William H. (William Henry) Powell.

Archives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] online

. (page 53 of 82)
Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 53 of 82)
Font size
QR-code for this ebook


voir avec quelle precision celte etoffe a saisi Tovoide cr&nien, exacte-
ment de la fagon indiqu^e theoriquemenl par les deux figures publi^es
depuis longtemps el reproduites dans le Lyo7i Medical du 16 mai. Je
puis repondre que cetle prise a ^te h peu pres la m^me dans lous mes
accouchements ; elle est, je crois, assez facile k saisir pour que je puisse
esp^rer un grand avenir pour la soie obst^tricale.

Je remercierai, en terminant, M. Icard, d(»nt tout le monde apprecie
rimpartialild scientiflque, et de son concours pour mon operation, el
de la bienveillance qu'il npporle dans le jugement du s^riceps.



REVUE SCIENTIFIQUE KTRANGERK.



Des avantages de raccouchement pr6matar6 artiflciel et de la
version sur le long forceps et la cr&niotomie dans les cas de
bassin vici6, par lo D^ Alex. Milne, membre coircspoDdant de la Sociele
gyn6cologique dc Boston, etc.

La meilleure pratique a suivre (c'est-^-direla plusstire pour la mere
et Tenfant et particuli5rement pour la premiere), dans les casoble
bassin est anormalement petit, soilaudelroitsuperieur, soil dans tous
ses diam6tres, est une des questions les plus imporlantes de la pra-
tique des accoucheraents.

Cela a ^t^ habilement discute de temps k autre, mais par nulje
crois, plus savamment et plus a fond, que par sir James Simpson,
dont les opinions sont expos^es en detail dans le premier volume de
ses Obstetrics works. A ce propos, je recommande d'etudier tres-serieu-
sement les vues du professeur d'fidimbourg, h ceux qui onl ete frap-
pes, ^branles et surpris par les derni^res statistiques allemandes.

Ayant moi-meme discute ce sujet devant noire Sociele, dans des
memoires accompagnes d'observations, il y a environ sept ans, je
n'aurais pas repris ce th6me en ce moment, si^ k noire derniere reu-
nion, d'anciens brandons mal eleints n'avaient ete rallumes. el si des
opinions n'avaient ele emises qui me paraissent dangereuses dans la
pratique* J'examinerai ces idees dans quelques inslanls; mais, aupa-
ravant, je veux faire une reraarque ou deux sur des asserlions emises
k la reunion dont je parle pur certains soc'etair.?s, car cela est relatit



Digitized by VjOOQ IC



RfiVUK DES SOCIETES SAVANTES. 491

k cet important sujet et conduit h TeluCidation des questions qui s'y
rattachent. On avait afflrm^ positivement, et avec passion, que nous
n'avions pas de bassins retr^cis ou que nous n'en observions que tr6s-
peu,et que, en ri^alit^, ils ^taient presque tous imaginaires el n'exis-
taient que dans Timagination d'hommescherchant h faire parler d'eux
et aspirant ^ rimmortalit^. Pour ce qui regarde une telle asssertion,
je dois observer que jela crois enti^rement oppos^e aux faits reels, et,
puisqu'il est reconnu que de tels cas existent, je demanderai pour-
quoi nous n'aurions pas des cas de bassins vicies h Edimbourg ? Quelles
sont, en effet, les causes qui produisent des bassins deformes : des os
mous et des occupations sddentaires? Or, n'avons-nous pas des rachi-
tiques et des femmes sedentaires? Oui, beaucoup de celles-lk, et, par
consequent, une abondante source de vicialion. J'accorde cependant
que nous puissions avoir moins de cas semblables que Ton en trouve
proportionnellement dans les villes manufacturi^res, oil la population
est plus entassf^e, et sp^cialement dans certaines parties de Londres.
dependant, des exemples d'un degre de resserrement du diametre
antero-post^rieur, tel que la t^te d'un enfant h terme ne pent des-
cendre dans le bassin, poussee par lesseuls efforts naturels, sont assez
nombreux parmi nous.

