William H. (William Henry) Powell.

Archives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] online

. (page 36 of 82)
Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 36 of 82)
Font size
QR-code for this ebook


conception, n*eprouve qu'un soulagement momentan^ et tombe dans
une sorte decollapsus dont elle ne se releve pas.

M. Peter, dans ses leQons cliniques, a traits des accidents gravido-
cardiaques. II m*a cit6 Tobservation d'une dame prise h cinq mois de
grossesse de ph6nom6nes asphyxiques graves et ^prouvant les m^mes
symptdmes h une seconde grossesse. Une saign^e arrfita chaque fois
les accidents qui semblaient devoir 6tre mortels.

II meparaltqu'en g6n6ral les auteurs, j'excepterai Devilliers, attri-
buent aux maladies du coeur une influence sur la grossesse encore
plus mauvaise qu'elle ne Test r^ellement : telle est la conclusion que
nous avons tiree de nos recherches. Nous avons Irouv^ pen de fails
dans les auteurs; le'gros du contingent a dA ^tre fourni par noire ob-
servation, qui necessairement est bien restreinle. Dans quelques cas
seulement nous avons suivi les malades avant, pendant etaprfesl'ac-
couchement; il afallu pour les autres cas rechercber dans nos obser-
vations de maladies du coeur les details afKrents au su, jet qui nous oc-
cupe. Nous jugionsd'apr^s les nmladies ant^c^dentes et lessymptdmes
indiques par les malades, T^poque k laquelle il 6tait possible d'assi-
gner Tdtablissement de la lesion cardiaque.

Nous n'avons accepts que les observations qui ne pr^tent k aucune
contestation comme lesion du coeur. Ainsi nous rejetons de noire sta-
lislique Tobservation suivante, qui, cependant pour bien des motifs,
pourrail s'y ratlacher, mais elle a pour nous Tint^rfit d'avoir 616 re-
cueillie k la Clinique d'accouchements dans ces derniers temps, el on
peut ne pas ^tre de noire avis.

Usion rnitrale possible, mais non certaine. Premibre grossesse normale, Rhunia-
tisme articulaire aigu.

Midy, 29 ans, domeslique, c6libataire. Service de M. Depaul. Clinique
d'accouchement n« 13. 29 juillet 1873.

Enfant, elle a des maux d*yeux. R6gl6e k 17 ans, elle ressent k 18 des
donleurs daas les jambes pendant 1 mois.



Digitized by



Google



326 MEMOIRES ORIGINAUX.

A !26 ans, premidre grossesse oornaale ; enfant qui vit dix-huit jours.
Deux jours apr^s son accouchemeat, elle a une p6ritonite, et, huit jours
plus tard, un rhumatisme articulaire aigu uvec lesion du csur qui Talite
sept mois.

Les regies uq reparaissent que dix mois apr^s raccouchement. Jamais
elle n'a de palpitations.

Elle est aujourd'hui k terme; les derni6res regies datent du mois desep-
tembre. Elle n'a pkseu d*accidents, pas d'h6moptysie. Lajambedroite n'est
enfl6e que depuis trois ou quatre jours; la gauche a conserv6 de ToBd^me
depuis la derniere grossesse.

J'entends un souffle vibrant au premier temps avec un pen d'impulsion,
et suis dispose, comme on le fait dans le service, k admettre une insuffi-
sance mitrale.

Je copie le Bulletin de la Clinique :

i^ntr6e le 16 juillet i^73 k ThOpilal, le 5 aoilt kcinq heures et demie du
soir klasalle d'accouchement.

Constitution bonne ; conformation du bassin normale ; accouchement pre-
cedent k terme, une fille. R6gl6e a M ans, tous4es mois, huit jours. Derniere
apparition des regies, 12 septembrel87i.%oque pr^sum^e, & terme. CEd^me
des membres inf^rieurs. Apparition des premieres douleurs, 5 aodt, nenf
heures du matin ; rupture des membranes spontan6e, 5 aoilt, trois heures
du soir. Dilatation complete inconnue; heure et mode de terminaison,
5 aoiit, cinq heures et demie du soir ; pas de perte notable. Sommet ; occi-
pito iliaque gauche ant6rieure. Dur6e totale, huit heures et demie. D6li-
vrance naturelle ; enfant du sexe masculin ; 6tat physique bon ; poids, 3,040;
longueur totale, 52 cent. ; du sommet k rombilic, 27 cent. ; de Tombilic aux
talons, 25 cent.; diam^tre occipito-frontal, 12 cent. ; diam^tre occipito-men-
tonnier, 13,5; diam^tre bi-pari^tal, 9,5; diam^tre sous-occipito-bregmati-
que, 10; longueur du cordon, 70 cent.; un circulaire autourdu cou. »

