William H. (William Henry) Powell.

Archives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] online

. (page 42 of 82)
Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 42 of 82)
Font size
QR-code for this ebook


articulaires et des fragments d*os brisks dont le contact rappelait celui du
sable.

Apr6s cette operation, qui se fit sans douleur et sans 6coulement de sang
notable, on ne trouva plus aucun corps stranger dans la cavit6 uterine.

Pendant les 3 jours suivants, on fit des injections vaginales avec une 16-
g6rc dissolution d'acide ph^nique; la douleur du bas-venlre et le t6nesme
cess^rent; le fond de Tut^rus 6tait encore sensible au-dessus du pubis,
mais la cavity ut6rine 6tait sensiblement diminu^e.

Le quatridme jour, la patiente retouma chez elle. Deux jours apr^ se
manil'est^rentquelques sympt6mesde catarrhe stomacal caus6 par un 6cart
de regime qui disparut sous Tinfluence d'un traitement convenable.

Pour terminer, je crois, pour 6claircir ce cas, devoir faire les observations
suivantes : le placenta fut expuls6 avant le foBtus k cause de la pr6dentation
oblique de celui-ci ; les contractions furent impuissantes k Texpulser ^
cause de cette presentation anormale, peut-6tre aussi k cause de rapplicatioQ
du pot-ventouse I

Ce fait est le plus extraordinaire de ce genre qui soil parvenu k noire
connaissancG.

Nous ne supposions pas^ Put^rus gravide une pareille longanimity,
une aussi grande tolerance; ^ Torganisme de lafemme une i>areiUe
immunity contre Tinfection. Que de bactdries, de vibrioniens engen-



(i) J*en fis la demonstration dans la stance du 9 mai 4874 k la Soci6t6
de medecine de Kazan



Digitized by VjOOQ IC



REVUE DES SOCIETES SAVANTES. 379

drfe dans cette cavity uterine pendant cette longue maceration putride!
L'enveloppe fcetale n'aura peut-6tre pas 6i6 pour pen comme agent
defensif; puis, pour que le poison agisse, il faut aussi, du c6te de Tor-
ganisme vivaut, certaines conditions favorables donton semble faire
trop peu de cas en ce moment. II est inutile de relever la pratique
barbare de version par manoeuvres externes, qui est heureusement re-
l§gu^ dans le voisinage de la Siberie.

{Revue medicale de VEst.)



REVUE DES SOCIETES SAVANTES.



SOCIBTE BE BIOLOGIE.

Seance du 9 Avril 1875

Sur la mamelle des enfants noaveaa-n6s ; par M. de Sin^ty.

Je viens entretenir la Society du r^sultat de quelques recberches
que j'ai entreprises sur lesmamelles de foetus et d'enfants (1). Tout le
monde sait que dans les quelques jours qui suivent la naissance on
obtient en pressant la glande mammaire de Tenfant, un liquide lac-^
tescent, ayantsouvent Taspect du lait d'adulte. Cefaitavait dejStet^
observe par Morgagni ei sl 616 signal^ par un trfes-grand nombre
d'auteurs. M. Gubler en a fait le sujet d'un memoire qui a 616 insere
dans les archives de notre Socieie, en 1855 ; dans ce travail, Tauteur,
se basant sur un nombre considerable d'observations, 1,200 au moins,
dit-il, arrive a la conclusion que la production du lait est un phdno-
m6ne presque constant chez Tenfant, dans les quelques jours qui sui-
vent la naissance. II ne Fa vu manquer qu'une fois sur 65 cas. On
trouve, en outre, dans ce travail une analyse cbimique du lait de nou-
veau-ne, faite par Quevenne, d*oii il r^sulte que ce liquide est bien du
laitet contient du beurre, du caseum et de la lacLine, dontles propor-
tions placeraient le lait d'enfant h c6te du lait d'&nesse.

Je ne veux pas faire ici Thistorique de cette question, que je d^ve-
lopperai davantage dans un prochain travail sur ce sujet, il me suf-
lira de rappeler les noms de N. Guillot, Scanzoni, Cobbold pour mon-
trer qu'li retranger comme en Prance, on s'est occupy de ce fait
physiologique. Uann^e dernifere encore, une discussion a eu lieu en



(1) Nouveau-n6s.