En second lieu, avant d'arriver k la discussion generate, permettez-
moi de dire quelques mots sur une assertion eniise h propos du mtV
moire du D*" Mac-Donald ; car cola constitue un des premiers points de la
discussion du choix des diverses operations que Ton est appel6 k faire
dans les cas de bassin vici^. On a "dit, en verit<^, qu'une pelvimdtrie
correcte etait une chose impossible, une sor|.e d'illusion et de pi^ge.
En reponse k cette etrange doctrine, j'affirme quil n'en est point ainsi,
*-'t.i*ajoute que le praticien, qui, aujourd'hui, avec les anesthesiques, ne
pent se former une idee exacte des dimensions d*un bassin, est, pour
ne pas dire plus, tr^s-fautif. Oil est ladifliculte de glisser la main dans
un bassin et de la porter en haul, jusqu'au detroit superieur, d'appre-
cier ses dii!6rents diam^tres et de les mesurer avec soinVDe nos jours,
les chirurgiens portent leur main dans le rectum, jusqu'k la flexion
sigmoide? II n*y a certaineraent pas de societaire qui neconnaisse
la largeur de sa propre main. 8'il en etait ainsi, en presence d'une
telle ignorance, il ne pourrait y avoir aucune habilele dans la pratique
des accouchements. On a cite des cas oil la crAniotomie avait eu lieu
dansun prerpier accouchement et oil Tenfant etait Venn vite et faci-
lement dans les couches sui vantes, et Ton s'est fortement appuye sur des



Digitized by VjOOQ IC



492 KEVUE SCIENTIFIQIE ETRANGERE.

ca3 dece genre. Lepraticien, dansquelques-unsdecescas, avail, dit-on,
recammande aux femmes de se soumettre & Tavenir a un accouchement
premature. Sans doute, cela est arrive plus d'une fois, mais cela n'aurait
pas dd arriver. Aucun accoucheur n'esL autcris6 k proposer, surtout
avec insistance, un accouchement prematura, pour la simple rai-
son qu*une perforation avait ele nccessaire une premiere fois. Non; il
J a des causes provenant de I'uterus lui-n^^me et du foetus qui justi-
flent suffisamment la perforation, m6me quand le bassin est assez
large. II y a tr5s-peu de temps, j'aieu^ perforer le crAne, dansuncas
que j'ai observe avec le D"^ Pridi6, ob. la cause des difiJcultds venait du
volume anormal de la t^te foelale, Le D' Pridid et moi nous nous dtions
assurds que le bassin elait assez large, et que I'obstacle provenait de
Tenfantet non delaconformation de la mere, etnous n'aurionspassongd,
dansun tel cas, k proposer un accouchement premature artificiel pour
Tavenir. C'est undecescas oil I'enfant, dans une autre couche, naitra
trfes-probablement facilement et rapidement. Quand on rencontre un
cas oil la crAniotomie ou la cephalotripsie sont ndcessaires, on doit exa-
miner et mesurer le bassin avec soin. et, s'ilya un seul doule
sur Tdtendue de ses diam6tres, que le doule soit dissipe par un jugc
plus competent, car c*est un devoir important de dctruire toule
incertitude dans des cas aussi graves. Je sais bien que la provocation
d'un accouchement premature a ete frequemment recommandee la oil
on n'avait m^me pas mesure le bassin, et oh la seule raison pour
une telle proposition etait la grosseur anormalc du foetus. Ceci est
une chose des plus reprehensibles et faite pour amener du discredit
sur ce que j'appellerai, avec emphase, une grande operation de con-
servation. Nous devons mesurer le bassin dans les cas oii la crAniolo-
mie a dH 6lre employee ; et, avec le chloroforme, il n'y a pas d'e.xcuse
pour que cetle mensuration soit faite negligemment, ou pour que dos
hommes entreprennent temerairement des opt^rations dans 'e seul
but, bien miserable, dese fair© un nom.

