William H. (William Henry) Powell.

Archives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] online

. (page 41 of 82)
Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 41 of 82)
Font size
QR-code for this ebook


travail seprononce. La l^vre ant6rieure me paraissant 6tre le deriuer obs-
tacle, je la relive au moyen de I'index et la maintiens pendant quelques mi-
nutes au-dessus de la poche : sous I'influence de deux contractions 6ncrgi-
ques, la t6te s'engage dans le col. J'ai touchy, en soulevant un pcu la poche,
un corps moUasse quej'avais cru 6tre le placenta; craignant undecollHment,
vu le peu de hauteur de I'insertion, j'ouvrc avec Tangle la poche des
eaux, et au bout de cinq minutes, favoris6e par des frictions abdominales et
une pression mod6r6e sur le p6rin6e, perpendiculairement k la t6te du
foetus et k I'axe du canal, I'expulsion avail lieu sans accident. La section du
cordon faite entre deux ligatures, la dSlivrancea 616 obtenue par expression
et n'amenant que quelques gouttes de sang. Apr6s trente heures, fidvre de
lait presque insignifiante. Lesseins sont gorges et tendus ; constipation. Je
prescris le d6gorgement au moyen de la ventousc en caoutchouc, lave-
ments, sulfate de sonde et agaric blanc en poudre, chiendent nilrt^. k

10 grammes. D6s le quatri6me jour, tout commence k rentrer dans Tordre.
Lochies assez fortes avec quelques caillots petits et rares.

L'enfant, du sexe f6minin, est bien conform6e et paralt avoir huit mois.
Le cuir chevelu et la peau de la face sont mac6r6s et pr6sentent des Uviditfes
nombreuses. L'6piderme des mains est gonfl6, celui des pieds est diss^qu6,
et le derme mis k nu pr6sente une rongeur livide. La peau du ventre est
bleufttre et son 6piderme est enlev6 qk et \k par larges plaques. Chairs flas-
ques. Les articulations paraissent ramollies. Ventre gonfle et distendu par
les gaz. Pas de liquide dans Testomac Bouche k demi ouverte. La mort
nous paralt remonter k huit jours environ.

Cordon et placenta, — Le cordon n*a dans ses dimensions rien d'anormal,
mais il olTre de distance en distance des 6tranglements et des ren Cements
qui n'occupent pas toute la circonf6renc8 et n'affectent que des points cir-
conscrits; la couleur est livide, sa consistance r6sistante ; on ne sent a la
pression aucun mouvement liquide. Les ligatures enlev6es n'am6nent pas
d'h6morrhagie ; avec la pointe des ciseaux, on pent d6tacher un tout petit
caillot noirAtre et diffluent qui occupe le centre du cordon .

Le placenta est d'un aspect ros6 dans les deux tiers de sa masse ; Pautreest
d'un bleu tr6s-fonc6. Peu volumineux dans satotalit6, il ofTre uno ccrtainc
consistance dans la partie rouge qui se pr6sente sous Taspect d'une masse
carnili6e ou plutfit h6patis6e, grenue et ros6e k la coupe et se d6chirant sans
laisser 6couler de liquide. La partie bleufttre se laisse d6primer et garde la
trace des pressions qu'on lui imprime. Elle offre dans ses alv6oles dc petits
caillots de sang noirAtres et 6pais qui se dissolvent au toucher .

La limite entre ces deux portions n*est pas tranch6e, et ce n'est que par
des nuances gradu6es que Ton arrive du rose pile au bleu noir&lre.

Reflexions. — Pieces en main, le diagnostic est facile etraffecUon

11 laquellele foetus a succomb6 ne peut 6tre un instant mise en doute:



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 371

on doitrapporter la mort h une placentite qui, ddvelopp^e lentement
et graduellement par continuity de tissu, a fini par envahir Torgane
presque entier. Les differences de coloration et d'organisation de diver*
ses zones du gateau placentaire tiennent h une inflammation succes-
sive de points contigus, trop peu dtendus pour donner lieu & des
sympt6mes marques. Nous n'avons jamais lu d'observation de placen-
tite; mais d'apres les trait(5sd'accouchement, la s^m^iologie de Taffec-
tion se resume dans des douleurs de reins et des menaces d'avorte-
ment, indices bien vagues pour une maladie aussi grave, carelle doit
fatalement amener la mort de Tenfant h laquelle Taccouchement pre-
mature peut seul I'arracher.

