William H. (William Henry) Powell.

Archives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] online

. (page 4 of 82)
Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 4 of 82)
Font size
QR-code for this ebook


vers les pubis, rarement ou jamais, ne doit se presenter. Cela se pr6-
sente presque invariablement dans les cas oh la tfite est dispropor-
tionn^ avec le bassin, ou quand on a lieu de croire que le bassin est
d^fectueux dans sa conformation ou trop large dansle diamfetre trans-
versal ; de sorte que, h de rares exceptions, j'ai trouv(!» absolument



Digitized by VjOOQ IC



28 REVUE SGIENTIFIQUE ETRANGERE.

n^cessaire d'employer le forceps avant que la t^te puisse ^merger du
diamMre oblique au plancher du bassin osseux.

Poup ces raisons aussi, je crois qu*il n'est p<^ d'une bonne pratique
d*employer les instruments pour abaisser Tocciput ou favoriser sa
rotation en avant, car j'ai experimente que cette rectification est im-
possible, ou que quand elle est faite pendant Texistence des causes
driginelles qui y ont donn^ lieu, elle ne pent se maintenir.

Mais, pour parler ainsi, je veux me restreindre aux cas rdellement
difliciles. Je ne veux pas avancer que des deplacements ne puissent
arriver de nature b. retarder le travail quand la t^te est tr^s-petite et
le bassin tr6s-large, et qui puissent 6tre en m6me temps rectiGes.
Le cas d'une t^te demi-oblique de,j^ relate est un exemple de Tesp^e
queje veux dire, et le compte-rendu suivant se rapporte ^ un cas d'une
nature quelque peu semblable.

M*** M. devint en travail au terme de sa grossesse le 8 decem*
bre 1873. Les premiers sympt6mes furent la rupture des membranes
& six heures du soir ; ceci fut suivi de douleurs leg^res pendant trois
heures, qui augment5rent de force et de frequence. Elle fut examinee
i\ dix heures et demie. L^orifice uterin dtait mou, dilatable et presque
dilatd. La t^te se pr^sentait, mais on observa qu'elle ctait tr^s-petite
et situde obliquement. L'occiput etait tournd vers le c6te gauche du
bassin maternel. La petite fontanelle (occipitale), un peu posterieure h
la plus grande aussi bien qu'a un niveau plus eleve. Mais la t^te de
Tenfant dtait fortement tournee vers Tepaule droite, de sorte que le
parietal gauche se presentait, le droit dtant derriere la symphyse pu-
bienne et la suture sagittale passant derriere et dessous Tarcade pu-
bienne. La plus grande fontanelle etait au tiers supdrieur de la
branche ischio-pubienne droite. Seulement une petite portion de la
partie superieure du parietal droit pouvait 6tre sentie, quoique le
c6t6 gauche de la t^te filt pouss(^ bien en bas, de maniere & occuper
le creux du sacrum.

Dans cette position, la tAte resta pr^s d'une heure sans faire de
progr^,s sensibles. J'introduisis alors les deux premiers doigts de la
main droite, Tindex et Ic medius, de mani6re k saisir Tocciput et, le
tirant en bas et en arri^re et ensuite en avant dans Tintervalle de deux
douleurs, je rdussis presque completement ^ detruire I'obliquito late-
rale. Le parietal droit descendit et Tocciput tourna en avant vers la
symphyse pubienne. Je le tins lkjusqu'i\ cequ'une douleur survint ot



Digitized by VjOOQ IC



REVUE SCIENTIFIUUE ETRANGERE. 2U

fix4t la t^te sur le p^rinee. Deux autres douleurscompl^terent Texpul
sion de la t^te, Tenfant (^»tait petit, chetif et mort-n6.

Ce que je maintiens, c'est que dans de lels cas, la rectification est si
facile, qu'ils nevalent pas la peine d'etre appeles casdit'ficiles, quelques
douleurs fortes de plus termineraieni Taccouchement sans interven-
tion.