Mais tr^ve k cesobservationspreliminaires, etmainlenantarrivonsi
la question importantc discutee par le D' Mac-Donald, dans le memoirc
dontnousavonsparle. La conclusion decememoiredtait, sansexagera-
tion,cequi suit : Dans un bassin vicie, attendez d'abord, et si cela ne
reussit pas, essayez le forceps; si cet instrument est insuffisant, recou-
rez a la crflniotomie. De plus, Toperation, pour provoquer un travail
premature, en casde bassin vicie, doit 6tre ddconseillee, -m^me aban-
donnee. Jeconfesse que, quand j'entendisces opinions avanceesdevant



Digitized by VjOOQ IC



REVUE SCIENTIFIQUE ETRANGEaE. 493

la Societe d'obst^trique d'Edimbourg, je pus & peine encpoire'mes
oreilles, tellement ces doctrines me paraissaienl alarmantes, dange-
reuses et destructives.

L'esprit de la science moderne des accouchements en Angleterre*
elait certainement ignore et quels pouvaient Mre la cause et le motif
de ces ddclarations? Ce n'etait pas sur son experience personnelle que
le docteur Mac-Donald s'appuyait, car il reconnaitaveccandeur qu'elle
est limit<§e, mais cc sont certaines statisliques allemandes r^centes qui
ont provoqu^ ce m^moire. Certes les statisticiens allemands ont une
reputation de soin, mais je me refuse h decider aucune question de pra-
tique obstetricale sur une masse h^terog^ne de statistiques glane^es
dans les lieux les plus differents et embrassant souvent, ^ c6te d'un
travail de valeur, ies mis^rables resultiits d'op^rateurs, je ne veux pas
dire maladroits, maisinexp^rimentes. Je ne penserais pas plus h chan-
ger mes opinions et ma pratique, relativement it cette question, sur de
belles raisons, que je ne voudrais atlaquerlaconvenance ou Tinnocuitd .
en general de Tovariotomie, parce que quelque eminent confrere en
Alleraagne, plong^ pendant longtemps peut-Stre au milieu de pous-
siereuses brochures degyndcologie, serait arrive & r^colter un certain
nombre de mauvais resultals, d'aprfesles rapports deson Vaterlandet
d'autres encore. La m^thode num^rique pour ^tred'un service pratique
doit 6tre une chose homogene et ne r^unir que lapratique des gens ex-
peris, de pluscommela pratique difI6re grandement danschaque pays,
il ne fautpasque les statistiques d'une contr^ r6glent n^cessairement
la pr atique d'une autre.

Mais maintenantjedois continuer^ montrerqueles operations d'ac-
couchements pr^matur^s artiQciels et de versions en cas de bassin
vicie sent sup^rieures h la crAniotomie et au long forceps , c'est-
^-dire que par les premiers moyens plus de meres etd'enfants sont
conserves etdoivent T^tre. D'abord en ce qui regarde Taccouchoment,
premature artificiel. Pour la m§re — et je ne parle que d'une pratique
anglaise bien authentique, — les avantages de Top^ration sont bien
reconnus, il y a peu de doute h ce sujet, et c'est presque aussi certain
que la revolution journali^re de la terre. Je pourrais presque aller jus-
qu'^ dire que si une femme en meurt, la faute en revient^ I'operaleur
et non k Toperation, ou que peut-^tre quelque operation stupideaura
ete accomplie. Le 28 pour 100 de Spiegelberg represenle pour moi le
plus condamnable et deplorable bousillage, je pourrais m'appuyersur



Digitized by VjOOQ IC



494 REVUE SCIENTIFIQUEf ETRANGfeRE.

de nombreux noms anglais de positions 6minentes, Hamilton, Simp-
son, Ramsbotham, etc, etc, mais il n'est pasbesoin. Quant h moi, per-
mettez-moi de dire que j'ai souVent fait Top^ration et toujours sans
^ aucun mal, pour la m6re et encore moins sans r^sultat fatal. Inutile
d'en dire plus sur ce sujet.