Quant k Tdliologie, quelles causes pourrait-on invoquer? L'inflam-
mation intestinale aurait-elle joue un r61e pr^disposant ou mtoe un
r61e actir?Nous n'osons le croire d'apr^s les anamnestiques, car la
conception est survenue trois mois apr6s la maladie, alors que lafonc-
tion excrementitielle de Tintestin etait absolument rentree .dans Tor-
dre, et deplus la grossesse a pu ddpasser le huiti5me mois. Faut-il
croire h une inflammation primitive du cordon qui aurait gagneie pla-
centa consecutivement ? Le terme avancd et les signes inflammatoires,
beaucoup plus accentu^s sur le placenta que sur le cordon, ne permet-
tentpas d'admettre la priority en faveur de ce dernier. L'bemorrhagie
qui s'est produite vers la fin du septieme mois a-t-elle eu son contre-
coup dans la circulation placentaire, et un noyau inflammatoire s'est-
il developpe, $timulus qu'un voyage long et p^nible aurait servi h. en-
Iretenir ?

Ce serait pour nous Texplication la plus rationnelle, quoique nous
ne puissions fournir la preuve materielle de cette assertion. Mais
comment expliquer autrement que par une cause locale directe cette
serie d'inflammations circonscrites ? D'aprfes ce calcul, Tenfant aurait
vecu environ vingt-six jours aprfes le debut de rinflammation, etnous
nesaurionsassigner^ la maladie une dale eioignde, vu retat de con-
servation du placenta qui n'offre aucune apparence de ratatinement ni
-de.rdgression.

Quant au traitement, il ne saurait evidemment en 6tre question.
Mais peut-il y avoir une indication? Certainement I'enfant a v^cu:
I'inflammation placentaire, en Tisolant peu h peu de la mfere, Ta con-
damn^ ii une mortlente par inanition. L'accouchement aurait eu lieu
quinze jours plus t6t que I'enfant serait arriv6 vivant et aurait peut-
^re v^cu.



Digitized by VjOOQ IC



372 REVUE CLINIQUE.

Nous ne voudrions pas, sur un fait isole, Ibrmuler une rfegle g^n^-
rale, mais il nous semble qu'en pareil cas, lorsqu'une h^morrhagie sur-
vient ^ une 6poque avanc^e de la grossesse, Tenfant ^tant vivant et via-
ble, il serait peut-^tre prudent, pour parer h des nouvelles complica-
tions hdmorrhagiques tr5s-fortes, de provoquer Taccoucbement pr^-
matur6 (4). [Gaz.hebd.)

Retention dn foetus mort dans rnt^ms.

Par M. le ppofcsscur Herroott.

Nombreux et connus depuis longtemps sont les cas de retention du
foetus mort dans Torganisme de la m5re apr^s la grossesse extra-ute-
rine, et dans la matrice dans la grossesse normale. Apr^s avoir donn^
des signes de vie, constates parfaitement par la m6re et Taccoucheur,
le foetus n'a souvent 6t6 expuls^ qu'au terme de la grossesse; quelque-
fois, dans une grossesse g^mellaire, c'est un des deux jumeaux qui
succombe pendant que I'autre continue ^ se d^velopper; les deux sont
expuls^s au terme de la grossesse, Tun tr^s-bien d^velopp^, I'autre &
Tetat d'avorton, maisn'ayantsubi, malgr^ le terme dloign^ delamort,
aucune modiQcation qui puisse fitre appelee du nom de putrefaction.

Ces derniers cas ont fortifie, on le sait, Tid^e de ceux qui croyaient
A la possibility de la superf§tation.