Une de mes raisons principales pour d^irer attirer Tattention de la
Societe, est que je suis fortement convaincu que le proiesseur Leish-
man, dans son ouvrage (que je n'ai pas d'hesitation h reconnaltre
comme premier ouvrage d'accouchement en langue anglaisc), recom-
mande plus librement queje nesuis dispose a Tadmettre, les methodes
de traitement qui ont pour objet la rectification de la position de la
I6te dans les presentations occipito-post^rieures, au moyen de leviers,
forceps, etc. Je suis persuade que, dans presqne tous les cas, dans
lesquels les conditions sont de nature h determiner une presentation
du front en avant, les essais de rectification seront infructueux. Cette
maniere devoir, continuant h 6tre professee, je ne puis voir sans efiroi
la dissemination parmi les 6tudiants de cette idee, que Femploi des
instruments leviers et autres pent 6tre fait librement pour ramener
Tocciput en bas et en avant.

On est cependantpeu disposed discuter des questions en veloppees
dans une telle difficulte que le mouvement dc rotation de la t^te fcetale.
Si ce n'^tait pas pour les maux qui peuvent survenir aux malheureuses,
chez lesquelles ces irregularites surviennent, et qui donnent lieu k des
interventions intempestives et dangereuses, j'aimerais n'en pas parler.
Tandis que je' n'ai jamais rencontre un cas veritablement difficile de
position occipito-post^rieure dans lequel il me parAtla moindre chance
de rectification au moyen de la main ou du levier, et h une epoque de
ma pratique, j'avais I'habitude d'essayer de rectifier avec la main;
d'un autre c6te, je n'ai d^couvert aucun resultat facheux de Tapplica-
tion du forceps, m^me dans les cas qui terminerent la position de la face
en avant, soit dans ma pratique, soit dans celle des autres que j'ai
vue. De plus, je ne pense pas qu'il y ait ici autant de risque pour le
perinee que quelques dcrivains voudraient nous le faire croire ; sans
doute le perinee est tr§s-distendu, mais presque tout risque de rup- '
lure dans ce cas pent, je le pense, Ctre evite par une conduite judi-
cieuse. yuand un tel cas arrive dans ma pratique, je ne laisse jamais la
tdle^trecompletementextraite avec le forc'eps ; mais, apresTavoir des-
oendueavec Finstrument, assez pour me permettre dedirigerl'occiput



Digitized by VjOOQ IC



;U HEVUE SClEiNTlFlQUE ETKANGEHE.

avec le doigt dans le rectum, je retire les branches du Ibrceps et permets
aux douleurs, qui ordinairement deviennent faibles, d'expulser la tfite*
Mais, si les contractions sont trop faibles ou si le p6rin6e est en grand
dangcr,j'essaied'amener la t^tesur le p6rin6e en Tabsence de toutc
contraction uterine, selon la methode de Von-Ritgen.

Le forceps a toujours, dans mon experience, ete capable d'eflecluer
une d61ivrance, et seulement dans une circonstance, il y eut une d&bi-
rure vaginale, digne de ce nom. et encore co n'dtait que de la membrane
muqueusc de la paroi post6rieure, n'int^ressant ni le rectum, ni le
p^rinee ; la gu^rison fut prompte, comme je Tai de}k dit. Des cas
s^rieux de celte presentation conduisent sans doute parfois & Temploi
de la craniotomie, mais heureusement, je n'ai pas encore rencontr^ un
cas que je n'aie pu reduire par Temploi du forceps.

{A suivre,)



Statistiqne du service obstetrical de lli6pital Saint-Tnomas^

& Londres.

Le comptc-rendu suivant donne des details sur les fails qui se sont
passes dans ce service depuis le G decembre 1871 jusqu'au 3 decem-
bre 4872.

Dans le cours deTann^e, 920 accouchements furent observes. Parmi
eux il y eut 40 cas d'accouchements gemellaires, ce qui fait que le
nombre total des enfants s'eleva h 930.