Le 9. Pouls r6gulier, d6velopp6, k 84; bon 6tat; lesjambes sont tres-d6sen-
fl6es; encore de I'oBd^me au pied gauche; olle dit avoir eu des crampes
atroces dans les jambes au moment de Taccouchement ; coeurun peu petit;
j'entends un bruit rude, prolong^, au premier temps ; pas de souffle en jet
de vapeur, pas de d^doublemeat du second claquement. La femme a ton*
jours 6t6 p&le ; son enfant est parti en nourrice.

Bemarques. — Le rhumatisme articulaire aigu, le bruit rude que
nous entendons, roed^me, sont des motifs sufiisants pour admettre une
maladiede coeur; mais, ne pouvant Taffirmer, nous mettons cette ob-
servation ^ part, dans la crainte qu'on puisse douter de toules celles
qui ne sont pas accompagn^es d'autopsie. En tous cas, on voit que la
grossesse et la d^livrance n'ont rien presents de ti^s-anormal..

Encore deux observations ou la lesion du coeur peut ^tre consider^e
comme dou Lease.



Digitized by VjOOQ IC



INFLUENCE DES MALADIES DU C<E€a S13R U MENSTRUATION, ETC. 327

Souffle «« premier lemps, Leiion du caur f ChlartMin^mie ? Fluxion de poiirine.
Gronesde n&rmale avee h^moptysies, Seeonde grossesse reguliere,

Quesoel, i3 ans, brunisseuse, c^libataire, n6e k Marigny (Manche), il,
Saint-RaphaSl, Hdtel-Dieu. 13 sepiembre 1873.

Jamais die n'a pa cotirir; elle a fet6 difficile ^ 6levcr. A 7 ans, cllc a la
scarlatine, et, k 40 ans, la fi^vre typholde ; les regies paraissent k if ans
et se maintieoneat r^li^res; k 17 ans, elle a une fluxion de poitrine qui
dure deux mois; k 19 ans elle devient enceinte et crache le sang pendant
les six demiferes semaines ; la grossesse va n^anmoins jiisqu''au terme ; Ten-
fant vit encore; eliele nourrit un an sans 6tre r6gl6e; elle accouche de nou-
veau le 8 septerabre ; la grossesse ne pr^scnte rien d'anormal ; Ten fan t est
en boa 6tat; la m^re n'a pas de palpitations. Aujourd*hai elle a du frisson;
le pouls esti iliy vibnmtet d^velopp^. J'eateads unsouHle vibrant au pre-
mier temps, mais qui peut 6tre rapport6 a la chloro-an6niie aussi bien qu'^
une lesion des valvules.

Souffle tres'probablement chlorotique. Pas d'ac4iidents, Accauehenient a ierme,
Fausse couche. Regies pendant une grossesse, Quatre grossesset normales. Xou-
telle metrorrhagie.

Mauchain, 3i ans, marchande k la Halle, n6c k Paris, marine, entr6e le
8 septembre 1873, salle Saint-RaphaSl, Hfttel-Dieu.

li septembre. R6gl6e pour la premiere fois k 11 ans, elle Test toujours
bien, mais peu abondamment; k 15 ans, elle se marie, et, trois mois plun
tard, elle entre k rHdtel-Dieu pour une fausse-couche et y reste un mois;
sa sant6 se remet compl^tement ; i 45 ans, nouvelle grossesse pendant les
cinq premiers mois de laquelle elle a ses regies; I'enfant vit quatre ou cinq
mois ; k "26, 27, 28 et 30 ans, quatre grossesses normales qui vont jusqu'k
terme ; mais les enfantsne viveat que cinq ou six mois. Gelte femme est bien
portante depuis sa derniSre coucbe. Aujourd'hui elle se croit enceinte de
deux mois et demi; il y a deux ou trois jours, elle a perdu du sang et a
pens^ faire une fausse-coucbe ; tout est calm6.