L'expulsion de ces foetus morts avant la naissance a 6t6 spfeialement
etudi^e par Hohl, dans son livre classique et si riche en faits {Die Ge-
Inirtm mmgestaller^ kranker mid todter Kinder, 1850; p. 315 et suiv.K

Ceux qui voudront dtudier cette question au point de vuo obslr^tri-
cal trouveront Ih les indications les plus pr^cieuses et les plus sdres.

Beaucoup moins nombreux sont les cas de retention du foetus mort
dans la matrice an deld du terme normal de la grossesse, et surtout long-
temps apr^s Touverture de la poche des eaui', qui, donnant acc^s a
Fair dans la cavity de Toeuf, permet sa putrefaction.



(1) La placentite est une affection ni6e.aujourd'hui par la majority des
auteurs, et ce ne sera pas, certainement, robservation du D' Gils qui fera
accepter la possibilit6decette maladie. Le placenta examin6 par cet auteur pri-
son te simplement deux zones : rune,ro86eetfralche,quir6pondkla partiede
Torgane reside adh6rentc k Tutdrus jusqu'au moment de raccouchement,
I'autre, bleu&tre, congestionn^e, qui s'est d^coll^e un mcis avant, le 26 Jan-
vier, et qui a donn6 lieu k rh^morrhagie signaJ^e ce jour. (A. S.)



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 373

Deux cas de ce genre viennent d'etre signal^s dans la litlerature

j§trang6re, qui me paraissent m^riter d'etre connus en France.
Le premier ae trouve dans le tome III, liv. I, p. 47, des Beili^age zitr

Geburtshulfe und Gyncecologie^ et a pour auteur le D*" C. Liebman, de

Trieste. Nous n'empruntons ^ ce travail que le fait qui a motive son

6lude sur ce sujet.

La femme J..., dg6e de 25 ans, tr^s-corpulente, presque ob^se, accoucha

huit fois, la derni^re fois au priatempa de 4867. Les accouchements se

llrent par pr6sentation c6phalique, les enfants 6taient tr6s-d6velopp6s, le

<iiam6tre des 6paules trSs-fort, si bien qu'apr^s la sortie de la t6te I'cnfant

fut arr6t6 par cette partie du corps. Trois enfants succomb^rent dans cette

partie du travail. Pendant les deux derni6res grossesses, je pus observer la

iemme; elle avait un ventre tr^s-pendant. Lors du dernier accouchement,

je fus oblig6 de faire de fortes tractions sur la tfite et sur Taisselle avec le

doigt pli6 en crochet pour avoir Tenfant vivant. Elle tomba malade, qua-

rante-huit heures apres Taccouchement, d'une m6ningite c6r6bro-spinale

qui r6gnait alors, et fut trait6e par Tapplication de nombreuses sangsues

(par son m6decin) ; elle gu6rit. Depuis ce temps il resta k la malade une

difficult^ d'articuler distinctement quelques consonnes. En Janvier 4872,

elle avorta, sans cause connue, au deuxi^me mois de sa grossesse. Dans ces

derni^res ann6es, la patiente souffrit beaucoup d'un ecz6ma tr^s-rebelle et

sabaigu, dans la r6gion hypogastriqueet vulvaire. A la suite de nombreuses

emissions sanguines, d*un regime vicieux qui avait favoris6 cette ob6sit6,

la patiente cut h souffrir de diverses incommoditSs; elle se plaignait d'a-

voir la respiration courte, le pouls 6tait toujours petit, frequent, souvent

irr^gulier : un regime tonique, les ferrugineux lirent presque totalement

disparattre ces ph6nom6nes.