Maintenant recherchons les avantages qui r^sultent de Top^ration
pourle foetus. Ici encore je me renferme dans une bonne pratique an-
glaise, el je trouve quelque chose bien difT^rent de la mortality de28
pour i 00 de Spiegelberg; par exemple, feu le professeur Hamilton
sauva 42 enfants sur 46 et le docteur Ramsbotham en sauva 49 sur 91 .
ceci 6tait une plus petite proportion que dans la pratique du docteur
Hamilton, mais Texplication est transparente, en premier lieu beau-
coup de ses femmes avaient ete trop loin dans leur grossesse, et Tem-
ploi des instruments devenait necessaire pour terminer laccouchement.
et seconderaent i'ergot avait ^t^ donn6 dans 34cas, ce qui est une pra-
tique tres-dangereuse dans les delivrances prematurees; aucun bon ac-
coucheur de nos jours ne penserait ^ provoquer le travail premature
au moyen do ce medicament dans de tels cas.

J'ai determine des accouchements pr^matur^s dans des bassins vi-
cies environ 50 fois, je regrette de dire que par manque de temp? je ne
pourrais donner Taiialyse que de 38 cas. Ceux-ci embrassent seule-
ment6 femmes, 5 de celles-lk avaient le bassin vici^ seulemenl dans le
diam^tre ant^ro-posterieur, la sixi^me avait tous les diametres retrd-
cis, un exemple do pelvis cequabiliter justo minor. Sur les 5 femmes dont
le detroit superieur estvicie ant^ro-post^rieurement, quatre mesurent
environ trois pouces, tandis que la cinqui^me a un dlamfetre ant^ro-
posterieur ne mesurant que deux pouces et demi, je suis stir de cette
derni^re mesure parco que feu le docteur James Simpson a confirrae ma
mensuration, ayant delivre lui-mr^rae cette femme par la cephalotropsie
avec le docteur Blackie il y a quelques annees. La sixi^me, celle dont
tous les diametres ^taient retrecis a un diam^lre antero-posterieur
d'environ trois pouces. Je commoncerai par celle dont le bassin ^tait
le plusetroit et jed^laillerai bri^vement son histoire obstetricale.

Madame S... a un diamelre ant^ro-post^rieurde deux pouces et demi;
dans ce cas ^galement led^lroit inferieur est quelque peu retreci, mais
ce qu'il y a de singulier, c'est que les autres parties du bassin le sont
moins. Elle a 616 delivrce 6 fois, la premiere au moyen de lacephalo-
Iripsieparfeu sir James Simpson aide par moi; ce futtr5s-difficile. apros
la perforation et le broiement. d'extraire I'enfant (une flUe), cein do-



Digitized by VjOOQ IC



RE\TE SCIENTIFIQIE ETRANGfeRE. 495

manda, jecpois,environvingt minutes. Sir John Simpson futtr^s-fatigu^
deslractionsqu'ilfut oblige d'exercer. Nousfiirriesd'avisquelameilleure
ligne de trailement pour I'avenir, s'il y avail Tombre d'une chance pour
la vie de Penfant, reposait dans un accouchement pr(§mfflur6; je com-
muniquaicette decision ^ la femme, etjesuis oblige de dire que loin de
s'y montrercontraire, elie exprima le plus vif d^sir d'avoir le travail na-
turel anticip^. Je donnai mes soins h cettedame pendant ses 5 accouche-
menls suivants et en voici un court resume. Son second accouchement
que je provoquai ^ environ sept mois donna une fille vivante qui survit.
Le troisieme, autant que je puis dire, ^lait h sept mois, Tenfant nev6-
cut que trente-six heures, c'c^tait aussi une fille. Les deux autresdu
sexe feminin elaient mortes ; grande difficult^ h extraire la t6te h tra-
vers le col et le dernier enfant qui 6tait un gargon, fut extrait avec
beaucoup de difficulte et sans respiration, mais avec quelques soins il
fut ranirae et survit. Je consid^re ces deux enfants, los deux seuls via-
blos sur le nombre, comme un succ^s remarquable, car le bassin de la
mere necQssitait une craniotomie si on la laissait arriver ^ terme, el il
n>st pas d'avare qui puisse estimer son or plus que je ne fais de ces
« rechapp^s » de cette m6re si rachitique.