Gette femme a toujours 6t6 parfaUement r6gl6e, n'a jamais eu ni cracbe-
ment de sang, ni palpitations ; k peine quelques ^pistaxis.

Le pouls est r^ulier, normal ; le premier bruit est ronflant et prolong^ au
niveau du sternum.

La menslruatton se lie de trop prfes k la grossesse pour ne pas 6tre
comprise dans notre 6tude. Est-elle retard^ ou avanc^e cbez les indi-
vidus atteints dfesleur jeune Age de lesion du coeur? Ma response s'ap-
puie sur uae base un peu fragile, sur la declaration des femmes, que,
d5s leurjcune&ge, elles ^prouvaient d^jJide r^touffement et quelques
symptdmes habituels aux maladies du coeur. Je donne done ici une
indication de recherches k faire plut6t qu'une solution.



Digitized by VjOOQ IC



328 M^MOIRES ORIGINAUX.

Pour les 7nere8 qui paraissent avoir eu leur maladie du coeur des
Tenfance, nous trouvons que la mensitmation s^est montree pour la pr-e-
miere fois h 11 ans, 4 cas — 12 ans, 3 cas — 13 ans, 5 cas — 15 ans,
5cas — 16 ans, 2 cas — ^S ans, 5 cas — 20 ans, leas — 22 ans, i cas.
Cette statistique de 27 cas nous donne exactement comme moyenne
15 ans, c*est-i-dire un peu plus tard que Tepoque habituelle.

Mais si j 'examine la menstruation chez 18 femmes qui, d^Sjleur
jeunesse, paraissent avoir eu des lesions du ccQur ein' out pas eu ien-
fanis, la moyenne de la premiere apparition n'est plus 15 ans, mais 17
et une fraction, le maximum etant 23 ans»

Quant & Virr^gulante des regies, elle est remarquable surtout chez les
femmes qui, atteintes de maladie rfw cfljur, n'ontpas eu d^enfants.

Manoury, r6gl6e k ±1 ans, mal.

Mousset, r^gl^e k 20 ans» mal.

Eticnne, non r6gl6e & 18 ans.

Meunier, r6gl6e h. 18 ans, mal.

Seyer (21 ans), r6gl6e h 18 ans, 4 6poques seulement.

H. T... (20 ans), r6gl6e k 16 ans, mal.

Banquier, r6gl6e k 16 ans, mah

Trutat, r6gl6e k 16 ans, bien, abondamment.

Lours, r^gl^e k 16 ans, mal.

Barbier, r6gl6e k 16 ans, mal.

FranQois, r6gl6e k i5ans, 3 ^poques seulement.

Nicaise (21 ans), r6gl6e k 15 ans, bien, pendant dix mois.

St.- Pierre (27 ans), r6gl6e i 14 ans, non r6gl6e depuis deux ans.

Pujat (18 ans), r6gl6e k\% ans, 2 6poques.

Baupain (il ans), r6gl6e k H ans, non r6gl6c depuis treize mois. '

Tandis que toutes ces femmes, sauf une, ont ^t^ mal r^gl^es, la moitie
seulement des femmes qui, malgre leur maladie de coeur, ont eu des
enfants, a ete mal r^glee, ce qui est en rapport avec la possibility dela
grossesse.

L'irr^gularit^ des menstrues se lie aux hemoptysies que nous trou-
vons dans la plupart des observations.

• Chez 8 femmes nous notons d^abondantes epistaxis qui souvent pre-
cedent le rhumatisme et les maladies du coeur.

Dans plusieurs cas, les regies persistent ^unAHXii une partie de la gros-
sesse, ou du moins des ^coulements sanguins apparaissent, qui n^en-
tralnent pas imm^diatement ou n^cessairement la fausse couche.

Chez la nomm6e Mauchain, que nous avons pr6sent6e plus haul comme
n*6tant pascertainement atteinte de maladie du cojur, les regies persistent



Digitized by VjOOQ IC



INFLUENCE DBS MALADIES DU C(EUR SUR LA MENSTRUATION, ETC. 329

pendant lescinq premiers mois d'une grossessequi van^anmoinskterme et
Tenfant vit. Lorsque nous la voyons, elle est, pense-t-elle, enceinte de deux
mois et derai, et vient d'avoir une perte considerable qui a ces86 ; la fausse
couche ne parait pas avoir eu lieu.