Les regies parurentpour laderni^re fois le 42 avril 1872; cependant elle
ne put devenir enceinte avant la fin d'avril ou au commencement de mai.
Au milieu du mois d'aoAt, elle sentit les mouvements de I'enfant. Lorsque
je revis la malade au commencement de septembre, elle avait beaucoup k
souffrir de rez6ma dontil a 6t6 parl6 plus haut. Je cms pouvoir constater
alors unejgrossesse de quatre mois environ. L'6paisseur du pannicule grais-
seux des parois abdominales flasques rendait impossible une double explo-
ration ; Texamen par la percussion resta aussi sans r^sultat; on constatait
dans le bas-ventre une tumeur uterine dont le d6veloppement concordait
avec la p^riode de la grossesse constat6e. Le vagin et la portion vaginale du
col 6taient tum606s, onne mentionna point de symptdmes subjectifs ratta-
ch68 a la grossesse.

Aprte une friction de la peau atteinte d'ecz6ma, avec du savon k la po-
tasse, qui causa de violentes douleurs (et qui diminu^rent I'intensit^ de
r^ruption cutan6e), les mouvements de I'enfant cess6rent tout a coup.

Dans une exploration faite quelques jours apr^s la cessation des mouve-
ments, lamatrice parut plus volumineuse que le mois pr6c6dent; du reste,



Digitized by



Google



374 REVUE CLINIQUE.

point de changement. La patiente se trouva tr§s-bien pendant plnsieurs
semaines, mangeait avec app6tit et n*6prouva aucun de ces phfinom^nesqui^
dans les livres, sont indiqu6s comme caract6risant la mort de I'enfant; la
circonf6rence de I'abdomen sembla diminuer plutOt qu'augmenlcr. Au mi-
lieu de novembre^, la patiente 6prouva pendant quelques heures des dou-
leurs semblables aux contractions ut^rines, mais il n'y eut par les parties
g^nitales oucun 6coulement.

Je nc constatai aucune modification, seulement je pus reconnattre encore
one fois que TutSnis 6tait tum6H6. La r6si8tance dans le cul-de-sac ante-
rieur et post6rieur me painjt augment6e, c'est-k-dire que la tumefaction
uterine 6tait plus appreciable.

Dans le milieu du mois do Janvier 1873 (9 mois aprds la dernidre men-
struation, 3 mois et demi apr^s la cessation des mouvements du foetus), je
soumis la patiente k un nouvel examen : je trouvai que la tumefaction du
vagin et du col avaient beaucoup diminu6. Toute la portion vaginale parut
plus r^sistante et plus mince, roriiice externe ouvert k admettre le bout de
I'indicatcur dans une profondeur de 0",5. Me rappelant les observations de
Hoist (i), qui d^montrent que les manifestations de la grossesse peuvent,
apr^s Itt mort du foetus, subir une marche regressive, jo ne me laissai pas
induire en erreur et restai ferme sur le diagnostic d*une grossesse.

Dans la nuit du 1 1 au 12 f6vrier, la patiente fut eveill6e subitement par
recoulement, par les parties genitales, d*un liquide rouge brnn abondant
(de 4 k6 onces). Appeie quelques heures aprfes, je constatai cet ecoulement
qui ne se faisait plus que goutte 11 goutte.

Toute la matrice s*6tait rapetissee sensiblement, mais dans la portion va-
ginale de Tuterus je ne remarquai aucun changement. Je dedarai que les
eaux s*6taient 6coul6es et que Taccouchement etait proche. Dans le couraot
du jour suivant se montr^rent quelques 16geres douleurs qui oess^rent.
bient6t.

L'ecoulement diminua de plus en plus et cessa compietement au bout de^
8 ft. 10 jour3.

La patiente se trouvaittres-bien, faisait cbaque jour sa promenade et pr6-
tendit que cet ecoulement n'avait pu avoir ete que la menstruation. Sous
rinfluence decctte idee, elle compta sur le retour de ce ph6nomene, lors-
que, le 5 avril au matin {k peu pres un an apres sa derniere menstruation,
six mois apres la cessation des mouvements de Tenfant), elle eprouva des
douleurs ressemblant k des contractions. Comme elles ne diminuerent pas,
mais prirent une intensite de plus en plus grande, elle ne quitta pas le liU

II ne s*ecoula pas une goutte de liquide par les parties g6nitales, les con-
tractions devinrent plus 6nergiques, la patiente 6prouva du tenesme, et
quand je la vis ^ 6 heures du soir, je trouvai des os du foetus pousses Tun
sur Tautre, d6jk k la vulve ; lors de Texploration, il fut facile d'extrairo'le
foetus. Le placenta se trouvait dans la portion oervicale de I'uterus, et il fot
extrait aussitdt avec deux doigts.