Quant aux autres femmes, celle dont le bassin ^tait r^treci dans tous
ses diam^lres a el6 d^livree huit fois ; h ses deux premiers accouche-
ments elle fut delivree par le long forceps : grave operation, les
ileux enfants, gargon et fille. ayant 6ie extraits morts apres des
triictions d'une demi-heure. mVt-on dit, car elle n'etait pas alors sou-
Diise h mes soins. Pour les six autres grossesses, j'ai provoque le tra-
vail a sept mois, et les enfants ^deux gargons et quatre filles) ont sur-
vecu. Je ne veux pas souienir avec ent^tement que Ton n'aurait pas
amen6 un enfant vivant en essayunt encore une fois du forceps; cepen-
dant les deux premiers enfants etant venus morts apr^s de grandes
diflicultes operatoires, je suis convaincu qu'il n'y avail pas de meil-
leure ligne de coiiduite que celle que j'ai suivie. II faut remarquer que
cp. bassin 6tait considerablement relreci dans tous ses diam^tres, et en
pireil cas, dans le m^moire de M. Macdonald, ilest dtablid'apr^s I'au- '
toritode Borinsky el d'autres « que la version est une mauvaise m^
thode pour terminer Taccouchement dans de semblables bassins » .
Si cette maniere de voir ^tait juste, pourrais-je, en virile, avoir sauv6
la vie ds la mere et de Tenfant par la version ? Je ne crois pas.

Le fait est que plus d'enfants sont sacrifi^s par la version dans un
bassin oii le r^tr^cissement siege seulement dans le diam^tre ant^ro-



Digitized by VjOOQ IC



496 REVUE SCIENTIFIQUE ETRANGERE.

posWrieur, que dans un bassin ob tousles diamfetres sont relr^cis, car
dans le dernier cas le r^trdcissement est rarementprononc6. C'est-^-dire
que vous pouvez avoir un r^tr^cissement porlunt sup lous lesdiame-
tres qui sont aiors diminu^ de i/2 ou 3/4de poucecnviron, tandisque
si le r^trecissement porte sur le diam6lre[antero-posterieur, il est rare
que la diminulion n'atteigne pasun pouce, un pouce et demi ou m^me
deux pouces.

Les quatre autres lemmes avaient un bassin dont le dinmeire au-
tero-posterieur etait rtiduit d'environ trois pouces.

Madame A... eut huit accouchements. Dans le premier, Tenfanl
(une fille) fut extrait mort apr^s un travail dont la seconde p^riocle
dura douze heures. Le second enfant (un gar^on) fut extrait par la c^-
phalotripsie, apr^s avoir essay^ prudemment et adroitement du for-
ceps, mais sans resultat. Les six autres couches furent terminees pai*
Taccouchement prematura artificiel. Les enfants (cinq fllles et un gar-
Qon) survecurent. Madame L... a eu neuf enf/\nts. Le premier (une lUIe)
fut amen^ mort apres des tractions longues et energiques par le for-
ceps. Le second (une fille) naquit vivant, h la suite d'unc appliaition
de forceps tr6s-p^nible, etles suites de couches furent longues ct dou-
loureuses. Les sept autres naquirent k la suite d'une version au bout
d'environ huit mois ; il vecurent tous (cinq filles et deux gargons).

Madame Mac M... eut trois enfants amenes morts par le forceps el
un autre la suite d'une crAniotomie. Je nMlais pas alors son accou-
cheur, et elle ne se confia h mes soins que pour sa cinqui^me gros-
sesse. Enapprenant ses antecedents obst^tricaux, je resolus de provo-
quer Taccouchement pr^matur^ment, elle y consentit volontiers; etje
Tai delivr^e pendant une periode deneuf ans, de sixenfanis (deux filles

et quatre gargons) qui sont tous vivants.

(A sutvre),

REVUE CLINIQUE.



Insertion vicieuse du placenta sur le col. — H^morrhagies mal«
tiples. — Version. — Bnfant extrait vivant. — R6tablissement
rapide de la femme.