Vidal parait atteinte de maladie du coeur depuis son enfance ; elle fait
d'abord une fausse couche, puis nous la trouvons k la Glinique d'accouche-
ments, 6tant h peu pr^s k tarme et ayant eu une m6trorrhagie considerable
que Ton a attribute k une insertion vicieuse du placenta, mais que nous
croyons pouvoir peut-6tre rapporter h la J6sion du coeur. Cette femme n'ac-
couche pas a la Glinique ; la difiicult6 ne pent 6tre tranch6e. Ici la menstrua-
tion est moins nettement mise en cause.

Bailly a, d6s Pftge de 7 ans, d'abondantes 6pistaxis, les regies sont trSs-
abondantes. Pendant les quatre derniers mois de sa seconde grossesse, elle
perd du sang tons les jours ; une heure apr^s Taccouchement elle a une perte
considerai}Ie. A 20 ans, troisi^me grossesse ; elle perd encore pendant tout
le cours de celle-ci ; Jes m6decins pensaient Sl un cancer, elle accouche a
six mois et demi. Elle a un r6tr6cissement mitral.

Millard a des regies tr^s-abond antes. A 33 ans, elle a un premier enfant ;
les regies persistent pendant les trois premiers mois de la grossesse, elle a
en outre des 6pistaxis pendant le premier mois; six semaines apr^s la d6li-
vrance a lieu une perte abondante. Pour la troisi^me grossesse, fausse cou-
che de trois mois avec m6trorrhagie tr^s-abondante. D6s I'Age de 15' ans,
elle ressent des rhumatismes qui ne la quittent plus.

Tardivel. La deuxi^me d6livrance est accompagn6e d'une perte affreuse.
Quatri^me grossesse : pertes considerables pendant cinq mois, puis fausse
couche Sl cette 6poque. Le m6decin ne pouvait croire qu'elle fAt enceinte.
Sixieme grossesse : fausse couche k cinq mois; perte affreuse. Neuvi^me
grossesse : 1 gargon k cinq ou six mois, perte 6norme.

Nous remarquons chez ces femmes une disposition toute particu-
li^re aux h^morrhagies sous tou les les formes; mais ce sont surtout
les nomm^es Maucbain et Millard qui peuvent 6tre considdrees
comme des exemples de persistance des regies pendant la grossesse :
les autres femmes rentreraient dans la section suivante.

Enfin les metrorrhagiesne sont pas rares, soit au moment des regies,
soil provoqu^es par des fausses couches, soit enfln h Tepoque de la
delivrance.

Trutat, ag6e de 29 ans, est atteinte k 13 d'unrhumatismearliculaireaigu,
qui I'alite trois mois ;& 15, elle a de fortes epistaxis qui diminuent beau-
coup, k 16 ans, lorsqu*apparaissent les menstrues abondantes et reguli^res.
A 43 ans, nouveau rhumatisme articulaire aigu de trois semaines; k
24. metrorrhagie de trente-trois jours et premieres palpitations. Elle en est
aujourd*hui k sa cinquieme perte qui a dur6 dix-huit jours : elle est atteinte
d'une insufGsance aortique etd*une insuffisance mitrale.



Digitized by VjOOQ IC



330 MEMOIRES OBIGINAUt.

M««D... cbexqui M. DubreuUh pratique raccouchemeDtpr6matur6,attBe
m^trorrhagie tr^s-abondante i sa seconde couche«

Epistaxis, Ragles abondantes. Himoptysie, Rhwnatisme articulaire aigu. Souffle

au premier temps.

Charretier, 19 ans, menag^re, ii6e k Poitiers, entr6e le 7 juillet 4873,
salle Sainte-Anne, 32, H6tel-Dieu.

18 septembre. R^16e k 16 ans, r^guli^rement, tr^s-abondamment pen-
dant tiuit jours. Epistaxis abondantes 6tant enfant et au moment des regies.
II y a dix mois bronchite et h^moptysie considerable. Le rhumatigme arti*
culaire aigu date de trois jours avant son entr6e. Pas de regies depuis deux
mois. £Ile se croit enceinte. Pas d'^pistaxis depuis deux mois. ihruit rude
au premier temps k la pointe.