(I) Beitr, zur Gynxcologie, Tabingen, 1865. 1. Heft., p. 192.



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 375

Un examen atlentif du lingc do la patiente et de celui de son lit permit
d'apercevoir ^ et Ik quelques traces de s6rosit6 roussAtre.
Le vagin et le canal cervical de la matrice 6taient sees.
Aprtjs I'expulsion du foetus, la patieate se trouva fort bien : elle n'eut ni
tranchecs, ni 6coulemcnt lochial ; seulement, 48 heures apr^s, parut un
^coulement'sanguin assez abondant, comme apr^sun avortement. Dix jours
apre:r, Tut^rus 6tait revenu sur lui-mSmc.

Le foetus avait un aspect momifi^, comme s'il avait s^journA pendant
longtemps dans Tesprit du vin ; il 6tait du sexe masculin et 6tait long de
27 centimetres (I). La couleur de la peau 6tait d'un rouge pAle, les bouts
desdoipts et des orteils, Tabdomen k I'entour de I'insertion ombilicale,
6taient d'un rouge de rouille. Presquepartout le duvet etait visible. La peau
du crAne paraissait un peu verdAtre, garnie de petits chcvcux et couverte
du vernis cas6eux. La forme do la t^te 6tait rhomboidale. Les os du crAne
glissaient Tun sur I'autre, le parietal droit sur le pari6tal gauche, et ik, la
peau 6tait dechir6e, le nez ct toute la face 6taient aplatis, les orbites en
forme de fente 6taiei)t vidos, la poitrine et Tabdomen irr6guli6rement
aplatis ; les teguments nerenlermaient presque pas de graisse; les muscles
ratalines au minimum, les doigts flechis k la premiere phalange et aplatis
avec toute la main ; ^ la main gauche, les doigts ne sont pas dirig63 vers la
paume de la main, roais vers le cubitus; k la main droite vers le radius.

Le cordon a une longueur de 45 centimetres, les spirales sont k peine in-
diqu6es, il a Tapparence d'un ruban rouge de 8 centimetres de largeur, so-
lide,* et sUns^re en s'eparpillant aux membranes ; a une distance de 3 centi-
metres, il est tellement ratatin6 que les sections transversales et longitudi-
nales ont le meme aspect et no laissent pas apercevoir les vaisseaux qui y
sont contenuc.

Le placenta en raquette a un diametre de 7 centimetres, etau milieu une
epaisscur de 45»"» ; il s'amincit vers les bords qui sont tres-minces et en
connexion avec les membranes; il est tres-dur, d'un blanc jaunAtre et par-
tout en degeneresce graisseuse. Sa structure est k peine reconnaissable k
cause du ratatinement; on ne pent arriver par places k d*anciens epanche-
ments de sang, ni reconnattre des restes de caduque.

La d^cbirure des membranes a lieu tres-presdu placenta, la partie oppos^e
forme une poche.
Les membranes se laissent separer partout.

Le chorion, plus 6pais par places, plus mince dans d'autres, est convert
de villosites, k peine indiquees et nuUe part puissantes, transformees par
la degen6rescence graisseuse.

Si maintenant nousrecapitulons dans cette observation ce qu'il est impor-
tant d'en faire ressortir, nous trouvons une grossesse qui s'etend normale-
ment jusqu'au cinquieme mois; qu'A cette epoque, kla suite d'un traitement
rude, la mort du fojtus arrive; que jusqu'apres le neuvieme mois il n'y a
aucun travail ; qu'au milieu du dixieme mois, il y a rupture de la poche,

(4) Dimension d'un foetus au cinquieme mois.