Le 21 juin, i neuf heuros du soir, on porte a la Clinique la femme F. ..
atteinte d'h6morrhagie. Le mfime accident s'^tait renouvel6 trois fois depuis
un mois.

Cette femme, Ag6e de 40 ans, forte et bien constituee, a eu d^ji quin:^^
grossesses, toutes parvenues k tcrme sans aucune complication fAcheu??,



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 497

et s'^tant termin6es trec-heureusement par la naigsance d'enfants bien
portants (notons toutefois, en passant, que tie ces nombreux enfanls il ne
lui en reste plus que trois). EUe a eu ses regies, pour la derniere fois, Ic
12 octobre 1874; elle est done enceinte de huit mois environ. Lss cinq pre-
miers mois de cetle grossesse n'ont offert aucune particularit6 qui soit h
signaler; depuis des varices se sont montr6es aux jambcs, ainsi que de
Toed^me qui est, du reste, tres-peu marqu6.

La femme F... . raconte qu'elle a perdu un peu de sang il y a un mois,
et que cette perte s'est bienl6t arr6t6e sous rinflucnce du repos. Le mardi
15 juin, nouvelle hemorrbagie do psu d'imporlance ; enlin le samedi i9.
du m^me mois, une perte tr^s-aboiidanle est survenue, qui, heureusement,
n'a dur6 que quelqucs heures.

La poche des eaux s'est rompue spontan^ment, le 21 juin, a huit heures
du matin, et les premieres douleurs n'ont 6t6 ressenties que le m6me jour,
k sept heures du soir. Eirrayee par les pertes de sang'qu*elle avait 6prou-
v6e8, cette femme demanda u 6tre transportee k la Clinique, oh elle entra
u neuf heures du soir. Une heure et demie apr^s son entree une h6morrba-
gie considerable se declara : en peu de temps plusieurs al^zes furent trem-
p6es, et Ton peut, sans la moindre exag6ration, 6 valuer k deux kilogrammes
le sang qui s'est alors 6coule. (Les caillots extraits du vagin pesaient, k eux
seuls, plus de 4200 grammes.)

M, Depaul, aussitdt pr6venu, arriva imm^diatement. La patiente, malgr6
ces pertes si abondantes, n'6tait pas lr6s-decolor6e : la muqueuse buccale
6tait encore assez rouge; il n'y avait ni syncopes, ni 6bluuissements, pas
de naus6es ni de maux de t6te, ce qui montre bien qu'il ne faut pas s'atta-
cher, pour le pronostic de la gravity de ces sortes de cas, k la quantity de
sang perdue, mais aux ph6nom6nes g6n6raux 6prouv6spar les feromes. Le
ventre normalement d6velopp6 ne pr6sente rien de particulier ; par la pal-
pation on sent le dos it gauche et des extr^mil^s dans la partie lat6rale
droitft de I'abdomen. Des contractions ut6rines intenses se succ^dent rapi-
dement; les battements du cocur foDtal clairs, nets, assez forts, sont enten-
dus a gauche, enlre Tombilic et T^minence il(^o-pectin6e. Par le toucher on
arrive directement sur le col efface, son. orifice, d'un diam^tre de 7 a8 cen-
timetres, est tr6s-souple et dilatable; en p6n6trant tout doUcement h tra-
vers cet orifice, on sent le bord d'une masse charnue qu'il est facile de
reconnattre comme appartenant au placenta, au-dessus eten avantsetrouve
la tete appliqu6e sur le d^troit sup6rieur : c'est done une insertion vicieuse
du placenta, mais une insertion marginale.