Digitized by VjOOQ IC



380 :iEVUE DES SOCIETES SAVANTES.

Angleterre k ce sujet, k propos des abc^s mammaires chez les jeunes

enfants.

Tous les travaux que nous venous de citeront et6 fails surtont k un
point de vue clinique et sous ce rapport mes observations personnelles
out g^n^ralement confirm^ ce qui avait d^jk 6t6 dit (i). Mais il n'en
pas de mtoe au point de vue anatomique et physiologique, et je ne
peux pas admettre avec KoUiker (2) que « la production du lait chez
le nouveau-n6 ne doit pas 6tre consid^r^e comme une veritable secre-
tion. » On observe dans la mamelle du foetus & terme ce que Kolliker,
Langer et d'autres histologistes ont d^crit, c'est-k-dire des canaux qui
vont en s'^largissant, se divisent ensuite et se terminent en massue.
C'est ce que j'ai tres-bien observe sur la mamelle d'un enfant k terme
tu^ par c^phalotripsie, ce qui m'a permis d'avoir la glande sans au-
cune alteration. En outre, j'ai vu que sur des coupes fraiches on re-
cueillait parle r&clage un liquide qui, quoique transparent, contenait
quelques gouttelettes de graisse et des corpuscules du colostrum
semblables k ceux qu*on rencontre, chez Tadulte, dans ce dernier
liquide.

Sur des coupes faites aprfes durcissement et c^lori^es par la purpu-
rine, on voit que, dans le voisinage de la surface, les canaux galacto-
phoressontoblit^rds par des mssses ^pithdliales. Mais en se rappro-
chant de la face profonde, ces canaux se dilatent, se divisent et forment
des cavit^s tapissees d'une seule couche d'^pith^lium cubique. Ces ca-
vites elles-m(^mes contiennent un liquide qui se laisse l^g^rement co-
lorer en rose par la purpurine, ainsi que quelques cellules charg^es
de graisse. On y voit aussi des gouttelettes graisseuses, libres, non
colordes par le r^actif.

Ainsi dans ce cas, d^j^ avant la naissance, on voit se produire dans
la mamelle un liquide ressemblant au colostrum et cela, tandis que



(I) N. Guillot considers la s6cr6tion lact^e des enfants comme une preuve
de bonne sant6: et il dit ravoir vu disparaltre, en g6n6ral, chez les enfants
malades. D'apr6s ce que j'ai observ6, cette loi n*existe nullement et j'ai vu
tr6s-souvent des enfants dans le dernier degr6 de marasme avoir du lai*
dans les mamelles. Le sujet qui a fourni la mamelle dont nous donnons la
description, comme type de mamelle d'enfant en lactation, 6tait mort
d'athrepsie ti la suite d'une operation de bee de li^vre. (V« N. Guillot : Ar-
chives gbneralbs DE MEDBCINE, 1853, t. II, p. 521.)

(•2) Kolliker : EUments d* histologic^ traduction fran^aise, 1856, p. 599.



Digitized by VjOOQ IC



REVUE DES SOCIETES SAVANTES. 38 i

Textr^mite p^ripWrique des conduits est encore oblit^r^e par des
masses ^pitheliales.

Ce fait de production de colostrum pendant la vie intra-ut^rine
n'est pas constant. J 'ai trouv^, chez des foetus nds kterme, tousles
canaux remplis jusqu'i leur terminaison par des masses ^pitheliales
ou des detritus de cellules, niais sans qu'oa piit y d^couvrir de glo-
bules gras ou des corpuscules du colostrum. Dans d'autres cas, sur
des foRtus nes h sept mois et demi, j'ai trouvd, h Textremild profonde
des canaux, les culs-de-sac formant cavity. A cet Age, ces cavit^ssont
peu d^veloppees et ont la forme d'une utricule allongee, avec deux ou
trois prolongements terminaux pour chaque conduit. Quelques-uns
des canaux ne sont mSme pas encore divis^s et n'ont qu'un ueul cul-
de-sac terminal (1).