Remarqttes. — Nous trouvons r^unis ici les r&gles abondantes, les
(Epistaxis, les h^moptysies et le rhumatisme articulaire aigu. La gros-
sesse ne date que de deux mois (si elle exists) ; les accidents n*ont pas
encore eu le temps de se d^velopper.

Vidal (H^loise), i3 ans, joumali^re, estcouch^e dans les salles de la Cli-
nique d'accouchements.

Je la vois le !23 novembre 1873. Elle n'a jamais pu courir comme ses ca-
marades et n'a jamais jou6. Etant enfant, elle a la rougeole et la variole.
Depuis Vkge de 10 ans, elle a des palpitations. Les regies paraissent ^ 13
ans deux tbis, puis sontsupprim^es pendant trois mois que dure une attaque
de chorine; elles sont ensuite r^guli^res. A 18 ans, fluxion de poitrine de
quinze jours. Elle s'expose k^tre enceinte depuis deux mois. En septembre
187i2, elle fait une fausse couche, et i sa derni^re apparition de regies k la
iin de f6vrier 1873, ses jambes enflent, elle a quelques vomissements.

11 y a trois jours k la suite d'un lavage, peu fatigant cependant, elle a
une nt6trorrhagie considerable. La conformation du bassin est normale. On
suppofce dans le service une insertion vicieuse du placenta.

Les palpitations qui existent depuis Tenfance sont plus fortes depuis la
grossesse. Nous trouvons les signes d'une maladie du coeur:teinte ter-
reuse, l^vres violettes, ongles viol&tres. Fr6missement au premier temps.
Souffle considerable au premier temps sur toute la surface cardiaque, plus
fort le long du sternum qu'i la pointe. Pouls veineux. Pouls radial i peu
pr68 r6gulier et 6gal. Pouls crural petit. Les jambes sont d^senflfees depuis
que la malade est couch6e.

L*h6morrhagie n'a pas repam, et la femme a quitt^ la Glinique sans dtre
accouch6e.

Remarques. — Nous ne pouvons ^videmment pas rejeter I'idfe de
rinsertion vicieuse du placenta; mais nous ne pouvons non plus nous
d^fendre de Tid^e que la lesion du coeur pent dtre pour quelque chose
dans la production de cette hemorrhagie. Dans Tobservation suivaute



Digitized by VjOOQ IC



CAS DE CUTISATION DU CORDON 0MBIL10AL CHEZ UN NOUVEAU-NE. 331

nous voyoBS la femme perdre da sang tous les jours pendant les qua-
ire demiers mois d une grossesse et pendant tout le cours de la gros-
sesse suivanie.

Mricissefnent mitral. F&vre intermittente. Rhumatismes. Pertes. Epistaxis,
Accouchement primature.

Bailly, :28 ans, domestique, n6e k la Chfttre (Indre). Veove ; 8, salle
St-Pierre, Hdtel-Dieu, entr6 le H aoiitl873.

13 septembre. D^sT&ge de 7 ans, cette femme a d'abondaoiee 6pistaxis ;
k 11 ans, elle est r6gl6e, r6coulement est en g6n6ral trds-abondant. A 14, se
manifeste une interruption de huit mois, en m6me tempsqueled^butd'une
li6vre intermittenle qui se prolonge dix-huit mois. A 17, elle a son premier
enfant, k terme; celui-ci vlt sept mois ; la grossesse est normals, suivie seu-
lement d'une douleur au pied droit pendant un mois. A 19 ans, secondc
grossesse ; pendant les qvatre demiers mois, elle perd du sang tous le
jours etune heureapr^ raccouchement elle a une perte considerable; Ten-
fant vit encore. A ^ ans, troisi6me grossesse ; elle perd encore pendant tout
le cours de celle-ci, au point, dit-elle, que les m6decins pensaient a quel-
que cancer et surtoul ne la croyaient jpas enceinte: elle accouche k six mois
etdemi et se remet. Quatri^me grossesse k 22 ans, normale; Tenfant meurt
a neuf mois. Ginqui^me grossesse k ^ ans ; elle accouche k sept mois et
demi, sans en savoiria raisoo. L'enfiant vit encore et est bien portante. Elle
Ta nourrie treize mois et a allait6 tous ses autres enfants.