M. Depaul n'h6site pas a intervenir, dans rint6r6t de la mere qui perdait
encore un peu de sang, et surtout dans Tint^r^t de I'enfant, a qui une pa-
reille hemorrhagic aurait pu etre fatale. Des caillots, en grande quantitc*,
sont extraits du vagin, la main gauche est engag6e a travers Torilicc et
pouss^e jusque dans le fond de la matrice, a la recherche des pieds qui
sont bient6t trouv6s en haut et k droite. Le professeur execute facile-
ment la version et fail, en tres-peu de temps, I'exlraction d'un enfant bien
portant qui crie aussitftt. La d6livrance est faiteartificiellement, imm6dia-
tement apr^s I'accouchement, et deux grammes de seigle ergot6sontadmi-
Archivei de Tocologie, — aoot 1873. 32



Digitized by VjOOQ IC



498 RliVUE CLINIQUE.

nistres ^ la malade en trois doses, a dix minutes d'intervalle. L'uterus revient
sur lui-m6me et rii^morrhagie cesse bienl6t.

Les suites de couche ont 6t6 tout k fait normales; cette femme n'apaseii
le moindre acc^s de fi6vre, pas la moindre douleur abdominale ; elle a
nourri elle-m6me son enfant, et aujourd'hui huitieme jourapres son accou-
chement, elle a deux degres de nourriture.

Cette observation t6moigne, une fois de plus, combien la version bien
faite est une mano?uvre prompte et utile pour la m^re et Tenfant dans les
cas d'insertion vicieuse du placenta. D"" Martbl.

Quelques observations d^^clampsie puerp^rale^ suivies de consid^-
ratiocs therapeutiques ; par le Dr Sourrouille.

Obs. I. — Mme N..., a Marmande, ^0 ans, primipare, brune, tr^s-ane-
mique, iut prise, dans la nuit du 22 au 23 novembre ^872, k la fin du hui-
tieme mois de sa gr6ssesse, de plusieurs attaques d'^clampsie. Dans la ma-
tinee du 23, elle eut une nouvelle attaque; on me fitappeler. J'arfivai^vant
la terrainaison des accidents.

Pasd'ced^mc. Les urines ne contiennent pas de traces d'albumine. Je
prescrivis imm6diatement une potion avec 2 grammes de chloroformc et,
le soir, un lavement avec une dose ^gale du m6me medicament.

Le lendemain, le lavement et la potion furent renouvel^s, et la malade
fut soumise ^un traitement ferrugineux qu'elle continua jusqu'au termede
sa grossesse. Depuis le 23 novembre les attaques d'eclampsie ne se repro-
duisirent plus et un mois et demi apres il y cut un accouchement naturel
d'une fiUe encore vivante anjourdhui.

La mere n*a jamais eu, avant sa grossesse ni depuis sa d^livrance, d'at-
taques d'6pilepsie.

Obs. II. — Mme G..., le 7 fevrier 1874, au commencement du neuvi^me
mois d'une premiere grossesse, eut une attaque d'6clampsie. Je la vis k la
lin de Tattaque, a la p6riode de stupeur.

Je constatai un gon dement ced6matcux considerable des membres abdo-
minaiix. de la face, de la main et de I'avant-bras droits. Muqueusesdecolo-
rees. Le col de I'uterus, a peine entr'ouvert, est tr^s-mou et situ6 en bas el
en avant. Pas de douleurs.

Les urines contiennent une grande quantito d*albumine. Mictions fre-
quentes, mais peu abondantes.

Prescription : repos au lit; potion avec 2 grammes de chloroformc; un
lavement avec 20 gouttes de laudanum.

Pour les jours suivants : lactate de fer, I gramme; bromure de potas-
sium, 3 grammes, dont on aiigmente rapidement la dosejusqu'i 5 grammes
par jour.

Jusqu'au 14 tout alia bien; mais la malade, ayant voulu se lever, fut
prise bient6t apr^s d'une nouvelle attaque beaucoup moins forte que la pre-
miere et pendant laquelle elle m'assura n'avoir pas compietemeot perdu
connaissance.

Je la lis remettre dans son lit ; elle y resta jusqu'i I'epoque de son accou-
chement, qui 80 fit normalement une quinzaine apr^s.



Digitized by VjOOQ IC



REVUE CLINIQUE. 499

Pendant tout ce temps en continua le t'er et le bromure k la dose de



Online LibraryWilliam H. (William Henry) PowellArchives de gynécologie et de tocologie. ... . Première annéetome XXIII, [1874-1896] → online text (page 53 of 82)