Malgre cette apparence rudimentaire, au bout de quelques jonrs
apr^s la naissance, cette petite mamelle donne du lait comme j'ai pu
Tobserver dernidrement sur un des produits d'une grossesse g^mel-
laire, dont la dur^e avait 616 de sept mois et demi. On voit qu'h Telat
foetal comme chez Tadulte, le moment oti commence la secre-
tion du colostrum ainsi que la quantity de cette s^cr^tion est extr6-
mement variable. Les mamelles dont j'ai parle jusqu'^ prdsent sont
en rapport avec les descriptions donne^es par Kolliker et par Langer. .

Mais chez les enfants du quatrieme au dixi5me jour apres Ja nais-
sance (2), quand le liquide transparent des premiers jours a fait place
h un liquide lactescent, la mamelle aussi change compl6tement et res-
semble beaucoup h la glande adulte, tout en conservant certaines dif-
fi§rences que nous rdsumerons plus loin.

Sur une pareille mamelle et aussi bien dans un sexe que dans
I'autre, on voit alors tr^s-netteraent que les canaux galacLophores
d'abord rectilignes sedilaientensuite pour former ce qui est designo
par les anatomistes sous le nom de sinus lactiferes. Au-dessous deces
dilatations, on voit un Idger rdtrecissement et entin les divisions tres-
nombreuses des canaux, qui forment un grand nombre de cavites
lapissees d'une seule couche d'epith^lium cubique, et s^parees les



(1) On trouve dans ces cavites ainsi que dans tout le canal glandulaire
plusieurs couches d'6pith61ium ct, vers la partie centrale des canaux, des
granulations graisseuses et des dt'bris <]e cellules 6pith6liales.

(2) D'apr^s N. Guillot {loc. cit., p. 52^2), le d6but de Ja s6cr^tion lacl6e
chez Tenfant, comciderait avec la chute du cordon ombilical.



Digitized by VjOOQ IC



382 REVUE DES SiOCIETES SAVANTES.

unes des autres par une mince couche de tissu conjonctif, l&che, trfes-

riche en cellules.

Parmi ces cavit^s, les unes sont complfetement remplies par de la
graisse qui masque T^pith^lium; dans d'autres, au contraire, on ne
voitque r^pitWlium sans aucun produit de s^cr^tion.

J'ai souvent observe le m6me ph6nom^ne sur la glande adulte en
lactation. C'est-k-dire qu'on trouve, h c6t^ d'acini pleins de lait, un
certain nombre d'autres qui en sont tout ^ fait priv^s.

Ce fait m'a rappel^, h propos de la mamelle, I'opinion ^mise par Hei-
donheim pour la glande sous-maxillaire et pour le rein ; et par Wittich
pour le foie; qu'il y a toujours une partie de Torgane au repos pen-
dant que Tautre s^r^te.

Bien entendu, je n'dmets cette id^e que comme une hypoth^se sus-
ceptible de beaucoup d'objcctions et que des recherches ult^rieures
pourront seules^lucider. Nous voyons done que la mamelle de Tenfant
pendant la lactation est, en beaucoup de points, comparable h celle de
la nourrice adulte.

Nousy Irouvons, en effet, des conduits galactophores qui, d'abord
rectilignes, se dilatent ensuite pour constituer ce que Ton d^signe
sous le nom de sinus lactif%res. Au-dessous de ces sinus, on voit les
conduits se diviser et une masse de ramifications et de culs-de-sac
tapiss^s d'uneseule couche d'6pith61ium cubiqueetproduisant du lait.

Est-ce h dire qu'entre une pareille mamelle et celle d'une nourrioe
adulte il n'y ait pas de diflKrence? Telle n'est pas du tout ma pens6e,
car les divisions de la glande sont pouss^es beaucoup plus loin chez
Tadulte que chez I'enfant et pr&entent, par consequent, une bien plus
grande surface s^cr^tante, m6me relativement aux dimensions g^n^
rales de Torgane. Mais, quoique moins nombreux, beaucoup moins
divis6s et ordinairement plus larges, je n'en considfere pas moins Tex-
tr6mit6 de ces conduits, comme des acini glandulaires qui, au lieu de
concourir h la formation de nombreux lobules et lobes distincts, n'en
forment, pourainsi dire, qu'un seul.