Malgrfe tout, elle se portait bien jusqu'ily a deux mois. Jamais elle n*a
eu de palpitations. Depuis deux mois elle est tenue par un rhumatisme ar-
ticulaire aigu.

Nous trouvons un r^tr^cissement mitral indiqu6 par un premier claque-
ment 6norme, un d6doublement du second et le roulement du second temps.
La Iteion du eceur nous paratt dater de bin.

Poulet, 30 ans, corseti6re, entre le !f aoQt 1858, salle Ste-Marthe. Charite.

R^gl6e k 13 ans, elle reste alit^e quatre mois, vers sa 18« ann^e, pour un
rhumatisme articulaire dont la convalescence dure un an. Les palpitations
paraissent a 24 ans. Eile a quatre grossesses et accouche il y a quatre mois.
Ghaque d^iivrance est accompagn^e de pertes. Les pieda sont enfl^s depuis
deox mois; elle est obligee de se tenir assise dans son lit*

.Touflsaint a 3 fausses couches de six mois, accompagn6es de pertes consi-
derables.

Gourio, qui d^ Tenfance a des fepistaxis tr^s-abondantes et de Tessouffle-
ment, est atteinte i 25 ans d'une m^trorrbagie qui dure six mois.

Chez Pialat nous notons k 29 ans un premier accouchement accompagn6
de pertes; a 32, un second accouchement avec nouvelle m6trorrhagie ; k 36,
nouvelle m^trorrhagie qui persiste six ans.



Digitized by



Google



332 MBMOIRES OHIGINAUX.

II sera int^ressant, dans les observations qui plus tard devront eon-
trdler notre travail, de noter T^poque de la menopause chez les indivi-
dus atteints de maladie de coeur. Void quelques result^its :



Hemmen


kg6e de n


ans.


Menopause a 21* ans.


Saint-Pierre





27





R6gl6e


del4 k 25 ans.


Beaupain


..


27


...


»


11 a 26 —


Lours





29


-^





16 k 27 —


Meunier


».


36


.^


».


18 k 35 —


Boiienfant


..


50


..


_


13 k 44 —


Naudet





49


«.


-.


13 k 46- -


Gourio


^^


51


._


..^


15 a 47 —


Boursy


— .


67


...


w.


? k 48 —


Picard


._


52


..


...


14 k 49 —


Laurain


...


54


«..





12 k 52 —


Manoury





48





— .


23 k (rest encore)


Bauquier





44








16 k id.



Les m^mes hearts existent pour la menopause et pour rinstallation

des rfegles.

{A suivre.)



CAS REMARQUABLE

DE CUTISATION DU CORDON OMBILICAL, CHEZ UN ENFANT

NOUVEAU-NE,

Par le D^ Ga^nlot^ Agp^ge dc !a Faculty,
. Chirutgien de rhospice des Enfants-Agsistes.

Le 10 novembre 1871, (5tant examinateur h l'h6pilal de la Charil6,
je trouvai dans la saile des accouch^es (service de M. Bourdon) una
.jeune primipare, blonde, lymphatique, se disant tres-nerveuse, [facile
aux grandes Amotions et qui, sans doute pour cette cause, etait ac-
couch^e pr^matur^ment, k 8 mois 1/3, de Tenfant dont je vais
parler.

Celle-ci 6lait une petite fille de quatre jours, pesant environ 2 kilog.
1/2, d'une apparence tr5s-vivace et prenant le sein avec vigueur. A sa
naissance, on remarqua que le cordon ombilical pr^sentait, dans
une longueur d'environ 15 centimetres h partir de sa racine, un aspect
parliculier tout k fait extraordinaire. L'organe fut li(^, cependant, ^ la
distance de 6 centimetres de la parol abdominale; puis on le sec-
tionna, selon Tusage, au deli de la ligature. La resistance qu'il ofTrit
Ji la section ne parut pas s'ecarter notablement de celle d'un cordon
ordinaire. On negligea, chose regrettable, d'examiner la surface de la



Digitized by VjOOQ IC



CAS DE CUTISATION DU CORDON OMBILICAL CHEZ UN NOUVEAU-NE. 333

coupe. La longueur totale du cordon 6tait d'environ 45 centimetres
et son volume un peu plus fort que de coutume.