De ces 930 enfants, 892 naquirent vivants et 38 mort-n6s, soit 4,26
pour cent. Dans les trois anndes precedentes, la proportion des en-
fants mort-nds avait et(5 respectivement de 4,32, 3,05 et 4,75, n'at-
teignant ni dans Tune ni dans I'autre annfe le chiffre de 5 0/0 qui est
consider^ dans les statistiques de certains auteurs comme le plus ha*
bituel.

Sur ces 892 enfants, il y eut 464 gargons et 428 filles*

Sur les 38mort-n6s, il y eut 24 garcons et 44 filles, soit uno pro-
portion de 470 0/0. Dans aucune annce, la proportion ne s'est abuissee
Jusqu'i 40 0/0, -chiffre considere par sir J. Simpson comme le plus
ordinaire. En eflet, Tannee derniere (4870), la proportion s*est elevee
^ 480 0/0 et Tannde pr6cedente elle avait etc de 400 0/0.

Le tableau suivant indique les particularites qui se rapporlent au.x
38 enranls mort-nfe*



Digitized by VjOOQ IC



REVUE SClEiNTIFlQLE ETRANGEKE. 30

Accouchement naturel 6

— languissant '. .. 4

— pr6matur6 H

Pr6sentatioQ de T^paule 5

— des pieds 8

— du siege I

Procidence du cordon I

Si6ge avec procidence du cordon 1

Bassin vici6 (delivrance iiistru mental e) i

Insertion vicieuse du placenta "i

H6morrhagie accidentclle 5

Accouchement naturel, mais la femme a ret^u

un coup dans le ventre dix jours avant ... i
Accouchement naturel, mais Teniant a 6t6
expuls6, la poche amniotique n'6lant pas

rompue I

Enfant ancnc6pha]e . « i

"38

La proportion des morts comparalivement avec les cas de pr&enta-
lion du pelvis est cetle ann^ moindre que d^habilude.

De ces 38 enfants mort-nos, 5 se rapportent & des presentations du
siege ou des pieds et Tune d'entre elles se compliquait de la procidence
du cordon .

Parmi les 10 naissances gemellaires, dans deux cas, les deux enfants
furent des gargons; dans quatre cas, les deux enfants furent des filles,
et dansles quatre derniers, les deux enfants furent fille et gargon.

Les 920 femmes accouchees en etaient :

i4i h leur premier accouchement, *

158 — 2« —

131 — 8e —

106 — 4« —

127 — o« -

79 — 6e —

57 — 7« —. ■

37 — 8« -

32 — 9*^ —

^7 - loe -

9 — Ho —

6 — 12c —

5 — 13e ^

4 — i4e ^

1 - 160 —



Digitized by



Google



32 REVUE SCIENTIFIQUE ETRANGERE.

La table suivante donne les particularity se rapporlant h la presen
tation des 930 enfants :

Sommet 889

Si6ge i -2

Epaule 8

Pieds * 6

B'ront . . c 4

Face ^

Coude 3

T6te et main ^

T6te, pied ct main i

T6te et cordon 2

Si6ge ct cordon , i

La proportion des cas de presentation du siege est beaucoup moindre
cette annde que Tannee derniere et beaucoup moindre que d'habitude,
1 pour 77 cas, au lieu de 1 pour 59, proportion ^ditee par le D*" Chur-
chil et admise par Tyler Smith et d'autres auteurs.

Le nombre des presentations de Tune des extremit^s sup^rieures eL
de la main a 616 exceptionnellement elev6. Sur 430 enfanls, 11 se pre-
sent5rent par Tepaule, le coudeou la main, independamment des 3 cas
dans lesquels la main descendit en m^me temps que la t^te. Cela
donne la proportion de 1 pour 84,5 accouchements, tandisque la pro-
portion habituelle donnde par le D»" Churchil est de 1 pour 232.

Les presentations de la face et du front r^unis se rencontr^rent 1 fois
sur 155 naissances. L'ann6e derniere la proportion etait de 1 pour 250.

Trois femmes succombcrent dans le cours de cette ann^e, ce qui
donne la proportion de 0,32 0/0. L'annee derniere, le percentage avait
ete de 0,36 et Tann^e d'avant de 0,32. C'esf une moyenne de morta-
lity qui ne peut 6tre consid^reecomme favorable.