On voit qu'il y a de grandes diflTerences entre la mamelle de Tenfant
mort-n^ et ce mtoe organe sept ou huit jours aprfes la naissance. Ces
changements qui s'opSrent dans la glande correspondent k une vraie
secretion lact^ qui, pour 6tre de peu de dur6e, n'en est pas moins
r^lle (1). On a 6mis Tid^e que cette production de la mamelle chez les



(1) Chez renfant oomme chez I'adulte, la s6cr6tion du colostrum pr6cdde



Digitized by VjOOQ IC



REVUE DES SOCIETtS SAVANTES. 383

jeunes enfants, n'^tait due qu'au rejet d'^pitWlium d^g^n^r^ (!). Mais
Texamen du liquide ne permet pas le doute k cet 6gard. En outre, s'il
en 6tait ainsi, T^vacuation op6r6e par la pression et continu^e deux ou
trois jours, devrait tarir la secretion, et c'est le contraire qui arrive.
Les enfants, dont on exprirae la mamelle, ont, au bout de quelques
jours, une production lact^e beaucoup plusabondante.

Cette lactation transitoire des enfants dure plus longtemps qu'on ne
lecroit g^n^ralement. J'ai souvent vu des nourrissons avoir encore du
kit d'une fagon notable six semaines apr^s la naissance, et M. Gubler
a observe, dans quatre cas, que la production du lait durait jusqu'^
deux mois.

Le sexe de I'enfant n'a aacune influence appreciable sur la dur^e ou
Tabondance de la s(§cr6tion.

J*ai recherche guel dtait T^tat du foie chez les enfants en lactation.
J'ai toujours trouvd le foiegras, mais on ne pouvait localiser la situa-
tion de la graisse dans le lobule et faire la part de ce qui pourrait 6tre
attribue h la production ou h I'ingestion des corps gras. J'ai aussi re-
cherche le Sucre dans Purine, dans deux ou trois cas, et je n'ai jamais
pu en constater la presence.

La non-apparition du sucre dans Turineest, du reste, tout h fait en
rapport avec la petite quantite de secretion lactee, et conforme h ce
que j'ai vu et communique h la Societe, il y a deux ans, au sujet des
nourrices adultes.

J'ai observe de grandes differences entre la disposition des fibres
musculaires dans Tareole et le mamelon de Tenfant et de la nourrice
adulte; mais ces faits feront le sujet d'une prochaine communication.

(Les recherches relatives h ce travail ont ete faites au laboratoire
dTiistologie du college de Prance.)

Apropos de la variete trfes-grande qui existe chez la femme adulte
pour le moment oil commence h se montrer la secretion mammaire,
j'ai eu, ces jours-ci, Toccasion d'observer un fait que je crois assez in-
t^ressant pour vous 6tre communique. C'est le cas d'une femme pri-



oelle du lait. Ces deux liquides ne sont, du reste, qa'un etat plus cu moins
actif de la productioD du lait.

(i) Kolliker me paralt avoir confondu l*6pith61ium deg6n6r6 que Ton
trouve mdl6 h quelques gouttelettes de graisse dans la mamelle des nou-
vean-n^s au moment mdme de la naissance et Tetat de la glande quelques
jours aprte.



Digitized by VjOOQ IC



38* CORKESPONDANCE.

mi pare, kg6e de 19 ans, qui a avortd k deux mois. Les seins etaienl
gonfl^s et produisaient du colostrum. Six jours aprfes ravortement, les
deux mamelles 6taient gorg^es de lait qui avail tousles caractdres his-
tologiques du lait normal. L'analyse chimique n'a pas 6t6 faile, mais 11
avait le goAt sucr6 ordinaire du lait. Dix jours apr^s, quoique la s^
cretion fftt moindre, les seins donnaient encore une quantity notable
de laitet je ne doute pas que la lactation ne se fAt 6tablie aussi abon-
dante etd'aussi bonne qualite, chez ce sujet, que chez une femme ac-
couch^e k terme.