Digitized by



Google



376 REVUE CLINIQUE.

6coulement des eaux, un commencement 6e travail bientdt arr6t6 et qui
n'est repris que deux mois apr6s, dans le courant du douzi^me mois, et ter-
mini par Texpulsion facile d*un enfant du cinqui6me mois de la vie intra-
uterine, mac6r6, mais non putr61i6.

Si on se demande comment il a pu se faire que le foetus se soit con-
serve, sans putrefaction, dans ToBuf ouvert depuis 2 mois, on pent re-
pondre quMl est probable que I'ouverture des membranes a 616 petite,
qu'apr^s recoulement des eaux, Torgane revenu sur lui-mtoe n'a pas
permis Tintroduction de I'air, et que de cette mani^re Tenfant et la mkve
ont ete preserves, le premier de la putrefaction, la seconde de Tinfec-
tion putride.

Tout autre et bien plus interessant est le cas suivant que nous trou-
vons dans le n'* i5 (7 nov. 1874) de la Wiener mediz. Wochenschrift, re-
late par le Dr Alex. SolovielF, k Kazan (Russie).

Retention d*un foetus mort (depuis 6 ans et putr6fl6) dans la cavit6

uterine.

Le 24 avril 1874, vint me consulter une paysanne de 33 ans, du village
de Potschinok (^;loign<^ de Kazan de "25 verstes), pour un 6coulement fetide
per les parties g6nitales. Elle dit en mSme temps qu*elle portait depuis 6 ans
un enfant mort

Les anamnestiques incomplets, k cause du [peu d'intelligence de la pa-
tiente, nous apprenncnttoutefois ce qui suit:

Elle est menstru6e depuis TAge de 16 ans, r6gulierement toutes les trois
semaines pendant 5 jours. Elle se maria k \1 ans, devint enceinte peu apr^
et en 10 ans elle eut 7 eafants ; comme elle devenait enceinte chaque fois
qu'elle allaitait, elle n'eut pas une seule fois ses regies depuis. Elle accou-
cha pour la dernidre fois, il y a 7 ans, d'un enf^int qui ne v6cut que pen-
dant 23 semaines. Peu apr6s, elle pensa 6tre encore devenue enceinte, et il
y a eu 6 ans ce printemps que commenga le travail de I'accouchement, mais
ne se termina pas.

Comme elle avait senti les mouvements de Tcnfant pendant 13 on 14 se-
maines, elle pensa que raccouchement avait commence environ 6 k 7 se-
maines avant terme, puisqu'elle s'etait fait mal en portant de lourds sacs
de farine et que peu aprSs elle avait 6prouv6 une perte de sang. Elle eut
aussi des frissons alternant avec des chaleurs, des douleurs revenant r^gu-
lierement, elle perdit alors une petite quantite d'eau.

De I'avis d'une sage-femme de village, inexperiment^e, Tenfant se serait
presenie dans une situation transversale, et par ce motif on lui avail appli-
que deux fois le pot sur le ventre (1). La premiere fois elle endura cette ma-

(I) L'application d'un pot sur le ventre est une pratique tres-r6pandue
dans nos contrees. Cette manipulation se pratique de la maniere suivanle :



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 377

nipulation, mais la seconde fois elle eut une faiblesse, et il se produisit une
contracture de lajambe droite qui dura dix semaines. Apr^s Tapplication
du pot, les mouvements de Tenfant cess6rent ; apr^s 4 jours de tourments,
le placenta sortit etle cordon fut coup6 par une paysannc.

Le travail cessa et elle 6prouva de violectes douleurs dans le ventre, une
retention d'urine et de la constipation qui futcombattue avec succ6s moyen-
nant de TaloSs. Une sage-femmeinstruite (?) de Kazan d6clara que la ma-
trice s'6tait referm6e, qu*il 6tait impossible d'extraire I'enfant et qu'on de-
vait attendre son expulsion spontan6e ! .

Dans le courant des deux semaines suivantes, la partie du cordon qui se
trouvait bors de la matrice tomba par morceaux, et^i dater du cinqui^me
jour, elle eut un 6coulement ffetide par les parties g6nitales, que le mari de
la femme d6peignait si horrible que les voisines 6vit6rent autant que pos-
sible d'entrer dans la m^ison.

