trajet de 5 centimetres sur la surface de Tamnios, s'en isolent ensuitc
de mani^re k former un cordon ombilical tr^s-grftle, de 3 centimetres de
longueur, allant se terminer k Tombilic du foetus monstrueux.

Une injection pous86e dans la veine de ce petit cordon avec l*appareil
de M. le D^' Latteux, p6n6tra rapidement dans toute la masse placentaire et



Digitized by VjOOQ IC



REVUE GLINIQUB. 241

8'6chappa par le gros cordon qu'on avail n6glig6 de lier. Une ligature dut
6tre appliqu^e et Tinjection rfeussit k merveille.

II fut alors facile de voir que la veine du petit cordon par laquelle Tin-
jection avail 616 pouss^e n'6lait qu*uno des principales divisions du gios
cordon de Tenfantvivant. Quant h, Tart^re, elle 6tait si petite qu'elle devait
ramener une bien faible quantity de sang de Tenfant vers le placenta. Elle
n*a pu 6tre suivie jusqu'di I'iliaque qui devait la fournir.

Depaul.

Kyste aniloonlaire de rovaire pris poar ane grossesse aveo ddgd«
n^rescence Ttoicnlaire des extrdmit^s des vUlosit^s choriales.

La nomm6eX..., couch6e au n*' 41, entr6e le 2 f6vrier, apportait une
Jettre d'un m6decin distingu6 qu'elle avail consults la veille et qui 6met-
tait Topinion qu'il s'agissait d'une m61e hydatifbrme ou v6siculaire. Cette
femme est ftg6e de 34 ans, de bonne constitution et n*a jamais eu d'enfants.
Les regies, qui ont apparu h, TAge de 14 ans, reviennent irr6guli6rement
tons les quinze k dix-huit jours; n6anmoins cet 6coulement menstruel
abondant ne la fatigue pas, aussi travaille-t-elle assidtiment, dans une
blancbisserie pendant Thiver et aux champs pendant 1*616.

Voici ce que cette femme, qui est intelligente et explique tr6s-bien tout
ce qu'elle 6prouve, raconte sur la marche de sa maladie. Elle reporte au com-
mencement de mai P6poque oil elle s'est apergue que son ventre commengait
h grossir; il est cependant probable que la maladie a dd commencer k une
6poque unpeu plus 6loign6e : elle se crui enceinte, etcomme elle n'6prouvait
aucun malaise elle continua k s'adonncrk ses occupations comme auparavant.
Cependant le volume du ventre augmentait assez rapidement et les r6gles
continuaient toujours; trouvant que cela n'6tait pas naturel, la malade con-
sulta deux m6decins qui afGrm6rent qu*elle 6lail bien r6ellement enceinte.
G'est dans ces conditions qu'eJle vint k la Glinique consulter M. Depaul sur
ce que sa grossesse pr6scntait d'anormal.

Voici main tenant sur quels signes s'est fond6 le professeur pour 6tablir
le diagnostic qu'il n*h6sita pas i porter (kyste de Tovaire). La tumeur ab-
dominale, r6guli6rement arrondie, est tr6s-volumineuse. Elle s*6tcnd trans-
versalement d'un flanc k Pautre et les remplit; en haul elle repousse lefoie
et s'6l6ve dans le creux 6pigastrique tr6s-pr6s de I'appendice xiphoide. La
circonf6rence, prise au niveau de Tombilic, mesure 406 centim6tres. La
peau est fortement tendue, la cicatrice ombilicale n*est pas enfonc6e, elle
est de niveau avec les parties en vironnantes ; la circulation superficielle est
g6n6e, aussi voii-on de nombreuses arborisations bleuAtres r6sullant de la
8 tase sanguine dans les veines dilat6es. II n'y a aucune coloration bruneni
sur le trajet de la lighe blanche ni au pourtour de I'ombilic.

Par la palpation, on sent nettement une poche parfaitement limil6e, rem-
plie de liquide, qui donneune sensation de fluctuation manifesto danstoute
son 6t€ndue, cette fluctuation est superGcielle et profonde; il est impos-
sible d'atteindre aucune partie fcetale. Ed fin par le palper on ne pent faire
nattre et percevoir aucune contraction ul6rine. ce qui ne manquerait pas de
Archives de Tocologie, — xvait 1875. 16



Digitized by VjOOQIC



242 RBYUE GLINIQUE.

se produire, comme M. Depaul Fa 6tabli ii y a longtemps, si la tumeur
6tait intra-ut^fine. Cette tumeur, du reste, conserve sa forme etses rapports
quelle que soit la position qu'on fasse prendre k la femme.

Uauscultation ne donne que des signes n6gatifs. De la vulve s^^coule de-
puis quatre jours un liquide peu abondant, sanguinolent, analogue ^ celui
que cette femme perd k toutes ses 6poques menst;ruelles.

Par le toucher, on trouve en arri^re, dans le cul-de-sac p6riton6al, un pro-
longement de la tumeur qui descend assez has dans Texcavation et refoule
fortement en arri^re et k droite le col de la matrice. En maintcnant le doigt
sur ce prolongement et en imprimant un petit choc sur la partie sup6rieure
de Tabdomen, on provoque une fluctuation des plus manifestes.

Le col de rut6ru8, d6plac6 comme nous venons de le dire, en avant et k
droite, n'est pas hypertrophic, comme il Test si commun6ment dans les
premiers mois de la gestation, il est consistant, ferme et ne prCsente pas la
moindre trace de ramollissement. L'orifice offre les caract^res de celui
d'une femme qui n'a pas eu d'enfants ; il se prCsente sous la forme d'une
petite fente qui admet k peine TextrCmitC du doigt. En un mot, le col
n'offre aucune des modiOcations qu*il subit pendant la grossesse.

Depuissixsemaines, un oedCme considerable a envabi d'abordles jambes,
ensuite les cuisscs et la region lombaire ; les parties gCnitales qui avaient
particip6 k cette enflure en soot dCbarrass^es aujourd'hui. La respiration est
un peu g^n6e par le refoulement du diaphragme. Les fonctions de la diges-
tion s*exercent bien, cependant il fautnoter une grande difficult^ pouraller
k la garde-robe, et des coliques assez nombreuses. La s6cr6tion et Texcr^-
tlon urinaire n'offrent rien de particulier. Aucune modification du c6t6 des
seins.

Apr^s cet examen et la constation des ph6nomdnes dont il vient d'etre
question, M. Depaul s'est demand^ si cette tumeur est form6e par TutCrus,
ou si elle est indCpendante de cet organe.

Dans le premier cas, est-ce une grossesse ordinaire, une m61e v6siculaiire
ou bien un hydramnios?

Ce n'est pas une grossesse ordinaire, car le volume du ventre, d6ji consi-
derable depuis trois ou quatre mois, est de beaucoup sup6rieur k ce qu'il
devrait dtre^ en admettant mSme une grossesse gemellaire. Les seins n'ont



Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 26 of 82)