CORRESPONDANGE

Nancy, 8 mai 187r..

' A M. le D' De Sotre, secr6taire de la r6daction des Archives de TocologiCy etc.

Monsieur et tr6s-honor6 coofr^re,
- Permettez-moi de vous adresser une petite r/?r]amation dans Tint^r^t de
I'histoire de la m6decine op6ratoire obsl6tricale.

Le porte-lacs que propose le Dr Lambert, qu'il a present6 k TAcademie de
m6decine de Belgique et qui est d6crit et figur6 dans le n« de mai de votre
estimable Recueil, pages 29-2etsuivante8, n'est pas nouveau, comme le croit
Tauteur. Micha61is I'a fait connaitpe en 1833 et Schur6, dans sa th^se a sur
la procidence du cordon ombilical pendant raccouchemcnt, « soutenue de-
vant la FacuU6 de m6decine de Strasbourg, le 5 juin 1835, sous la pr6si-
dencc de M. Stoltz, le d6crit et le repr6sente dans les figures iO, 11, i2, de
la plan'^he litbographi^e qui accompagne cette importante monograpbie que
la Faculty a couronn6e.

Rien n'y manque, pas mdme le petit crochet en fil de fer (fig. 10), pour
Tanse du lacs k travers la sonde.

La seule dilTercnce qui existe entre les deux instruments consiste en ce que
Michael is profilait des deux yeux de la sonde pour faire sortir I'anse par
Tun, la retenir par Tautre, tandis que le Dr Lambert la fait soptir et la re-
tient par Toeil qui se trouvc souvent unique aujourd'hui au bout de certaines
sondes en gomme.

11 y a d6Ji longtemps que je parle moi-m6me de cet appareil dans mes
cours.

Le pass6 doit toujours dtre prfesent k Tesprit de celui qui veut travailler
fructueusement pour I'avenir.

Agr6ez, monsieur le Secr6taire, etc. Prof. Herrgott.

Le secretaire de la redaction^ gerant : De Soyre.



Paris. — Typ. A. PARENT, rue Monsieur-le-Priace, 29 et 3i.



Digitized by VjOOQ IC



ARCHIVES

DE TOGOLOGIE,

DES

MALADIES DES FEMMES

BT

DES ENFANTS N0UVEAU-N"]6S.



MEMOIRES ORIGINAUX



CONTRIBUTION A l'6TUDE DBS ANOMAXIBS DU SYSt6mB DBNTAIRB
CHBZ l'hOMAIB BT LBS MAMMIFBRES



DES ANOMALIES DE L'fiRUPTlOIN

ParleDr E. Manltbt,
memhre de la Soci^t^ de chirurgie, etc.



(I)



Nous d^signons, par le terme g^n^ral d^anomalie du systeine dentaire^
toute deviation du type primitif. Or, ce type, invariable pour chaquc
esp^ce animale en particulier, comprend les conditions diverses sous
lesquelles se presente Tappareil denlaire, c'est-k-dire les caract^res
de forme, de volume, de nombre, de direction, etc.

L'histoiredes anomalies, dans Tacception que nous leurdonnons ici,
coDsisie done dans T^tude des perturbations correspondant h toute la
serie des ph^nomfenes de revolution, depuis la p^riode initiale d'ap-



(I) Ces recherche^ sont extraites d'un livre actuellement en preparation
et intitul6 : Histoire des anomalies du systeine deniaire chez Chomme et les mam'
miferes^ in-4«, avec un atlas de iO planches, pour paraltre chez G. Masson.
Archives de Tqcohgie. — juillet 1875. 25



Digitized by VjOOQ IC



386 MEMOIRES ORIGINAUX.

parition des follicules au sein des m&choires pendant la vie embfyon-
naire, jusqu'^ I'^poque de T^ruption par laquelle s'ach^ve ie d^velop-
pement de rappareil.