De ces 920 accouchements, 842 furent naturels, 40 furent anormaux,
20 furent compliqu^s, et 9 furent a la fois compliqu^s et anormaux.

Sur 32 cas anormaux, 12 appartiennent a des primipareset20k des
multipares.

Parmi les cas qui se rapportent ^ des primipares, 7 fois les difflcultes
vinrent de la rigidity des parties mollcs, compliqufes dans deux cas
d'une presentation occipito-posterieure. Dans un cas la rigidite fut si
considerable que Ton fut oblige de dilater la vulve avec une vessie
pleine d'eau avant que le forceps pAt etre applique. Dans un second
cas^ au moment dela sortie de la tete, on fut oblige d'inciserlesbords
du perinee sur les deux parties lalerales. Dans ces 2 cas, toute dechi-



Digitized by VjOOQ IC



KEVUE SaiENTlFIQUE ETKANGEHE. 33

rure tut prevenue. Dans 3 cas, sur les 5 primipares qui reslent a exa-
miner, les dillicultes lurent duesk un vice de contbrmation du ba«sin
iiiegea,ni soil au detroit superieur ou au d^troit inlerieur, ou ^ loule
I'excavation. Enlin dans les deux derniers cas les dil'Iicultes provinrent
d'une anomalie dans I'etat de Tenfant, soil d'un exces general de vo-
lume ou d'une trop grande duret(§, d'une excessive.* grosseur de la l^le
fcBtale.

Des 20 cas qui se rapportent Ji des multipares, les diflicultes de Tac-
couchement provinrent, chez 7 de ces femmes, a la duret^ et a la gros-
seur inusitee de la t^te foBtale, joint, dans 3 cas, a une position occipito-
poslerieure; dans 3 cas, a Tinertie uterine, et dans 4 cas au retr^cisse-
luent du detroit superieur du bassin. Les -i autres cas se rapportent
chacun k une presentation du coude, une presentation du front, une ri-
gidite du p^rinee, et a la procidence d'un pied et d'une main avec la
l^te.

Des 12 cas dans lesquels il y eut quelque complication, Tun se rap-
porleh une primipare chez laquelle survint un grave- hemorrhagie
aprte raccouchemont que ne purent arrt^ter les moyens ordinaireset
ou J'injection de perchlorure de fer fut employee. Cela lut fait ct la
malade se retablit sans aucun symptdmc alarmant.

Parmi les accouchements de multipares, dans 3 cas il y eut proci-
dence du cordon.

Dans Tun, le cordon mesurait 37 pouces i/^i; c'etait une presenta-
tion du sommet et Tenfant naquit vivant. Dans le second cas, c'etait
une presentation du sommet et Tenfant vint mort; et dans le troisieme
cas, le bras se presentait et Tenfant naquit egalement mort. Trois fois
il yeut une hemorrhagie grave apres Taccouchement. Dans un cas oil
Phemorrhagie commenraun pen avant Taccouchement, on introduisant
la main, on trouva le placenta insere sur la zone cervicale. Deux cas
presenterent une hemorrhagic avant I'accouchement. Dans Tun, cet
accident fut attribue a un coup regu pen de temps auparavant, et
Tautre appartient a une femme chez laquelle cet accident arriva sans
cause connue; elle etait a sa treizieme couche. Dans ces 2 cas, The-
morrhagie cessa par la rupture des membranes. II y eut 3 cas de pla-
centa praevia. Dans 2 cas ou la tete se presenlait, apres les precautions
d'usage, le forceps fut employe, une fois avec succes et dans Tautre
sans succes eu egard ^ I'enfant, mais avec un bon resultat en ce qui
concerne les m^res. Dansle troisieme cas, Tepaule se presentait et la
version podalique fut faite; la mere et Tenfant se porterent bien.