Aujourd'hui, iO novembre, je constate que le bout du cordon, en-
core adherent h I'enfant, est dans toute sa longueur constitu^ superfi-
ciellement par une galne cutan^e qui se continue, sans ligne ded(§mar-
cation, avec les teguments de I'abdomen. Au lieu d'une zone cutan^e
de 8 kiO millimetres, comme il est habituelde le voir, c'estun appen-
dice de 6 centimetres de long qui offre la coloration, I'bpacite la
consistancc et la structure apparente de la peau. Les vaisseaux ombi-
licaux occupent le centre de ce cylindre et sont entoures, sans doute
d'un tissuparticulier, car la substance, dite gelatine de Warthon, ne
donnerait pas Ji Tappendice une fermet^ aussi grande que celle dont il
est pourvu.

La piqiire superficielle du cordon, pratiqu^e avec une ^pingle, donne
lieu k Tissue d'une gouttelette de sang, mais elle ne provoque pas de
douleur. Malgr6 la ligature, les vaisseaux n'ont cess6 depuis la nais-
sance de fournir un suintement sanguin.

Le cordon s'implante h la paroi abdominale d'une fagon r^guli^re
et il n'existe aucune apparence de hernie. Sur un de ses points on
remarque une ulceration trfes-superficielle ; mais Torgane conserve
encore sa fralcheur et sa vitality.
Les excretions intestinale et urinaire s'eflectuent normalement.
Le lendemain, 11 novembre, voulant suivre les phases de ce fait in-
Wressant, je revins examiner la petite fille. Sa sante g^nerale restait
des plus satisfaisantes. Le cordon offrait quelques traces de mortifica-
lion,surtoutune feditite caracteristique; sa fermete etait moindreet
I'oii pouvait distinguer, k 25 millimetres de la paroi abdominale, une
sorte de sillon en dsQk duquel les teguments conservaient toute leur
vitaJite, tandis qu'au delh I'alteration etait dej^ evidente. A n'en pas
douter, ce sillon marquait le point de jonction de la zone cutanee ab-
dominale avec la portion anormalement cutis^e du cordon.

J'appliquai sur ce mfime point une ligature solide et tres-serree.
L'enfant alors s'agita quelques instants, comme s'il en ressentait de
la douleur. La portion situ^e au del^ de la ligature se congestionna
legferement, devint livide et parut ainsi devoir promptement se mor-
liller.

13 novembre, Lapoirtion du cordon, isolee par la ligature d'avant-
hier, est aujourd'hui en pleine putrefaction et s^par^e de la zone cu-
tanee radiculaire par un sillon profond qui indiquesa chute prochaine.



Digitized by VjOOQ IC



334 MfiMOlRBS ORIGIKAIIX.

Elile ne s'est point desa^ch^, comme k rordinaire, malgr^ la poudre
de fecule dont on la couvre plusieurs fois par jour.

15 novembre. Gordon non tomb^ encore, exhalant ane odeur infecte.
Le tronQon radiculaire parait plus eourt que pr^cMemment; il est
tum^Q^y rouge ei enflamm^ au voisinagede la surface d'^limination.
Etat general aalisfaisant,

47 novetnbre. Le cordon, puUr^fi^ eomme tm eorpg ckamu, n'esi plus
retenu que par Tune des art&res ombilicales. Ge vaisseau est relalive-
ment volumineux (presque comme la radiale), et ses parois restent
iermes. Le tronQon cutan^ s'est raocourci; son inflammation adis-
paru; il suppure. Keofant continue de t^ter avec une certaine avidity*
— Ligature trfes-serr^e de Fartfere qui retient encore le cordon ^
I'abdomen.

Enlin, le 31 nmyembre^ V&dsnii ^tant en bon ^t et la racine du
cordon en voie de retraction, la m^ quitte Thdpital (15 jours aprte
raccoucbement)*

Heniarques. — Gette observation est malheureusement incomplete,
puisque Texamen microscopique nous fait d^fauL II est regrettable
qu'au moment de la naissance une portion du cordon n'ait pas ete
soumise h Tanalyse bistologique. N^anmoins, tel qu'il est, ce fait me



Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 36 of 82)