Toute infraction aux regies physiologiques qui r^gissent cette evo-
lution constitue ainsi un fait t6ratologique qui peut 6tre tantdt simple,
s'il n'atteint qu'une des conditions physiologiques, tantdt complexe,
s'il porte simultan^ment sur plusieurs d'entre elles.

Dans une s^rie d'^tudes ant6rieures (1) nous avons examine les
circonstances g^n^rales qui regissent les anomalies du syst^me den-
taire, leur classification, leur statistique, puis nous avons decrit plu-
sieurs des divisions qu'elles comportent.

Aujourd'hui, nous nous proposons d*examiner les anomalies de
riruptiofiy c'est-^-dire les perturbations que subit la sortie des dents
au dehors des mdchoires, soit chez le nouveau-n6, pour les pieces de
la premiere dentition, soit chez Ten fan t et Tadolescent, pour celles de
la seconde dentition.

Ces anomalies de T^ruption ont un caractere g^n^ral qui leur est
commun avec toutes les autres divisions de cette histoire, c'est-^-dire
qu'elles repr6sentent toujours des accidents de revolution; et, par ce
terme, nous entendons dfes maintenant leur opposer une autre s^rie
de ph^nomfenes dont nous n'avons pas ^ nous occuper ici, et qui sont
d^sign^s sous le nom d'accidents de Pimption. Ces derniers compren-
nent les phenomfenes locaux ou g^n^raux qui sont sous la d^pendance
de cette phase ultime de d6veloppement qu'on appelle Veruption, Ce
sont des faits pathologiques qui n'ont rien de commun avec les
troubles t6ratologiques dont nous entendons nous occuper exclusive-
ment.

Sous le horn d' anomalies de P eruption^ nous d^crirons done les trou-
bles qui surviennent dans T^poque de sortie des dents.

Ces troubles peuvent se produire aux deux dentitions temporaire et
definitive, et ils r6pr&entent essentiellement deux ordres de ph6ho-
mftnes qui sont :

Viruption pr^oce ou anticipie;

Veruption tardive.

C'est k ce double point de vue que nous aurons k envisager la
question; mais, avant d'enlrer dans les d^veloppements de cette



(1) Voy. Journal d^anatomie ci de physiologie de M. Gh. Robin, 1874-t6.



Digitized by VjOOQ IC



ANOMALIES DU SYSTEME DENTAIRE. 387

fitudCj nons devons, afin de bien nettement determiner notre sujet,
donner un apercu de r^ruption dentaire, consid^r^e au point de vue
des epoques auxquelles elle s'effectue dans T^tat physiologique.

L'^ruption du syst^me dentaire chez les vert^br^s, et en particulier
dans la s^rie des mammiidresy paralt soumise h une loi uniforme qui
est celle des deux dentitions: Tune primitive et caduque, Tautre secon-
daire et definitive. La raison de ce double ph^nom^ne et de son Evo-
lution dans le temps reside dans le d^veloppement mdme de Tdtre
dont la croissance implique la necessity d'un syst^me dentaire d'un
volume et d'un nombre d'abord restreint dans le jeune Age, et qui
fait place k une seconde s^rie proportionn^e aux nouvelles et defini-
tives conditions de retat adulte. II rEsulte imm^diatement de Ik que
la succession m^medes deux phenomfenes sera dans un rapport direct
avec revolution generale de Tindividu ; c'est-2i-dire que, chez les especes
qui parviennent rapidement k Tetat adulte, la premiere phase sera
courte, tandis qu'elle aura une durEe considerable si I'etat adulte est
tres^loigne du moment de la naissance. Ges mSmes conditions seront
egalement en rapport avec la duree generale de la vie pour chaque
espece animale.

Toutefois, la loi des deux dentitions subit certaines exceptions : les
poissons ne paraissent avoir qu 'une seule dentition; ils sont mono-
phyodontesj suivant Texpression de M. Gervais. Les cetaces seraient
dans le mdme cas, si Ion s'en rapporte aux assertions de quelques na-
turalistes modernes (4). Toutefois, les phoques auraient les deux den-
titions : ils seraient diphyodontes^ mais avec cette particularite que
leur premiere dentition s'efTectuerait pendant la vie foBtale, de sorte
qu'il y a une veritable mue des dents dans la cavite uterine. Les dents
de lait sont ainsi tombees bien avantl'epoque de Tallaitement. Ce sont
ces particularites de revolution dentaire chez les phoques qui ont per-
mis d'etablir la transition insensible des carnassiers terrestres aux
camassiers aquatiques et m^me aux cetaces. Le genre otaria se rap-
procherait encore, k ce point de vue, du genre phoca^ suivant Beneden

et Reinhart(2).