Des 7 cas dans lesquels il y eut des caracleres anormaux avec des
Arc/lives de Tocologie. — janviek I87^>- I»



Digitized by VjOOQ IC



34 REVUE SCIENTIFIQUE ETRANGEKE.

complications, 2se rapportenl ^ des primipares et 5 k dus mullipares.
Dans un des cas de primipare, le forceps fut employe pour un r^tre-
cissement aud^troit inr§rieur, et apr^s la d^livrance 11 y eut une he-
morrhagie grave. Dans TauLre cas, le forceps fut dgalement employe
pour une insuffisance persistante des contractions uterines, et ceLle
mftmeinertie continuant apr5s la delivrance, une grave hemorrhugie
se d6clara, qui, resistant aux moyens ordinaires, n^cessita Temploi
des injections de perchlorure de fer.

Les 5 cas qui se rapportent k des multipares ont pr^sente chacun des
faits differents et tellement pleins d'int^rfits, que Ton ne saurait tirer
quelque Mn^fice d*un simple resume.

En ajoutant au cas de mort par hemorrhagic dt§taill6 plus haul, il
y eut un cas de mort par p^ritonite puerperale, et un ^ lu suite de la
provocation do Taccouchement premature artificiel.

(Obstetrical jouniaL]



Remarques j^ratiques sur une source pen connue de sang pour la
transfusion apr^s les h^morrhagies.

EUes ont 6t6 suggerees par un cas de mort recent, h M. William
HiGUMORB^ M. D., M. R. C. S., medecin en chef et chirurgien h The
Yeatman Hospital^ Sherborne.

La transfusion, quoique connue depuis bien des annees comme un
moyen d'une grande utility, n'a 6te que rarement employee, k cause
de rimpossibilite oi Ton se trouve souvent de la mettre en pratique.
Dans le cas heureux du D*" Aveling, ce fut le cocher qui consentit ^
fournir le sang. Dans Texemple plus recent, rapports par le D' Barnes,
ce fut le jardinier. Mais, dit M. Highmore, on n'a pas toujours un co-
cher ou un jardinier de commande ; el, au moment oi se trouve toute
la famille autour de la m6re sur le point de mourir, il est impossible
de se procurer le sang n^cessaire k la transfusion, m6me si on a Tap-
pareil dans sa poche; aussi ce chirurgien rccommande le moyen sui-
vant, qui est fort original (si toutefuis il est applicable), et auquel,
malheureusement, il rCa pense qiCapres la mort de sa malade,

II conseille de recueillir tout le sang qui provient de rhqmorrhagie
uterine de la femme, de le defibriner et de le chauffer, sut* de Tcau
bouillante, jusqu'k la temperature voulue (foiirnie par le thermometre
clinique), et de Tinjecter avec la scringue de lligginson et la pipe a
transfusion. Ce ne serait, dit-il, que TafTaire de quelques minutes* et on



Digitized by VjOOQ IC



HEVL'E CLINIQUE. 35

apporterait a la pauvre malade la seule chance de salut qui puisse lui
rester. II recommande cette m^lhode aux praticiens, et il est resolu
h la mettre en pratique la premiere fois qu'il se trouvera en presence
d'une hdmorrhagie redou table. {Union medicale et The Lancet ^ 17 Jan-
vier 1874.)



REVUE CLINIQUE.



Adherence contre nature du placenta. — Alteration particnli^re du
tissnut^rin chez.une femme enceinte de halt mois. — Hnpture
d'on sinus. — Bpanchement de 8 kilos 500 grammes de sanfip dans
la cavity p^riton^ale. — Mort rapide de la femme. — Operation
c^sarieiuie post mortem.

Mme N..-, femme L..., ^Ig6e de 27 ans, blanchisseuse, entre k la Clinique
le 2i octobre 1874. Elle est arriv6e k la lln du huitidme mois d'une troi-
sidme grossesse. Le premier accouchement s'est effcctu6 chez elle et s'est
terming spontan6ment et par la naissance d'un enfant vivant, quoiquc »e
travail ait 616 un pen long. (L'enfant n'6tait pas gros.)