Pendant les dix premieres semaines, la femme resta couch6e k cause de
cet 6coulement, et surtout k cause de limpossibilit^ de mouvoir lajambe
droite. Peu apr^s, la femme commenQa k marcher sans que les douleurs du
ventre en fussent augment^es sensiblement. Apresun an, elle eut un violent
frisson et pendant six semaines la tumefaction du ventre devint de plus en
plus considerable. L'huile de ricin fit disparaltre ces accidents, mais r^cou-
lement fetide persista.

A la fin de la deuxi^me ann^e, la menstruation se montra, eut lieu cha*
que mois et dura chaque fois quatre jours. La patiente regarda comme
signe de menstruation veritable: la regularity du retour de cet ecoulement,
la quantity de sang 6vacuechaque fois et sa couleur rouge qui se distinguait
nettement du liquide habituellement excr6t6.

Dans les dernieres ann6es, la patiente ressentit une douleur mordicantc
constante dans le bas-ventre et une tension vers le bas ; cette sensation
augmentait de temps en temps et 6tait ac3ompagn6e de malaises, chaleurs,
vertiges, etc.
La malade n'a jamais remarqu6 de sortie de fragments d'os,
A dater de la deuxi^me raoiti6 de la deuxi^me ann6e, eut lieu le colt,
pendant lequelle mari se blessa souvent au p6nis, ce qui le fit saignerabon-
damment.

II y atroisans, la patiente se pr6senta k la clinique d'ici, mais se refusa
litoute operation qui aurait pour but d'enlever des os. Ce cas interessant
doit avoir 6t6 recueilli dans cet etablissement.

L'exploration r6vela les choses suivantes : femme d'une taille moyenne,
de corpulence ordinaire, d*un embonpoint mod6r6, peu fletrie, muqueuses

Dans un pot engrds, long, de la capacite de 2 litres et demi k trois litres, sem-
blable k ceux dont on se sert pour conserver le lait, on jette un peu d'etoupe
enflammee, puis on I'applique sur le ventre comme un verre a ventouse.
J'ai vu souvent des femmes du peuple qui,k la suite de cette manipulation,
avaient conserve de grosses cicatrices de briiluies sur les teguments de
I'abdomen.



Digitized by VjOOQ IC



37S REVUE CLINIQUE.

visibles de coloration ordinaire, rien d'anormal r6v616 par la percussion et
Tauscultation du thorax.

La couleur de la peau du bas-ventre est normale, celui-ci n*est pas tu-
m6ri6 ; nombreuses vergetures. Par la palpation on trouve k trois travers de
doigt au-des3U3 du pubis une tumeur sollde et lisse qu'une exploration ul-
t6rieure d6montra dtrela matrice.

La muqueuse vaginale est tum606e, la vciite vaginale vide, le segment
inf6ricur agrandi et tum6G6, rorifice exteme ouvert de trois quarts de
poucc ; h travers cat orifice fait ssyllie un os k bord trancbant, immobile,
qui fait une entaille dans le canal cervical. Api6s avoir obtenu I'assentiment
de lafemme kl'extraction de cet os, j'introduisis un sp6culum de Neuge-
baucr et enlevai I'osavecunepince; c'6tait undespari6tauxde la t6te foetale;
il avait convert I'orifice de la matrice, si bien qu'aprfes son enlevement
d'autres OS fu rent visibles dans le canal cervical. Sans vouloir donner ici
tous les details de cette operation, je dirai que dans Tespace de cinq quarts
d'heure je pus extraire 72 os, parmi lesquels les os longs des extr^mitfes
6taient dans T^tat de conservation le plus parfait (4). Plusieurs d'entre eux
furentextraits avecle doigt que j*introduisis plusieurs fois dans la cavity
uterine pour changer la situation des os qui se pr6sentaient de travers.
Parmi les os extraits se trouv6rent des arcs vert6brauxavec leurs apophyses



Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 41 of 82)