^■ ■^ ■ ■ ■ ■ 1 ■

(i) Voy. Van Beneden, in Bulletin d# VAcad6m\e royale de midecim de Bel-
gique^ 1* s6rie, t. XXXI, mars i87i, et Flower, Remarks on the homologies
and notation of the teeth of mammalia, in Journal of anatom, and physiology 4
London, vol IIL

(2) Van Beneden, loc. cit,: Reinhart, Naturish foren Vidensk meddelser^
4864.



Digitized by VjOOQ IC



3S8 NEMOIRES 0RI6INAUX. •

Le mftme phenom^ne de chute des dents de lait avant la naissance
a 6t6 signal^, pour la premiere fois, par Cuvier, chez certains ron-
geurs, et en particuiier chez le cochon dlnde (1). Aussi, ces animaux
peuvent-ils manger d^s les premiers jours de la naissance. Le lifevre
perd ses dents temporaires peu de jours aprfes la naissance, le lapin
notablement plus tard.

L'existence d'une seule dentition aurait 6t6 reconnue, en outre, chez
certaines esp6ces de mammifSres terrestres, si Ton en croit de Blain-
ville, qui, dans son osteographies 6tudie avec le plus grand soin ces
questions relatives au systfeme dentaire. Ainsi, chez les ch6iropt6res
et les insectivores, il n'aurait r^ussi h observer qu'une seule s6rie de
dents, dont les premieres apparaltraient soit avant, soil peu aprfes la
naissance, et dont les autres viendraient se placer en serie au del^ des
premieres, sans que celles-ci effectuent leur chute. Les roussettes, les
molosses et les vespertilions seraient dans ce cas. Les observations
du m6me naturaliste, chez les taupes et les musaraignes, n'ont montr^
egalement qu'un seul syst^me dentaire. Pour les musaraignes, toute-
fois, Duvemoy (2) aurait infirm6 cette assertion, et d6crit chez ces
animaux, une mue p^riodique, mais partielle, de dents qui s'effectue-
rait vers le mois de juillet de chaque ann^e.

Les assertions de de Blain ville sur Texistence d*une seule dentition
chez un certain nombre d'esp^ces animales pourraient bien, du reste,
fttre entach6es d'erreur, par la raison pr6cis^ment que Ton vient de
voir, et qui 6tablit Texistence d'une dentition caduque avant Tfipoque
de la naissance; de sorte que la loi des deux dentitions serait bien
plus gen^rale et bien plus constante qu'on ne serait tentS de Tad-
mettre.

D'ailleurs, certains arrets de d^veloppement d'une pi5ce du systftme
dentaire consider^s .comme anomalies accidentelles chez Fhomme et
les mammif^res sup^rieurs constituent parfois dans la s4rie animaie
un fait normal, une anomalie constante, suivant I'expression de
de Blainville (3) : telles sont les dents abortives du Narwal, du
Lamantin. Le musee Wrolik, d' Amsterdam (4), renferme une Mte de

(i) Emmanuel Rousseau, art. Gobayb du Diet, dlhist. naturelle, i« 6dit.
t. IV, p. 38.
(i) Dents des musaraignes, 1844. In-4o avec planches, p. 66.

(3) Anomalie$dusysteme dentaire, 1838, p. 18.Voyez aussi ^lienne Geofittoy
Saint-Hilaire, Systeme dentaire des mammi feres et des oiseaux, 1824.

(4) N« 558-38 du catalogue.



Digitized by VjOOQ IC



ANOMALIES DU SYSTEME DENTAlRE. 389

Lamantin, dans rintermaxillaire duquel on voit incluse la dent



Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 42 of 82)