Une seconde grossesse commenQa dans les premiers jours de f6vrier 1800
(Leg derni6res regies avaient eu lieu le 22 Janvier de la mfime annee).

Danslanuitdu29octobre,une rupture prematur6e des membranes sepru-
duisit sous rinfluence de contractions ut6rines indolores et dont la femme
nc se douta pas. Elle fut constamment mouill^e pendant trois jours sans
que le travail se d6clarat, et ce ne fut que le diraanche 31 octobre qu'appa-
rarent les premieres douleurs.

Lorsqu'elle fut conduite dans mon service le 3 octobre dans la matin6e,
elle^tait accompagn6e par son m6decin qui me raconta que la veille dans lu
soir6e, il avait administre i grammes de poudre d'ergot de seigle.

Au moment oil j*examinai cette femme, il 6tait9 h. et demie du matin, le
^octobre : il y avait alors 57 heures et demie que le travail 6tait commence.
L'uteruB 6tait dur et contractur6 : La plus I6g6re pression y provoquait une
veritable douleur. De temps en temps une petite exacerbation se produisait
el Ic durcissement augmentait encore. La peau 6tait chaude; le pouls petit
et frequent d6passait 100 pukations par minute. 11 6tait incontestable
qu'une veritable fatigue existait d6ji et qu'il 6tait urgent de mettre un
terme k cette situation. La t6te qui 6tait tr§s-61ev6c 6tait maintenue au-
dessus du d6troit abdominal, et je soupgonnai une conformation vicieusc
du bassin. L'examen que je lis du squelettc ne tarda pas k me conlirmer
dans cette mani^re de voir.Lataille g6n6rale 6tait au-dessous de lamoyennc.
Les tibias offraient une courbe insolite, beaucoup plus marquee du c6t6 droit
que du c6te gauche* Les femurs explores so dessinaient plus que d'habi-
lude par la aaillic qu'ils formaient en avant et en dehors. J*avais incon-
testabiement sous les ycux un bassin rachitique avec un dctroit sup^rieur



Digitized by VjOOQ IC



36 KEVIE CLIMUUE.

sensiblement r^trcci. Une petite portion du sommet augmentee par une
bosse sanguine notable rendant difficile la mensuration exacte de ce d6-
troit, je remis a un peu plus tard pour m'eclairer d6(initivement sous cc
rapport. L'odeur l"6tide du liquide qui s'6coulait et I'absence complete des
battements du occur foetal malgr6 plusieurs examens st^thoscopiqucs bien
faits, ne me laiss^rent aucune incertitude. L'enfant 6tait mort et d^ja de-
puis plusieurs heures.

N'ayant plus rien a menager de ce cote, et ne songeant qu'a soustraire
les parties de la femme a des compressions inutiles. Jc me d6cidai a pra-
tiquer imm6dialement la perforation du crAne et k ecraser ensuite la t6te
avec la cephalotribe. La premiere operation fut comme d'habitude chose
fort simple : la seconde n'offrit non plus aucune difficut6 comme application
de Piastrument; mais mVHant apergu que la tdte qui n'avait pas et6 sul'li-
samnient lix6e avait unpen fui et n'avait pas (M saisie assez haut, je rc-
tirai les branches que je r6introduisis en prenant mieux mcs precautions.
L'articulation une fois op6r6e, j'^crasai la t^te; la plus grande partie de la
matiere c6r6brale s'6coula, et k I'aide de quelques tractions tr6s-mod6rees,
je lis I'extraction d'un enfant qui etait tres-volumineux, car il pesait
3,520 grammes sans la masse cer6brale. 11 avait une longueur totale de
5:2 centimetres, sa mort remonlait a un ou deux jours, car d6ja I'epidermc
s'cnlevait avec une grande facility. Avec lui sortit une assez grande quan-
tity de liquide verdAtre tr^s-fetide.

Avant de replacer la femme dans son lit, je procedai k la mensuration
du bassin avec le doigt. Le diametre sacro-sous-pubien avait 9 centimetres,
ce qui me permit d*6valuer a 7 centimetres et demi le diamdtre antero-pos-
terieur du detroit sup6rieur.

La delivrance offrit une complication s6rieuse : le placenta, beaucoup plus
adherent que d'habitude, r6sista aux tractions ordinaires faites par I'inter-
mediaire du cordon, et quatre heures apres I'extraction de I'enfant, il fallut
introduire la main jusqu'au fond de la matrice et detruire des adherences
tres-solides.

Malgrd tout, les suites dc couches furent assez simples, et apres une quin-
zaine de jours pass6s k Thopital, la femme put quitter mon service parfai-
tement retablie.

Selon mon habitude, je la previns de ce que la conformation de son bub-
sin ofTrait de defectueux; je lui lis entrevoir les dangers qu*un nouvcl
accouchement a terme pourrait lui fairc courir, et je I'engageai, si elle
redevait enceinte a venir me retrouver vers 7 mois et demi.

Ma recommandation ne fut pas compietenient perdue, car, ainsi que jc I'ai
deja dit au debut, quand elle revint a la Clinique le 2i octobre 1874, elle
etait arriveei lalin de son huitieme mois. Cette troisieme grossesse n'avait
offerl, jusqu'a ce moment, rien qui m6rite d'etre signals. Je Texaminai de
nouveau au point de vuc de la conformation de son squelette et des di-
mensions dc son bassin ; naturellement je trouvai les choses dans TeUit
qui avait etc constate cinq ans avant et j'evaluai de nouveau k 7 centime-
tres et dcuii,51e diametre sacro-pubien du detroit superieur. Ce ne I'iit



Digitized by



Google



HEVIE CLINIQUE. 37

qu'apr^scetle mensuration que j*Qllai consulter I'observation relative a son
dernier a(5Couchement et que jc pus constater que les r^sultats obtenus
6taient identiques.

Quelque? jours apr^s son entree dans mon service (le !27octobre),voulant
provoquer raccoucheraent, j'introduisls a travers le col, jusque dons le seg-
ment inf^rieur de Tuterus, le tube excitateurde M. Tarnier et j'en disten-
dis Texlr^mite par une injection d'eau tiede, en suflisante quantity pour
lui faire prendre le vohime d'un ceuf de poulette. Tout cela fut fait doucc-
ment, simplement, sans rencontrer la moindre difficult^, et sans que la
patiente se plaignit. II 6tait alors environ 9 heures du matin, et ce ne fut
que vers 4 i o heures du soir qu'apparurent quelques contractions ut^rines
qui se reproduisirent toute la nuit en s'accompagnant de doulours mo-
d6p6es assez fortes cependant pour erap^cher tout sommeil.

Le lendemain 28, a ma visite du matin, les douleurs continuent. Par le
toucher, je m'assure que le tube ne s'est pas deplace et aussi que le col n*a
»ibi aucune modification; il a encore toute sa longueur et ses deux orifices.
D'apres mes conseils la femme quitte son lit dans la journee et se prom^ne
un peu dans la salle. Les douleurs s'accentuent et continuent toute la nuit.
A 5 heures du matin (le 30), en se levant pour uriner, elle ^'aper^oit que le
tube a quitte les parties g^nitales. Au moment de ma visite, je constate que
rorifice interne s'est un peu ouvert et que lapartie sup6rieure du col com-
mence k s'6vaser. Les contractions continuant, je ne remets pas le tube et
j'annonce aux 6l6ve8 que si le travail se ralentit, j'introduirai un morceau
d'^ponge pr6par6e.

Peu de temps apr^s ma visite, vers H heures environ, la femme des-
cenditde son lit et presque aussit6t elle ressentit dans le ventre une dou-
leurbeaucoup plus vive que les autres et qui prit bientdt une telle intensity
et une telle continuity, qu*elle dut se remettre dans pon lit. On ne tarda
pas k reconnaitre que son visage pAlissait; une sueur froide et visqueuse
apparut tout a coup sur le corps. Elle se plaignit dMblouissements et de



Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 4 of 82)